Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 07:00
Inutile de venir frapper à ma porte...

Inutile de venir frapper à ma porte...

 

Cet article est programmé et je ne pourrais pas aujourd'hui venir sur vos blogs car je serais loin de chez moi et très occupée...

 

En effet, aujourd'hui est un jour exceptionnel où le virtuel rejoint pour moi la réalité puisque je vais rencontrer deux personnes qui me sont chères parmi mes amies virtuelles : il s'agit de Mimi et de Maryse que beaucoup d'entre vous connaissent déjà...

Si ce n'est pas le cas, je vous invite à aller les visiter. 

 

Que d'émotions en perspective ! 

 

Ne comptez tout de même pas sur moi pour vous mettre des photos de cette rencontre, vous savez que ce n'est pas mon style. Par contre si le temps le permet je vous montrerai où nous nous sommes retrouvées.

Ce jour, nous serons connectées toutes les trois en pensée à une merveilleuse blogueuse que beaucoup d'entre vous connaissent déjà ! Non seulement elle est douée de ses mains, nous fait visiter sa région, mais en plus elle écrit des poèmes.

 

C'est parce qu'elle va beaucoup nous manquer aujourd'hui que je tiens tout particulièrement à la mettre à l'honneur, en publiant dans mes pages, un de ses poèmes qui parle de ma Provence, comme je n'aurais jamais su (ni pu) le faire moi-même. 

A-t-elle vu ma maison en rêve ? 

 

Quelle me pardonne ici de lui avoir emprunté ce poème SANS son autorisation...cela m'était impossible car on ne prévient pas quelqu'un d'une mise à l'honneur, n'est-ce pas ? 

Voilà son poème pour celles et ceux qui ne l'ont pas encore lu.

 

Un mas en Provence


L’air s’est chargé d’odeurs, de thym et de garrigue,

Quand le soleil brûlant a surgi du coteau,

Seul dans le coin du ciel un fil d’argent navigue :

On croirait voir soudain l’écume d’un bateau.

Puis c’est l’or qui ruisselle et coule à la fontaine

D’une eau qui s’éclabousse en perles sur ma chair,

L’ombre de la cité me parait bien lointaine

Quand je demeure ici, dans ce monde si clair.

Les volets bleus sont clos et la porte est ouverte

Juste ceinte d’un voile où s’amuse le vent,

Pas un son, un écho, la cour semble déserte

Elle qui s’offre aux jeux, aux rires si souvent.

Ce petit mas perdu n’a qu’une seule route

Qui serpente et s’attarde à l’horizon vermeil,

Alors sans un regret ni sans l’ombre d’un doute

Venez donc recueillir l’instant de son éveil.

http://nell-touche-a-tout.over-blog.com/2015/09/un-mas-en-provence.html

 

N'hésitez pas à aller lui rendre  visite et à lire ses autres poèmes.

Pour cela, à partir de la page d'accueil du blog, il suffit de taper sur la catégorie "Poèmes"...et vous y êtes !

Partager cet article

Repost 0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est bien l'été maintenant !

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -