Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 octobre 2019 5 04 /10 /octobre /2019 05:25
Les Narces de la Sauvetat (2) / Balade en Haute-Loire

Nous allons aujourd'hui continuer la visite des Narces de la Sauvetat. Nous avons laissé la voiture au parking près du village et nous sommes descendus jusqu'au départ des sentiers fléchés qui pénètrent à l'intérieur des narces.

Le stationnement n'est autorisé à cet endroit, donc au départ des sentiers, qu'aux seules personnes handicapées. 

A noter : Sur le circuit 1 tous les abords des marais sont protégés par des barrières, sauf en de rares endroits où on peut quitter le sentier pour s'en approcher, si on le désire.  Dans le circuit 2, ce n'est pas possible, pour les personnes à mobilité réduite de se déplacer en fauteuil. Dans le circuit 3, il faut rester sur le sentier très étroit la plupart du temps et regarder où on met les pieds car les marais de part et d'autre, sont profonds.

 

Quelques consignes au départ des sentiersQuelques consignes au départ des sentiers
Quelques consignes au départ des sentiers

Quelques consignes au départ des sentiers

L'indispensable plan que nous allons suivre pas à pas !

L'indispensable plan que nous allons suivre pas à pas !

Le circuit 1 est facile.

Dès le départ du chemin, on aperçoit la terre noire...c'est de la tourbe. En fait on est "déjà sur l'eau" comme l'indique la pancarte, alors qu'en plein mois d'août cette zone était presque partout asséchée, comme vous pouvez le voir à l'herbe jaunie. 

La tourbe s'aperçoit en étéLa tourbe s'aperçoit en été
La tourbe s'aperçoit en été

La tourbe s'aperçoit en été

Plus loin, on découvre une mare artificielle pédagogique qui permet d'observer de plus près les plantes aquatiques et quelques habitants des lieux comme ce gerris, patineur hors pair de la mare. Tout autour nous sommes déjà dans la zone des marais...

Zone de mares et de tourbièresZone de mares et de tourbières
Zone de mares et de tourbièresZone de mares et de tourbières
Zone de mares et de tourbièresZone de mares et de tourbières

Zone de mares et de tourbières

Le sentier dépasse ensuite le tumulus artificiel, je crois bien, mais qui est colonisé par de petits animaux. 

Le tumulusLe tumulus

Le tumulus

Il suffit de marcher encore un peu pour arriver à la salle de classe, espace pédagogique où les groupes peuvent s'installer pour découvrir le marais, sa flore et sa faune...

Découverte d'un marais dans la salle de classeDécouverte d'un marais dans la salle de classe
Découverte d'un marais dans la salle de classe
Découverte d'un marais dans la salle de classeDécouverte d'un marais dans la salle de classe

Découverte d'un marais dans la salle de classe

Nous arrivons ensuite au Grand marais où vivent de nombreux animaux plus ou moins farouches, comme la loutre. 

C'est la croisée des chemins !

La boucle 1 ramène les personnes qui le désirent au point de départ en bordant le grand marais et sinon on peut continuer sur la boucle 2, ce que nous choisissons de faire.

Le grand marais, habitat de la loutre...Le grand marais, habitat de la loutre...
Le grand marais, habitat de la loutre...Le grand marais, habitat de la loutre...

Le grand marais, habitat de la loutre...

Selon les saisons, le circuit 2 au niveau du bois peut être inondé, il faudra rebrousser chemin et se rabattre sur les autres parcours... cet espace est un milieu naturel, ne l'oublions pas. 

 

 

Dans les bois
Dans les bois
Dans les bois

Dans les bois

Nous bordons à présent l'étang des limicoles dont nous allons faire tout le tour mais en passant par le marais noir...

L'Etang des limicoles
L'Etang des limicolesL'Etang des limicoles
L'Etang des limicoles

L'Etang des limicoles

Après le carrefour qui permet soit de repartir faire le tour du cratère, soit de terminer la boucle du circuit 2, nous arrivons au marais noir

Le marais noir. Le marais noir.
Le marais noir. Le marais noir.
Le marais noir. Le marais noir.

Le marais noir.

Nous terminons le tour de l'étang des limicoles, et faisons une halte (il y a des bancs en bois) pour lire les explications. Toujours aucun limicole en vue ! 

 

L'étang des limicoles et les panneaux explicatifs
L'étang des limicoles et les panneaux explicatifsL'étang des limicoles et les panneaux explicatifs
L'étang des limicoles et les panneaux explicatifsL'étang des limicoles et les panneaux explicatifs
L'étang des limicoles et les panneaux explicatifsL'étang des limicoles et les panneaux explicatifs

L'étang des limicoles et les panneaux explicatifs

Nous nous engageons ensuite sur le circuit 3..."dangereux" si on ne regarde pas où on met les pieds, et surtout après la pluie parce que le terrain est glissant. Le sentier ne permet de se déplacer qu'en file indienne...

 

 

Là, nous découvrons un petit paradis... 

Nous voyons un héron s'envoler sous nos yeux, mais nos mains sont occupées à tenir fermement les menottes de nos pitchounets, alors pas question de les lâcher pour prendre les jumelles...nous profitons du spectacle.  

Un peu plus loin, un observatoire nous révèle une surprise (à contre-jour), mais surprise tout de même surtout pour les petits. 

Nous sommes au cœur des narces, il n'y a aucun doute possible...

L'observatoire
L'observatoire L'observatoire

L'observatoire

La surprise !
La surprise !
La surprise !

La surprise !

Le retour sera tranquille dans le dédale des mares...

Le retour par le dédale des maresLe retour par le dédale des mares
Le retour par le dédale des maresLe retour par le dédale des mares

Le retour par le dédale des mares

Surtout si vous allez vous balader par là-bas, pensez à prendre des vêtements chauds ! Il y a du vent sur le plateau et il tourbillonne dans le maar. Il faisait froid ce matin-là d'août et vous avez sans doute remarqué que ma petite-fille avait endossé une veste bien trop grande, celle de son grand-père...

Et ne faites pas comme moi, n'oubliez pas votre téléphone portable juste ce jour-là, car à chaque point info, un flash-code vous permet d'en apprendre davantage sur la faune, la flore et le milieu naturel qui vous entoure ! 

 

 

J'espère que cette balade vous a plu. La semaine prochaine, en principe nous retournerons un peu en Provence pour d'autres découvertes, enfin comme d'habitude, si vous le voulez bien...

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2019 3 02 /10 /octobre /2019 05:25
Les Narces de la Sauvetat
Les Narces de la Sauvetat

Les Narces de la Sauvetat

Restons encore un peu en Haute-Loire cette semaine, pour profiter du beau temps et de belles balades dans la nature.

 

Les Narces de la Sauvetat sont situées sur la commune de Landos, sur le plateau du Devès dont nous avons déjà parlé sur ce blog et qui constitue je le rappelle ici le plus vaste plateau volcanique d'Europe, formé d'une superposition de coulées basaltiques.  

 

Une narce est un endroit boueux et marécageux. Le mot vient de l'occitan "narsa".

Le site des Narces aménagé pour le public depuis peu (5 ans je crois à présent) est une ancienne tourbière qui s'est développée dans un cratère de maar, c'est-à-dire un cratère d'explosion. Je vous avais expliqué tout ça ICI, car il y a beaucoup de maar en Haute-Loire dont le plus connu est le lac du Bouchet. 

 

Le site était encore exploité pour sa tourbe dans les années 90. 

Il abrite aujourd'hui, après une restauration écologique, une faune et une flore particulièrement riche et diversifiée et constitue une réserve en eau non négligeable pour toute la faune de la région. 

 

A noter, le site d'une superficie totale de 60 hectares, considéré comme "espace naturel sensible" a été le premier en Auvergne a être labellisé "tourisme et handicap" et donc aménagé sur un de ses circuits (le 1), pour y accueillir tous les publics. Seul le circuit 3 est déconseillé car il présente des difficultés et un chemin particulièrement étroit entre les marais. Nous l'avons emprunté avec les enfants sans aucune difficulté mais en regardant  bien où ils mettaient les pieds...

Si vous avez un handicap et que vous désirez vous balader à cet endroit, vous pouvez découvrir un témoignage intéressant sur la vidéo ci-dessous.

Aujourd'hui nous allons découvrir les abords du maar et prochainement, nous pénétrerons plus profondément dans les Narces.

 

Le parking est agréablement aménagé avec un plan d'ensemble et des explications sur les tracés de balades possibles, des toilettes sèches, et une mini-exposition montrant les différentes roches volcaniques que nous pouvons trouver sur le plateau.

Il est situé sur une sorte de belvédère qui nous permet de découvrir d'en-haut les narces alors que nous n'y sommes pas encore descendus. 

Le parking et ses aménagements
Le parking et ses aménagementsLe parking et ses aménagements
Le parking et ses aménagementsLe parking et ses aménagements

Le parking et ses aménagements

Les Narces sont alimentées par 8 sources naturelles dont la source du Terron. Celle-ci est toujours utilisée par les habitants du hameau de la Sauvetat. A côté du captage se trouve d'ailleurs de nombreuses plantes comme des épinards sauvages, ainsi qu'un lavoir et un abreuvoir, attestant de l'activité humaine. 

La source du TerronLa source du Terron
La source du TerronLa source du Terron

La source du Terron

Les épinards sauvages

Les épinards sauvages

Les narces sont entourées de prairies et de cultures. La lentille est très présente sur le plateau du Devès. Les troupeaux, chevaux et vaches laitières ou pas,  sont nombreux.

A notre arrivée de nombreux rapaces survolaient les lieux mais bien entendu nous n'avons pu les observer qu'avec les jumelles, je n'ai pas un zoom suffisant pour les photographier.

Le plus présent d'avril à août est le busard cendré qui bénéficie d'une protection totale sur tout notre territoire. C'est donc une espèce très surveillée en Auvergne par la LPO. Les agriculteurs se sont engagés à ne pas mettre de bétail dans les parcelles où les busards s'installent pour nicher (ils nichent au sol...) jusqu'à leur départ fin août (source site de la LPO).

Mais on peut aussi y croiser entre autre le milan royal et la bondrée apivore.

Les zones d'agriculture autour des narces...Les zones d'agriculture autour des narces...
Les zones d'agriculture autour des narces...Les zones d'agriculture autour des narces...

Les zones d'agriculture autour des narces...

Un sureau hièble en fleurUn sureau hièble en fleur

Un sureau hièble en fleur

Dans la zone de bocages et de pierres où comme son nom l'indique les haies sont très préservées, on entend plus qu'on ne voit les oiseaux qui sont nombreux à y nicher. Les murets de pierre sont aussi un atout très important dans cet environnement. Non seulement ils ont servi à épierrer les parcelles mais s'y abrite une faune particulièrement riche.

Les bocages sont bordés de haies, de murets et de tanaisie
Les bocages sont bordés de haies, de murets et de tanaisieLes bocages sont bordés de haies, de murets et de tanaisie
Les bocages sont bordés de haies, de murets et de tanaisie

Les bocages sont bordés de haies, de murets et de tanaisie

La flore est d'une grande richesse et certaines plantes sont pour moi de parfaites inconnues jamais croisées jusqu'alors. Je n'ai pas pris le temps de les déterminer sur place et dans ces zones sensibles, je me refuse à préserver un échantillon pour le faire de la maison...ne serait-ce que pour montrer l'exemple aux enfants. 

La Renouée bistorte (la bouine de l'Auvergne ?)
La Renouée bistorte (la bouine de l'Auvergne ?)La Renouée bistorte (la bouine de l'Auvergne ?)

La Renouée bistorte (la bouine de l'Auvergne ?)

La grande bardane (qui a donné naissance au Velcro !)
La grande bardane (qui a donné naissance au Velcro !)

La grande bardane (qui a donné naissance au Velcro !)

Une ombellifère et une molène
Une ombellifère et une molène

Une ombellifère et une molène

Maintenant que nous avons découvert les lieux, nous comptons y retourner au printemps lors de la présence des oiseaux migrateurs, parce que malheureusement en automne dans ce lieu protégé, il y a parfois la fermeture d'un secteur entier... réservé aux chasseurs ce qui nous a beaucoup choqué !

On préserve d'un côté pour tuer de l'autre ! On préserve d'un côté pour tuer de l'autre !

On préserve d'un côté pour tuer de l'autre !

Voilà notre balade est terminée pour aujourd'hui.

N'oubliez pas comme d'habitude, de cliquer sur les photos pour les voir en grand !

Très bientôt nous poursuivrons la visite en empruntant les trois sentiers balisés, enfin comme d'habitude...si vous le voulez bien ! 

Partager cet article

Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 16:17
Vivement l'avenir de Marie-Sabine Roger

 

Alex, la trentaine, s'installe le temps d'un CDD, dans une petite ville du nord de la France, où elle vient d'être embauchée dans l'usine de volaille.

Sous son aspect androgyne, aspect qu'elle cultive comme une carapace, pour ne pas se faire draguer,  elle cache une nature affectueuse.

 

Chez Marlène et Bertrand, un couple haut en couleurs, chez qui elle a trouvé une chambre à louer, elle va commencer à s'occuper du frère de Bertrand qui est handicapé, et qu’elle surnomme gentiment Roswell.

 

C'est en le promenant dans un vieux chariot qu'elle va rencontrer près du canal Cédric et Olivier, deux désespérés comme elle, qui n'attendent plus rien du lendemain et peinent à trouver une place d'adulte dans le monde.

 

En attendant de partir et de quitter enfin leurs parents (mais pour où ? avec qui ?) ils usent leur temps à refaire le monde pendant qu'Olivier jette des canettes dans l'eau pour construire un barrage...et que Cédric tente d'oublier son ex.

 

Pourtant tous les trois ensembles, ils vont découvrir qu'ils ont des rêves...en commun !

 

Il suffira de trois fois rien, d'un petit héritage, d'un concours gagné par Bertrand, du découragement de Marlène qui doit faire garder Roswell (mais par qui ? c'est plus facile de caser un chien !), pour qu'Alex ait une idée...

 

Ce roman  à deux voix (tout à tour celle d'Alex et de Cédric) est tout à fait sympa et savoureux tant les propos de nos trentenaires sonnent justes.

 

La relation qu'ils entretiennent avec Roswell est tout à fait émouvante. Elle montre bien que face à quelqu'un d' handicapé les personnes les plus démunies pour communiquer sont souvent  les moins spontanés. Ils suffit d'être naturel et d'intégrer la personne dans le groupe tout en respectant son handicap pour aboutir à une relation vivante et sincère.

 

Bref, j'ai lu ce roman avec plaisir mais je trouve toutefois que le  happy end  est un peu trop prévisible...

 

Certes, c'est ce que le lecteur souhaitait _c'est sûr_ car les personnages sont si sympas qu'on ne pouvait pas leur souhaiter du malheur mais bon... le bonheur trop parfait ça n'existe pas, c'est bien connu et quand ça existe ça ne dure pas !!

 

Ce livre a obtenu deux prix  :

2010 - Prix Marguerite Audoux
2011 - Prix Handi-Livres, catégorie roman

Partager cet article

Repost0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 16:22
Simple de Marie-Aude Murail (Ecole des Loisirs 2004)

 

Simple est déficient mental. Il a vingt-deux ans mais il se comporte comme un jeune enfant de 3 ans.  Il dit  oh, oh, vilain mot  quand Kléber, son frère, jure et peste. Il dit j’aime personne, ici  quand il n’aime personne, ici.
Son seul ami est  un lapin en peluche, appelé Monsieur Pinpin, qui prend vie dans les délires de Simple et surtout lorsqu’il fait des bêtises. 

Mais Simple est un fardeau pour le père, surtout depuis qu’il a décidé de refaire sa vie. Alors il a été placé à Malicroix, une institution spécialisée. Là il se laisse mourir de chagrin...
Kléber, âgé de 17 ans, décide de le  prendre en charge.  Mais vivre avec Simple n’est pas si simple lorsqu’on est un jeune lycéen

Kléber trouve une colocation avec quatre étudiants. Mais là encore tout se complique, car la présence de Simple bouleverse la vie tranquille des étudiants ainsi que leurs préjugés et il faudra à chacun un temps plus ou moins long  pour apprendre à connaître Simple et à l’apprécier…

 

 

Ce que j’en pense

Un sujet grave (on parle rarement des déficients mentaux dans les romans) écrit avec beaucoup de délicatesse, mais un roman tendre, drôle (c'est vrai il est drôle à chaque page!) et émouvant...En effet le lecteur ne manquera pas d'être touché par le courage (le sacrifice ?)  nécessaire à Kléber pour organiser sa vie avec son frère pendant que Simple répond par une insouciance non dénuée d'une certaine lucidité.

C'est un très beau roman sur l’amour fraternel et le don (gratuit) de soi…

A faire lire absolument aux adolescents de votre entourage pour aborder le sujet difficile du handicap, de la tolérance et de la différence mais aussi de la compassion et de l'amour tout simplement !

 

Ce roman est conseillé par le Ministère de l'Éducation Nationale dans ses "Lectures pour les Collégiens" niveau 3°.

 

Partager cet article

Repost0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'hiver est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -