Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2020 4 01 /10 /octobre /2020 05:22
Église Saint-Nicolas de Freycenet-la-Tour

Église Saint-Nicolas de Freycenet-la-Tour

Lorsque l'année dernière nous avions visité Le Monastier-sur Gazeille, nous avions choisi de faire une halte à Freycenet-la-Cuche, ICI.

Cette année en revenant d'une de nos balades dans le Mézenc, nous avons fait une halte dans un village tout proche, Freycenet-la Tour, juste le temps de visiter la superbe église, inscrite aux MH depuis 1969.

Lors d'un de nos prochains séjours dans la région, au printemps prochain peut-être, nous prendrons le temps de visiter le village, 130 habitants à peine, hameaux compris, et de nous rendre à l'étang de Barthes tout proche.

 

Le village est situé sur le Haut-plateau du Mézenc, une région aux hivers rudes et venteux. Il est devenu célèbre, grâce à un instituteur émérite, passionné de botanique qui a constitué un herbier rassemblant 293 espèces différentes toutes récoltées sur le plateau. Il s'agit de Théophile Chanal (1862-1937). Il est l'auteur d'un livre sur la région intitulé "Autrefois sur le plateau du Mézenc : Freycenet-la-Tour" dans lequel il décrit le rude climat du plateau, la faune et la flore bien entendu. Il dresse aussi un inventaire exhaustif du patrimoine et des coutumes des habitants du bourg et des alentours en matière de pêche, de chasse, d'agriculture et d'élevage. 

Un peu d'histoire...

 

L'Eglise Saint--Nicolas est un des rares édifices religieux datant du XVIe et XVIIe siècle. Elle a été bâtie sur un ancien édifice datant du IXe siècle qui dépendait déjà du Monastier-sur-Gazeille car avait été fondé par l'abbé.  Il ne reste de cet ancien édifice que quelques rares pierres volcaniques rouges qui ont été réemployées pour bâtir celui-ci. Trop exiguë la petite église est très rapidement agrandie par des chapelles latérales.

L'église actuelle est bâtie selon un plan rectangulaire avec des pierres locales provenant des carrières de Saint-Julien-Chapteuil. 

La nef daterait de 1520. Elle a été construite grâce au Baron de Freycenet, Charles de Sénecterre (ou Saint-Nectaire, ou Séneterre), lui-aussi, abbé du Monastier. 

En 1577, la façade monumentale voit le jour, ainsi que la chapelle sud grâce à son neveu, Antoine de Sénecterre, devenu évêque du Puy.

Un grand escalier permet d'accéder au portail d'entrée. 

Le porche d'entrée ne manque pas d'originalité. On retrouve au-dessus du portail, le blason de la famille Sénecterre : la crosse, la mitre et les cinq fuseaux. 

Deux colonnettes en trachyte gris, soutiennent un linteau surmonté par un tympan triangulaire. 

Le portail d'entrée

Le portail d'entrée

Les colonnettes vues de prèsLes colonnettes vues de près

Les colonnettes vues de près

Le Blason de la famille de Sénecterre

Le Blason de la famille de Sénecterre

Au XIXe siècle, c'est le clocher-tour  actuel qui remplace l'ancien clocher à arcades. Il est surmonté d'une flèche octogonale recouverte d'ardoises tout comme l'ensemble de la toiture.

Le clocher renferme deux cloches. La première pesant 250 kg et datant de 1525 porte la mention : "Sainte-Barbe de la foudre et de la tempête, protégez-nous". Sur le plateau, la peur de la foudre était immense comme je vous l'ai dit lorsque nous avons visité le village de Moudeyres proche, les toitures étaient toutes en chaume de seigle... et le feu se propageait très vite d'une chaumière à l'autre. Un incendie ravagea d'ailleurs le village en 1699. 

Autre vue extérieurs de l'église, du clocher et de ses toitures en ardoises

Autre vue extérieurs de l'église, du clocher et de ses toitures en ardoises

L'église était ouverte, alors je vous invite à y pénétrer.

L'intérieur vu d'en-bas.
L'intérieur vu d'en-bas.

L'intérieur vu d'en-bas.

L'intérieur vu de la tribune
L'intérieur vu de la tribune

L'intérieur vu de la tribune

Le choeur
Le choeur
Le choeur
Le choeur

Le choeur

Les vitraux sont nombreux. Il y a des vitraux anciens.

Les vitraux anciens
Les vitraux anciens
Les vitraux anciens
Les vitraux anciens
Les vitraux anciens
Les vitraux anciens

Les vitraux anciens

Et des plus modernes.

Les vitraux modernesLes vitraux modernes
Les vitraux modernesLes vitraux modernes

Les vitraux modernes

Au XVIIe, la famille André de l'Arc, célèbre dans l'histoire du village y fait construire sa propre chapelle et bien entendue, une d'entre elle est destinée aussi à la famille Sénecterre. Mais je n'ai pas trouvé de laquelle il s'agissait ! 
 

Les chapelles latérales.
Les chapelles latérales.
Les chapelles latérales.
Les chapelles latérales.

Les chapelles latérales.

L'intérieur est riche en statues.

Un aperçu des statues
Un aperçu des statues
Un aperçu des statues
Un aperçu des statues

Un aperçu des statues

Les informations utilisées ici, proviennent presque toutes d'un panneau explicatif situé dans l'église.

Je n'ai rien trouvé d'autres concernant l'édifice mais si j'avais eu le temps, je serais allée visiter dans le village, l'espace numérique et d'accueil, inauguré en 2017, au sein duquel des expos permanentes et des diaporamas retracent l'histoire du village et de la région. Ce sera peut-être pour une autre fois ! 

A bientôt pour de nouvelles balades en Haute-Loire !

A bientôt pour de nouvelles balades en Haute-Loire !

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2020 5 31 /07 /juillet /2020 05:15
Les deux sommets du Mézenc vu du sommet le plus haut...

Les deux sommets du Mézenc vu du sommet le plus haut...

Vous êtes partants pour continuer la balade commencée ICI ?

Allez, un petit effort, c'est facile aujourd'hui parce que c'est tout plat ou presque... Nous sommes au sommet du Mont Mézenc et nous nous dirigeons vers la première table d'orientation d'où nous allons pouvoir observer l'Ardèche et bien au-delà. 

De ce sommet, on a bien entendu une vue imprenable sur la croix... 

Les différentes vues sur la croix du Mézenc
Les différentes vues sur la croix du Mézenc
Les différentes vues sur la croix du Mézenc
Les différentes vues sur la croix du Mézenc

Les différentes vues sur la croix du Mézenc

Côté Ardèche, c'est très beau...

Les paysages côté Ardèche
Les paysages côté Ardèche

Les paysages côté Ardèche

Nous arrivons à la première table d'orientation, toujours côté Ardèche...

A noter que les deux tables d'orientation, mises en place en 1992 ont été démontées, descendues à dos d'âne, rénovées puis réinstallées en 2015, les lauzes ayant subies les méfaits du temps (voir article ICI ou bien la vidéo ICI...).

La première table d'orientation
La première table d'orientation

La première table d'orientation

Ce jour-là, 8 juillet, nous avons beaucoup de chance car nous apercevons au loin, comme flottant au-dessus des nuages, la chaîne des Alpes et le Mont Blanc. Nous aurons moins de chance le 20 juillet quand nous y retournerons avec les petits, l'horizon sera complètement bouché par des nuages ce qui est fréquent de là-haut. 

La chaîne des Alpes et le Mont Blanc au-dessus des nuages
La chaîne des Alpes et le Mont Blanc au-dessus des nuages

La chaîne des Alpes et le Mont Blanc au-dessus des nuages

Après avoir entraperçu  aussi les trois becs qui se trouvent dans la Drôme et jusqu'au Mont Ventoux (et oui !) la lumière change et il est temps de nous rendre à la deuxième table d'orientation qui nous offre aussi de belles vues cette fois sur la Haute-Loire. En chemin, nous passons en ce qui concerne la vue, d'un département à l'autre...

En route pour la table d'orientation la plus haute
En route pour la table d'orientation la plus haute
En route pour la table d'orientation la plus haute
En route pour la table d'orientation la plus haute

En route pour la table d'orientation la plus haute

Nous voilà à 1753 mètres d'altitude, en Ardèche, mais face au département de la Haute-Loire. 

La table d'orientation sur le sommet le plus haut
La table d'orientation sur le sommet le plus haut
La table d'orientation sur le sommet le plus haut
La table d'orientation sur le sommet le plus haut
La table d'orientation sur le sommet le plus haut
La table d'orientation sur le sommet le plus haut

La table d'orientation sur le sommet le plus haut

La borne IGN au sommet
La borne IGN au sommet

La borne IGN au sommet

De là-haut, la vue est fabuleuse à 360° et côté Haute-Loire, sur le village des Estables et sa maison forestière. 

Autour du village et de la maison forestière des Estables
Autour du village et de la maison forestière des Estables

Autour du village et de la maison forestière des Estables

Sur le Mont Gerbier de Jonc...côté Ardèche. 

Le Mont Gerbier (source de la Loire)

Le Mont Gerbier (source de la Loire)

Et nous voilà à présent prêts à redescendre par le Col de la Croix de Boutières, mais avant de  nous enfoncer dans la forêt, nous ferons un petit arrêt pour admirer de plus près quelques fleurs de juillet, enfin comme d'habitude... si vous le voulez bien ! 

A bientôt si vous le voulez bien !

A bientôt si vous le voulez bien !

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2020 3 29 /07 /juillet /2020 05:23
La vue du haut du Mont Mézenc

La vue du haut du Mont Mézenc

Profitant du beau soleil que nous avons eu début juillet, et du fait que nous n'avions pas les petits, nous avons décidé de monter au sommet du Mont Mézenc. Depuis nous y sommes retournés avec nos deux petits-enfants et des amis et j'ai fait bien moins de photos ce jour-là. Ce sont donc majoritairement celles effectuées le 8 juillet dernier que je partage avec vous aujourd'hui...

Je vous rappelle que le Mont Mézenc est un sommet double dont une partie se trouve en Haute-Loire, celui où a été érigé la croix (à gauche sur ma photo ci-dessous), l'autre (à droite) se trouve en Ardèche, nous en parlerons dans mon prochain article.  Entre les deux sommets passe la ligne de partage des eaux...

 

Le Mont Mézenc avec ses deux sommets (vu de la route des Estables) 

 

 

Le Massif du Mont Mézenc est une réserve biologique dirigée qui fait partie des espaces naturels protégés, à cheval donc sur deux départements et six communes. 

 

Aujourd'hui nous allons tout simplement monter à la Croix du Mézenc. 

Le départ de la balade se fait de la Croix de Peccata, où se trouve un parking d'une vingtaine de places. C'est une croix qui se repère très bien au bord de la route, quand après le village des Estables, on dépasse la Maison forestière en direction de Chaudeyrolles. Quand il n'y a plus de place sur ce parking, il faut redescendre à la Maison forestière et en été, cela arrive souvent, tant ces hauteurs attirent du monde ! 

La Croix de Peccata

La Croix de Peccata

Au départ, le chemin grimpe dans la forêt par une large piste perpendiculaire à la route. 

Le chemin grimpe dans la forêt
Le chemin grimpe dans la forêt

Le chemin grimpe dans la forêt

Puis après avoir traversé une piste perpendiculaire (c'est un tracé de VTT...), le chemin devient plus étroit et grimpe un bon moment avant de sortir de la forêt.

On découvre alors les paysages dénudés et fleuris de moyenne montagne. 

Les paysages vus du chemin
Les paysages vus du chemin

Les paysages vus du chemin

Le sentier grimpe ensuite dans les rochers. Il est rejoint sur la droite par un sentier qui arrive (ou descend c'est selon) de la Croix des Boutières où  nous irons un autre jour...

Le sentier qui arrive de la Croix de Boutières

Le sentier qui arrive de la Croix de Boutières

Partout les prairies sont bien fleuries ! C'est  magnifique...

Les prairies sont fleuries !
Les prairies sont fleuries !

Les prairies sont fleuries !

Le chemin se sépare alors en deux ! Nous choisissons de monter d'abord à la croix que nous apercevons de loin. 

Nous partons à gauche pour rejoindre la croix
Nous partons à gauche pour rejoindre la croix
Nous partons à gauche pour rejoindre la croix

Nous partons à gauche pour rejoindre la croix

Le chemin devient plus escarpé, le souffle plus court, non je plaisante c'est vraiment une balade familiale et facile... Mais heureusement que nous n'avons pas le vertige car nous avons tout de même pris de la hauteur ! 

Le chemin devient plus escarpé
Le chemin devient plus escarpé

Le chemin devient plus escarpé

Nous arrivons finalement à la croix du Mézenc !

 

Cette croix n'a rien d'exceptionnel en tant que telle, mais son histoire est singulière. Elle fut érigée le 7 octobre 1945 en hommage aux rapatriés de la paroisse des Estables revenus de la guerre, sains et saufs. Le projet conçu par l'abbé Pierre Chacornac des Estables, voit le jour avec les moyens de l'époque. Vingt prisonniers de guerre la transportent en suivant l'impressionnant cortège de gens de tous âges de la région venus pour l'occasion. Ils seront 60 pour atteindre le sommet escarpé et franchir les 500 derniers mètres. Il fait froid, la burle souffle mais la cérémonie aura bien lieu...

La croix à l'origine en bois, victime de la burle pendant l'hiver 1953, sera remplacée en  juin 1954 par une croix de fer en présence de 20 000 personnes. 

 

Pour en savoir davantage et voir les photos anciennes de la cérémonie, vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous qui m'a permis de faire ce court résumé...

La croix du Mézenc
La croix du Mézenc

La croix du Mézenc

De là-haut la vue est superbe !

Tout d'abord, nous voyons le second sommet, le plus haut donc du Mézenc. 

Le plus haut sommet du Mézenc en Ardèche

Le plus haut sommet du Mézenc en Ardèche

Puis, côté Haute-Loire, nous voyons de très haut les Narces de Chaudeyrolles dont je vous parlerai un jour. Il y a une école de parapente...Regardez- bien ma photo, elle était de sortie. 

Les narces de Chaudeyrolles

Les narces de Chaudeyrolles

Et côté Ardèche, c'est pas mal non plus je trouve mais ce sera encore plus grandiose du second sommet ! 

La vue côté ardéchois

La vue côté ardéchois

Voilà, ce sera tout pour la balade de ce jour.

Il  nous faut laisser la Croix du Mézenc derrière nous et continuer notre chemin. Dans mon prochain article, nous irons donc...pas très loin mais déjà en Ardèche, enfin comme d'habitude...si vous le voulez bien !

Nous laissons la croix du Mézenc derrière nous !

Nous laissons la croix du Mézenc derrière nous !

Partager cet article

Repost0
27 juillet 2020 1 27 /07 /juillet /2020 05:12
L'église Notre-Dame de la nativité de Moudeyres (43)

L'église Notre-Dame de la nativité de Moudeyres (43)

Le village de Moudeyres attire surtout les visiteurs venus admirer les chaumières que je vous ai fait découvrir ICI. J'ai eu du plaisir à parcourir ses ruelles et à découvrir ses maisons aux toits de lauzes. Les lauzes sont des phonolites, c'est-à-dire des pierres volcaniques, fréquemment exploitées dans la région. 

Nous allons donc aujourd'hui, faire un petit tour dans le village et visiter l'église qui était ouverte. 

Des maisons aux toits de lauzes dont la mairie
Des maisons aux toits de lauzes dont la mairie
Des maisons aux toits de lauzes dont la mairie

Des maisons aux toits de lauzes dont la mairie

L'assemblée, appelée aussi maison de la Béate est particulièrement reconnaissable à sa petite cloche. Elle est joliment rénovée et bien mise en valeur. Elle était fermée mais abrite de temps en temps des expositions. 

 

Pour rappel, car j'en ai déjà parlé sur ce blog...

C'est vers 1670, que sous l'impulsion d'Anne-Marie Martel, des jeunes filles sont formées pour enseigner le catéchisme aux enfants dans les petits hameaux éloignés des villes. Ce sont les Béates. Elles n'existent qu'en Haute-Loire, une région à l'habitat dispersé. Chaque Béate était hébergée dans une maison souvent modeste, car bâtie pour l'accueillir. Elle était nourrie par les habitants qui fournissaient aussi le bois de chauffage... 

Les Béates ont été les premières à apprendre à lire et écrire aux enfants. Elles enseignaient aussi la broderie et surtout l'art de la dentelle aux filles. Les dentelles du Puy devinrent célèbres et recherchées et leur vente rapportait un peu d'argent aux habitants de cette région de France, pauvre et isolée. 

Il y avait près de 900 béates dans les hameaux en 1880. Jules Ferry en 1881 rendit l'école publique obligatoire et peu à peu les Béates disparurent. Les dernières ont exercé jusqu'en 1960. 

Leurs maisons, propriétés de la commune, sont pour la plupart aujourd'hui devenues privées, ce qui n'est pas le cas à Moudeyres. 

L'assemblée (ou maison de la Béate) L'assemblée (ou maison de la Béate)
L'assemblée (ou maison de la Béate)
L'assemblée (ou maison de la Béate) L'assemblée (ou maison de la Béate)

L'assemblée (ou maison de la Béate)

Continuons à présent la visite du village avec la petite église Notre-Dame de la Nativité...

Elle est accolée à une maison de pierres aux volets rouges, comme vous pouvez le voir sur ma photo en début d'article. Elle se voit de loin avec son petit clocher carré moderne à deux étages, et sa flèche dont la toiture est recouverte d'ardoises. La nef, par contre, est recouverte de lauzes. La façade est en pierres de Beyssac. Le portail est simple, sans tympan.

 

C'est une église récente puisque le projet de sa construction n'a démarré qu'en 1840. Ce sont des habitants du village qui décidèrent de sa construction, avec leurs propres deniers, et cela malgré l'opposition de l'abbé de Laussonne dont la commune dépendait. Après bien des déboires, en 1859, la commune et l'état accordent enfin une subvention qui servira à ériger le clocher. Il sera  inauguré dès 1860. Les vitraux ne seront acquis qu'en 1894. 

Dans les années 90, l'église sera rénovée suite à des détériorations liées à la foudre.

L'église vue de différents côtés
L'église vue de différents côtés
L'église vue de différents côtés

L'église vue de différents côtés

A l'intérieur, le plan est tout simple et l'ensemble a un petit air vieillot, mais sobre et agréable. La nef se termine par une abside hémi-circulaire. Deux chapelles latérales l'agrandissent un peu car elle est de dimension réduite : la chapelle de la Vierge au nord et celle de Saint-Joseph au sud. Trois des vitraux sont signés E. de Chausse et les deux, plus modernes, de l'Abbé Richaud. 

L'Eglise vue de l'intérieur

L'Eglise vue de l'intérieur

Les vitraux
Les vitraux
Les vitraux
Les vitraux
Les vitraux

Les vitraux

Saint Joseph et la Vierge dans leur chapelle...
Saint Joseph et la Vierge dans leur chapelle...
Saint Joseph et la Vierge dans leur chapelle...

Saint Joseph et la Vierge dans leur chapelle...

Et c'est sur ces images paisibles mais qui montrent bien l'ambiance de ce village que se termine notre découverte du jour.

Très bientôt, nous prendrons un peu de hauteur, enfin, comme d'habitude...si vous le voulez bien !

A bientôt pour d'autres balades...
A bientôt pour d'autres balades...
A bientôt pour d'autres balades...
A bientôt pour d'autres balades...

A bientôt pour d'autres balades...

Partager cet article

Repost0
24 juillet 2020 5 24 /07 /juillet /2020 05:12
Une des chaumières habitées du village de Moudeyres (43)

Une des chaumières habitées du village de Moudeyres (43)

Situé à 1175 mètres d'altitude, le petit village de Moudeyres a su conserver ses chaumières traditionnelles typiques de la région du Mézenc. Le village est très agréable à découvrir. De plus, comme il est en dehors des grands axes routiers, il y a finalement peu de touristes car ceux qui y viennent, font un détour pour le visiter.  

Quelques chaumières du village de Moudeyres
Quelques chaumières du village de Moudeyres
Quelques chaumières du village de Moudeyres
Quelques chaumières du village de Moudeyres
Quelques chaumières du village de Moudeyres

Quelques chaumières du village de Moudeyres

La chaumière la plus ancienne datant du XVIIe siècle est la ferme des frères Perrel. Elle fut habitée par dix générations de paysans entre 1640 et 1974, date à laquelle la ferme a été rachetée par la commune et transformée en écomusée, un musée attestant de la rude vie des paysans de la région. Elle se visite et je me suis promis d'y retourner un jour avec mes petits-enfants pour la découvrir de l'intérieur, mais pas cette année en tous les cas. Je ne veux en aucun cas les exposer ni faire cette visite avec un masque...

La ferme des Frères Perrel vue de l'extérieur
La ferme des Frères Perrel vue de l'extérieur
La ferme des Frères Perrel vue de l'extérieur
La ferme des Frères Perrel vue de l'extérieur
La ferme des Frères Perrel vue de l'extérieur
La ferme des Frères Perrel vue de l'extérieur
La ferme des Frères Perrel vue de l'extérieur
La ferme des Frères Perrel vue de l'extérieur
La ferme des Frères Perrel vue de l'extérieur

La ferme des Frères Perrel vue de l'extérieur

Au départ simple pièce unique surmontée d'un fenil, la ferme a subi de nombreuses transformations au cours du temps. Vous pouvez avoir un aperçu de l'intérieur et un complément sur son histoire, en cliquant sur le lien ci-dessous... 

Toutes les maisons du village sont bâties en pierre volcanique. Seulement quelques-unes ont encore des toitures en chaume. Le chaume utilisé est celui du seigle, une graminée très cultivée dans la région.

Le chaume n'est rien d'autre que de la paille séchée. C'est un excellent isolant pour la saison froide comme pour la saison chaude, dont les hommes de tous temps ont su tirer partie. Les villages, au siècle dernier, sur le plateau du Mézenc, devaient être entourés de champs de seigle...

Les épis étaient coupés à la faucille et fournissaient en abondance de la paille de seigle, mise à sécher pour recouvrir les toitures. Pour 1 m2 de toiture il fallait planter 10 m2 de seigle. La paille contenue dans chaque m2 de toiture pèse en moyenne 20 kg. Vous voyez donc que les murs devaient être solides ! 

La technique ancestrale de construction de ce type de toiture, utilise de petites bottes de paille de seigle. Elles sont reliées entre elles par des liens de paille (les "clouassoux"). Une partie de la botte est fixée à la charpente, tandis que l'autre est reliée à la botte voisine. Je vous en dirai davantage si j'y retourne lors de prochaines vacances. 

 

 

Les autres maisons que je vous montrerai dans un prochain article ont des toitures de lauzes, plus résistantes dans le temps et surtout qui évitent la propagation des incendies.

En complément, je vous propose de lire les explications données par Papou Poustache sur son blog ci-dessous...

La semaine prochaine, nous poursuivrons la visite de ce petit village ainsi que la découverte de l'église, enfin comme d'habitude...si vous le voulez bien ! 

Partager cet article

Repost0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -