Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 septembre 2020 3 30 /09 /septembre /2020 05:15
Enquêtes au musée / Enquêtes au Museum/ Laurence Talairach

Voilà encore une série jeunesse sympathique ! Elle est destinée aux enfants de 8 à 11 ans et dès 6 ans accompagnée d'un adulte. 

Pour info : Ce qui m'a étonné sans que je trouve une explication au départ c'est que la série lue par mes petits-enfants (en format numérique) s'intitule "Enquêtes au musée" (Editions MultiMondes). J'ai constaté en faisant des recherches sur internet qu'elle existait en format papier et epub (Quatre tomes seulement sont disponibles). Mais j'ai découvert que la série s'appelait "Enquêtes au Muséum" (Editions Plume de carotte) en format papier (Vingt-deux titres disponibles dont les quatre précédents).

Réponse : Dans un des commentaires mis gentiment sur le blog, j'ai eu la réponse que je n'avais pas trouvé sur le net : "Enquête au Muséum" est la série publiée en France aux Editions "Plume de Carotte" ; "Enquête au musée" est celle publiée au Québec par les éditions Multimondes. "Seuls 4 des 22 titres ont pour l'instant traversé l'Atlantique" !

C'est cette dernière série qui était donc proposée en prêt en version numérique par ma médiathèque. 

L'auteur Laurence Talairach est professeur des universités à Toulouse- Jean Jaurès. Elle enseigne la littérature victorienne, tout en étant chercheur en Histoire des Sciences et des Techniques au Centre Alexandre Koyré.

Elle a publié de nombreux ouvrages avant de se décider à écrire pour les enfants afin de leur donner envie d'aller explorer les musées et d'apprendre davantage sur les sciences, tout en partant à l'aventure ! 

Ces livres sont de petits romans d'aventures qui, dans chacun des tomes, permettent aux plus jeunes de faire peu à peu connaissance avec le monde des Musées scientifiques, d'apprendre la nature de leurs collections souvent cachées, mais aussi leurs missions qui ne sont pas toujours évidentes à comprendre par les enfants.  

Le lecteur retrouve les mêmes personnages dans chacune des aventures :

D'abord il y a Zoé, dont les parents, ornithologistes ont mystérieusement disparu en mer lors d'une mission scientifique,  alors qu'elle était bébé. C'est la meneuse du groupe. Il faut dire aussi qu'elle espère toujours trouver dans les musées des indices qui lui permettraient d'en apprendre davantage sur la disparition de ses parents. Laissée très libre par sa vieille tante, elle entraîne avec elle son amie Alice, qui est obligée de tirer derrière elle, non seulement son petit frère Clarence mais aussi un petit chinchilla dénommé, Archibald qui bien entendu ne passe pas inaperçu...et a son importance dans les histoires. 

L'intervention du petit frère qui pose de nombreuses questions innocentes permet d'expliquer avec précision (et humour) beaucoup de détails sans avoir l'air.

Les jeunes lecteurs les retrouvent avec grand plaisir pour vivre avec eux de nouvelles aventures.

Le plus : Des chapitres courts, une écriture précise mais simple, de l'aventure, des personnages authentiques, et un lieu bien décrit comme si on y était. Au passage les jeunes lecteurs apprendront du vocabulaire grâce au lexique placé à la fin de chacun des tomes. 

Instructif et agréable à lire ! 

Dans le tome 1, "Au pays des oiseaux qui ne volent pas", les enfants explorent le musée d'Histoire naturelle pour la première fois.

Alice a un exposé à faire sur l'oiseau de son choix. Zoé décide donc de lui montrer les oiseaux de Nouvelle-Zélande aujourd'hui disparus ou en voie d'extinction. Elle emmène donc son amie à la bibliothèque du musée où elle a repéré un livre d'ornithologie. Mais les enfants se retrouvent enfermés...

Les jeunes lecteurs vont découvrir la fragilité de la faune endémique de la Nouvelle-Zélande : les kiwis, moas, kakapos en particulier, et remonter l'histoire de ces oiseaux qui ne volent pas, jusqu'aux dinosaures ! Ils vont comprendre  la responsabilité des hommes dans leur extinction. 

Zoé avait déjà découvert que ses parents étaient passés par l'île de Bacan, une île aux papillons géants qui faisait partie de l'archipel des Moluques. Il lui restait donc à découvrir s'ils avaient arpenté d'autres îles...

Enquêtes au musée / Enquêtes au Museum/ Laurence Talairach

Dans le tome 2 "La galerie des vampires", les enfants explorent une cave lorsqu'ils ont l'impression d'être frôlés par des êtres volants silencieux mais non moins inquiétants... Ils décident alors de pénétrer dans le musée d'Histoire Naturelle pour apprendre davantage de choses sur les vampires, non pas les buveurs de sang que l'on retrouve dans certaines histoires et qui font tant peur à Clarence, mais les chauve-souris !  Ils vont bientôt découvrir qu'ils ne sont pas seuls dans le musée et que les réserves ont toutes été vidées. C'est alors que Clarence se retrouve tout seul dans le noir et dans le silence complet, quasiment assourdissant...

Bien entendu, les trois enfants vont faire de belles découvertes et en apprendre davantage sur les mammifères volants et beaucoup d'autres animaux inconnus. 

Enquêtes au musée / Enquêtes au Museum/ Laurence Talairach

Dans le tome 3 : Dans l'œil du cyclope

Les enfants retrouvent avec plaisir Zoé, toujours à la recherche d'indices pour découvrir  pourquoi et comment ses parents ont mystérieusement disparu. A côté de Zoé, Alice son amie toujours suivi de son petit frère Clarence ont décidé cette nuit-là de partir explorer les collections de l'université. 

Clarence est toujours terrifié par des monstres ce qui, la nuit, l'empêche de trouver le sommeil. Les deux amies sont persuadées que dans les collections de l'Université de la ville, se trouvent de nombreux restes des cyclopes, ces effroyables mangeurs d'hommes. Elles espèrent ainsi prouver au petit garçon que les cyclopes ne sont que des créatures fantastiques et qu'ainsi il n'a rien à craindre et peut dormir tranquille.

Mais quand ils arrivent à s'introduire dans les salles contenant les collections...ils découvrent de terrifiantes créatures conservées dans des bocaux et des salles entières remplies de squelettes. C'est là qu'il remarque un étrange petit homme qui travaille la nuit à la lumière d'une lampe. 

Vous vous en doutez, les enfants ne sont pas au bout de leur surprise !

Dans ce tome les enfants vont faire le lien entre les légendes et les découvertes paléontologiques (comme c'est le cas ici pour l'éléphant nain qui vivait au Pléistocène). Au passage, ils feront connaissance avec des personnages appartenant à la mythologie grecque (comme Polyphème par exemple). 

Enquêtes au musée / Enquêtes au Museum/ Laurence Talairach

Dans le tome 4, "le papillon du bout du monde"...

Les enfants découvrent qu'il existe des papillons  géants aussi gros que des oiseaux. Les voilà en train d'explorer une serre tropicale. Ils découvrent que certaines brindilles sont en fait d'étranges insectes qui ont appris à se cacher en mimant la nature alentour pour échapper à leurs prédateurs. 

Ils vont découvrir les théories de l'évolution par la sélection naturelle en partant sur les traces d'un étrange papillon, la phalène du bouleau. Au passage, ils feront connaissance avec deux grands hommes : Charles Darwin et Alfred Russel Wallace.

 

Une série à suivre donc, mais ce n'est pas certain que je vous en reparle un jour, j'ai tellement de livres en attente de trouver une place ici...voilà pourquoi j'ai préféré ne faire qu'un seul article pour les quatre premiers tomes. 

Partager cet article

Repost0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 08:30
Représentation de l'onde gravitationnelle produite par deux étoiles à neutrons en orbite l'une autour de l'autre. © Public Domain /

Représentation de l'onde gravitationnelle produite par deux étoiles à neutrons en orbite l'une autour de l'autre. © Public Domain /

 

Einstein était un génie ! Vous en doutiez ?

 

Voilà quelques jours déjà que ma tendre moitié me raconte les dernières nouvelles scientifiques et ne me parle que de ça !  

Lui qui a fait des études de physique comprend au moins l'importance de cet événement. 

Il s'agit en effet d'une "découverte" majeure...qui met en ébullition le monde scientifique.

Les ondes gravitationnelles avaient été prédites par Einstein dans sa théorie de la relativité, il y a déjà un siècle (en 1915): elles ont été détectées pour la 1ère fois sur Terre, par des astrophysiciens américains en septembre dernier.

Il ne s'agit donc pas à proprement parler d'une découverte mais d'une confirmation supplémentaire de l'existence de ces ondes dont personne ne mettait en doute l'existence comme, d'ailleurs, celle de la relativité d'Einstein. 

 

Qu'est-ce qu'une onde gravitationnelle ?

 

Je vais essayer avec des mots simples de vous expliquer ce phénomène...

Albert Einstein a décrit la gravitation comme une déformation de l'espace. Les masses importantes, comme le Soleil par exemple, courbent l'espace, à la manière de quelqu'un qui se trouverait sur un trampoline. La déformation est d'autant plus importante que la masse est grande. 

Si les masses bougent, les déformations se déplacent et se propagent à travers l'espace, formant des ondes gravitationnelles.

 

A quoi ressemble une onde gravitationnelle ?

 

Celles-ci sont semblables aux ronds qui se forment dans l'eau et se propagent à la surface d'un étang lorsqu'on y jette une pierre ou lorsqu'on fait des ricochets.

Plus on est loin du jet de pierre, plus la vague est faible. Donc, les ondes se déplacent en s'éloignant du point d'impact et en s'atténuant à mesure qu'elles s'éloignent du point initial.

 

Dans l'espace, le phénomène est invisible pour un être humain mais il existe. Tout du moins Einstein en avait démontré l'existence...

Lorsque les ondulations se propagent très vite à la vitesse de la lumière, elles provoquent un rapprochement ou au contraire un éloignement des objets (étoiles, ...) se trouvant dans l'espace puis les objets reprennent ensuite leur place initiale. 

Ces ondes peuvent être mesurées avec des instruments précis ou lors d'une phénomène particulièrement violent. 

Les ondes gravitationnelles sont d’infimes déformations de l’espace-temps causées par des événements titanesques dans l’espace : explosion d’étoile en supernova, pulsars, fusion de trous noirs, ou encore, le Big Bang, à l’origine de l’Univers.

Le monde Astronomie

Un peu d'histoire ...

 

Lors de sa découverte, Einstein était conscient de la difficulté d'observer le phénomène.

 

Dans les années 50, un physicien américain, Joseph Weber a construit les premiers détecteurs. 

 

En 1974,  Russel Hulse et Joseph Taylor observent un pulsar (une étoile à neutrons qui émet un rayonnement) qui tourne en orbite autour d'un autre astre. Ils observent le mouvement autour de ces deux étoiles et détectent une variation d'énergie correspondant exactement à celle prévue par la théorie d'Einstein : ils ont alors la confirmation indirecte de l'existence des ondes gravitationnelles et cette découverte leur vaut le Prix nobel de physique en 1993. 

 

Puis une fausse alerte en 2014, a rappelé aux scientifiques les difficultés d'observations et de mesures dans l'espace, même pour des spécialistes.

 

Depuis les années 90, les États-Unis ont construit LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave Observatory), un observatoire composé de deux instruments géants installés, un en Louisiane, l'autre dans l'État de Washington. 

Cet appareil puissant et complexe permet de mesurer des écarts de distance infinitésimal lorsque deux masses distinctes se déplacent dans l'espace. 

 

La France et l'Italie ont fait de même en construisant VIRGO près de Pise qui est actuellement en arrêt suite à d'importantes modifications.

 

Depuis 2007, les chercheurs travaillent ensemble et analysent les résultats. 

 

 

Comment les chercheurs ont-il fait pour découvrir ce phénomène le 14 septembre 2015 ? 

 

Pour mesurer des ondes gravitationnelles, il faut des instruments capables de mesurer des mouvements très petits, avec des détecteurs situés à des distances très grandes. C'est le cas de LIGO et de VIRGO.

 

Quelques milliardièmes de mètres ! 

C'est le déplacement que les chercheurs ont pu observer le 14 septembre dernier ce qui correspond à une déformation infime de l'espace...

 

Ils ont découvert que deux masses en se percutant avaient créé cette déformation : il s'agit de la fusion de deux trous noirs. En se fusionnant, ces deux énormes masses (qui attirent et absorbent tout sur leur passage) ont provoqué des ondes gravitationnelles. Il faut dire que chaque trou noir représentait une masse respectivement de 29 et 36 fois celle de notre soleil !

 

Cette rencontre entre deux trous noirs aurait eu lieu dans un espace-temps très lointain qui me donne le vertige rien que de l'écrire : entre 800 millions et 1.3 milliard d'années (lumières bien sûr!), ce qui veut dire que cela s'est passé très très loin de nous.

Mais les  chercheurs  ne savent toujours pas dans quelle zone précise de l'univers a eu lieu la rencontre de ces deux trous noirs. 

 

Les scientifiques ont attendu d'avoir vérifié leurs découvertes pour en parler dans les médias.

Une conférence spéciale du CNRS du 11 février dernier a fait état de cette formidable découverte qui met en émoi tous les scientifiques du monde entier. 

 

 

En quoi cette "découverte" est-elle si importante pour la science ?

 

Cette observation est très importante pour le milieu scientifique...

 

- C'est la première fois qu'un tel phénomène, pourtant prédit par Einstein en 1915, a pu être observé, mesuré et entendu (et oui il y le son !). On parle évidemment d'un prix Nobel pour ses principaux découvreurs. Les ondes gravitationnelles sont des phénomènes encore msytérieux qui deviennent plus concrets puisqu'on a pu les observer. Cette découverte est attendue depuis des décennies par les astrophysiciens.

- Cette découverte prouve l'existence des trous noirs auxquels, ironie de l'histoire, Einstein lui-même ne croyait pas. 

 

- Maintenant qu'on a vérifié leur existence, un appareil encore plus puissant et précis pourra être conçu pour mieux observer les ondes gravitationnelles. 

Tous les ingénieurs sont déjà au travail !

 

- Une nouvelle fenêtre s'ouvre sur l'univers.

Jusqu'à présent tout ce que les scientifiques connaissaient de l'univers c'était une vision des objets par les particules de lumière appelés les photons. 

Une nouvelle branche de l'astrophysique, celle de l'astrophysique gravitationnelle voit le jour.  Elle permet d'accéder à une nouvelle vision du cosmos : "c'est comme si en plus de l'image que l'on avait jusqu'à présent, on avait maintenant le son"...

La compréhension de l'univers en est profondément modifiée. Certains phénomènes mystérieux trouveront ainsi peut-être une explication, comme par exemple la formation des galaxies.

Les chercheurs pensent même qu'un jour, ils pourront remonter jusqu'à la première milliseconde avant la naissance de l'univers, le  fameux Big Bang...

 

- Un véritable réseau mondial est en train de se créer puisque d'autres interféromètres vont être installés sur notre planète afin de mesurer les mouvements de l'univers selon plusieurs points de la Terre et de l'espace.   

 

 

Ce qui va changer dans notre vie ?

 

Rien pour l'instant...à part que l'événement est comparable au niveau scientifique au moment où Galilée a annoncé que la terre tournait autour du soleil.

Il avait créé une vrai révolution !

Pour chacun de nous, la mise en évidence des ondes gravitationnelles "ne va changer pas notre vie demain matin".

Mais les avancées technologiques réalisées pour mettre au point les détecteurs d'ondes pourraient avoir des retombées sur notre vie quotidienne. L'avenir nous dira lesquelles. 

 

D’ailleurs, pour la petite histoire, si on n’avait pas introduit dans la conception des GPS, le facteur ondes gravitationnelles, on devrait recalibrer nos appareils tous les jours. Ne me demandez pas pourquoi...

 

La découverte...en bref !

Mes sources 

 

Pour les très forts en science vous pouvez lire dans son intégralité :

- l'article de la Revue en ligne "La Recherche"  du 12/02/2016. 

- l'article du Monde du 11 février 2016. Vous y trouverez le schémas précis d'un interféromètre et du réseau mondial d'observation. 

ainsi que la plupart des articles de presse. En effet tous les médias ont relaté l'événement cette semaine.

 

Pour les blogueurs et blogueuses vous pouvez lire l'article super intéressant sur le blog de PLK

 

Enfin,pour les fans d'Einstein, un numéro special de la Recherche (parue en décembre 2015) est encore en kiosque.  

Partager cet article

Repost0
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 18:56

Les Marseillais ont eu de la chance ! [source : http://www.dailymotion.com/france3provencealpes]

Rien n'est plus poétique que les phénomènes célestes...

 

D'ailleurs le thème des éclipses apparaît largement dans la littérature et a depuis toujours exacerbé l'imaginaire des hommes.

 

Une éclipse se produit tout simplement lorsque la Lune s'intercale entre la Terre et le Soleil, les trois astres s'alignant parfaitement.

 

L'éclipse qui a eu lieu hier, 20 mars, était visible de la France pour ceux qui avaient des lunettes de protection et la chance d'avoir un ciel dégagé, ce qui n'était pas le cas dans certains coins de Provence.

 

Certains ont tout de même pu apercevoir sous les nuages le croissant de soleil lumineux et la lune noire.

 

D'autres ont eu plus de chance, le soleil s'est montré pile au bon moment.

 

C'est en Bretagne que le soleil a été le plus masqué par la lune et que l'obscurité a été maximum.

En PACA, seulement 64 % de la lumière solaire a été occulté comme vous pouvez le voir sur la carte ci-dessous.

 

Le phénomène a commencé autour de 9 h 30, atteint son maximum vers 10 h 30 et s'est terminé vers 11 h 40.

 

Carte montrant la portion de soleil éclipsé selon la région (source "Ciel et espace")

Carte montrant la portion de soleil éclipsé selon la région (source "Ciel et espace")

De toute façon, à partir de la France, l'éclipse était partielle.

 

Il fallait avoir la chance de se rendre aux îles Feroe ou au Spitzberg, pour voir l'éclipse totale et donc qu'il fasse nuit en plein jour !

 

Vous pouvez imaginer le phénomène en regardant la vidéo ci-dessous.

L'éclipse du 20 mars a plongé dans le noir quelques instants la ville de Torshaven, aux îles Féroé. Voici l'évènement résumé en une courte vidéo accélérée. [source: http://www.lemonde.fr/]

Les prochaines éclipses

 

Si vous avez la chance de pouvoir voyager, vous pourrez observer une éclipse totale en même temps :

– le 9 mars 2016 en Indonésie et dans le Pacifique Nord ;

– le 21 août 2017 aux États-Unis ;

– le 2 juillet 2019 en Amérique latine ;

– le 14 décembre 2020 en Amérique latine également;

– le 4 décembre 2021 en Antarctique.

 

Les éclipses totales de soleil sont un phénomène rare. La prochaine éclipse totale visible de la France (en métropole uniquement ) et aussi belle qu'en 1999 aura lieu le 3 septembre 2081 et sera visible en totalité uniquement dans le Nord de la France. Et la suivante aura lieu en 2090 !

N'oubliez pas de prévenir vos descendants :)

 

Heureusement, nous aurons la consolation de pouvoir profiter de quelques éclipses partielles visibles de la métropole.

 

Notez bien les dates et équipez-vous de lunettes de protection avant l'heure dite :

- le 10 juin 2021 (partielle 20%) ;

- le 25 octobre 2022 ;

- le 29 mars 2025 ; 

- le 12 août 2026 (elle sera totale vue d'Espagne et partielle en France) ;

- le 2 août 2027 ;

- le 26 janvier 2028 ;

- le 1er juin 2030.

 

Vous voyez, vous avez encore le temps de vous organiser si vous avez raté celle d'hier !

 

Nous pourrons aussi observer des éclipses annulaires le 5 novembre 2059 (visible du sud- ouest de la France) et le 27 février 2082...

Les trois sortes d'éclipse de soleil.

Les trois sortes d'éclipse de soleil.

Un peu de science : Qu'est-ce qu'une éclipse de soleil ?

 

Le soleil a un diamètre de 1 392 000 km et une forme ronde : il est donc immense mais il est loin de la terre...donc on le voit plus petit (et du coup on a moins chaud !).

 

La lune est également ronde et son diamètre est 400 fois plus petit (3 475 km) que celui du soleil mais elle est proche de la terre.

 

 

Alors comment se fait-il que la lune puisse masquer le soleil ?

 

C'est tout simple en fait : le soleil est plus loin de la terre (environ 400 fois plus loin) que la lune, c'est-à-dire à 150 millions de kilomètres et la lune à 380 000 km en moyenne.

 

La lune tourne autour de la terre et ne décrit pas un cercle mais une éllipse donc la distance entre la lune et la terre varie.

La terre tourne sur elle-même et tourne en même temps autour du soleil en décrivant elle aussi une éllipse.

 

Je ne rentrerai pas dans des détails astronomiques car je ne suis pas douée en sciences astronomiques (consulter la sitographie en bas de page pour en savoir plus !). Il faut juste comprendre que lorsqu'il y a une éclipse, c'est qu'il y a alignement entre les trois et que la Lune s'intercale exactement entre le Soleil et la Terre, cachant ainsi la lumière du soleil.

 

la Lune occulte donc totalement ou partiellement le disque solaire donc sa lumière.

- Lors d'une éclipse totale, la lune ne peut pas occulter la lumière du soleil en totalité plus de 4 à 7 minutes. On voit à cet instant, la couronne solaire ou le croissant de soleil, rayonner autour de la lune.

- Tout autour de la zone d'ombre, les observateurs voit l'éclipse, mais elle est partielle.

- Entre éclipse totale et éclipse partielle, il y a ce que les spécialistes appellent l'éclipse annulaire (ou centrale). Les trois astres sont alignés mais la taille de la lune est plus petite que celle du soleil ce qui ne suffit pas à le masquer totalement. On observe alors un anneau solaire.

 

 

Une éclipse totale de soleil

Une éclipse totale de soleil

Enfin, il ne faut pas confondre une éclipse solaire avec une éclipse de lune.

Une éclipse de Soleil se produit lorsque la Lune se trouve entre le Soleil et la Terre, ce qui ne peut se passer que lors d'une nouvelle lune.

Une éclipse de Lune se produit lorsque la Terre se trouve entre le Soleil et la Lune, ce qui ne peut se passer que lors d'une pleine Lune.

 

Une éclipse de lune totale aura lieu en France le 28 septembre 2015 et partielle le 4 avril prochain !

Depuis toujours les éclipses sont des phénomènes qui ont attisé la curiosité et la peur des hommes en fonction de leurs croyances...

Mais inutile de se gausser : essayons de nous rappeler les rumeurs suscitées par la dernière éclipse totale en 1999 (où celles suscitées par un tout autre phénomène : l'an 2000 !).

 

De tous temps, les hommes ont voué au soleil un culte permanent : ils avaient donc très peur des éclipses de soleil car pour eux, le fait que le soleil se cache en plein jour, signifiait que les Dieux étaient particulièrement en colère contre eux et de plus, ils avaient peur que le soleil ne revienne jamais. Comment auraient-ils fait pour vivre ?

 

Depuis l'Antiquité, les scientifiques se sont opposés pour  donner une interprétation plausible des phénomènes célestes. C'est à l'occasion d'une éclipse que les savants ont compris que la terre était ronde.

De fins observateurs du ciel comme Aristote ou Hipparque, puis de grands savants comme Albert Einstein ont su donner au monde une explication rationnelle et scientifique des éclipses.

 

La dernière éclipse totale de Soleil du 11 août 1999 a soulevé les foules. C'est celle qui a été le plus regardée étant donné que c'était les vacances d'une part et qu'elle était visible dans des zones très habitées.

 

Moi-même, j'ai eu la chance de me rendre en famille dans les Ardennes pour l'observer et cela a été une expérience fabuleuse. Il a plu les jours précédents, une petite bruine du nord, mais nous avons eu de la chance car le soleil était au rendez-vous malgré quelques nuages et nous avons pu profiter du spectacle et voir progresser la lune noire sur le disque solaire jusqu'à ce que les deux disques se superposent...

Dans la campagne où toute la famille s'était installée, tout s'est arrêté juste avant que le faisceau d'ombre n'arrive et se répande sur terre. Les animaux n'ont plus fait de bruit : aucun pépiement d'oiseaux, pas de bruit venant de la ferme... C'était une sensation étrange de silence en plein jour.

Le froid nous a saisi subitement (en fait la température n'aurait chuté que de 1 à 3 degrés...) puis le soleil est réapparu, créant  un faisceau de lumière sur la terre, quelques secondes plus tard et tout est redevenu comme avant.

Je me souviens que nous sommes restés "un peu sonnés" assis au bord du champ où nous nous étions assis avec nos lunettes sur le nez. Ce champ était situé en hauteur par rapport à une très jolie ferme.

Nous avons eu à la fois l'impression que cela durait très longtemps et que cela était très rapide...

En réalité l'obscurité totale a duré exactement 2 min 23 s.

J'ai eu une pensée pour les traqueurs d'éclipse, ces gens tellement passionnés qu'ils n'hésitent pas à voyager très loin pour en voir encore une de plus.

 

 

 

L'Eclipse totale de soleil du 11 août 1999 [Source CERIMES]

La précédente éclipse totale de soleil visible de la France (totale uniquement dans le sud ) avait eu lieu le 15 février 1961.

J'étais alors à l'école primaire (hé oui !) et je me souviens que toutes les écoles de la ville s'étaient regroupées sur le stade municipal. Cela faisait beaucoup d'élèves...

 

Mon père nous avait fabriqué des protections avec des négatifs photos scotchés ensembles et un élastique qui permettait de fixer ces "lunettes" sur notre tête comme l'institutrice nous l'avait recommandé et peut-être aussi les médias de l'époque (aujourd'hui, tout le monde crierait au scandale).

Je me souviens d'avoir eu peur quand l'obscurité est arrivée et d'avoir eu froid malgré notre grosse veste d'hiver. Il faut dire que je n'étais pas très grande et que tout cela était très impressionnant.

Traverser la ville, j'en avais l'habitude puisque je le faisais tous les jours à pied mais me retrouver au milieu de tout ce monde, c'était une autre histoire.

Malgré le nombre d'enfants, nous étions tous silencieux. Je ne me souviens plus si la maîtresse nous avait expliqué ou pas le phénomène en détail, mais je pense aujourd'hui que oui.

 

Ce qui me choque aujourd'hui, c'est de voir que dans beaucoup d'école les enfants n'ont pas pu voir l'éclipse partielle du 20 mars à cause du manque de lunettes adaptées.

Ce n'est pas la faute des enseignants !

Je trouve que c'est au Ministère de l'Éducation nationale d'anticiper...

Nous, il y a plus de 50 ans, nous l'avions tous vu, encadrés par nos enseignants.

A quoi ça sert de tout montrer aux enfants par écran interposé...

Voir en vrai, c'est quand même beaucoup mieux et plus marquant.

Un journal datant de 1961 [source : http://xjubier.free.fr]

Un journal datant de 1961 [source : http://xjubier.free.fr]

J'ai vu aussi des éclipses partielles mais je ne me souviens pas précisément lesquelles.

Était-ce celle du 20 mai 1966 ou celle du 22 septembre 1968, lorsque j'étais adolescente ? Était-ce celle du 30 juin 1973 (totale en Afrique du nord) et sans doute partielle dans le sud de la France ou celle du 29 avril 1976 lorsque j'étais étudiante ?

Je n'ai pas de repères précis pour savoir lesquelles avec exactitude... et je n'ai rien trouvé de précis sur le net me permettant de trancher.

Les phénomènes célestes ont une influence sur les animaux. Il est donc normal que les hommes aient pu en être effrayés ou fascinés car le soleil est tout simplement indispensable à la vie.

 

Les légendes autour des éclipses sont présentes dans les mythes de tous les pays du monde.

Les éclipses étaient considérées comme un phénomène surnaturel lié à l'intervention d'un dieu, d'un démon ou d'un génie malin menaçant d'éteindre le soleil (ou la lune).

 

Les grecs anciens pensaient que les éclipses présageaient des plus grands malheurs à venir comme par exemple des guerres. L'histoire raconte que Périclès fut obligé de calmer ses marins lors d'une éclipse de soleil.

Dans certaines régions du globe c'est un animal (jaguar, chien, loup, requin ou serpent...) transformé ou non en démon qui dévore l'astre.

Les premiers chrétiens sonnaient les cloches lors des éclipses pour combattre l'action des esprits malfaisants et éloigner le mal. En 1654, pendant l'éclipse de soleil, les hommes se sont réfugiés dans les églises, dans les caves ou ont pris des drogues sensées les protéger des esprits.

En Chine il fallait faire le plus de bruit possible pour éloigner le dragon et chez les Inuits, les chiens devaient aboyer pour que le soleil n'ait surtout pas l'idée de rentrer chez eux...

Quant aux Égyptiens, ils pensaient qu'il y aurait des inondations, des tremblements de terre et autres catastrophes naturelles qui allaient anéantir l'humanité entière.

 

Toutes ces peurs découlaient d'une certaine logique : le soleil était le symbole de l'argent, de la réussite et de la vie sur terre. Sa disparition ne pouvait rien laisser présager de bon !

Quelques personnages ont même assis leur pouvoir grâce à cette peur autour des phénomènes astronomiques.

 

 

Sitographie (non exhaustive).

Pour découvrir l'astronomie si vous n'y connaissez rien comme moi !

 

-  Le site Planète astronomie.

- Le site de la Revue "Ciel et espace".

- Le site de l'Association Française d'astronomie.

- Pour tout savoir sur l'astronomie, les astronomes et l'astrophysique.

- Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les éclipses (site de Science et vie).

- Le site d'Astrosurf. Le portail d'astronomie des astronomes amateurs francophones.

- le site d'Astropolis.

- L'éclipse expliquée aux enfants.

- le site de Sylvain Rivaud, dessinateur de BD, surnommé Lepitech.

- L'histoire des éclipses.

- Les éclipses dans la Littérature(1) et (2). Sur le blog "Luminescence" que je vous invite à découvrir = Le blog de Jean-Pierre Luminet (astrophysicien) et dont je vous recommande le livre "Les Poètes et l'Univers".

et bien sûr les articles de wikipedia 1 ; wikipedia 2

 

Si vous désirez visiter un observatoire et/ou participer à une animation en PACA :

 

- Le Site de Saint-Michel L'observatoire. (en Haute Provence) dépendant du CNRS.

- L'observatoire astronomique SIRENE (dans le Vaucluse).

- L'Observatoire de Vauvenargues. (Astronomes Amateurs Aixois)

- Le planétarium Peiresc (à Aix-en-Provence)

 

Il y a aussi des animations dans les Observatoires des Alpes maritimes, les Hautes Alpes et le Var et certainement dans votre région...

 

Auteur de bande dessinée, mais aussi passionné d’astronomie et chasseur d’éclipse, Sylvain Rivaud, plus connu sous le nom de Lepithec, a réalisé une BD dans laquelle il montre aux parents et aux enseignants comment observer l’éclipse du vendredi 20 mars avec des enfants, en toute sécurité...Bon d'accord, je l'admets c'est un peu tard !

Partager cet article

Repost0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -