Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 09:29
Sous le toit du monde de Bernadette Pécassou

Dans ce pays pauvre et essentiellement rural, situé au pied des montagnes de l'Himalaya, enclavé entre le Tibet et l'Inde, il ne fait pas bon être une femme en ce début du XXIe siècle. La plupart des hommes travaillent grâce au tourisme et en particulier grâce aux expéditions et aux treks, ou fuient le pays. Les femmes s'occupent des bêtes, des cultures et des enfants dans des conditions difficiles, mais ne peuvent pas fuir le pays (Ce qu'elles feront plus tard dans les années 2010 et +).

 

L'histoire

 

Karan, un jeune journaliste d'origine népalaise, élevé à Londres par ses parents qui ont fui le pays, a été adopté à la mort de ceux-ci puis est venu vivre à Paris. Lorsqu'il apprend l'assassinat de la famille royale népalaise, il  décide de revenir vers son pays natal. Il n'a vécu au Népal que 5 ans, mais ses parents ont conservé à Londres des traditions et des souvenirs qui ont imprégné son enfance... Il a du coup envie de faire quelque chose pour aider le Népal à prendre un nouveau départ et à se reconstruire.

Plein d'ambition, il décide d'ouvrir un journal où il dira toute la vérité sur la corruption, les injustices, les meurtres jamais élucidés de ce pays.  Mais, à son arrivée, il s'aperçoit que la différence de culture est difficile à  gérer. Il se sent perdu entre deu mondes et deux cultures et commet sans le vouloir beaucoup d'erreurs. En ce début du XXIe siècle, le poids des traditions et en particulier des castes est toujours là !

 

Ashmi a eu la chance de quitter son village pour faire des études à la capitale, grâce à une mission humanitaire. Elle veut devenir institutrice : elle l'a promis à son frère lorsqu'elle a quitté les siens ! A Katmandou, les jeunes filles étudiantes ont délaissé le sari traditionnel pour une tenue plus moderne jean et basket, mais le poids des traditions est toujours là. La veille de ses examens, elle doit retourner au village auprès de sa mère et à son retour elle ne peut plus se présenter aux épreuves.

 

Désespérée, elle va accepter l'offre de Karan : devenir journaliste. Elle deviendra ainsi autonome et pourra choisir son destin. Grâce à ce travail pour lequel elle va se passionner de plus en plus, elle trouvera son identité, elle qui a toujours été rejetée par sa famille, surtout depuis la mort de son frère, se sentira exister...

 

Karan, en insistant pour employer des jeunes filles,  voit enfin l'occasion de changer le regard de la société qui renie et dévalorise les femmes. Les autres journalistes ne sont pas d'accord avec lui... Il résiste.

 

Tous deux ont en commun leur jeunesse, leur soif de justice et de vérité, l'espoir que le monde change et leur pugnacité...

Mais la société népalaise, malgré son air de modernité et la présence de nombreux touristes qui apportent argent et ouverture aux autres mondes, a du mal à changer en profondeur. La corruption est bien présente et il n'est pas bon de parler librement de ce qui ne va pas comme par exemple, des violences faites aux femmes, des terres volées, de l'abandon ou de la misère, de la prostitution... surtout lorsqu'on est une femme.

 

Ashmi le paiera de sa vie...

 

S'inspirant de faits réels, ce roman très réaliste nous décrit des personnages attachants dans la triste et violente réalité d'un pays magnifique où les femmes (et les hommes) acceptent l'asservissement espérant un jour devenir enfin libres !

 

L'écriture est simple, sans fioriture avec quelques répétitions... Ce n'est pas de la grande littérature (ce qui a valu quelques critiques à l'auteur) mais ce roman présente le grand avantage d'être accessible au plus grand nombre, y compris aux adolescents friands d'histoires vécues et d'ouverture sur le monde. La couverture est superbe, la description des paysages, époustouflante !

 

De plus il donne vraiment envie d'en savoir plus sur ce pays, sur les gens qui y vivent, sur les coutumes, loin des clichés touristiques et des paysages himalayens de carte postale...

 

Ce roman dénonce les problèmes réels du pays et il ne faut pas se voiler la face, peu de personnes parmi les nombreux touristes qui s'y rendent chaque année ont envie de voir tout ça en face.

 

Ce n'est un secret pour personne que la corruption est un problème majeur au Népal et que les conditions de vie des femmes continuent de se détériorer en 2014. [Il n'y a pas qu'au Népal malheureusement].

 

Vous ne me croyez pas ? Visionnez le reportage photos de Marie Dorigny,  lauréate du Festival Photoreporter en baie de Saint-Brieuc, qui lui a attribué en 2013 une bourse pour se documenter sur l’exode rural et les violences contre les femmes au Népal.

Le reportage photo est  ICI. La journaliste- photographe a également remporté le prix photo du Press’tival de Château-Gontier en 2013. Voir l'article ICI et tous ces reportages photos seront bientôt visibles sur son site ICI.

Partager cet article

Repost 0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est bien l'été maintenant !

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -