Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2020 3 15 /01 /janvier /2020 06:18
Nous n'étions pas seuls...

Nous n'étions pas seuls...

Nous n'étions pas seuls le dernier dimanche de décembre, pour aller admirer la Sorgue en crue. D'après les médias locaux, l'affluence était encore plus importante qu'en été, lorsque les touristes envahissent la région, c'est dire ! 

 

Et je peux vous l'assurer nous n'aimons pas les bains de foule, mais cela valait le coup d'emmener les enfants voir ce spectacle, car spectacle de la nature il y avait bel et bien, et voir la Sorgue aussi haute et avec un tel débit est chose rare. 

Il faut dire qu'avec les pluies exceptionnelles (et malheureusement dévastatrices) que nous avons eu en décembre dernier, ce n'était pas étonnant que la Sorgue atteigne un débit de plus de 80 mètres cubes par seconde au plus haut pour redescendre ces jours-ci à 60, ce qui est encore beaucoup.

L'eau atteignait les piles du pont comme vous pouvez le voir à droite sur ma photo. 

La Sorgue en crue à Fontaine-de-Vaucluse / Balade dans le Vaucluse

A droite, la vue vers l'amont, à partir du pont est déjà impressionnante...la roue à aube ne tournait pas. Elle aurait été détériorée par le courant trop fort. 

En amont du pont...en regardant vers le fond de la valléeEn amont du pont...en regardant vers le fond de la vallée
En amont du pont...en regardant vers le fond de la valléeEn amont du pont...en regardant vers le fond de la vallée
En amont du pont...en regardant vers le fond de la valléeEn amont du pont...en regardant vers le fond de la vallée

En amont du pont...en regardant vers le fond de la vallée

A gauche du pont, vers l'aval, le restaurant en contre-bas est heureusement bien protégé. 

En aval du pont...
En aval du pont...
En aval du pont...

En aval du pont...

La Sorgue coule dans une vallée appelée "Vallis clausa" (=vallée close), une vallée qui se termine par une grande falaise rocheuse et qui a donné son nom au village depuis le Xe siècle puis ensuite plus récemment au département ("Vallée close" est devenue "Vaucluse"). En 1946, le village change de nom pour ne plus être confondu avec celui du département. Il s'appelle désormais "Fontaine de Vaucluse". 

La falaise dont une partie est éclairée par le soleil...

La falaise dont une partie est éclairée par le soleil...

De cette falaise magnifique surgit brutalement la plus belle rivière de Provence, toujours en eau quelle que soit la saison.

La Sorgue près du village

La Sorgue près du village

Elle débite en moyenne 630 millions de m3 par an, c'est dire pour une rivière provençale !

Dès que le débit de la rivière atteint 21 m3 /s, la vasque (le lac) déborde. L'été en basse eau, le niveau descend de 20 mètres dans la vasque permettant même aux touristes d'y descendre et aux spéléologues d'explorer le puits et le réseau.

 

L'eau émerge en effet, directement d'un réseau souterrain karstique qui a fait l'objet de multiples explorations depuis la fin du XIXe siècle. Le puits vertical dont on aperçoit la circonférence uniquement en été mesure 308 mètres de profondeur. Vous en avez un aperçu sur le dessin ci-dessous extrait de la publication mise en lien à découvrir pour les passionnés de géologie et d'hydrogéologie. 

D'après "Le Karst de la Fontaine de Vaucluse"  Jacques Mudry et Jean-Michel Puig

D'après "Le Karst de la Fontaine de Vaucluse" Jacques Mudry et Jean-Michel Puig

Vous l'aurez compris la "fontaine" n'est pas une source, mais bien une exsurgence, c'est à dire une rivière souterraine qui sort à l'air libre. 

De cette saison évidemment, c'est face à un lac que nous nous trouvons, un lac qui se déverse ensuite dans la vallée avec fracas et de nombreux jolis rapides que les kayakistes s'amusent à descendre quand la saison le permet.

Le lac et le premier "rapide"
Le lac et le premier "rapide"
Le lac et le premier "rapide"

Le lac et le premier "rapide"

Le parcours pour les kayakistes
Le parcours pour les kayakistes

Le parcours pour les kayakistes

Il faut dire qu'elle est toujours en eau cette rivière car le réseau collecte les eaux de tous les massifs environnants proches, mais aussi celles en provenance du Mont Ventoux ou de la Montagne de Lure. De nombreuses sources secondaires assurent donc un débit régulier. La surface de recueillement de ses eaux, qu'on appelle l'impluvium, atteint plus de 1100 km2. 

 

C'est d'ailleurs l'exsurgence la plus puissante de France et la cinquième au niveau mondial, d'où l'engouement touristique pour ce lieu magique à visiter de préférence un matin, tôt en semaine, ce que je n'ai pas pu faire ! 

Il vaut mieux ne pas trop s'approcher du bord !!

Il vaut mieux ne pas trop s'approcher du bord !!

Je ne peux terminer cette visite sans vous livrer le secret de la Fontaine...

 

"Parti pour faire danser les filles de l'Isle sur la Sorgue, le vieux ménétrier Basile s'endormit à l'ombre un chaud jour, sur le chemin de Vaucluse.

Apparut une nymphe qui, belle comme l'onde claire, prit la main du dormeur et le conduisit au bord de la vasque où s'épanouit la Sorgue.

Devant eux, l'eau s'entrouvrit et les laissa descendre entre deux murailles de liquide cristal au fond du gouffre.

Après une longue course souterraine, la nymphe, au milieu d'une souriante prairie semée de fleurs surnaturelles, arrêta le ménétrier devant 7 gros diamants.

Soulevant l'un deux, elle fit jaillir un puissant jet d'eau.

Voilà, dit-elle, le secret de la source dont je suis la gardienne pour la gonfler je retire les diamants, au septième, l'eau atteint "le figuier qui ne boit qu'une fois l'an" et elle disparut en réveillant Basile."

 

Le secret de la Fontaine illustré par une photo ancienne

Le secret de la Fontaine illustré par une photo ancienne

 

Voilà notre balade est terminée pour aujourd'hui. Je suis allée maintes fois à Fontaine depuis mon enfance. J'ai vu les lieux se transformer pour les touristes, les parking devenir payants mais j'apprécie que l'accès à la source soit resté gratuit et j'espère qu'il le restera encore longtemps car c'est une merveille de la nature que je ne me lasse pas d'aller admirer en toutes saisons. 

Mes anciennes photos étant toutes des diapos, je ne pourrai vous montrer la source à sec en été, mais je vous montrerai très bientôt quelques détails du village de Fontaine de Vaucluse pris lors de ma visite, enfin comme d'habitude, si vous le voulez bien ! 

Eus n'ont pas peur du courant ! A bientôt ! Eus n'ont pas peur du courant ! A bientôt !

Eus n'ont pas peur du courant ! A bientôt !

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2019 5 20 /09 /septembre /2019 05:10
Notre-Dame d'Estours

Notre-Dame d'Estours

Comme promis, nous voilà au départ du hameau de la Vialle d'Estours où nous avons pu garer la voiture près du couder(c)...

Il faut suivre la petite route un bref instant puis prendre le large chemin qui descend à droite vers les gorges de la Seuge.

Ce chemin caillouteux et très pentu est interdit à la circulation car il n'est pas praticable en voiture. La seule possibilité de se rendre à la chapelle, c'est à pied !

Nous la découvrons très vite au premier lacet formé par le chemin. Elle est bien là, cette petite chapelle sur son promontoire rocheux au-dessus de la rivière. A cet endroit, il y un banc pour ceux qui veulent, à deux pas de la route, profiter de la beauté  du site sans forcément y descendre. 

 

Il faut dire que le site est grandiose : la Seuge, qui va se jeter dans l'Allier à Prades, a creusé des gorges profondes dans les roches. La forêt est partout et les gorges sont si abruptes qu'on ne voit pas la rivière...

De l'autre côté de la vallée, on aperçoit le village de Cubelles par lequel on peut aussi atteindre la chapelle à pied. 

Le site est grandiose !
Le site est grandiose !Le site est grandiose !
Le site est grandiose !Le site est grandiose !
Le site est grandiose !Le site est grandiose !

Le site est grandiose !

Un peu d'histoire

Le culte de Notre-Dame des Tours (qui deviendra plus tard d'Estours), aurait débuté vers 1100-1200. 

 

La légende dit que Notre-Dame serait apparue à des enfants qui gardaient leur troupeau près des gorges. Elle leur aurait demandé qu'on lui érige une chapelle.

Mais voilà exactement ce que dit la légende :  

Le culte de la Vierge y remonterait au temps « immémorial », où, selon la légende, la Vierge apparut à des petits pâtres dans la montagne, leur signifiant qu’« elle voulait ici recevoir la louange de son peuple et lui accorder ses bienfaits ». Peu après, on dit que des vachers de Cubelles trouvèrent, dans la fente quasi-inaccessible d’un rocher voisin dominant la Seuge, une statue de la Vierge, signalée par les meuglements persistants de bœufs, sur la rive opposée. On porta cette statue à l’église de Cubelles, puis de Monistrol d’Allier, puis de Saugues ; mais elle revenait toujours dans ses rochers, où l’on finit par lui construire un sanctuaire.

La légende

Les fondateurs de cette chapelle furent des seigneurs locaux, les De Peyre et les Douchanès.  Ils firent construire une première chapelle sur le lieu-dit appelé à cette époque "Les Tourns". 

Ce mot désignait au Moyen Âge en langue d'oc, un "promontoire qui s'avance au niveau du coude d'une rivière". La chapelle est bâtie en effet sur un éperon rocheux qui domine la Seuge.

En Haute-Loire, on trouve beaucoup de toponymes ou des noms de village contenant ce mot ! 

 

Au départ c'est dans la chapelle que se trouvait la Vierge en majesté que je vous ai fait découvrir en visitant l'église de Monistrol-d'Allier. On dit que cette statue aurait pu être rapportée des Croisades, ou bien alors qu'elle est l'oeuvre d'un sculpteur local...

Je vous la montre à nouveau pour ceux qui n'ont pas vu mon article. Pour en savoir plus je vous invite à consulter ce site ici. 

 

 

Vierge en majesté en bois polychrome 

(Eglise Saint-Pierre de Monistrol-d'Allier)

En 1464, un prieur est nommé à la chapelle ce qui prouve qu'elle est très fréquentée. Son patronage passe ensuite à la famille d'Apchier. 

Démolie pendant les guerres de religion, la petite chapelle d'origine est reconstruite et agrandie vers 1560. A la nef et l'abside en cul de four d'origine, on accole des chapelles latérales et un clocher. 

 

La vierge sera implorée pendant longtemps par la population et les pèlerins, lors des famines, des épidémies, lors des vagues de peurs qui ont fait suite aux massacres perpétrés par la célèbre "bête du Gévaudan"...

Malgré sa situation isolée, cette petite chapelle reste toujours largement fréquentée par un public encore très nombreux en toute saison.

 

Est-ce parce que les prières ont été exaucées, ou parce que dans ce site remarquable, nous nous sentons tellement petits face à la nature grandiose que nous devenons plus humbles et plus à même d'être heureux de l'instant présent ?

Je n'ai pas la réponse, mais la vue de cette chapelle apporte son lot de douceur et de rêve dans ce pays rude, resté pauvre et isolé pendant de nombreuses années. 

 

La Vierge a été couronnée en septembre 1913. A l'époque d'après un journaliste présent, une dizaine de milliers de fidèles seraient venus à pied de Prades ou du plateau, pour la vénérer...

Puis la chapelle a été inscrite aux Monuments Historiques en 1926. 

 

Chaque année un pèlerinage a lieu début septembre. Il met à l'honneur ce sanctuaire bâti entre le Gévaudan et le Velay et attire toujours les foules. Un jour peut-être...

Comme vous le voyez sur mes photos, le clocher porche de la chapelle était en travaux. 

Le clocher-porche de la chapelle était en travaux
Le clocher-porche de la chapelle était en travaux

Le clocher-porche de la chapelle était en travaux

Voici quelques détails visibles à travers les échafaudages...et la porte qui bien entendue était fermée ! 

Quelques détails...
Quelques détails...
Quelques détails...

Quelques détails...

En face de l'église se trouve la vierge. On peut grimper jusqu'à ses pieds pour admirer la vue...

Notre-Dame d'Estours
Notre-Dame d'Estours
Notre-Dame d'Estours

Notre-Dame d'Estours

En descendant dans la vallée, une passerelle permet de traverser la rivière (quand elle n'est pas en crue) pour remonter jusqu'au petit village de Cubelles. Les courageux peuvent même partir de Prades et faire un circuit que nous tenterons peut-être un jour, qui sait...

La rivière et la passerelle submersible
La rivière et la passerelle submersibleLa rivière et la passerelle submersible
La rivière et la passerelle submersible

La rivière et la passerelle submersible

Ici et là affleure le fameux granite à dents de cheval dont je vous ai parlé dans mon article précédent...

Affleurement de granite à dents de chevalAffleurement de granite à dents de cheval

Affleurement de granite à dents de cheval

La flore est celle que l'on retrouve dans les sous-bois humides et le sentier est très agréable en été. 

Le sentier est très frais en été
Le sentier est très frais en étéLe sentier est très frais en été

Le sentier est très frais en été

Cependant, cette année, nous avons choisi de rebrousser chemin avant d'atteindre le village.

Il nous faut à présent à regret, quitter le sous-bois, contourner le grand éperon, retraverser la rivière et retrouver la sécheresse du plateau...et le chemin qui monte vers le village !

Du sous-bois au bord de la rivière jusqu'au plateauDu sous-bois au bord de la rivière jusqu'au plateau
Du sous-bois au bord de la rivière jusqu'au plateauDu sous-bois au bord de la rivière jusqu'au plateau
Du sous-bois au bord de la rivière jusqu'au plateauDu sous-bois au bord de la rivière jusqu'au plateau

Du sous-bois au bord de la rivière jusqu'au plateau

Et jeter un dernier coup d'oeil sur le site avant de rejoindre la voiture...

Notre-Dame d'Estours / Balade en Haute-Loire

Et pour finir cette visite, je vous propose cette vidéo découverte sur youtube qui vous montre à quel point ce site grandiose mérite la visite...

Partager cet article

Repost0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -