Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2020 4 09 /04 /avril /2020 05:23
Publibook, 2019

Publibook, 2019

Comme il est doux de choisir l'espérance sur les chemins caillouteux...

Je connais Marie Gillet, grâce à son blog et aux jolis mots qu'elle y dépose chaque jour pour nous, et que je ne manque jamais d'aller lire même si je ne les commente pas souvent. Je sais que certains parmi vous la connaissent aussi. Elle a été enseignante pendant des années et se consacre aujourd'hui à l'écriture. Elle vient de faire paraître en février dernier son premier roman, "Avec la vieille dame" aux Éditions l'Harmattan que je lirai un jour...

 

Depuis longtemps son premier livre m'attendait et comme elle le dit elle-même la rencontre avec un livre n'est jamais un hasard, c'est souvent le livre qui nous choisit et qui arrive dans notre vie quand on en a nous-même besoin. 

Notre confinement était le bon moment pour moi d'entrer, en prenant tout mon temps, dans ce "Journal d'une seconde vie". 

Comme avant les passagers d'une montgolfière lâchaient des sacs bien lourds pour pouvoir s'élever dans le ciel et poursuivre leur navigation, ici, au fur et à mesure du temps, on s'est délesté de tout un tas de poids et de liens affectifs très contraignants.
Il y a encore des sacs ; oui, il y en a encore ; ceux sur lesquels on a pu intervenir se sont dissous mais les autres, on apprend chaque jour encore à faire avec afin qu'ils n'entament qu'un minimum la lumière du jour.

On a trop tendance à penser que tout peut se régler. Et bien non. On ne peut rien faire contre la souffrance qui nous est parfois imposée ; on ne peut pas toujours prouver sa bonne foi ou son innocence ; on ne peut pas non plus recevoir ce qui ne peut pas être donné...

Je ne sais pas à quel moment on décide d'entrer dans une autre vie, ni à quel moment on décide de laisser derrière soi ce que nous avons été avant, pour, à partir du lendemain, poser un nouveau regard sur le monde qui nous entoure. 

Je ne sais pas non plus ce que Marie Gillet a traversé de souffrance, ni ce qu'il lui a fallu de renoncement pour en arriver-là, et finalement même si je devine à travers ses mots, que les journées ou semaines "salle d'attente" comme elle les appelle avec beaucoup de pudeur, y sont pour quelque chose, ce n'est pas l'important dans ce livre, car vous n'en saurez guère plus en le lisant que ce que je vous dis ici.

 

Ce qui compte à présent pour elle est que la vie est là et qu'elle nous offre  mille petits bonheurs. Encore faut-il apprendre à les voir, les savourer, s'en imprégner et aussi les attirer à nous et pour cela nous dit-elle, pour recevoir ce cadeau de la vie, il faut accepter de ne plus rester dans le faire, mais bien d'ÊTRE  tout simplement, tel(le) que l'on est.

Il nous faut donc cesser de courir après le temps, accepter ce qui est davantage qu'une simple attitude de vie, une véritable philosophie à laquelle, pratiquant modestement le yoga depuis plusieurs années, j'adhère totalement. Mais ce n'est pas parce qu'on est d'accord avec cette manière d'aborder la vie, qu'on arrive à le réaliser au quotidien.

Cela ne peut se faire qu'en douceur et demande un effort constant, un lâcher prise : aller à l'essentiel, savoir ce qui est important pour nous, trouver une nouvelle façon de vivre le quotidien, cela s'apprend !

  

Dans ce livre tout en pudeur, Marie Gillet nous propose de marcher avec elle sur les chemins qu'elle a elle-même testés. Elle nous le dit dès le départ, le chemin sera long, il y aura des jours gris et des jours ensoleillés, mais c'est le seul moyen de ne pas penser à demain et de profiter de la vie dès à présent. 

 

Son livre est un recueil de textes écrits quotidiennement, un journal des "petits riens" qui font du bien parce qu'ils rendent heureux. Il démarre en septembre d'une année qui ne sera pas citée et dure douze mois. De jour en jour, de saison en saison, le temps passe, l'apaisement nous gagne et c'est avec confiance et légèreté qu'à ses côtés, on chemine lentement. 

Entre deux sorties au grand air, les découvertes botaniques, la préparation des repas, les rencontres avec des amis, les courses au marché, les bains de mer, l'échange de courrier dans de jolies enveloppes colorées et autres activités que vous découvrirez en lisant son livre, elle partage aussi avec nous ses lectures. Elle cite des passages de ses auteurs préférés et des extraits de poèmes, que nous avons tout de suite envie de découvrir. Elle nous fait écouter les morceaux de musique qu'elle aime et qui lui permettent de s'évader.

En lisant ce livre, nous devenons ses invités, nous acceptons ce qu'elle nous offre avec tant de simplicité et de douceur, et nous-aussi en retour, nous sommes heureux de partager avec elle ces quelques instantanés de vie dans la "maison du vent", là-bas dans la petite ville au bord de la mer méditerranée...

 

Merci Marie pour ces mots magnifiques et si paisibles qui nous invitent à nous recentrer sur l'essentiel, à nous retrouver et surtout, à laisser derrière nous tout ce qui nous empêche de vivre pleinement l'instant présent.  

Merci pour ce cadeau que tu nous fais...

Voilà la réponse. Ici, en dépit de tout, on regarde en arrière en paix...

Je vous invite à aller lire le ressenti d'Emma, en cliquant sur le lien ci-dessous...

Partager cet article

Repost0
27 juin 2019 4 27 /06 /juin /2019 05:14
Kennes Éditions, 2019

Kennes Éditions, 2019

Les émotions qui nous habitent, après les grandes catastrophes se transforment et nous transforment.

Je savais que depuis qu'il est là-bas au bout du bout du monde avec ses méduses, ses rêves, ses nouveaux amis japonais, et tout le tra-la-la, mon père est juste plus...heureux.
J'ai compris ça et ça m'a coupé l'oxygène.

Voilà un livre pour ado plaisant à lire, frais, touchant et pas si léger qu'il en a l'air aux premiers abords. 

 

Fanny l’héroïne, âgée de 14 ans raconte sa vie à son journal. C'est après avoir lu une citation de Marguerite Duras, qu'elle se décide à en faire un. Il faut dire qu'elle a une vie pas très ordinaire car son père, passionné par les méduses doit partir au Japon pour une durée indéterminée et elle va devoir aller vivre à Sainte Lorette, chez sa tante qu'elle ne connaît pas du tout. Un changement de vie total pour elle qui vivait jusqu'à présent à Montréal.  

 

En colère, déboussolée car elle doit quitter collège et amies, voilà Fanny qui cherche désespérément à survivre, mange son sandwich dans les toilettes de l'école, fait le vide autour d'elle tant elle est malheureuse. 

Pourtant ce qu'elle ignore c'est qu'elle est à deux doigts de découvrir les secrets de famille qui entourent la mort tragique de sa mère, alors qu'elle n'avait que trois ans. 

 

C'est une jeune fille entière, maladroite et pleine de contradiction, mais bien entendu, elle nous touche car elle nous parle sans fioriture (c'est à ça que ça sert un journal, non ?). Elle annote aussi son journal par de petites phrases qui souvent m'ont fait beaucoup rire et rendent le tout encore plus crédible. 

 

Voilà un livre qui plaira aux adolescentes et qui m'a agréablement surprise, sur le thème de l'amitié, de l'amour à l'adolescence, des secrets de famille et du deuil. La relation entre Fanny et son père, est pleine de tendresse. Il est si maladroit... et a voulu le meilleur pour elle, mais il va réaliser qu'elle est prête à entendre la vérité, toute dramatique qu'elle soit. 

 

La variété de la mise en page, les couleurs, les annotations, les changements d'écriture font de ce livre un journal vivant, réaliste mais pas du tout triste.

A partager en famille pendant les vacances, car il est si joliment illustré par Marianne Ferrer qu'il plaira aussi aux mamans ou aux mamies.

Quand ça ne va pas, je me réfugie dans le premier placard que je vois. C’est le moyen le plus efficace que j’ai trouvé pour disparaître, pour me fabriquer un abri nucléaire à la hauteur de mes émotions. 

Merci à Babelio et aux Éditions Kennes de m'avoir fait confiance pour donner mon avis sur cette lecture...

Partager cet article

Repost0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -