Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 novembre 2019 1 04 /11 /novembre /2019 06:18
Des pignons de pin dans leur coque

Des pignons de pin dans leur coque

Le pignon de pin est le "fruit" du pin pignon, appelé ainsi en Provence mais dont le véritable nom est le pin parasol (Pinus pinea). Ce n'est pas un fruit au point de vue botanique du terme. 

 

Le pin pignon est un conifère superbe et même majestueux, qui se reconnaît parfaitement dans les collines à sa forme de parasol ouvert quand il atteint un certain âge. 

Ceci permet de le distinguer aisément du pin d'Alep à côté duquel il aime pousser, recherchant comme lui les sols secs, surtout sur le pourtour méditerranéen. On peut le trouver sur terrain calcaire alors qu'il n'aime pas vraiment ça. C'est un arbre qui grandit vite et qui, adulte, peut atteindre 10 mètres de circonférence. 

Le pin parasol marquait à l'origine les tombes protestantes et c'est sous un de ces pins, qu'à Sète, Brassens a voulu être inhumé. 

Pins pignons dans leur environnement
Pins pignons dans leur environnement
Pins pignons dans leur environnement
Pins pignons dans leur environnement

Pins pignons dans leur environnement

L'écorce est caractéristique, car très craquelée et de couleur rougeâtre.

L'écorce du pin parasol
L'écorce du pin parasol

L'écorce du pin parasol

Comme pour tous les pins, il y a des cônes mâles et des cônes femelles sur le même arbre. Les cônes n'atteignent leur pleine maturité que tous les trois ans. 

Ces cônes que l'on appelle en Provence des pignes (mot dérivé de pinha en occitan) ont une forme globuleuse et peuvent être assez gros jusqu'à 8 à 10 cm parfois.

Une fois sèches, les écailles des cônes s'écartent et laissent apparaître les pignons, donc les graines, qui laissent leur empreinte noirâtre sur les écailles. 

Entre les écailles de la pigne apparaissent les pignons
Entre les écailles de la pigne apparaissent les pignons

Entre les écailles de la pigne apparaissent les pignons

Il faudra encore ôter la coque dure avant de pouvoir déguster "l'amande" qui se trouve à l'intérieur. Un vrai travail artisanal car, même si une fois sèche elle se divise en deux plus facilement, elle reste dure. 

Il faut ôter la coque dure pour découvrir l'amandeIl faut ôter la coque dure pour découvrir l'amande
Il faut ôter la coque dure pour découvrir l'amande

Il faut ôter la coque dure pour découvrir l'amande

Les pignons entrent dans de nombreuses recettes méditerranéennes, confitures (confiture de figues aux pignons de pin et au citron), desserts, biscuits, tajines...et dans la composition du célèbre pesto. Je mettrai un jour d'autres recettes sur ce blog, si je pense à faire des photos avant que tout soit mangé !  

 

Les "amandes" de pins pignons sont consommées par les hommes depuis la nuit des temps. Elles sont considérées par les chinois comme un aliment de longue vie. Les Romains et les Grecs les consommaient le soir avec du miel et des amandes, leur prêtant des vertus aphrodisiaques.

Riche en vitamines B, et en phosphore, fer, magnésium, zinc et potassium, le pignon est un aliment santé par excellent. Il contient des acides gras essentiels indispensables pour maintenir la bonne santé de notre cerveau et pour prévenir les maladies cardio-vasculaires. Il est riche en vitamine E et donc protecteur de nos parois cellulaires, et apporte des protéines végétales indispensables, comme tous les fruits à coques. De plus sa richesse en lutéine, lui donne des vertus protectrices pour les yeux. 

 

A l'inverse des amandes, il ne faut jamais consommer des pignons tous les jours, ça tombe bien car, quand on les achète, ils sont hors de prix. Mais je n'ai pas compris pourquoi, sans doute à cause de leur pouvoir calorique ! 

Encore faut-il vérifier qu'ils ne viennent pas de Chine car d'abord ils ont alors une empreinte écologique forte, alors que l'Espagne, beaucoup plus proche de nous, est le plus grand pays producteur d'Europe, ensuite, ils sont cueillis sur une autre variété de pins qui n'a pas les même vertus. De plus de nombreux consommateurs se sont plaints, il y a une dizaine d'année, d'une amertume inhabituelle dans la bouche, lors de leur repas, après consommation de pignons chinois, sans pour autant parler d'intoxication... Voir article ICI. 

Attention bien entendu si vous êtes allergiques aux fruits à coques, vous pouvez l'être avec le pignon de pin.

 

Bonne dégustation ! 

Partager cet article

Repost0
14 avril 2018 6 14 /04 /avril /2018 05:30
Quelques plantes comestibles ou médicinales de Provence

 

Lors de la sortie botanique dont je vous ai parlé précédemment, nous avons aussi découvert plusieurs plantes comestibles...

Ne cueillir ces plantes qu'en bordure des cultures et vignobles NON TRAITÉS, surtout pas en bord de route, ni près d'une usine !

Ne vous trompez pas en les identifiant, je vous donne leur nom de gauche à droite sur mes photos et de haut en bas. En cas de doute, il y a certainement des spécialistes dans votre région et des sorties botaniques organisées. 

N'oubliez-pas aussi d'agrandir les photos en cliquant dessus pour voir le plus de détails possibles...

 

Je vous mets aussi quelques liens vers des articles que j'ai découvert mais aussi vers des articles de mon blog, si vous voulez en savoir plus... 

 

- La fausse-roquette ou roquette blanche (Diplotaxis erucoides).

Elle envahit les champs de vigne et fleurit comme son nom l'indique, en blanc. Vous la voyez au milieu des vignes sur la photo de début d'article. Elle aime les bords de champs et les vignobles qu'elle tapisse de ses fleurs durant presque tout l'hiver et le début du printemps...

Elle se mange jeune en salade mais elle a un goût assez fort et il faut la mélanger avec d'autres feuilles. Son goût avant la floraison est cependant plus doux que la roquette cultivée ou sauvage. On peut faire du pesto avec les jeunes feuilles, consommer les boutons de fleurs en salade, et les feuilles plus âgées, cuites comme des épinards. 

Elle peut servir de fourrage aux animaux.

Elle peut aussi être utilisée comme engrais vert au jardin. 

 

- Le brocoli sauvage (noms latins synonymes : Lépidium draba ou Cardaria draba)  est appelé aussi passerage.

On peut manger l'extrémité, donc le panicule, qui est formé de fleurs encore fermées. On peut le faire blanchir et le manger en vinaigrette ou bien l'incorporer  dans les potages, ou encore le faire sauter à la poêle.

C'est d'autant plus intéressant que cette plante pousse souvent en colonies dans les lieux incultes.

 

 

- Le pissenlit...  tout le monde le connaît et le consomme, je pense !

 

- Le fenouil est un condiment incontournable dans le sud pour agrémenter les plats de poisson. Les feuilles fraîches se hachent aussi sur les salades si vous aimez le goût de l'anis. Les tiges se font sécher à la fin de l'été et se gardent tout l'hiver pour agrémenter vos plats. Les graines enfin, peuvent être incorporer dans la cuisine ou dans les tisanes. 

 

- La mauve sauvage. Je réalise que je n'en ai jamais parlé sur ce blog...pourtant les fleurs et les feuilles se consomment comme n'importe quel légume ! Les fleurs décorent les salades (et se mangent) et les extrémités fleuries sèchent très bien et font de délicieuses tisanes, parfaites en hiver pour venir à bout des maux de gorges et des toux tenaces. 

 

- L'asperge sauvage. Je vous montre à nouveau, la plante adulte épineuse et les pousses que l'on ramasse pour en faire des potages, des tartes, des omelettes et des brouillades. Mais je vous en ai déjà parlé longuement sur ce blog. 

 

- La vraie roquette ou roquette sauvage (Diplotaxis tenuifolia) se mange en salade, mélangée ou pas à d'autres pousses de printemps.

 

- enfin,  le rumex  se fait cuire également comme les épinards.  Il en existe de nombreuses variétés selon les régions, toutes comestibles. 

A consommer avec modération cependant car comme sa cousine,  l'oseille du jardin, le rumex contient beaucoup d'acide oxalique pouvant provoquer des problèmes de santé, types calculs rénaux...

 

Quelques plantes comestibles...donc brocoli sauvage, pissenlit; fenouil, mauve, asperge, roquette, rumex...Quelques plantes comestibles...donc brocoli sauvage, pissenlit; fenouil, mauve, asperge, roquette, rumex...
Quelques plantes comestibles...donc brocoli sauvage, pissenlit; fenouil, mauve, asperge, roquette, rumex...Quelques plantes comestibles...donc brocoli sauvage, pissenlit; fenouil, mauve, asperge, roquette, rumex...
Quelques plantes comestibles...donc brocoli sauvage, pissenlit; fenouil, mauve, asperge, roquette, rumex...Quelques plantes comestibles...donc brocoli sauvage, pissenlit; fenouil, mauve, asperge, roquette, rumex...
Quelques plantes comestibles...donc brocoli sauvage, pissenlit; fenouil, mauve, asperge, roquette, rumex...Quelques plantes comestibles...donc brocoli sauvage, pissenlit; fenouil, mauve, asperge, roquette, rumex...

Quelques plantes comestibles...donc brocoli sauvage, pissenlit; fenouil, mauve, asperge, roquette, rumex...

 

Nous avons aussi observé de nombreuses plantes médicinales : l'armoise, le calendula (souci des champs) dont les feuilles se mangeaient aussi dans les campagnes, le fumeterre,  le chardon marie et le plantain lancéolé.

Je n'avais encore jamais vu de calendula en pleine nature. 

Quelques plantes médicinales dans l'ordre : armoise, calendula, fumeterre, chardon marie et plantain lancéoléQuelques plantes médicinales dans l'ordre : armoise, calendula, fumeterre, chardon marie et plantain lancéolé
Quelques plantes médicinales dans l'ordre : armoise, calendula, fumeterre, chardon marie et plantain lancéolé
Quelques plantes médicinales dans l'ordre : armoise, calendula, fumeterre, chardon marie et plantain lancéoléQuelques plantes médicinales dans l'ordre : armoise, calendula, fumeterre, chardon marie et plantain lancéolé

Quelques plantes médicinales dans l'ordre : armoise, calendula, fumeterre, chardon marie et plantain lancéolé

 

Et bien sûr, c'est avec du romarin en fleurs que se termine cette balade botanique, car au printemps en Provence, nous en faisons des cures lorsqu'il est en fleurs. Nous l'utilisons en cuisine ou en tisane.

Le romarin est excellent pour le moral, et c'est un dépuratif puissant pour l'organisme. Il soulage efficacement les douleurs musculaires et les névralgies...

Il est le symbole de l'amour et de la fidélité et porte chance aux jeunes mariés (et peut-être aussi aux vieux couples, qui sait ?!).

Vos enfants font des cauchemars...glisser un brin de romarin sous leur oreiller (ou quelques gouttes d'HE).

Spirituellement, il aide à s'ancrer dans le réel, à accepter la vie comme elle est et à trouver le bonheur.

Un beau programme pour ce printemps, vous ne trouvez pas ?!

 

 

Le romarin en fleurs...

Le romarin en fleurs...

Partager cet article

Repost0
11 avril 2018 3 11 /04 /avril /2018 05:25
Le groupe de botanistes en herbe buvant les paroles de l'animateur (ne me cherchez pas...je prends la photo !)

Le groupe de botanistes en herbe buvant les paroles de l'animateur (ne me cherchez pas...je prends la photo !)

 

Lors de la semaine de la randonnée en Provence, qui a eu lieu du 25 au 31 mars dernier, j'ai participé à une balade botanique organisée par l'office du tourisme de mon village...

 

Je connaissais déjà le cadre de la balade qui nous a mené vers le joli petit hameau de Douau...mais j'aime ce genre de sortie qui rassemble des passionnés de la nature.

J'ai pu identifier certaines plantes que je ne connaissais pas encore et en découvrir d'autres que je connaissais, mais n'avais jamais vu en fleurs dans ma région. 

 

Par exemple, pour voir la ficaire (Ficaria verna), appelée aussi la fausse-renoncule, qui éclaire les sous-bois de sa couleur jaune, il faut aller dans les zones humides...ce qui est plutôt rare chez nous. 

Là nous en avons vu au fond d'un ruisseau à sec. Heureusement qu'elle ne pousse pas dans les prairies car c'est une plante envahissante, toxique pour le bétail, mais une plante médicinale connue. 

 

La ficaire sur le talus et au fond d'un ruisseau à secLa ficaire sur le talus et au fond d'un ruisseau à sec
La ficaire sur le talus et au fond d'un ruisseau à secLa ficaire sur le talus et au fond d'un ruisseau à sec

La ficaire sur le talus et au fond d'un ruisseau à sec

 

L'ornithogale (ou "dame de 11 heures" car la fleur attend cette heure-là pour s'ouvrir et se referme le soir) pousse aussi plutôt au bord des chemins ou dans les vignes quand elles ne sont pas traitées. On l'appelle aussi l'ornithogale en ombelle. 

L'ornithogale en ombelle.
L'ornithogale en ombelle. L'ornithogale en ombelle.

L'ornithogale en ombelle.

 

On observe aussi au bord des champs et dans la garrigue de nombreuses orchidées. La plus fréquente dans le midi est la "Barlie de Robert".

A faire avec les enfants : enfoncer l'index délicatement dans une des fleurs ouvertes, situées en haut de la hampe florale. Le doigt ressort avec, collé sur son extrémité, deux jolies petites antennes au bout desquelles se trouvent les sacs polliniques. C'est exactement ce qui se passe quand un bourdon ou une abeille pénètre dans la fleur et c'est ainsi que le pollen passe de fleur en fleur assurant la reproduction de la plante. 

La Barlie de Robert
La Barlie de RobertLa Barlie de Robert

La Barlie de Robert

 

Au bord des chemins ou parfois jusque dans les jardins nous rencontrons aussi le muscari. On a longtemps pensé qu'il s'agissait d'une plante toxique mais les dernières recherches ont prouvé le contraire. 

Le muscari le plus fréquent en cette saison en Provence est le muscari à grappes (muscari neglectum)  avec ses feuilles toutes fines qui sont déjà sorties de terre en automne.  

Merci à Laure (voir son commentaire ci-dessous) de m'avoir signalé que le muscari était un nom masculin...En Provence on a tendance à mettre beaucoup de noms de fleurs au féminin et c'est ce que j'avais fait ce matin ! 

Les muscaris à grappes

Les muscaris à grappes

 

Nous avons observé des plantes fréquentes chez nous...comme le buplèvre qui est une plante arborescente de la famille des ombellifères (comme le fenouil) mais ne se mange pas.
 

Buplèvre (photo prise en automne)

Buplèvre (photo prise en automne)

 

L'argeiras (ou argelas), est un genêt qui est en fleurs dès la fin de l'hiver et que l'on surnomme aussi l'ajonc de Provence. 

L'argeiras en fleursL'argeiras en fleurs

L'argeiras en fleurs

 

Nous avons aussi observé beaucoup d'arbustes et d'arbres de chez nous comme les chênes verts, les chênes kermès qui ne perdent jamais leur feuille et restent verts toute l'année, et quelques chênes pubescents qui eux attendent le printemps encore habillés en partie des feuilles roussies par l'automne.

 

Nous avons aussi croisé aussi des genévriers dont le cade, dont je vous ai déjà parlé ICI et le genévrier commun dont on ramasse les baies pour les utiliser en cuisine et dont je vous ai parlé également sur le blog ICI.

 

Certains arbres sont sauvages, d'autres sont cultivés, certaines espèces sont invasives, d'autres en voie de disparition de notre région...

Un jour prochain, peut-être, nous les regarderons d'un peu plus près...

 

Parmi ces arbustes, celui que l'on voit le plus souvent en fleurs en ce moment est le prunellier (ou prunelier). On l'appelle aussi l'épine noire (prunus spinosa). il compose de nombreuses haies qui servent d'abris aux oiseaux et de nourriture à de nombreux insectes...dont beaucoup de chenilles de papillons. 

De loin, cet arbuste ressemble beaucoup aux aubépines que nous n'avons pas chez nous et ses baies, une fois blettes à cause des premières gelées, se préparent en les faisant macérer dans l'alcool ou bien encore en gelées.... On ne les consomme pas avant car elles sont trop âpres ! 

 

 

Un prunellier en fleurs

Un prunellier en fleurs

 

Le groupe était sympathique et il y avait un mélange de plusieurs groupes de rando du coin...les gens ont spontanément sympathisé. 

De plus, la lecture et la botanique, sont deux passions que je partage avec l'animateur de la sortie, mais lui a travaillé dans les plantes, tandis que moi j'étais dans les livres, donc j'ai beaucoup à apprendre en sa compagnie...

 

Nous avons eu droit à une surprise, un joli poème récité sous le séquoia géant qui se trouve dans une propriété privée proche du village, le domaine de Montplaisir...

 

 

Le Domaine de Montplaisir...le toit du pigeonnier a été rénové récemment !
Le Domaine de Montplaisir...le toit du pigeonnier a été rénové récemment !Le Domaine de Montplaisir...le toit du pigeonnier a été rénové récemment !
Le Domaine de Montplaisir...le toit du pigeonnier a été rénové récemment !

Le Domaine de Montplaisir...le toit du pigeonnier a été rénové récemment !

 

Et tout ça avec un grand soleil !

Une belle balade instructive et printanière, à suivre...car je vous présenterai bientôt quelques plantes comestibles et médicinales.

Partager cet article

Repost0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'hiver est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -