Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2018 6 03 /02 /février /2018 06:21
Quelques titres de la collection...(les 4 dernières couvertures d'albums ont été prises sur internet)
Quelques titres de la collection...(les 4 dernières couvertures d'albums ont été prises sur internet)Quelques titres de la collection...(les 4 dernières couvertures d'albums ont été prises sur internet)
Quelques titres de la collection...(les 4 dernières couvertures d'albums ont été prises sur internet)Quelques titres de la collection...(les 4 dernières couvertures d'albums ont été prises sur internet)

Quelques titres de la collection...(les 4 dernières couvertures d'albums ont été prises sur internet)

 

Roule galette, Apoutsiak, le petit flocon de neige, la vache orange, le cheval bleu, Marlaguette, Boucle d'or et les trois ours, Le beau chardon d'Ali Boron, Perlette, petite goutte d'eau, Michka...ça vous dit quelques chose ?

 

Ces titres de la collection du Père Castor, éditée chez Flammarion, ont bercé notre enfance, celle de nos enfants et maintenant de nos petits-enfants...

Ces albums sont aujourd'hui devenus des classiques en littérature jeunesse et vous en connaissez tous au moins...un  ! Encore aujourd'hui,  toutes les écoles maternelles et primaires les ont dans leurs classes et les bibliothèques pour la jeunesse, dans leurs rayons.

Ils sont enfin reconnus à leur juste valeur et il aura fallu plusieurs années pour que le rêve devienne réalité...

Toutes les archives de la collection  qui contiennent des dessins, des épreuves, des photographies, des notes, des correspondances entre l'éditeur et les artistes, des courriers d'enfants, viennent d'être inscrites au Patrimoine Mondial de L'UNESCO.

 

Pour visualiser quelques titres parmi les premiers parus, activer le diaporama en cliquant sur les flèches : chaque couverture est suivie d'une (et parfois deux) image de l'intérieur...

Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...
Quelques anciennes éditions...

Quelques anciennes éditions...

 

Dans ces archives de la collection, on peut admirer plus de 1 500 illustrations en tout, à l'origine des 300 titres de la collection. Ces documents retracent le parcours des éditions de 1928 à 1967. Ils sont donc désormais inscrits dans le registre "Mémoires du monde" de L'UNESCO. 

Voilà une belle façon de les conserver pour les générations futures... En effet, ce registre a pour rôle de préserver les ressources documentaires de toutes sortes touchant au domaine de l'éducation, de la science et de la culture, avec des techniques modernes et appropriées.

 

Les archives ont été constituées par Paul Faucher (1898-1967), adepte de l'éducation nouvelle, et fondateur de la collection. Elles comportent de nombreux documents traitant de la conception, de la fabrication et de la diffusion de la collection.

Des créateurs de tous les pays (russes, tchèques, hollandais,...) ont contribué à son succès.

Les documents sont pour l'instant conservés par la médiathèque intercommunale de Meuzac, en Haute-Vienne, ville d'adoption de la famille Faucher depuis plusieurs générations.

 

La collection du Père Castor, lors de sa création, a cassé les barrières sociales : le livre d'enfant n'est plus uniquement réservé aux milieux les plus riches. Tous les enfants y ont accès !

L'originalité de  ces albums, outre la qualité des histoires, parfois inspirées de contes traditionnels, c'est d'avoir su modifier en profondeur la mise en page, en intégrant texte et image sur la même page, facilitant ainsi la lecture du texte par les plus jeunes. Désormais, dans l'album pour enfant, l'image porte elle-aussi un message : elle est devenue complémentaire du texte !

Depuis, ces albums n'ont jamais cessé d'être réédités et de nouveaux titres, non moins intéressants,  sont apparus plus récemment.

 

Pour visualiser quelques titres plus récents, enfin certains sont tout de même parus pour la première fois dans les années 70 (!) activer le diaporama : comme précédemment, chaque couverture est suivie d'une image de l'intérieur...

 

MERCI à mes petits-enfants de m'avoir prêté une partie de leur bibliothèque ! 

 

Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...
Quelques éditions plus récentes...

Quelques éditions plus récentes...

 

Vous pouvez en savoir plus sur l'histoire des débuts de la collection, en écoutant "la fabrique de l'histoire" qui lui a consacré une émission en 2015, sur Franceculture.

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 07:00
Gallimard jeunesse / 1979, 1983,2016

Gallimard jeunesse / 1979, 1983,2016

Depuis toujours, je sais me servir du Doigt Magique.
Je ne peux pas vous dire comment j'y arrive, parce que je ne le sais pas moi-même. Mais cela arrive toujours quand je me mets en colère et que je vois rouge...
Et soudain, une sorte d'éclair jaillit en moi, un éclair rapide, quelque chose d'électrique.
Il jaillit et touche la personne qui m'a fait enrager.
Et après cela...il se passe des trucs.

Aujourd'hui est la date anniversaire de Roald Dahl dont je vous ai déjà parlé dernièrement. Il aurait cent ans

 

J'ai profité de la présence de mes petits-enfants à la maison ces jours-ci pour relire avec eux quelques-unes de ses oeuvres.

Ma petite fille, qui vient d'entrer au CE1, les a lu toute seule sans aucun problème et son petit frère les a écouté avec délice.

 

Je vous avais parlé en décembre dernier déjà de l'énorme crocodile que j'ai la chance de posséder en album.

Les autres titres que je possède à la maison, sont tous en poche, et les éditions datent des années 80-90.

 

Je commence aujourd'hui par "le doigt magique" où il est question d'un sujet d'actualité : la chasse.

J'ai trouvé en effet particulièrement déplacé que la chasse débute ce dimanche. Nous nous sommes réveillés au milieu des tirs incessants, alors qu'il est interdit de chasser dans les vignes qui entourent mon petit hameau.

J'ai la chance de vivre à la campagne, mais je vous certifie que cette chance se transforme en cauchemar, non seulement l'été quand il y a des risques d'incendie car au delà des vignes, il y a la forêt mais en plus au moment de l'ouverture de la chasse. J'ai déjà eu une chatte tuée par les chasseurs, et ma voisine a eu la sienne criblée de plomb dont certains n'ont jamais pu être retiré mais elle a été sauvée...

Bref après la canicule de cet été, et vu la chaleur qui se prolonge, les animaux souffrent. Il aurait été de bon ton de reculer la date de l'ouverture...

Evidemment ce n'est que mon avis !

 

Donc pour parler de ce sujet avec mes petits enfants, je leur ai raconté l'histoire de M. et Mme Cassard et de leurs enfants...

 

La narratrice, une petite fille de 8 ans, habite juste à côté de leur ferme et vient souvent jouer chez eux car un de leurs petits garçons, a le même âge qu'elle. 

Mais voilà, cette famille a un énorme défaut : c'est une famille de chasseurs !

 

Alors, un jour où elle se met en colère, les traitant de tous les noms, car ils ont tué des animaux dans les bois, elle fait quelque chose qu'elle s'était jurée de ne plus jamais faire : elle pointe le doigt vers eux !

 

Rien de bien grave me direz-vous ? Et bien vous vous trompez, car ce que je ne vous ai pas dit, c'est que son doigt est MAGIQUE...

 

Et que va-t-il arriver à M. et Mme Cassard et à leurs deux garçons, Bernard et Richard ? Et bien vous le verrez bien en lisant cette histoire.

 

Mais comme je suis dans un bon jour, je vous dirai juste que cela va les faire réfléchir et qu'ils n'auront plus jamais, mais alors JAMAIS, envie de prendre un fusil !

 

 

Paru pour la première fois en France en 1969, ce titre est moins connu car il vient à peine de faire l'objet de sa seconde réédition cette année.

 

Le sujet est traité avec beaucoup d'humanité et d'une façon très abordable pour de jeunes enfants.

Ils sont très sensibles à la morale de l'histoire.

 

C'est un petit livre qui permet de réfléchir aux conséquences de ses actes, qui invite à se projeter dans le ressenti des autres et à éprouver une certaine compassion pour eux. Et cela toujours avec beaucoup de poésie et d'humour

 

L'édition que je possède a été illustrée par Henri Galeron et traduite de l'anglais par Marie-Raymond Farré, deux auteurs très connus. 

Ce conte est dédié aux deux plus jeunes petites filles de l'auteur, Ophelia et Lucy.

A raconter dès 5 ans et à lire tout seul dès 6-7 ans !

 

Voilà l'édition que j'ai à la maison !

Voilà l'édition que j'ai à la maison !

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 09:28
Aujourd'hui c'est le jour de l'épiphanie...

Aujourd'hui c'est le jour de l'épiphanie...

Ce conte a été publié pour la première fois chez Flammarion dans la collection "Les albums du Père castor"en...1950 et il a été régulièrement réédité depuis !

Voilà qui lui permet d'entrer sans discussion possible, dans la série des classiques.

Il n'a pas pris une ride et, les enseignant(e)s de maternelle continuent à utiliser ce conte en classe, dès le mois de janvier, au moment de la galette des rois qui comme vous le savez doit être mangée à partir du 6 janvier, jour de l'épiphanie !

 

L'histoire est connue de tous...

 

Une bonne vieille, cuisine une galette pour son mari ; elle la met à refroidir sur le rebord de la fenêtre. Mais la galette s'ennuie et se laisse tomber dans le jardin, puis elle se sauve ; elle roule, roule... pleine d'enthousiasme et inconsciente des dangers qui la guettent . Elle croise d'abord un lapin, puis un ours, et un loup.  Tous veulent la manger, mais elle leur échappe en chantant une petite chanson.

Mais... le renard est très très malin ! Pour l'attirer il commence par la flatter... Bien sûr, elle ne se méfie pas et se fait croquer.

 

 

Grâce à la répétition des mêmes phrases et de la petite comptine, les jeunes enfants sont aussitôt capables de répéter l'histoire eux-mêmes !

 

"Je suis la galette, la galette. Je suis faite avec le blé ramassé dans le grenier. On m'a mise à refroidir. Mais j'ai mieux aimé courir".

 

C'est ce qu'on appelle un conte de randonnée...

 

Je parie que ce sont les parents qui, avant les petits, risquent de se lasser !

 

Qui sont les auteurs ?

 


Natha Caputo (1904-1967) est une écrivaine et conteuse française, d'origine russe, de son vrai nom, Nathalie Bernstein.  

Elle est d'abord jardinière d'enfant, puis institutrice. Durant ses années d'enseignement, elle est fascinée par Maria Montessori et met en application ses théories.

Ensuite, elle travaille comme correspondante de la Pravda à Lyon, puis comme journaliste au Progrès de Lyon.

Elle publie diverses traductions d'œuvres littéraires en russe et en anglais.
 

Très vite, elle écrit des contes pour enfants, tous publiés chez Nathan et au Père Castor,  en s'inspirant des contes russes entendus pendant sa propre enfance.

- "Roule galette" est parue en 1950.

- L’histoire de "Ho-l'archer" dans les "Contes des quatre vents" en 1954.

- "Les animaux qui cherchaient l'été" en 1960.

et plusieurs autres volumes de "Contes" seront publiés chez Nathan  et illustrés notamment par Daniel Maja, comme par exemple "Trois contes ensoleillés" (1991)

Elle a eu une importante activité de critique littéraire pour la jeunesse et a fait partie
des jurys du Prix Jeunesse (qui a cessé d'être attribué en 1972) et du Prix Jean Macé (décerné de 1958 à ? je n'ai pas trouvé la date...). Pour la petite histoire, rappelons que Jean Macé est le créateur de la première bibliothèque communale de France, à Blebenheim, en Alsace, en ...1863 !

Un prix "Enfance du monde-Natha Caputo" récompensait chaque année un album ou un documentaire pour enfants. Je ne sais pas si ce prix existe toujours...mais je pense que non ou qu'il a changé de nom...


Natha Caputo est une des fondatrices du CRILJ dans les années 60, devenu aujourd'hui une association.  Le CRILJ existe toujours et regroupe éditeurs, auteurs, illustrateurs, bibliothécaires, enseignants, libraires, (...) désireux de travailler ensemble autour de la lecture jeunesse.

Elle a écrit également de nombreux articles de littérature jeunesse dans "L’École et la Nation", revue du Parti communiste français dirigée vers le monde enseignant, parue de 1951 à 1999.

C'était donc une auteure très active et on peut dire sans se tromper qu'elle a marqué la littérature jeunesse, non seulement par ses livres mais aussi, en la faisant connaître à un plus large public et en créant des structures toujours actives aujourd'hui...

 

Pierre Belvès est l'illustrateur.

 

Cet illustrateur français, né en 1909 et décédé en 1994, a participé très tôt à l'aventure des albums du père Castor, dans les années 40.

Sa bibliographie est impressionnante et si on a peu d'éléments sur sa vie, on connait son talent et on sait qu'en parallèle de son travail d'illustrateur, il fut aussi professeur de dessin.

 

Pierre Belvès a joliment illustré cet album.

Il a su créer pour ce conte d'origine russe une ambiance particulière. Les enfants n'ont aucun mal à imaginer la vie dans l'isba, implantée au milieu de la forêt sauvage. Les vêtements traditionnels des deux vieux, leur mobilier, le chat, le vieux fourneau, tout est fait pour créer une ambiance particulière et pour rendre l'histoire encore plus réaliste.

C'est bien normal que la jolie galette toute fraîche s'ennuie à mourir sur sa fenêtre...

 

Une fois n'est pas coutume, voici 'histoire en video...

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2015 3 23 /12 /décembre /2015 08:35
Apoutsiak et la vie des Inuits...

Apoutsiak et la vie des Inuits...

Apoutsiak veut dire en Inuit, "petit flocon de neige"...

Apoutsiak est un petit garçon comme les autres...sauf qu'il vit au Groenland. Il passe une enfance heureuse entouré de sa grande famille.

Il aime particulièrement jouer avec ses cousins, glisser dans la neige et s'occuper des chiens de traineaux. Il apprend aussi à pêcher et à chasser avec son harpon.

L'hiver, toute la famille se retrouve dans la grande hutte et l'été, elle s'installe dans l'oumiak pour rejoindre d'autres terrains de chasse.

Un jour, devenu grand, il va transmettre à son tour à ses enfants tout ce qu'il a appris de ses parents.

Ainsi va la vie chez les Inuits...

 

 

 

 

Qui était Paul-Emile Victor ?

 

Paul-Émile Victor (1907-1995), précurseur de l’écologie moderne, fondateur des Expéditions polaires françaises, a été pendant plusieurs décennies “LE” Monsieur Grand Nord français.

Il organise dès 1934 sa première expédition d’une durée d’un an.

En 1937, il vivra en immersion totale pendant quatorze mois avec une compagne eskimo au sein d’une tribu de l’est du Groenland, et apprendra à parler couramment sa langue.

De nombreux autres voyages suivront, jusqu’en 1987, lorsqu’il ira fêter ses 80 ans au Pôle Nord.

 

Vous retrouverez sa biographie complète sur le site du Centre Polaire Paul-Emile Victor de Prémanon dans le Jura, ainsi qu'une bibliographie exhaustive de ses ouvrages scientifiques et de vulgarisation.

 

Mon avis

 

Paru pour la première fois en 1948, cet album de Paul-Emile Victor est devenu un classique. C'est le premier album de la collection "Les enfants de la Terre" créée chez le Père Castor.

Présenté comme un récit de voyage, l'album permet de suivre la vie quotidienne d'Apoutsiak, de sa naissance à sa mort.

Les enfants peuvent ainsi apprendre plein de choses sur la vie et les traditions des esquimaux au début du XX° siècle.

 

L'album a deux niveaux de lecture :

- En gros caractère, l'histoire d'Apoutsiak que l'on peut raconter dès l'âge de 4 ans aux enfants et qu'ils pourront lire facilement seuls dès 6 ans.

- En petits caractères, des informations ethnologiques détaillées sur la vie des Inuits enrichissent le texte. Les enfants rechercheront dans les images certains détails énoncés dans cette partie et apprendront ainsi facilement les coutumes et le mode de vie des esquimaux. Cette lecture est réservée aux enfants de plus de 7 ans.

 

On découvre le mode de vie traditionnel des Inuits, la manière intelligente dont ils préservaient la nature et la fragilité des écosystèmes, leur campemant d'été et leur installation d'hiver, leurs différentes façons de chasser, leur façon de consommer sans que rien ne se perde, leurs croyances et leurs légendes...

On y voit aussi apparaître les premiers changements liés à l'arrivée des explorateurs et au contact du monde moderne, puisque il est question d'un fusil, dont ils ne se servent pas toujours.

 

Vous pouvez visualiser ci-dessous, la mise en page particulière de l'album, le rapport texte-image et la différence de typographie du texte. Vous pourrez admirer au passage les dessins épurés qui font ressortir l'essentiel des situations.

 

 

 

 

 

Qui sont les Inuits ?

 

 

Les ancêtres des Inuits sont vraisemblablement arrivés par le détroit de Béring, il y a environ 5 000 ans.

Mille ans plus tard à la faveur de la fonte de la calotte glaciaire (on ne parlait pourtant pas à l'époque d'un réchauffement climatique...hi hi !) les hommes migrent et s'installent tout le long du littoral arctique jusqu'au Groenland.

 

A l'origine, les Inuits (ce qui signifie "les hommes") étaient un peuple de chasseurs-cueilleurs nomades vivant dans l'Arctique donc au Groenland et dans le Grand Nord du Canada. Ils ont appris à utiliser ce que leur offrait leur environnement, à s'alimenter pour lutter contre le froid et à vivre dans des conditions extrêmement difficiles.

Leur mode de vie était basé sur la chasse. Ils en tiraient leur nourriture quotidienne, leurs outils et des vêtements...

Ils chassaient en particulier le caribou, le phoque et parfois l'ours polaire et le boeuf musqué. L'été, ils attrapaient des oiseaux, mangeaient leurs oeufs et pêchaient dans les lacs d'eau douce des saumons sauvages et autres espèces.

 

Leur vie sociale était très importante et basée sur l'entr'aide. Plusieurs familles se regroupaient pour chasser ou bien pour passer l'hiver. Les femmes seules, les enfants orphelins étaient automatiquement pris en charge par d'autres familles. Les enfants étaient éduqués par la communauté avec beaucoup d'affection et de patience, les comportements bienveillants étant valorisés et la bonne attitude acquise, par l'exemple.

 

Aujourd'hui, la plupart des Inuits sont devenus sédentaires, mais une grande partie vit toujours de la chasse et de la pêche. Ils sont plus de 125 000 répartis en une quarantaine d'ethnies sur un immense territoire de l'Arctique.

Le confrontation avec le monde moderne, il y a environ trente ans, a apporté son lot de problèmes comme par exemple l'alcoolisme, la dépression, le suicide, la délinquance et la violence qui n'existaient pas chez ce peuple doux, solidaire et téméraire.

 

Aujourd'hui, leur mode de vie s'est profondément modifié : les Inuits possèdent tous des scooters des neiges qui remplacent les traineaux à chiens et des maisons de bois chauffées, à la place de leur hutte ou de leurs igloos. Il reste quelques kayak mais la plupart utilisent des barques à moteur.

Il leur reste heureusement la notion de famille étendue, l'amour et le respect de la nature, le plaisir des jeux traditionnels partagés et le besoin de parler la langue de leurs ancêtres.

 

Actuellement, depuis 1999, les Inuits gèrent un territoire autonome : le Nunavut.

Les territoires autonomes des Inuits

Les territoires autonomes des Inuits

La culture inuit est restée peu connue des européens jusqu'à l'arrivée des premiers explorateurs qui ont transcrit leurs coutumes dans leur récit de voyage...

 

Leur langue a été pendant longtemps essentiellement orale et c'est ainsi que les coutumes, les légendes et les chants étaient transmis de génération en génération jusqu'au XVIII° siècle environ.

Lorsque les premiers missionnaires arrivent dans les Territoires du Nord-Ouest au Canada, les premiers écrits apparaissent : certains sont en caractères latins (comme notre langue), d'autres en caractères syllabiques.

La langue officielle des Inuits est l'inuktitut : elle est transcrite en caractères syllabiques et c'est la langue de l'enseignement jusqu'à la fin de l'école primaire.

Si vous voulez apprendre cette langue rendez-vous sur le site de Tusaalangua...

 

Les Inuits sont aussi des artistes remarquables qui "font parler la pierre" ou le bois...pour entendre l'image qu'elle enferme.

 

 

 

A lire sur ce blog

 

Pour la jeunesse :

 

- Le jour où le soleil a disparu / Nathalie Dieterlé.

- Pani, la petite fille du Groenland / Jorn Riel.

- Nanouk et moi / de Florence Seyvos (livre pour pré-ado et ado) qui vous donnera envie de revisionner en famille, le superbe documentaire de Robert Flaherty "Nanouk, l'esquimau" disponible en DVD.

 

Pour les ados et adultes, les deux ouvrages suivants de Jorn Riel :

- Le garçon qui voulait devenir un être humain (un roman).

- La vierge froide et autres racontars. (un album-BD).

 

+ un roman d'anticipation

- C'est l'Inuit qui gardera le souvenir du blanc / Lilian Bathelot.

 

 

Pour les adultes seulement, les deux romans de Jorn Riel :

- Le jour avant le lendemain. Ma première chronique sur ce blog !

- Arluk, le chant pour celui qui désire vivre.

 

+ Un roman sur lequel j'avais eu un avis mitigé

- Banquises / Valentine Goby

 

 

Pour en savoir plus sur les Inuits

 

 

Voici une petite sélection de livres pour la jeunesse :

 

- Des albums et contes pour les petits et les grands ...en images.

Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor

- Des romans pour les plus grands

 

- Inukshuk, le garçon de pierre  / Gérard Moncomble (à partir de 8 ans)

Inukshuk est un enfant heureux. Il joue comme un jeune chiot, il rit, il chante. Mais un jour, tout bascule autour de lui. Et son cœur devient une pierre froide dans sa poitrine. Inukshuk n'est plus que silence et colère. Ce qui arrive alors va bouleverser le Pays des Hommes.

 

 

 

- Aïninak / Jean -Marie Defossez (à partir de 8-9 ans)

Fascinée depuis toujours par les ours, Aïninak rêve de partir à la chasse. Mais, chez les Inuits, dans le grand nord, les filles restent au camp. Alors qu'elle est bloquée par une tempête de neige en pleine banquise, avec son ami Masauna, celui-ci lui révèle le secret de son nom : Aïninak était un fameux chasseur d'ours. Devra-t-elle affronter elle aussi ce terrible animal

 

- Noulouk / André Vacher (à partir de 10 ans)

Amaamak l'Esquimau a élevé Noulouk, un chien de traîneau, pour en faire son chien de tête. Mais petit à petit, l'inquiétude naît : Amaamak peut-il confier son attelage et son propre sort à un animal qui se conduit parfois en véritable loup ?

 

- L'esprit des glaces / Jean -François Chabas (2003)

Parti à la rencontre de son étonnante grand-mère, Constantin va découvrir la force de cette femme, son goût pour la liberté mais aussi la violence et la beauté du Grand Nord. Cette difficile initiation va transformer irrémédiablement son existence. Lorsqu'un enfant reçoit le Grand Nord en héritage.

 

- Les chants de glace tome 1 / Anaak, fille de l'ours

 

 

A privilégier...

 

- Les romans de James Houston...

 

     

 

 

et cette édition encore disponible (2001) qui regroupe Akavak, Tikta'Liktak, et Kungo, l'archer blanc dans un même volume.

 

 

 

- Pour les ados...

 

- Le dernier ours / un thriller de Charlotte Bousquet (à partir de 13 ans)

Groenland, 2037. Avec le dérèglement climatique et la fonte des glaces, l’île n’est plus qu’une terre désolée. Dernier ours blanc né libre, désormais attraction d'un zoo, Anuri suscite la convoitise de Svendsen, un scientifique dévoyé. Mais l'expérience dérape...

 

 

 

 

 

Puis voici ma sélection de livres pour les adultes...

 

- Les livres de Jean Malaurie :

 

- Les derniers rois de Thulé (1ère édition 1976)

- Aventure arctique : ma vie dans les glaces du nord (1998)

- L'Art du Grand Nord (2001)

- L'appel du nord (2001)

- Ultima Thulé (2008)

- Hummocks (2 tomes) 1ère édition 1999

- Arktika (2005)

- Terre mère (2008)

- Lettre à un Inuit de 2022 (2015)

- Destination arctique (avec Muriel Brot) 2015

- Les Objets, messagers de la pensée Inuit / de Giulia Bogliolo Bruna, préface Jean Malaurie

 

 

Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor

 

Pour ceux qui aiment surtout le côté aventure et exploration...

 

- Les livres de Jean-Louis Etienne

Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor

- Les livres de Mike Horn.

Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor
Apoutsiak, le petit flocon de neige / Paul-Emile Victor

 

Pour la spiritualité

 

- L'Esprit de l'ours : Croyances et Magie inuit de Daniel Pouget

Une histoire vraie rapportée par l'auteur, ethnologue sur une jeune Inuit devenue une chamane reconnue par son peuple...

 

Pour une analyse plus approfondie de la situation des peuples de l'arctique...

 


 

- Arctique Horizon 2000, Les peuples chasseurs et éleveurs, direction J. Malaurie - Éditions du CNRS, 1991

Y a-t-il un avenir pour les chasseurs et les éleveurs du Grand Nord ? Inuit, Sames, Indiens subarctiques, Komis, Tchouktches, Evenks, Evènes ... : pour ces 500 000 autochtones de l'Arctique, les perspectives actuelles de développement représentent des menaces de plus en plus inquiétantes. Le deuxième colloque bilatéral franco-soviétique a présenté à Paris les rapports des meilleurs experts des peuples arctiques sur l'avenir des économies de chasse – phoque, morse, ours – et d'élevage – renne, renard. Leurs points de vue, fondés sur leurs propres expériences de vie chez ces peuples, sont unanimement pessimistes pour des raisons multiples mais qui relèvent de l'implantation mal préparée et continue de l'industrie et de la multiplication des migrants qui l'accompagnent....

 


 

Et enfin une bibliographie sélective, dont certaines références sont en anglais sur le site canadien AADNC (Affaires autochtones et du nord Canada)

 

 

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 10:33
Edition Gallimard 1991, grand format

Edition Gallimard 1991, grand format

Le petit prince est paru pour la première fois aux États-Unis, en 1943, en français et en anglais puis, chez Gallimard en 1946 en France.

Il est devenu un classique de la littérature française et plaît autant aux enfants qu'aux parents...

La preuve : c'est le livre le plus acheté après la Bible !

 

C'est un conte philosophique intemporel qui apportera au lecteur de tout âge, à chaque relecture, son lot de découvertes...

 

Ne comptez pas sur moi pour vous raconter l'histoire de cet aviateur qui tombe en panne dans le désert et rencontre le Petit Prince tout droit tombé de sa planète...

 

C'est une histoire si poétique, si empreinte d'humanité, de rêve, d'enfance et d'une certaine vision de la vie qu'elle est impossible à résumer.

 

Ce "conte" est aussi un voyage initiatique qui demande au lecteur, comme lorsqu'il était enfant, de lâcher prise et de laisser libre court à son imagination.

 

L'auteur a dédicacé le livre à son ami Léon Werth...

Voilà ce qu'il écrit !

 

"A Léon Werth.

Je demande pardon aux enfants d'avoir dédié ce livre à une grande personne. J'ai une excuse sérieuse : cette grande personne est le meilleur ami que j'ai au monde. J'ai une autre excuse : cette grande personne peut tout comprendre, même les livres pour enfants. J'ai une troisième excuse : cette grande personne habite la France où elle a faim et froid. Elle a besoin d'être consolée. Si toutes ces excuses ne suffisent pas, je veux bien dédier ce livre à l'enfant qu'a été autrefois cette grande personne. Toutes les grandes personnes ont d'abord été des enfants. (Mais peu d'entre elles s'en souviennent.) Je corrige donc ma dédicace :

A Léon Werth quand il était petit garçon".

 

Quelques mois plus tard après avoir écrit son livre, Antoine de Saint-Exupéry disparaissait en Méditerranée lors d'une mission de reconnaissance aérienne.

 

Depuis, son livre a été vendu à des millions d'exemplaires et traduit en une centaine de langues.
 
 
Couverture réalisée d'après l'édition originale américaine de 1943

Couverture réalisée d'après l'édition originale américaine de 1943

Mes extraits préférés...

 

"J'ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu'à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans. Quelque chose s'était cassé dans mon moteur. Et comme je n'avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile. C'était pour moi une question de vie ou de mort. J'avais à peine de l'eau à boire pour huit jours.
Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J'étais bien plus isolé qu'un naufragé sur un radeau au milieu de l'océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m'a réveillé.

Elle disait : " S'il vous plaît...dessine-moi un mouton !"...(p.13)

 

"Bien-sûr, dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'a pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde..." (p. 70)

 

"Et si je connais, moi, une fleur unique au monde, qui n'existe nulle part, sauf dans ma planète, et qu'un petit mouton peut anéantir d'un seul coup, comme ça, un matin, sans se rendre compte de ce qu'il fait, ce n'est pas important ça ?"(p.31)

 

 

Quelques illustrations intérieures à l'aquarelle
Quelques illustrations intérieures à l'aquarelle
Quelques illustrations intérieures à l'aquarelle
Quelques illustrations intérieures à l'aquarelle
Quelques illustrations intérieures à l'aquarelle
Quelques illustrations intérieures à l'aquarelle

Quelques illustrations intérieures à l'aquarelle

A lire tout seul à partir de 7 ans.

 

A écouter dès l'âge de 6 ans en CD : l'histoire est racontée par Gérard Philippe

 

La première version du CD raconté par Gérard Philippe est paru en 1954

La première version du CD raconté par Gérard Philippe est paru en 1954

A regarder en famille... le film en DVD que je n'ai pas encore vu.

Le Petit Prince / Antoine de Saint-Exupéry

Voilà quelques unes des nombreuses éditions du Petit Prince en poche...

Editions de poche
Editions de poche
Editions de poche
Editions de poche

Editions de poche

Qui est Antoine de Saint -Exupéry ?

 

"Né le 29 juin 1900 à Lyon dans une vieille famille aristocratique, Antoine de Saint-Exupéry perd son père à l’âge de 4 ans.

Entouré de l’affection de sa mère et de ses tantes, il fait des études qui devraient lui permettre d’intégrer l’Ecole navale. Ayant échoué à l’examen d’admission, Saint-Exupéry fait son service militaire dans l’armée de l’air.

Au moment où il devient pilote de l’Aéropostale, il publie, nourrie de son expérience aéronautique, une nouvelle L’Aviateur, qui est l’ébauche de son premier roman, Courrier Sud publié en 1929. Chef d’étape à Cap Juby, puis directeur de ligne en Argentine et pilote d’essai, Saint-Exupéry continue sa carrière littéraire : Vol de nuit (1931) reçoit le Prix Fémina et Terre des hommes (1939) celui de l’Académie française. En exil aux Etats-Unis pendant l’Occupation, Saint-Exupéry écrit, entre autres, Pilote de guerre (1942) et Le Petit Prince (1943).

Ayant réintégré les forces françaises libres, Saint-Exupéry est abattu en mission le 31 juillet 1944. Après sa mort, les Editions Gallimard publient sous le titre Citadelle les fragments de son dernier livre, inachevé".

Biographie résumé extraite du site : "Le petit prince".

 

Vous trouverez davantage de détails sur sa vie sur le site officiel qui lui est dédié et dont s'occupent ses héritiers, sur wikipedia, sur le site Histoire pour tous ou encore sur Futurasciences.

 

Sa bibliographie

 

- Courrier Sud (1929)


- Vol de Nuit (1931)


- Terre des Hommes (1939)


- Pilote de guerre (1942)


- Le Petit Prince (1943) parution simultanée en français et anglais aux États-Unis ; 1ère édition en 1946 chez Gallimard.


Citadelle (1948), Lettre à un otage, correspondances (Recueil chez Gallimard) post-mortem.

 

 

 

Écrits sur l'auteur ou son oeuvre  (liste non exhaustive):


Alain Cadix : Saint-Exupéry, le sens d'une vie (Le Cherche Midi)

 


Pierre Chevrier : Saint-Exupéry (1958) (Gallimard)


Patrick Ehrhardt : Les Chevaliers de l'ombre (2 tomes)


Icare : Saint-Exupéry, tomes 1 à 6.

 

Alain Vircondelet : Antoine et Consuelo de Saint-Exupéry, un amour de légende (Les Arènes, 2005)


Michel Lhospice : Saint-Exupéry, le paladin du ciel (France Empire, 1994)


Marcel Migeo : Saint-Exupéry (Gallimard)


John Philips : Les derniers jours de Saint-Exupéry (Parkett - Der Alltag)


John Phillips : Au revoir St-Ex.


Nathalie des Vallières : Saint-Exupéry L'archange et l'écrivain (1998) (Gallimard)


Paul Webster : Saint-Exupéry : vie et mort du Petit Prince (Editions du Félin, 2000)

 

Jean-Claude Bianco : Le mystère englouti Saint-Exupéry (Ramsay, 2006)

 

 

 

Laurence Vanin (philosophe) : L'énigme de la rose : les richesses philosophiques du Petit Prince. (Editions Ovadia, 2015)

Qui se cache derrière la Rose ? Comment comprendre l'exigence d'un mouton ? Pourquoi les grandes personnes portent-elles des cravates ? Pourquoi évoquer un allumeur de réverbères ou chérir une étoile ?

Tant de mystères en un si court récit...

L'auteur élucide un ensemble d'énigmes jusque là ignorées car insoupçonnées par bon nombre de lecteurs.

Cet ouvrage apporte donc un éclairage indispensable à la relecture du Petit Prince et en surprendra plus d'un...

 

Le Petit Prince / Antoine de Saint-Exupéry

L'avis et la présentation de Miss Book pour ceux qui veulent un peu de fantaisie. Je ne peux pas m'enpêcher de la trouver drôle ! !

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 16:25
Album paru pour la première fois en 1984

Album paru pour la première fois en 1984

Il était une fois un loup qui ne savait pas qu'il était un loup...

Bien sûr comme tous les autres petits loups, il aimait jouer avec les animaux de la forêt. Mais maintenant qu'il a grandi, ses amis ont peur de lui et commencent à le regarder bizarrement !

Un soir, après avoir fait fuir sans le vouloir tous ses anciens amis, il regarde son reflet dans la mare...

Surpris, il comprend qu'il n'est pas comme les autres animaux de la forêt.

Désormais, il va lui falloir s'accepter tel il est, et partir à la recherche des autres loups.

 

Mais que va faire le loup lorsqu'il retrouvera les siens ?

 

 

Un album plein de tendresse sur la différence et la recherche d'identité...et il y en a peu sur ce sujet.

La fin est un peu abrupte  mais elle a le mérite de laisser la liberté à l'enfant d'imaginer une suite.

 

Cet album, paru en 1984, est le premier de l'auteur et celui qui l'a fait connaître en tant qu'illustrateur d'album jeunesse.

 

Cet album est très utilisé à l'école, de la petite section au CE1 !

 

 

Qui est Claude Boujon ?

 

 

Claude Boujon est un auteur et illustrateur de littérature jeunesse, né en 1930 à Paris.

A l'atelier où, tout jeune, il vient prendre des cours de peinture, on le recrute comme photograveur. Il devient ensuite secrétaire de rédaction, puis rédacteur en chef de "Pif le chien", tout en continuant à peindre.

Il travaillera dans la presse pour enfants jusqu'en 1972.

Ensuite, dans son atelier d'Issy-les-Moulineaux, il se consacrera entièrement à la création artistique : peinture, sculpture, affiches, scénographies, marionnettes et livres pour la jeunesse.

Claude Boujon est mort en septembre 1995.

 

Son oeuvre est emplie d'humanité et de tendresse.

Il a reçu le Prix Bernard Versele de la Ligue des familles de Bruxelles en 2003. Ce prix récompense un auteur de livres pour la jeunesse. Le jury est composé d'un public d'enfant de 3 à 13 ans !

 

 

 

Petite bibliographie de Claude Boujon

 

en images...

L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon
L'apprenti loup / Claude Boujon

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 08:43
Album publié pour la première fois à l'Ecole des Loisirs en 1982

Album publié pour la première fois à l'Ecole des Loisirs en 1982

Connaissez-vous la danse de la montagne qui bouge ?

 

Ming Lo et sa femme vivent au pied d'une haute montagne. Ils n'aiment pas du tout cette montagne car elle leur fait trop d'ombre, rien ne peut pousser dans le jardin et les pierres qui tombent sans cesse, trouent leur toit...

Par contre, ils aiment beaucoup leur maison et ne veulent pas la quitter.

 

Un jour, la femme de Ming Lo lui conseille d'aller voir le sage du village pour lui demander de les aider à résoudre ce problème.

Mais les conseils du sage s'avèrent tout à fait farfelus !

 

Et pourtant... parfois il suffit de toutes petites choses pour arriver à déplacer des montagnes !

 

 

C'est un livre plein de sagesse à réserver aux plus de 6 ans pour une parfaite compréhension de la philosophie de l'histoire.

Les enfants, eux,  ne manqueront pas d'idée pour déplacer la montagne...si vous le leur demandez : il suffira de laisser libre cours à leur imagination !

Le texte est bien rythmé et les illustrations, toutes en ton pastel, créent une atmosphère bon enfant...

 

Qui est Arnold Lobel ?

 

Arnold Lobel est né à Los Angeles en 1933.

Il passe toute son enfance à Schenectady, dans l'état de New York. C'est là qu'il fera ses études mais comme il est souvent malade, il rate beaucoup de cours et s'ennuie. C'est ainsi qu'il se mettra à dessiner...

 

Il obtient ensuite son diplôme du Pratt Institute, une école d'art située à Brooklyn.

Il commence alors,  dès la fin des années 50, à illustrer des livres pour enfants et travaille pour l'éditeur new-yorkais "Harper and Row".

 

C'est la série "Ranelot et Bufolet"(1970) et son livre "Porculus" (1971) qui le rendent célèbre aux Etats-Unis.

 

 

 

Arnold Lobel se spécialise ensuite dans la mise en images de "nursery rhymes" (=comptines) traditionnels ou inventés.

Il illustre en particulier, en 1981 "Le grand duc des Chichibuques", un recueil de comptines, adapté de l'anglais par Bernard Noël.

Un autre recueil sera traduit par Rose-Marie Vassallo et paraîtra en 1988. Il s'agit du livre de comptines intitulé "Le Grand livre de la mère l'Oie".

Ces deux ouvrages ne sont disponibles qu'en bibliothèque.

 

Arnold Lobel est mort prématurément en 1987.

 

 

En plus de "Porculus", l'histoire d'un petit cochon qui adore la boue, il laisse derrière lui des albums émouvants comme "Hulul" le petit hibou qui croit que la lune le suit et sait faire du thé aux larmes (1976), "Oncle éléphant"(1974) ou encore "Le magicien des couleurs" (1971).

 

 

 

Ces personnages sont le plus souvent des animaux anthropomorphisés. On tombe immédiatement sous leur charme tant ils sont humains et touchants. 

Les histoires courtes peuvent être racontées aux touts-petits.

Elles sont pétries de tendresse et de sagesse, ce qui explique le succès mondial et jamais démenti de ses oeuvres.

 

Ses illustrations sont magnifiques et très réalistes. Elles complètent idéalement le texte. Les deux ensemble donnent toute leur force à l'histoire. Le petit enfant comprend tout de suite et plonge au coeur des situations. Pas besoin d'explications supplémentaires...

 

Ses illustrations ont valu à l'auteur, en 1972, la prestigieuse médaille Caldecott, une récompense attribuée aux États-Unis, par L'Association des bibliothèques pour enfants et décernée au meilleur livre jeunesse de l'année.

 

Les deux derniers livres parus après sa mort sont :

"Hulul et compagnie" (2001) et  "Jean le Géant" (2009)

Retrouvez sa biliographie complète ICI.

 

A noter que sa femme, Anita Lobel, est également illustratrice de livres jeunesse. Elle a d'ailleurs illustré certains albums de son mari.

 

Elle est également l'auteur de "Un monde bouleversé" où elle fait le récit de son enfance pendant la seconde guerre mondiale à Cracovie...

 

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2015 1 14 /12 /décembre /2015 09:06
Le géant de Zéralda / Tomi Ungerer

Il était une fois un ogre... Cet ogre, évidemment vous vous en doutez, était très méchant et aimait dévorer les petits enfants.

Alors les gens s'organisent et cachent leurs petits dans des tonneaux, des coffres ou des caves obscures... Il n'y a plus un seul enfant à la ronde et l'ogre en est réduit à manger des céréales et des légumes ! Il en devient de plus en plus grincheux...

 

Loin de cette agitation, Zéralda vit avec son père dans une petite clairière au coeur d'une forêt tranquille. Sa passion à elle, c'est la cuisine... Un jour où elle se rend seule au marché, elle croise le chemin de l'ogre.

Mais en essayant de l'attraper, il se blesse. Il est si affamé que Zeralda sacrifie les bons produits qu'elle allait vendre au marché pour réaliser un fabuleux dîner improvisé.

Zéralda est une petite fille pleine de talent et d'imagination ! L'ogre est surpris et lui propose de venir cuisiner pour lui au château.

Elle va tellement le régaler, ainsi que tous les ogres et les ogresses de la région, que plus un seul d'entre eux n'aura l'idée de s'en prendre aux enfants...

 

Tomi Ungerer est un génie !

Il y a dans cet album, autant dans l'histoire que dans les illustrations, juste ce qu'il faut d'horreur pour semer la peur chez les enfants et d'humour pour le faire rire...

 

"Le géant de Zéralda" est un "classique" indémodable.

L'année dernière, en GS de maternelle, la maîtresse de ma petite fille était stupéfaite de découvrir qu'elle connaissait déjà l'histoire par coeur...

Il faut dire que les petits s'identifient immédiatement aux enfants cachés dans les tonneaux ou les caves,  puis à Zéralda !

 

Du haut de ses six ans, elle seule détient le secret pour faire fondre le coeur de l'ogre : lui cuisiner des bons petits plats...et ramener la sérénité dans la région.

Donc, même quand on est petit on peut réaliser des prouesses...

 

L'idéal est bien sûr de se procurer cet album en grand format pour ressentir la force des illustrations de Tomi Ungerer.

Mais le livre édité chez lutin poche, développera aussi l'imaginaire des enfants et enrichira leur vocabulaire...

Tomi Ungerer est né le 23 novembre 1931, à Strasbourg.

Il débute dans la vie comme dessinateur publicitaire.

Puis il écrit et illustre de nombreux albums pour enfants tous inoubliables...

Il collabore à plusieurs magazines pour la jeunesse.

Il a réuni une collection de jouets impressionnante dont il a fait don au musée de Strasbourg ainsi que de nombreux dessins.

Mais il a aussi réalisé des affiches pour les adultes dans lesquelles il s'engage contre le racisme (ou autres).

 

Pour une biographie plus complète, consulter ma chronique sur "Les Trois brigands".

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 10:30
Une couverture rétro qui cache une petite pépite de tendresse trop peu connue...

Une couverture rétro qui cache une petite pépite de tendresse trop peu connue...

Un album à raconter... à partir de 3 ans par tous les parents qui attendent un enfant, que le bébé soit prévu pour naître à la maison ou pas...

 

 

"J'veux pas naître, dit Bébé .

J'suis bien là au chaud, j'suis bien nourri et bien bercé".
 
Qu'elle histoire ! Bébé se trouve tellement bien dans le ventre de sa maman qu'il ne veut plus en sortir. Mme Bontemps (la maman) lui parle, le nourrit, et s'occupe tellement bien de lui...
Pourquoi sortirait-il ?
Toute la famille l'encourage et lui fait des promesses.
Mais ni un morceau de gâteau au chocolat de sa grand-mère, ni une promenade en voiture de son grand-père n'arrivent à le décider.
Il est bien têtu ce bébé !
C'est finalement papa qui trouvera la solution en lui promettant tout simplement...un baiser !
"Ummm! Je reste, j'aime ça." a dit Bébé
 
 

Voilà un album (format à l'italienne) que je suis vraiment surprise de trouver encore à la vente ce qui prouve qu'il a été réédité régulièrement depuis l'année de sa sortie en 1976 !

 

Cet album a plusieurs particularités...

 

L'histoire est originale.

 

L'album nous parle de l'attente : toute la famille languit la naissance de ce bébé dans la joie. Il montre une famille heureuse, une maman artiste, sensible et rêveuse, qui aime dessiner et parler avec son bébé et des grands frères et soeurs, curieux de tout.

Les grands savent d'instinct que cela a été pareil pour eux et posent pleins de questions...

Et moi aussi je mangeais ? je boudais ?

 

 

Mon fils aîné a découvert cette histoire lorsque j'attendais son frère et cela nous a aidé à préparer la naissance et la venue de cet "intrus" dans la famille.

Mon jeune fils adorait que je la lui raconte  : cela me permettait de rajouter des détails et de parler de lui quand je l'attendais. In utero, il avait souvent le hoquet ou bien restait très calme parce qu'il tétait son pouce (on avait vu ça à l'écho et à sa naisssance...son pouce était très rouge et tout pelé).

 

Mais au delà du fait que cet album me touche personnellement, je me suis souvent servi de cet album lorsque j'était bibliothécaire et  tous les "grands" frères" ou "grandes soeurs" adoraient cette histoire et se mettaient à me raconter leur propre expérience.

Une bonne occasion pour eux de laisser libre cours à des paroles parfois retenues en famille.

 

 

Le bonheur de la famille après la naissance et le partage des bisous sont des passages très parlants pour les jeunes enfants et qui ne manquent pas de rappeler qu'un bébé a avant tout besoin d'amour !

 

 

 

Les illustrations

 

L'album est illustré en noir et blanc ce qui renforce le côté vieillot (ou rétro) des illustrations. Mais je vous rassure, elles m'apparaissaient déjà très vieillottes (très rétros) à l'époque !

Il n'a pourtant pas pris une ride...et les enfants ne remarquent pas la couleur dans les illustrations mais le comique des situations.

Les images montrant le bébé  à l'intérieur du ventre de sa maman, sont particulièrement amusantes et très expressives.

Les enfants adorent et ne se lassent pas de les commenter...

 

C'est un album bourré de tendresse à chaque page.

 

Il est assez "rétro" aussi parce qu'il montre une famille idéale avec un papa, une maman, grande soeur et grand frère et aussi des grands-parents...ce qui n'est pas toujours le cas aujourd'hui.

 

Par contre il est très moderne car il parle d'un bébé qui naît non pas dans une maternité mais...à la maison.

Et je crois bien qu'il est le seul à aborder ce type de naissance. C'est donc une approche intéressante pour les familles qui prévoient un AAD (accouchement à domicile).

Je rappelle ici que ce type d'accouchement est marginal en France (1% environ des naissances) mais tend à se développer, et qu'il reste très prisé en Europe du nord. De plus il représente 90 % des naissances dans le monde.

Qui sont les auteurs ?

 

"Bébé" a été traduit de l'américain par Anna Solal avec la collaboration du Docteur Frédéric Leboyer.

 

Anna Solal est la traductrice. Elle est aussi illustratrice. Elle a entre autre traduit le roman "A la dure" de Mark Twain ainsi que des albums.

 

Cet album lui est d'ailleurs dédicacé :

"à Frédéric Leboyer qui comprend si bien les bébés".

 

Je rappelle que Frédéric Leboyer est un gynécologue et obstétricien qui a développé, suite à un voyage en Inde,  sa méthode d'accouchement en douceur, permettant au nouveau-né de venir au monde sans traumatisme.

Il a préconisé entre autres de mettre le bébé venant de naître sur le ventre de sa mère pour qu'il continue à en sentir la chaleur et le battement cardiaque (ce qui n'était jamais fait avant lui) et de couper le cordon ombilical uniquement lorsqu'il a cessé de battre.

Il a préconisé une ambiance calme autour de la mère, sans lumière excessive ni bruit inutile.

On lui doit aussi d'avoir été le premier à préconiser le massage néonatal (que certaines mères pratiquaient par instinct) et de faire connaître le livre Shantala.

Après s'être préocuppé du bébé il s'occupera plus précisément au cours de sa carrière du bien- être de la mère, grâce à des mouvements spécifiques, au chant...il tentera de faire diminuer ses douleurs et son angoisse...

La plupart de ses préconisations sont aujourd'hui intégrées dans les services d'obstétrique des maternités.

Mais à l'époque de la sortie du livre c'était une véritable révolution !

 

Fran Manushkin

Née en 1942 dans l'Illinois de parents immigrés d'Europe de l'Est, Fran Manushkin a grandi à Chicago dans une famille de six enfants (et un chien).

Elle a fait des études pour être enseignante car elle savait qu'elle voulait travailler avec des enfants mais n'a jamais pensé qu'elle deviendrait un jour écrivain...

Une fois à New York elle a la chance d'être embauchée comme assistante éditoriale chez Harper and Row et dans le département de l'édition pour enfants où Charlotte Zolotow, directrice éditoriale, l'incite à écrire ses propres histoires.

 

"Bébé" est son premier livre. Il est sorti en 1972 en Amérique puis a été réédité en 1984 sous le titre "Baby, come out !"

 

Sauf erreur de ma part c'est le seul de ses livres traduit en français, avec "Une petite fille sur une balançoire" paru en France en 1977 pour la première fois puis réédité en 2004,  à l'École des loisirs dans la collection "lutin poche", mais actuellement non disponible.

 

L'auteur raconte que ce livre est né à partir d'une seule image qu'elle avait en tête d'un bébé dans le ventre de sa mère en train de communiquer avec elle.

La plupart de ses livres vont naître ensuite de la même façon, d'une seule image qu'elle développera pour le plus grand plaisir des enfants.

Elle est donc l'auteur de nombreux livres. Elle vit toujours à New York où elle participe à des conférences et à de nombreuses rencontres avec les élèves dans les écoles.

 

 

Ronald Himler est l'illustrateur.

Né en 1937 à Cleveland dans l'Ohio, Ronald (Ron pour les intimes) Himler a fréquenté l'Institut d'Art de Cleveland, où il se spécialise dans la peinture et l'illustration.

Après avoir obtenu son diplôme en 1960 et  travaillé pendant plusieurs années dans les arts, il voyage beaucoup en Europe.

Dès 1972, il illustre des livres pour enfants. Il en a illustré environ 150 aujourd'hui...

Mais il est aussi l'illustrateur de centaines de couvertures de romans pour jeunes adultes.

Actuellement, sa grande passion est  de peindre à l'huile des tableaux représentants les Indiens des Plaines.

Il a gagné de nombreux prix durant tout sa carrière qui se poursuit encore aujourd'hui.

Pour en savoir plus, et visionner ces oeuvres, vous pouvez consulter son site internet.

 

D'autres idées de lecture autour de la naissance d'un bébé...sur cette bibliographie qui m'a paru être la plus complète du web et non dénuée d'intérêt, puisqu'elle répond à toutes les éventualités...

Chaque référence vous renvoie sur  le site marchand d'amazon.fr, ce qui vous donne aussitôt, non seulement la disponibilité du livre mais aussi son prix.

 

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 11:39
Version de l'album datant de 1978

Version de l'album datant de 1978

Ali Boron le petit âne, n'aime pas les vacances d'été, car ses maîtres partent et le laissent seul dans un pré. Un beau pré certes, où il pourrait couler des jours heureux sauf qu'un jour en galopant, il remarque, dans le champ voisin, juste de l'autre côté de la clôture, un superbe chardon...

Comment l'attraper ?

Une seule solution : il faut franchir les fils de fer barbelés...

Mais à peine sorti de son enclos, Ali Boron oublie totalement le chardon et part se promener.

Lorsqu'il découvre un superbe pré verdoyant et ombragé par des pommiers, il décide de s'y arrêter...

Mais vous l'avez deviné, ce pré est tout simplement le sien !

 

 

Pour moi, ce joli conte est la version simplifiée pour les enfants de "l'alchimiste" de Paulo Coelho ou d'Ulysse si vous préférez...

 

Le petit âne va faire un long voyage et connaître différentes aventures tout en effectuant une boucle qui le fera revenir à son point de départ. Il retrouvera son pré... encore plus beau et plus vert qu'avant, et profitera enfin de sa chance et de la fin de l'été !

Voilà la couverture d'origine de la  version ancienne  du conte (édition 1948) ...

Cette édition appartenait à ma belle-mère qui était institutrice. Autant dire qu'elle est passée entre de nombreuses petites mains...

Flammarion / Père castor (édition 1948)

Flammarion / Père castor (édition 1948)

Qui est May d'Alençon ?

 

May d'Alençon est un auteur français de littérature jeunesse. Elle s'appelait en fait Madeleine-Eugénie Lécole.

Née à Paris le 14 février 1898, elle poursuit des études secondaires et devient tout d'abord professeur de français.

Puis, elle épouse Clément d'Alençon en 1920 : ils auront ensemble 8 enfants qui ne l'empêcheront pas de continuer son activité d'écrivain tout en exploitant une petite propriété agricole en Normandie.

Malgré ses problèmes de cécité, elle publie une trentaine de livres dont certains seront traduits à l'étranger et des centaines de contes pour enfant. Dans ses ouvrages, elle s'intéresse particulièrement aux animaux et à la nature, et adore les histoires d'aventure qui se passent dans des pays lointains.

 

Elle a obtenu le Prix Jeunesse en 1963 pour son roman "Renard-Roux", récit d'une amitié entre un petit garçon et un renard.

 

Elle est morte le 16 septembre 1968.

 

Un de ses petits-fils fait vivre ses oeuvres sur son site ICI...

 

Certains de ses livres ont été illustrés par Gerda Muller dont j'ai déjà parlé sur ce blog, dans ma chronique sur "Boucle d'or et les trois ours".

 

 

 

Qui est l'illustratrice, Nathalie Parain ?

 

"Nathalie Parain (1897-1958) est née à Kiev.

Elle a parachevé sa formation artistique après la révolution de 1917 aux Vkhoutemas, où les artistes s’occupaient d’affiches, d’éducation et de livres pour les enfants.

En 1926, elle épouse le philosophe français Brice Parain et ils s’installent à Paris. Elle rencontre alors Paul Faucher à la recherche d’artistes pour une future collection de livres pour enfants chez Flammarion.

Ses premiers albums du Père Castor paraîtront en 1931.

Auparavant, son premier livre "Mon chat" a été publié chez Gallimard en 1930 sous la double forme d’un album et d’un portfolio contenant des planches séparées que l’on peut accrocher aux murs. Sur un texte d’André Beucler, Nathalie Parain compose librement chaque page en utilisant autant le blanc du papier que de grands aplats de couleur.

Dans « La Collection des Trois Ourses » les éditions MeMo l’ont réédité en 2006."

 

Cette biographie est extraite du site de l'Association "Les Trois Ourses".

En cliquant sur le lien, vous y trouverez également une bibliographie complète des livres illustrés par Nathalie Parain.

Le beau chardon d'Ali Boron / May d'Alençon
Le beau chardon d'Ali Boron / May d'AlençonLe beau chardon d'Ali Boron / May d'AlençonLe beau chardon d'Ali Boron / May d'Alençon

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 16:28
La première édition date de 1952

La première édition date de 1952

Un jour Marlaguette va dans les bois cueillir des champignons mais une grosse bête l'attrape et l'emporte : c'est un loup. En la tirant dans sa tanière, elle se débat tellement, que le loup se cogne et se met à saigner...

Lorsque Marlaguette s'aperçoit qu'il s'est blessé à cause d'elle, elle décide, malgré sa peur, de le soigner.  Et elle le fait tellement bien qu'il s'attache à elle et n'ose plus la croquer. Alors Marlaguette en profite pour lui interdire de manger des animaux...

Mais le loup tombe gravement malade tant il est faible. Il ne peut se contenter de myrtilles ou de champignons. Pour Marlaguette, c'est une terrible révélation : il faut que le loup pour vivre, mange à nouveau des petits lapins ou d'autres animaux  de la forêt...

"Je te dédis de ta promesse. Va vivre au fond des bois comme vivent tous les loups."

Marlaguette comprend que la plus belle preuve d'amitié, c'est d'accepter l'autre tel qu'il est...

"En peu de temps, le loup redevint fort et beau. Mais il ne tuait maintenant que lorsqu'il avait faim et jamais plus il ne mangea de petit enfant. Parfois, de loin, entre les branches, il voyait passer la robe claire de Marlaguette et cela lui faisait à la fois plaisir et tristesse. Et Marlaguette regardait souvent vers le fond des bois, avec son doux sourire, songeant à cette grande bête de loup qui, pour l'amour d'elle, avait accepté pendant des jours de mourir de faim..."

 


Ce livre est tout simplement superbe !

Autant vous dire que les jeunes enfants adhèrent totalement à cette histoire d'amitié entre un loup et une petite fille...mais comprennent aussi, grâce à ce joli conte, que chaque animal  a une place dans le monde et qu'on doit la respecter pour préserver l'équilibre de la nature.

 

Les dessins sont un brin rétro. Marlaguette est habillée comme l'étaient les petites filles de l'époque !

 

Cette édition est illustrée par Gerda Muller qui a aussi illustré "Boucle d'or et les trois ours".

Qui est Marie Colmont ?

 

Marie Colmont, de son vrai nom Marie Moréal de Brévans, est un écrivain français pour la jeunesse, née le 5 mai 1895.

 

Devenue orpheline à l'âge de dix ans, elle est recueillie par la famille Collin-Dalvaud dont elle épousera le fils aîné, Henri Collin Delavaud.

Elle accompagnera son mari aux Etats-Unis, puis à Londres. Ils auront deux filles, Michelle, née en 1918, et Janine, en 1926, l'année où ils s'installent en France.

De son séjour aux États-Unis, elle conservera des impressions très vives sur la vie américaine.

C'est pour dénoncer les injustices et les souffrances dont elle a été le témoin et qu'elle ne supporte pas, qu'elle décide de s'adresser directement aux enfants en écrivant pour eux.

Toute sa courte vie, elle restera enthousiaste et passionnée.

 

Elle est surtout connue pour des contes tels que l'histoire de Marlaguette ou de Perlette goutte d'eau, ou encore de l'ourson Michka. Mais plusieurs de ses œuvres ont été régulièrement rééditées dans la collection du Père Castor (chez Flammarion).

 


Au milieu du XXe siècle, elle était déjà reconnue comme un auteur de littérature jeunesse. Elle est d'ailleurs citée dans les manuels scolaires de cette époque.


A la fin de sa vie, elle a également participé et joué un rôle actif dans l'extension des Auberges de jeunesse.


Son décès prématuré, le 6 décembre 1938 est dû à la tuberculose, dont étaient également mortes sa mère et sa sœur.

 

Les autres versions de Marlaguette ...

 

 

Une nouvelle édition de ce conte classique, avec un CD est paru en 2009 pour le plus grand plaisir des petits de 3 à 6 ans. L'histoire est racontée par Sylvia et François avec une musique de Hugues Le Bars.

Durée de l'histoire : 8 minutes 26.

 

 

Ce conte existe aussi dans une nouvelle version illustré et modernisé par Olivier Tallec.

 

 

 

Bibliographie de Marie Colmont

 

 

- Perlette petite goutte d'eau (1936). Bien qu'un peu vieillot cet album permet de faire comprendre aux enfants le cycle de l'eau.

Perlette s'ennuie sur son petit nuage : elle décide de se laisser tomber sur la terre...la voilà partie pour un grand voyage. Elle tombe d'abord sur une plante au bord de l'eau puis dans le ruisseau, qui va bien sûr rejoindre le grand fleuve, puis la mer. Et voilà Perlette bien embêtée...

Comment va-t-elle faire pour retourner sur son nuage ? Seul le soleil pourra l'aider !

 

 

- Panorama du fleuve (1937); panorama de la côte (1938) ; panorama de la montagne (1938) / Réédités en 2010/ Trois albums illustrés par Alexandra Exter.

 

 

- Cigalou (1939/1998) devenu Quand Cigalou s'en va dans la montagne

Cigalou  va rejoindre les bergers dans la montagne. Les animaux et les plantes l'aiment beaucoup et veillent sur lui. Qu'il est heureux !

Espérons que quand il sera grand, Cigalou saura garder un comportement plein d'amour et de respect à l'égard de la nature...

Une jolie fable tout à fait d'actualité bien qu'un peu désuette.
 

 

- Ce que fait le vieux est bien fait (1939/1998)

Adapté du conte d'Andersen.

 

 

- Michka  (1941)

Michka, le petit ours en peluche, quitte la maison d'Elisabeth, une gamine capricieuse et trop gâtée. Il s'en va tout seul dans la forêt, tout fier de retrouver sa liberté.

Mais la nature est dure pour un petit ourson habitué à vivre au chaud dans une maison. Aussi il est bien content de rencontrer le Renne de Noël  !

Tous deux vont faire la tournée des cheminées...

Mais, il n'y a plus rien au fond du sac, lorsque Michka arrive devant la dernière maison du village. Or en ce soir de noël chacun doit faire une bonne action.

Alors Michka décide de rester...Finie la liberté !

Un album toujours aussi émouvant qui ravira les petits à partir de 3 ans. Une bonne occasion de parler de générosité, de partage et d'amitié

 

Les classiques...
Les classiques...Les classiques...

Les classiques...

 

- Pic et pic et colegram (1941)

C'est l'histoire de 3 petits lutins qui s'appellent Pic, Pic et Colegram. Le premier Pic est rouge et il s'occupe de tout ce qui est sur la terre. Le deuxième Pic est bleu et il s'occupe de tout ce qui est dans le ciel, quant à Colegram, qui est le plus petit, il décide de s'occuper des hommes...
La première personne qu'il rencontre, est une jeune fille qui souhaite remplir sa cruche à la source. Pour l'aider, Colegram prononce la formule magique suivante : "Pic et Pic et Colégram, Bour et Bour et Ratatam, Am, Stram, Gram..." et l'eau se met à jaillir avec tant de force qu'elle renverse la cruche qui se brise en mille morceaux. La jeune fille s'en va en pleurant...
Puis Colégram veut aider un vieux vagabond, il récite à nouveau sa formule magique mais encore une fois ça se termine mal...

Puis encore une fois Colégram croit bien faire en venant en aide à une petite sabotière et c'est à nouveau la catastrophe...
Alors Colégram, désespéré de ne pouvoir aider les hommes s'en va tout au fond de la forêt et se met à pleurer...

Il faut aller moins vite petit Colegram et aider les hommes en douceur ! La forêt heureusement saura le conseiller...

Une histoire rétro à souhait mais qui amusera les enfants par sa ritournelle et la répétition des situations. Comme toutes les histoires contées par Marie Colmont, la morale de l'histoire est pétrie d'humanité.

 

- Un pantalon pour mon ânon (1944/1993) existe en album et dans la collection Castor poche en 1990 (n°5023)

La Grise veut un pantalon pour son ânon. Quelle prétention !
Devant le refus du maître, tous les ânes et avec eux, les chevaux, ne veulent plus travailler pour lui.
Rapidement dans toute la ville, le désordre
s'installe ... Il suffirait pourtant d'un peu de gentillesse pour que tout aille mieux sur la terre.

 

- Poulet des bois (1945/1993)

Poulet des bois vit dans une cabane au fond des bois. Est-ce un petit garçon ? Est-ce un lutin ? Tout ce que l'on sait, c'est qu'il a des boucles blondes, qu'il vit presque nu en été et bien couvert en hiver...

Avec son ami Mon-Merle-noir, il part à la recherche de la princesse dont un cheveu se prit un jour dans la cage de l'oiseau.

 

- La bonne vieille (1945/1998)

Une vieille dame, n'hésite pas à héberger, à chouchouter et à lire des histoires à des animaux qui ont besoin d'un peu d'attention...

Les enfants adorent !

 

- Le tigre en bois (1952/1998) ou Histoire du tigre en bois.

Sur le coin d'une table en bois, le tigre en bois s'embêtait car personne ne lui parlait ni ne s'occupait de lui...Quelle tristesse de ne pas pouvoir aller dans la forêt ! Un soir pourtant vous l'avez deviné, il se met à marcher et plus il marche, plus il grandit jusqu'à atteindre la taille d'un vrai tigre...

Où veut-il aller ? Retrouver son berger pardi, celui qui l'a fabriqué dans un morceau de chêne. Mais arrivé là-bas dans la montagne, la bonne odeur des brebis l'empêche de dormir...

 

- 25 contes des peuples indiens (2000) collection Castor poche senior n°16 (8-12 ans) A découvrir en bibliothèque car définitivement épuisé.

Les Indiens vivent au rythme de leurs légendes ; dans la guerre ou la paix, ils écoutent la nature et ses dieux. Et quand le Manitou les appelle, ils accomplissent leur dernier voyage vers le Royaume de la chasse Eternelle...

 

Les autres livres de Marie Colmont...Les autres livres de Marie Colmont...
Les autres livres de Marie Colmont...Les autres livres de Marie Colmont...

Les autres livres de Marie Colmont...

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 16:30
Cette version date de 1956 !

Cette version date de 1956 !

"Il était une fois une petite fille dont les cheveux étaient si blonds qu'on l'appelait "Boucle d'or". Sa maman lui avait toujours interdit d'aller se promener seule dans les bois, mais il arriva un jour où Boucle d'or ne put résister à la tentation..."

Encore une petite fille désobéissante !

Bien sûr "Boucle d'or" se perd dans les bois. Mais ce n'est pas le loup qu'elle rencontre en chemin (comme dans "Le petit chaperon rouge") mais une maison vide qu'elle trouve confortable et à son goût.

Elle goûte la soupe, s'assoie sur les chaises et essaie les lits et bien sûr à chaque fois, elle trouve juste ce qu'il lui faut...

Lorsque les ours vont rentrer et la retrouver endormie dans le petit lit, celui qui est juste à sa taille, "Boucle d'or"  se réveille en sursaut et, effrayée, s'enfuit par la fenêtre. Heureusement le petit ours lui a indiqué le chemin à suivre... pour rentrer chez elle :"Prends le tout petit chemin à droite, petite fille, pour sortir du bois."


 

Les enfants adorent...

 

- A l'école maternelle, de la petite à la grande section, les enfants (filles ou garçons) s'identifient totalement à "Boucle d'or", car eux aussi, n'écoutent pas toujours leur maman...

Et quand on n'écoute pas sa maman, on sait ce qui arrive aux petits enfants "pas sages"...des mésaventures !

Ce conte est bien le reflet d'un époque plutôt moralisatrice car bien sûr, il incite les enfants à écouter davantage les conseils des adultes (au lieu de vivre leur propre vie en autonomie).


- Si les enfants adorent ce conte c'est aussi parce qu'ils adorent les ours.

Les trois ours symbolisent une famille puisqu'il y a un grand ours (le papa, off course), le moyen ours  (la maman) et le petit ours (l'enfant) .

 

- Le récit est plein de rythme et les enfants adorent les répétitions puisque chaque fois, il y a une grande table (assiette, chaise, lit), une moyenne table (assiette, chaise, lit), une petite table (...)

 

Enfin, la fin est rassurante comme c'était souvent le cas à  l'époque même dans les contes.

"Boucle d'or et les trois ours" est un conte, moralisateur certes, mais plein de charme.

 

 

Quelles sont les origines de ce conte ?

 

La première version écrite connue est celle de Robert Southey datant de 1837. Elle s'intitulait : "The story of the three bears" et sa parution dans son livre "The doctor" a été un franc succès.

Dans cette version, la petite fille blonde n'existait pas encore. C'était alors une vieille femme malhonnête qui avait en plus mauvais caractère !

Ensuite la vieille femme a été remplacée par une renarde (dans les versions anglaises) qui venait troubler la tranquilité de la famille formée par les trois ours...ce qui explique qu'à la fin, ils se mettent en colère et souvent la jettent au feu (ou la noient, selon les versions).

On retrouve aussi un renard, nommé "Scrapefoot", dans une version de 1894, très populaire, illustrée par John Dickson Batten, un illustrateur et peintre d'origine anglaise.

Le personnage de la petite fille apparaît finalement dans une adaptation du conte de Southey par Joseph Cundall (1849), un écrivain anglais qui a souvent écrit sous le pseudonyme de "Stephen Percy"et qui était aussi photographe.

"Boucle d'or" s’appelle d’abord Silver Hair, Silver-Locks, Golden Hair, Golden-Locks, et ce serait Flora Annie Steel qui aurait apporté le nom définitif Goldilocks en 1918 [source wikipedia]

 

Ensuite dans les années 50, l'histoire évolue encore et "Boucle d'or" est devenue si attachante et si jolie que les ours lui indique même le chemin pour retrouver sa maison et sa maman...c'est la version que l'on connait  !

 

 

Qu'apporte, aux enfants, la lecture de ce conte ?

 

La lecture de ce conte apporte bien évidemment tout d'abord, le plaisir du partage avec l'adulte !

 

Mais il faut savoir que ce conte a été critiqué par Bruno Bettelheim dans son livre bien connu où il analyse les contes de fées et qui s'intitule : "Psychanalyse des contes de fées". Selon lui quand l'histoire se termine, il n'y a "ni guérison ni réconfort ; aucun conflit n'est résolu ; et il n'y a pas de conclusion heureuse." comme c'est le cas dans la plupart des contes traditionnels.

 

Pourtant,  comme le pense la plupart des psychologues de l'enfance, si l'enfant adore cette histoire et veut sans cesse qu'on la lui raconte à nouveau, c'est qu'il trouve une solution à son problème...

 

Ce conte aborde en effet la question importante de l'identité et de la place qu'occupe l'enfant au sein de la famille.

 

L'enfant apprend aussi, sur lui-même, plein de choses à la lecture de ce conte...

 

- que ce n'est pas bien de rentrer chez les autres, c'est chez eux.

 

- qu'on doit rester à sa place d'enfant. Pourtant quand "Boucle d'or" casse la petite chaise,  elle s'aperçoit qu'elle est trop grande pour une aussi petite chaise. C'est donc qu'elle grandit...et qu'il lui faut à chaque étape, chercher sa nouvelle place qui évolue au fur et à mesure [dans la famille donc]

 

 

- que lorsqu'on fait des essais, c'est bien de procéder toujours dans le même ordre (elle goûte d'abord la soupe dans la grande assiette, puis dans la moyenne enfin dans la petite et celle-ci est parfaite).

 

- que ce n'est pas bien de désobéir (de s'éloigner de la maison, de ne pas écouter sa maman...) mais ce qui est très important, c'est qu'on peut TOUJOURS revenir en arrière et retrouver sa maison et sa maman.

 

Voilà une conclusion très rassurante pour l'enfant !

 

 

Qui sont les auteurs ?

 

Rose Celli (pseudonyme de Rose Brua) est née en Algérie en 1895. Sa mère était sicilienne et son père algérien. Elle était la sœur aînée d'Edmond Brua (1901-1977), écrivain, poète et journaliste.

Elle était amie avec Lucien Jacques et Jean Giono.

Dans une de ces "Lettres à la NRF", datant de mars 1932, Jean Giono s'adresse directement à Louis-Daniel Hirsch, qui faisait partie du Comité de lecture de la NRF (Gallimard)  et était le principal contact de Giono dans cette maison d'édition. Il lui envoie le manuscrit du roman "Isola" (1932), et précise que l'auteur, Rose Celli, a déjà traduit chez eux un roman "Pas si calme" sous son vrai nom (Rose Brua).

Non seulement ce roman "Isola" fut publié par Gallimard, mais Rose Celli remporta le prix Minerva en 1933.

Au cours de sa carrière, elle traduit de nombreux auteurs dont George Steiner, Virginia Woolf, Charles Dickens et Herman Melville.

De nombreux textes sont inédits comme par exemple son journal d'Algérie dont son frère a fait don d'un extrait à lire ICI.

 

Rose Celli se spécialise ensuite dans la réécriture de contes classiques pour enfants en particulier dans la collection "Classiques du Père Castor", dont elle est une des fondatrices.  parmi eux :"Baba Yaga", un conte russe célèbre et le "Conte du petit poisson d'or" (2005). "Album fée" datant des années 30 (1933 exactement) vient d'être réédité.

 

Rose Celli est morte à Saint-Paul-de-Vence en 1982.


 

Gerda Muller est une illustratrice d'origine néerlandaise. Elle est née le 21 février 1926, à Naarden aux Pays-Bas.

 

Gerda Mûller a illustré dans les années 60 la version traditionnelle de "Boucle d'or et les trois ours" paru au Père Castor en 1956. Les illustrations de Gerda Muller sont pleines de tendresse.  Boucle d’or est une petite paysanne modèle avec sa courte jupe rouge froncée et ses sabots aux pieds ! Les illustrations sont réalistes et les enfants les regardent avec un très grand plaisir...

Mais elle rêvait de reprendre ce grand classique et publiera en 2006, 50 ans après la première, une version modernisée... Boucles d'Or (avec un s) habite maintenant dans une roulotte. Elle fait partie de la troupe d’un cirque et voyage en caravane !

Cette fois-ci, l'illustratrice assure le texte et l’illustration.

 

Quelle a été sa carrière ?

Elle a d'abord suivi des cours à l'Ecole des arts décoratifs d'Amsterdam, puis à l'école Estienne à Paris, avant de collaborer à de nombreux albums pour enfants.

Puis elle rencontre l’éditeur Paul Faucher et ce sera le début d’une longue collaboration qui commence avec "La Bonne journée" qui paraît en 1951 et "Marlaguette" en 1952. Elle a aussi illustré "Les Bons amis" et "Les Trois petits cochons" de Paul François (de son vrai nom Paul Faucher).

Gerda Muller collabore aussi à la presse enfantine, notamment à Bayard Presse de 1968 à 1975. Elle est également l'auteur de la série des "Turlutins".

"Quand je travaille seule dans mon atelier, je ressens la présence d'un enfant qui regarde et souvent me guide. C'est pour lui que je travaille (pas pour les parents ou pour les éditeurs)."

Comme l’a dit un jour un critique, on ne connaît pas toujours son nom, mais tous les enfants connaissent ses dessins.

 

Gerda Muller travaillera aussi pour des livres de classe édités par Belin, pour Gautier-Languereau chez qui elle illustre des contes qu’elle apprécie, ceux de Grimm ("Les Musiciens de la ville de Brême"), d’Andersen, de Marie Tenaille, d’après Goethe ("L’Apprenti sorcier"), pour Bayard, avec l’éditeur allemand Ravensburger, enfin pour l’Ecole des loisirs.

En tout elle est l'auteur ou l'illustrateur de plus de cent albums souvent traduits en 12 langues.

Elle utilise différentes techniques dont la plume (encre noire ou sépia) et l'aquarelle, la gouache, les crayons de couleurs, la peinture à l’huile, la lithographie, et plus récemment le pastel ..

 

Les différentes versions de "Boucle d'or et les trois ours"

 

- Boucle d'or et les trois ours / Rose Celli, Gerda Muller. Père Castor Flammarion, 1956 (réédition 1993) c'est celui qui est présenté ici.

 

- Boucle d'or et les trois ours / Jennifer Greenway. Editions Mango. 1993

 

 

- Boucle d'or et les trois ours / Louise Le Fur, Catherine Fichaux. Lito, l’imaginaire en relief. 1994

 

 

- Boucle d'or et les trois ours /  Rascal.  L'école des loisirs 2002

 

Le célèbre conte est ici proposé sans texte. Simplement en noir et blanc, avec des jeux d'ombres et de silhouettes. A l'enfant de raconter...ou d'imaginer !

 

 

 

 

 

- Boucles d'Or et les trois Ours / Jim Aylesworth, Barbara Mc Clintock. Circonflexe. 2004

Le texte est soigné et les paroles des trois ours sont de taille différente, en fonction de l'intervenant : écrites en petite taille pour le petit ours, en moyenne taille pour la maman et en grande taille lorsqu'il s'agit du papa avec sa grosse voix. Les caractéristiques des objets utilisés par Boucle d'Or sont soulignées avec humour. Les illustrations, charmantes, ressemblent à des gravures anciennes. Sur le dos de la couverture, un petit plus par rapport au conte classique : la recette des cookies de Maman Ours !

 

 

 -Boucles d'or et les trois ours / Gerda Muller 2006

Boucles d'Or est maintenant une petite fille qui voyage en caravane !

Un jour, en entrant dans la maison des trois ours, elle sème le désordre. Mais les ours, si ordonnés, lui pardonnent, tout en lui rappelant quelques règles de bonne conduite...

Gerda Muller donne une dimension nouvelle au conte...

 

 

 

- Boucle d'Or et les trois ours / Anne Royer, Mayalen Goust. Editions Lito. 2009.

Une version moderne du conte classique !

 

 

- Bou et les trois zours / Elsa Valentin, Ilya Green. L’atelier du posson soluble. 2009

 

Tout le monde connaît le conte de Boucle d'or et les trois ours. Mais connaissez-vous celui de Bou, petite fille aux cheveux noirs de jais, qui vit entourée de son paië et de sa maïe et qui, se perdant au milieu des bois pour "groupir des flores" et ne parvenant pas à retrouver son chemin, entre dans la « casa pikinote » de 3 « zours » ?

L’histoire de Boucle d’or et les 3 ours est ici revisitée dans une langue cocasse et phonétique.

 

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 16:29

 

Qui est Roald Dahl ?

 

C'est un écrivain et scénariste britannique, né au Pays de Galles en 1916.

Il est plus connu pour ses oeuvres à destination de la jeunesse mais a aussi écrit des nouvelles et des romans pour les adultes.

Ses parents sont d'origine norvégienne. A la mort de son père, alors que la famille est déjà en deuil, suite au décès de la fille aînée, la mère de Roald Dahl décide de s'installer en Angleterre au Pays de Galles. Il n'a que trois ans. Il fréquentera de très bonnes écoles anglaises, mais passera ses vacances scolaires en Norvège en famille. 

 

A 17 ans, il s'engage dans une compagnie pétrolière et part d'abord en Tanzanie puis en Afrique.

Survient alors la Seconde Guerre Mondiale. Roald Dahl a 24 ans. Il s'engage dans l'armée et se voit confier une compagnie de tirailleurs indigènes, chargée d'arrêter et d'interner les colons allemands du Kenya et de Tanzanie.

Puis il s'engage dans la Royal Air Force et devient pilote de chasse. Six mois plus tard, il échappera par miracle à un terrible accident d’avion dans le désert. Puis il sera affecté à l'escadrille 80.

C’est à la suite de sa rencontre avec C.S. Forester, en 1943 à Washington, qu’il commence à écrire des nouvelles destinées aux adultes qui seront publiées dans "New Yorker", "Esquire", "Harper's magazine" et même "Playboy".

Pendant les années de conflits, il écrit  son premier livre pour enfant, "Les Grimlins" (1943), qui sera adapté au cinéma en 1984.

Le recueil de nouvelles "Bizarre ! Bizarre !"(1953) et "Kiss Kiss" ( 1960) le font connaître du grand public.

Mais c’est seulement vers 1960 que Roald Dahl se consacre à l'écriture pour la jeunesse.

Il écrit d'abord pour ses cinq enfants.  Dans ses livres, les héros sont souvent des enfants malheureux, qui vont prendre leur revanche avec beaucoup d'humour et d'effets décalés.

 

Il publiera (la deuxième date indique la parution en France):

 

- "James et la grosse pêche" (1961 /1966) dont on tirera un film d'animation intitulé "James et la pêche géante" en 1997

- "Charlie et la chocolaterie" (1964 / 1967), qui sera adapté au cinéma en 1971 par Mel Stuart, puis en 2005 par Tim Burton avec un scénario de John August.

- "Fantastique Maître renard" (1970/1977) qui donnera le film "Fantastic Mister Fox" en 2009 réalisé par Wes Anderson.

- "Charlie et le Grand ascenseur de verre" (1972/1978), la suite de "Charlie et la chocolaterie".

- "Danny le champion du monde" (1975/1978)

- "Les deux gredins" (1980)

- "L'enfant qui parlait aux animaux" (1981) recueil de nouvelles.

-"La potion magique de George Bouillon" (1981/1982)

- "Le Bon gros géant "(1982/1984) qui a fait l'objet en 1989, d'une adaptation de Brian Cosgrove. Un film américain réalisé par Steven Spielberg (en préparation) sortira en 2016.

- "Sacrées sorcières" (1983/1984) donnera le film "Les Sorcières" en 1990.

- "Matilda" (1988)... le célèbre film sorti en 1996 de Danny Devito avec un scénario de Nicolas Kazan et Robin Swicord.

- "Un amour de tortue" (1990)

- "Coup de Gigot et autres histoires à faire peur" (2003)

Et bien d'autres...

 

En parallèle il écrit quelques scénarios, comme celui de "On ne vit que deux fois" (1967), d’après les romans de Ian Flemming.

 

Il écrira aussi deux autobiographies :

- "Moi, Boy" (1984), où il évoque son enfance.

- "Escadrille 80" où il raconte ses années africaines lorsqu'il était pilote dans la RAF.

 

C’est dans une cabane, au fond du verger de sa maison, située dans le comté de Buckingham, que Roald Dahl a écrit tous ces livres.

Il est devenu un des plus célèbres auteurs de livres pour la jeunesse.


Il s’est éteint le 23 novembre 1990 à l’âge de soixante-quatorze ans.

Son oeuvre est intemporelle. Les petits et les grands, quelle que soit leur génération continue à le lire et à raconter ses histoires...toujours drôles et inoubliables.

 

Roald Dahl a conservé dans un meuble de rangement en bois, les différents brouillons de ses histoires.

Ces brouillons sont maintenant conservés dans les archives du "musée Roald Dahl" à Great Missenden, dans le Buckinghamshire ­ ce qui nous permet de retracer la fascinante évolution de chacun de ses livres.

 

Pour en savoir plus vous pouvez consulter son site officiel ICI. (en anglais)

ou son fan club ICI.

 

L'Énorme crocodile / Roald Dahl

C'est un conte délicieux, à raconter aux enfants à partir de 5 ans...car le texte est assez long.

Mais comme il est très répétitif et très drôle, les enfants n'auront aucun mal à suivre l'histoire jusqu'au bout.

Ceux qui sont actuellement au CP sauront très vite le déchiffrer seuls.

 

 

L'Énorme crocodile vit en Afrique dans un marigot boueux aux côtés d'un crocodile moins gros que lui, appelé "Pas-Si-Gros".

Ce dernier se nourrit uniquement de poissons.

Par contre, l'Énorme crocodile prétend être assez habile et rusé pour tendre des pièges aux enfants...

"Rien n'est plus délicieux qu'un enfant dodu et bien juteux !" répète-t-il à qui veut bien l'entendre...

Il part alors à la recherche de sa proie à travers la brousse et va bien sûr rencontrer pleins d'animaux : Double-Croupe, l’hippopotame ; puis Trompette, l’éléphant ; Jojo-la-Malice le singe ; enfin l’oiseau Dodu-de-la-Plume ;  tous trouvent bien sûr que l'idée de l'Énorme crocodile d'aller manger un enfant, est absolument horrible !

Aussi décident-ils de s'unir pour déjouer ses plans...

L'Énorme crocodile, même rusé, n'est pas prêt de se mettre un petit enfant sous la dent !
 

 

Cet album est un vrai régal : il est bourré d'humour tant au niveau des textes que des illustrations. Les nombreuses répétitions dans le texte raviront les enfants...qui sauront très vite finir les phrases à votre place.

Les dialogues entre les deux crocodiles ou entre le crocodile et les autres animaux, sont absolument succulents (sans jeu de mots!). Les enfants découvriront avec plaisir les différents animaux d'Afrique.

 

Et je ne vous décris pas les illustrations... Du Quentin Blake comme on l'aime !

 

Un petit extrait...

 

"- Tu ne veux pas dire..., s'inquiéta Double-Croupe. Tu ne vas pas me dire que tu veux manger un enfant !
- Mais si ! acquiesça le Crocodile.
- Ah le sale vorace ! la sombre brute ! s'emporta Double-Croupe. J'espère que tu seras capturé, qu'on te fera cuire et que tu seras transformé en soupe de crocodile ! ! !
L'Énorme Crocodile partit d'un rire bruyant et moqueur, puis il s'enfonça dans la jungle.
Dans la jungle, il rencontra Trompette, l'éléphant.
Trompette grignotait des feuilles cueillies à la cime d'un grand arbre et il ne remarqua pas tout d'abord le Crocodile.
Aussi ce dernier le mordit-il à la jambe.
- Eh, s'offusqua Trompette de sa grosse voix profonde. Qui se permet ? Ah, c'est toi, affreux Crocodile. Pourquoi ne retournes-tu pas à cette grande rivière noire et boueuse d'où tu viens ?

- J'ai dressé des plans secrets et mis au point des ruses habiles, dit le Crocodile.
- Tu veux dire de sombres plans et des ruses sournoises, insinua Trompette... "

 

******************************************

 

Qui est Quentin Blake ?

 

 

C'est un écrivain et illustrateur anglais très talentueux...

Il est né dans la banlieue de Londres en 1932. Dès son jeune âge son passe-temps favori est le dessin. Ses parents sans l'encourager, le laissent faire...

Il étudie la littérature anglaise à l'université de Cambridge, puis obtient un diplôme d'enseignant à Londres, enfin il entre à l'école d'art de Chelsea.

Il n'a que 16 ans lorsque le magazine "Punch" publie son premier dessin !

Mais c'est en 1960, à 28 ans, qu'il  illustre pour la première fois un livre pour enfants, écrit par un ami, John Yeoman.

Il travaillera ensuite comme dessinateur de presse pour de nombreux magazines jusqu'en 1988.

 

On lui doit les illustrations de plus de 250 livres, ce qui en fait l'un des illustrateurs les plus célèbres et les plus appréciés au monde.

 

"Je sais bien que mes livres sont lus par des enfants, toutefois je ne dessine pas spécifiquement pour eux. Je m’adapte à l’œuvre que je dois illustrer, pas à l’audience qu’elle vise. D’ailleurs, quand je rencontre des petits, je m’adresse à eux comme à des adultes." affirme-t-il dans un interview à Télérama.

 

C'est grâce à l'album "L'énorme crocodile" que Quentin Blake et Roald Dahl, collaborent pour la première fois !

Leur rencontre, imaginée en 1976 par l'éditeur britannique Tom Maschler, des éditions Jonathan Cape, est un franc succès !

Elle marquera des millions de jeunes lecteurs.

L'illustrateur n'a pas son pareil pour donner vie aux personnages...et leur faire exprimer la tristesse, la joie, la peur .

Ses dessins sont caractérisés par des traits à l'encre, rehaussés de grandes touches à l'aquarelle.

Ce dialogue privilégié du texte et de l'image continuera entre eux jusqu'à la mort de Roald Dahl en 1990.


Quentin Blake illustre d'autres auteurs modernes comme John Yeoman et Russell Hoban, ou classiques comme Charles Dickens. Il illustre aussi ses propres textes.

Sa bibliographie est impressionnante...et ses récompenses aussi !

 

En parallèle, il dirige le département Illustration au prestigieux Royal College of Art de Londres (l'équivalent anglais de nos Beaux-Arts) jusqu'en 1986.
Nommé Officier de l'Ordre de l'Empire Britannique par la reine en 1989, Quentin Blake a aussi reçu les récompenses les plus honorifiques du monde de l'art.

En 1999, il est devenu le premier Ambassadeur du livre pour enfants ("Children’s Laureate") et a aussi une mission de «super-ambassadeur» chargé de promouvoir la littérature de jeunesse auprès du grand public.

Nommé Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres en 2002, il a aussi reçu le Prix Andersen 2002, LE «prix Nobel» international du livre de jeunesse.

En 2007, Il est également nommé Officier des arts et des lettres.

En mars 2014, il a été nommé Chevalier de la Légion d'honneur lors d'une cérémonie à Institut français de Londres.

 

Aujourd'hui, il consacre encore son temps à l'illustration et passe de plus en plus de temps en France, dans le Sud-Ouest.

 

 

Sur son site officiel ICI, découvrez comment il travaille...

Il publie son parcours de sa jeunesse aux années 2000, et vous propose une plongée dans son univers dans son livre "Pages, mots, images" paru en automne 2014.

 

 

 

 

Si vous aimez les histoires de crocodiles, je vous recommande la bibliographie sur ce thème ICI !

L'Énorme crocodile / Roald Dahl

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 09:02
Les animaux ont la parole / Peter Spier

Voici un album sans parole tout à fait plaisant qui s'adresse aux 0-3 ans et convient parfaitement à la petite section de maternelle.

 

Chaque double page regroupe les animaux dans leur milieu familier.

Par exemple, les animaux de la savane, de l'étang, du bord de mer, les animaux nocturnes ou ceux des zones désertiques sans que cela soit expliqué d'ailleurs aux parents.

Ce n'est pas obligatoire de le dire à l'enfant car il fera tout seul le lien.

 

La page des singes amuse énormément les enfants car chacun à un cri très particulier...

L'enfant adore voir la maman éléphant doucher son petit qui adore ça...

Quant à la basse-cour ou à l'étang envahi par les grenouilles, on s'y croirait !

 

Les animaux défilent au fil des pages, animaux connus ou pas par l'enfant, animaux bruyants ou animaux muets...

Le jeune enfant apprend chaque jour le nom d'animaux qu'il ne connaissait pas et s'amuse à retrouver ceux qu'il côtoie...

L'adulte partage avec l'enfant cette découverte et imite les cris des animaux ou invente leur propos.

Sur certaines pages, une petite souris se balade et on peut jouer avec l'enfant à la retrouver et à observer ce qu'elle fait...

 

 

C'est un album très coloré et très vivant, malgré l'absence totale de texte, l'enfant s'amuse beaucoup et l'adulte se lâche un peu ce qui crée une vrai complicité entre eux.

Les enfants sont d'excellents spectateurs et de plus ils sont indulgeants !

 

Cet album est paru pour la 1ère fois en 1971 aux USA et en 1974, en France. Depuis, il a été réédité plusieurs fois.  On le trouve aujourd'hui dans la collection Lutin Poche chez l'éditeur, l'École des Loisirs, en version poche broché.

 

 

Qui est l'auteur ?

 

Peter Spier est né en juin 1927 à Amsterdam. Son père était journaliste et illustrateur.

Il passe toute son enfance aux Pays-Bas et  fait ses études à Amsterdam. 

Son père, Jo Spier est d'origine juive. Pendant la Seconde guerre mondiale, il est arrêté suite à la publication de dessins satiriques sur Hitler, et interné à Westerbork.

Puis toute la famille est "cachée"  (ou retenue prisonnière ?) à la villa Bouchina, un presbytère chrétien, un camp pour les "juifs protégés par l'occupant" où pendant quelques mois la famille sera effectivement protégée des convois vers les camps de concentration allemands "soit-disant" par Anton Mussert, chef de la "pro-allemand Nationaal Socialistische Beweging", une organisation d'extrême-droite qui n'était pas antisémite au départ... Mais, Anton Mussert collaborera ensuite avec les nazis.

Toute la famille Spier sera ensuite détenue au camp de Theresienstadt où de nombreux artistes séjournèrent. Beaucoup trop moururent...

Eux survécurent...

En fait Jo Spier le père, aurait travaillé activement au film de propagande allemande "Theresienstadt". A-t-il subi réellement la pression de l'administration du camp ? A-t-il collaboré de son propre chef ? Il a réalisé aussi plusieurs peintures sur les murs de l'hôpital du camp.

Je n'en sais pas plus sur cette période "trouble" vécue par la famille et je ne sais pas si les allégations de collaboration avec les nazis sont réellement fondées ? Seuls, les historiens peuvent bien sûr trouver des éléments pour le prouver.

 

Quoi qu'il en soit, Peter est à cette époque un adolescent : il ne peut être tenu pour responsable des actes de son père...Il a été fortement marqué par son vécu dans les camps.  Toute sa vie il montrera dans son oeuvre, beaucoup d'humanité et prouvera son respect des différences et de la diversité humaine.

 

Mais revenons à sa biographie...

A l'âge de dix-huit ans (à la fin de la guerre), Peter commence à étudier le dessin et les arts graphiques jusqu'en 1947. Il fait ensuite son service militaire dans la marine jusqu'en 1951. Là il découvre l'Inde et l'Amérique du Sud.

Peter Spier travaille pour des journaux néerlandais : il est correspondant pour le "Elsevier's Weekly", un grand hebdomadaire hollandais, avant de s'installer à Paris pour un temps, puis à Houston au Texas.


Sa famille migre à New York en 1951.


Il s'y établit défintivement lui-aussi et commence à illustrer des livres pour enfants. Pour chacun de ses livres il fait toujours des recherches rigoureuses.

Ses premières illustrations paraissent en 1953 pour l'ouvrage de Margaret G. Otto, "Cocoa". Depuis il a illustré plus de 150 livres pour différents auteurs.

En 1961, il publie son premier livre en tant qu'auteur-illustrateur "The Fox Went Out on a Chilly Night", pour lequel il recevra, en 1962, le plus convoité des prix littéraires des Etats-Unis, le prestigieux "Caldecott Arward" .

Il publiera plus d'une quarantaine de livres par la suite.
"L'Arche de Noé" paru en 1978 remportera également de nombreux prix.

 

Peter Spier vit à Shoreham, Long Island, près de New York.

"Mes livres furent de grands succès parce qu'ils sont des livres de tous les jours, que les gens s'y reconnaissent..."

"Je ne fais jamais de livres à partir de sujets que je ne connais pas : ils ne seraient pas crédibles. Pour chacun d'eux, je vais sur les lieux afin de les rendre plus authentiques. Pour "Circus", le dernier paru, j'ai voyagé deux semaines avec le cirque que je peins. (Interview paru dans Notes Bibliographiques, Novembre 1992)

 

 

Petite bibliographie

 

Auteur-illustrateur très prolifique, il est difficile pour moi de vous lister tous ses albums... Dans ses illustrations, il utilise toutes les techniques : plume, aquarelle, encre...

 

- "Le cirque Mariano" (1992), est un véritable documentaire (à partir de 5 ans) pour tout savoir sur un grand cirque et sur ses pensionnaires, de l'installation du chapiteau au matin du départ en tournée...

 

 

- "Sept milliards de visage" (2009) à lire partir de 4 ans, accompagné d'un adulte ou de 7 ans, en autonomie.

 

Nous sommes tout différents et nous partageons la même planète...

Si nous regardons tous les êtres humains en détail, il n'y en a pas deux de semblables : la taille, les habitudes, les vêtements, la nourriture...tout est différent !

Il faut se procurer cet album en grand format pour mieux apprécier les illustrations. Les textes sont courts et très compréhensibles.

Indispensable pour aborder la diversité et la richesse du monde, ainsi que le racisme et ses origines, avec les enfants et les ouvrir sur les autres cultures et le respect . Des heures d'observations, de lecture et de discussions.

 

Ce livre est la réédition, au fur et à mesure de l'augmentation de la population mondiale, des titres suivants :  "Quatre milliards..." (1981) "Cinq milliards..." (1989) "Six milliards de visages" (1992), mais le contenu n'a pas changé d'un iota.

A noter : Les années des premières parutions sont approximatives. Je n'ai pas trouvé plus de détails à ce propos.

 

- "Noël" (1982) un album sur la période de noël qui aborde en couleur, les préparatifs...

 

- "Il pleut" (1982) à partir de 3 ans

Un frère et sa soeur enfilent une paire de bottes et un imperméable. Dehors, ils regardent les oiseaux perchés sur un fil électrique, courent dans les flaques, jouent avec l'eau qui tombe de la gouttière...

Sans texte, le livre raconte une journée par temps de pluie.

Il a obtenu le prix du livre pour la jeunesse attribué par la Fondation de France en 1983.

Des dessins très réalistes et pas de texte ce qui laisse place à l'imaginaire de l'enfant.

 

 

 

- "L'Arche de Noé"(1978), est devenu un classique aux superbes aquarelles où on retrouve l'humour de l'auteur...

 

 

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 10:37
Les Trois brigands / Tomi Ungerer

"Il était une fois trois vilains brigands avec de grands manteaux noirs et de hauts chapeaux noirs..." ainsi débute cet album.

 

Les trois brigands attendent la nuit pour attaquer les diligences, détruire les attelages et récupérer les biens des voyageurs apeurés.

Ils cachent leur butin en haut de la montagne, dans une caverne accessible par une simple échelle...

Mais un soir dans une diligence, ils tombent sur une toute petite fille endormie : c'est Tiffany.

Orpheline depuis peu, elle doit rejoindre sa vieille tante chez qui elle doit vivre désormais. Mais elle ne veut pas y aller !

 

Alors les trois brigands l'emportent comme un merveilleux trésor et la couche dans un lit moelleux...


"Que faites-vous de tout cet or ?" demande-t-elle. Les trois hommes ne s'étaient jamais posé la question....

 

Grâce à elle, les affreux brigands abandonnent tromblon, hache et soufflet, arrêtent les pillages et décident d'acheter, avec leur or, un magnifique château pour y héberger tous les orphelins du pays...

 

Un album-conte plein de tendresse, paru à l'École des Loisirs en grand format en 1968, puis en poche en 1979 (chez lutin poche).

Quel dommage que la version en grand format n'existe plus. L'album y perd en puissance...

 

Les illustrations toutes en bleu, noir et rouge avec une touche de jaune (pour l'or) sont superbes.

 

Les enfants sont fascinés par la tenue des brigands, leurs chapeaux noirs, leurs armes et le trésor...

Ils tremblent avec les passagers et se réjouissent quand Tiffany, avec ses jolies boucles et ses questions de petite fille,  arrive à les convaincre de faire le bien autour d'eux au lieu de semer la terreur...

 

Les messages de Tomi Ungerer sont simples, les images et l'histoire sont efficaces...

 

Un album incontournable à offrir assurément à tous les enfants à partir de 4 ans et à posséder dans sa bibliothèque, car son succès ne se dément pas de génération en génération !

 

L'histoire a été adaptée au cinéma en 2007 et le DVD est encore disponible. Il y a quelques différences avec l'histoire du livre et les enfants peuvent bien sûr les chercher et les commenter...

Qui est l'auteur ?

 

Tomi (Jean-Thomas) Ungerer est né en France, à Strasbourg le 28 novembre 1931. Lorsqu'il a 3 ans, son père meurt et les difficultés financières consécutives à sa disparition, obligent la famille à quitter Strasbourg pour un petit village situé près de Colmar.

Cette immersion dans la nature lui serviront plus tard dans son oeuvre. Il y puisera l'inspiration et se souviendra de ces villages tranquilles et de l'accueil chaleureux des habitants.

 

Tomi Ungerer  va cependant être très marqué par la seconde guerre mondiale. Sa région, l'Alsace, est annexée à l'Allemagne dès 1940, avant de redevenir française à la fin de la guerre.

A 8 ans, il est obligé de parler en allemand et ne peut plus dire "bonjour" dans la rue, sous peine d'être puni. A l'école il ne peut ni parler français, ni alsacien...C'est là que pour la première fois, il perd tous ses repères et se révolte.

Il aura beaucoup de mal à se réadapter à la fin de la guerre, à parler à nouveau une autre langue. Toute sa vie, il se révoltera ensuite contre les injustices !

Il se fera renvoyer de l'école avant de passer son baccalauréat, qui est du coup compromis.

 

Commencent alors pour lui des années encore plus difficiles. Il consacre alors beaucoup de son temps à des voyages et parcourt avec les moyens du bord, la Laponie, l'Islande, la Norvège, la Grèce et l'ancienne Yougoslavie et traverse l'Europe.

Puis il fait son service militaire en Afrique du Nord, mais il ne supporte pas la discipline militaire et sera démobilisé.

Il revient enfin sur Strasbourg mais se fera renvoyé pour indiscipline alors qu'il a réussi à s'inscrire aux Arts décoratifs.

Puis, avec 60 dollars en poche, il débarque avec son carton à dessin à New York. Grâce à Ursula Nordström, éditeur de livres pour enfants chez Harper & Row, il signe son premier contrat...C'est le succès immédiat !

 

Affichiste, auteur-illustrateur, inventeur d'objets, collectionneur, dessinateur publicitaire, il est considéré comme l'un des plus importants auteurs de littérature jeunesse depuis plus de 60 ans. Mais pas que...


Ses livres ont été traduits en plus de quarante langues.

Il est également connu pour ses affiches provocatrices contre la guerre du vietnam et l'injustice raciale, ainsi que pour ses satires sociales pour adultes.

Il s'est engagé dans les campagnes contre le racisme et le fascisme, pour le désarmement nucléaire, l'écologie et de nombreuses causes humanitaires.

Il s'implique également dans des campagnes pour les relations franco-allemandes.

 

Dans les années 70, il migre au Canada, puis s'installe définitivement en Irlande, le pays de sa femme où il vit encore aujourd'hui dans une ferme isolée. Il parle couramment le français, l'alsacien, l'allemand et l'anglais.

 

Il a fait don de son œuvre et de sa collection de jouets (en plusieurs dons) au Musée de Strasbourg (ouvert depuis 2007). Retrouvez ICI, l'Abécédaire conçu pour la visite du musée.

 

Il a reçu le prix Hans-Christian Andersen, le petit prix Nobel de littérature, pour l'ensemble de son œuvre en 1998, une oeuvre qui est riche de 30 000 à 40 000 dessins.

Il a été aussi nommé ambassadeur du conseil de l’Europe pour l’enfance et l’éducation.

Le 16 septembre 2014, au Palais de l’Elysée, Tomi Ungerer a été nommé Commandeur de l’Ordre National du Mérite, une des plus hautes distinctions de la République française.

 

Toute son oeuvre est imprégnée de la pudeur, de la tendresse et du ravissement de l'enfance...

 

Retrouvez sa biographie complète sur le site de RICOCHET.

Découvrez un portrait original de l'auteur édité par Télérama, en 2008 et mis à jour en 2014.

 

Sa bibliographie est trop riche pour vous dresser la liste exhaustive de son oeuvre. Retrouvez ses principaux albums encore disponibles à l'École des Loisirs, ainsi que la rubrique qui lui est consacrée sur La Joie Par les Livres.

 

Certaines ne sont pas pour les enfants...Certaines ne sont pas pour les enfants...
Certaines ne sont pas pour les enfants...Certaines ne sont pas pour les enfants...Certaines ne sont pas pour les enfants...

Certaines ne sont pas pour les enfants...

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 09:15
Spot, le petit chien ne savait pas lors de sa parution qu'il allait révolutionner l'édition jeunesse...

Spot, le petit chien ne savait pas lors de sa parution qu'il allait révolutionner l'édition jeunesse...

Sally, la maman chien  cherche son petit partout !

Mais où est donc passé Spot ? 

 

Est-il dans la malle ?  derrière la porte ? dans l'armoire ? dans le piano ? ou sous le tapis ? peut-être sous le lit...

 

 

Un album interactif, tout simple avec très peu de texte, mais qui "marche" à tous les coups avec les plus petits puisqu'à la place de Spot, il y a bien sûr, vous l'avez deviné, un autre animal que l'enfant devra découvrir et reconnaître... en soulevant un rabat.

Chaque double page est consacrée à un thème.

L'enfant adore ouvrir les volets qui bien sûr sont à manipuler doucement car fragiles. On apprend à nommer les différents meubles de la maison en même temps que le nom des animaux.

Les phrases répétitives "Est-il dans... Est-il sous...?" permettent d'enrichir le vocabulaire de l'enfant et de le faire participer à l'histoire...

 

C'est un album indémodable pour les petits... Une valeur sûre !

J'ai choisi ce titre car c'est l'auteur qui a lancé le premier, le concept des flaps à soulever ! Avouez que vous ne le saviez pas !!

 

Cet album est paru pour la première fois en France chez Nathan en 1980. Il est le tout premier de la longue série de Spot ! Et oui, Spot a déjà 35 ans et pas une ride !

Il vient d'être réédité en 2011 avec une nouvelle couverture argentée.

Les jeunes parents d'aujourd'hui ont tellement aimé Spot lorsqu'ils étaient petits qu'ils adoreront le raconter à leur tour à leurs enfants dès l'âge de 18 mois (si vous les aidez à soulever les rabats)....

C'est également un album très utilisé en Petite et Moyenne section de maternelle.

 

Dans la même série :

- Spot va à l'école

- Bonne nuit, Spot

- Le grand imagier de Spot

- La journée de Spot

- Les amis de Spot

- Les jouets de Spot

- La promenade de Spot

- Spot va à la ferme

et bien d'autres :)

 

Incroyable mais vrai...

 

Eric Hill (Eric Gordon Colline de son vrai nom) est né à Londres en 1928 et décédé en 2014 en Californie.

Il avait quitté l'école à l'âge de 14 ans. Embauché comme garçon de course (livreur quoi...) dans un studio d'illustration, les autres employés l'encouragent à dessiner des petites BD et des dessins animés durant son temps libre. C'est ainsi qu'il apprend à dessiner.

Après son service militaire, il produit des sketches pour des magazines puis travaille comme designer et illustrateur indépendant dans la publicité.

 

C'est en dessinant pour son petit-fils Christopher âgé de 3 ans que l'auteur Eric Hill  invente assez tardivement dans sa carrière, le petit chien Spot.

Véritable innovation, le concept des rabats à soulever est un tel succès que Spot se retrouve en tête des ventes et est très rapidement traduit en 60 langues. Il sera vendu à plus de 60 millions d'exemplaires dans le monde.

 

Eric Hill a sans le vouloir révolutionné l'édition jeunesse !

 

Dès l'adolescence, Eric Hill avait pris l'habitude de dessiner, notamment des comics et des avions, comme il s'en souviendra plus tard : "Quand j'ai dessiné Spot pour la première fois, j'ai automatiquement dessiné les taches sur son flanc et au bout de sa queue, comme les marques sur le fuselage d'un avion."

 

Adopté par les enfants, le petit chien va connaître un succès jamais démenti...

"J'aime beaucoup le personnage, c'est mon pote et je me sens bien avec lui. Inconsciemment, je vois les choses du point de vue d'un chien, et Spot fait partie de moi", expliquait l'auteur, non sans humour !

 

En 1983, l'auteur s'installe en Arizona puis en Californie.

En 1987, La BBC réalise un dessin animé à partir de l'histoire de Spot.

La première série animée (saison 1) était produite par King Rollo Films, et a été diffusée sur la BBC entre le 9 Avril 1987 et le 17 Juillet 1987. Elle se composait de treize épisodes durant chacun cinq minutes. Les épisodes étaient racontés par Paul Nicholas et la musique composée  par Duncan Lamont.

Ensuite la saison 2 est diffusés entre le 7 Septembre et le 30 Novembre 1993. Elle est également composée de treize épisodes de cinq minutes.

Une fois de plus, les épisodes ont été produits par King Rollo Films. Paul Nicholas et Duncan Lamont sont encore de la partie.

Enfin, une troisième série très semblable aux premières et intitulée "Musical Adventures Spot", est diffusée entre le 25 Octobre et 10 Novembre 2000.  Cette série est composée de treize épisodes, chacun avec une courte chanson en eux. Cette fois, c'est la comédienne Jane Horrocks qui raconte l'histoire  et la musique est toujours composée par Duncan Lamont, mais les chansons sont interprétées par Dan Russell.

D'autre produits commerciaux vont ensuite voir le jour en particulier des VHS comme "Il est amusant d'apprendre avec Spot" phase 1 en 1990, et phase 2 en 1994.

Mais ça c'est beaucoup moins intéressant !!

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 08:31

 

La période de noël approche et j'ai décidé de penser un peu plus aux jeunes enfants, en vous proposant chaque semaine, une chronique (ou +) sur un album dit "incontournable" faisant partie des classiques pour la jeunesse.

 

Je ne prétends pas être exhaustive dans mes choix mais vous proposer des auteurs qui ont marqué la littérature jeunesse depuis plusieurs décennies et grâce auxquels cette littérature est devenue une littérature à part entière, reconnue par ses pairs.

 

Parfois ces albums sont uniques et je vous parlerai de l'auteur et de l'illustrateur.

Quelquefois ces albums appartiennent à des séries et j'essaierai de vous lister les meilleurs titres.

 

Enfin vous l'aurez compris, je vais délaisser un temps mes thèmes de prédilection comme mes bibliographies thématiques par exemple celles que j'ai commencé sur la SF (hé oui je sais je ne l'ai pas fini) pour proposer cette sélection d'album à offrir...aux plus jeunes ou à s'offrir pour le plaisir !

 

Pour retrouver cette sélection, il suffira de cliquer sur le tag "classiques jeunesse" !

 

 

 

 

Noël chez Ernest et Célestine / Gabrielle Vincent

Cet album est idéal pour les petits de 2 ou 3 ans et la petite section de maternelle.

 

C'est bientôt noël, Ernest (l'ours) avait promis à Célestine (la petite souris) de faire une fête...mais maintenant que noël approche, Ernest pense qu'ils sont trop pauvres pour organiser un vrai réveillon.

 

Trop pauvres ? Ce n'est pas du tout l'avis de Célestine qui ne manque pas d'idées originales...

 

Dans leur petite maison pauvre certes, mais néanmoins chaleureuse, Ernest se met à dessiner, Célestine à empaqueter...

Tous deux récupèrent dans la rue des tasses, des assiettes et des tissus. Ernest a tout pour se déguiser en père noël !

 

Le soir du réveillon arrive et de nombreux amis sont attendus.

Mais parmi eux bien sûr, il y a un trouble-fête...

Qu'à cela ne tienne, les enfants s'amusent et Ernest n'a pas son pareil pour jouer de la musique et raconter des histoires...

 

 

J'aime cet album empli de poésie, de tendresse, de générosité et surtout de beaucoup d'humanité. Il nous parle de l'importance de l'amitié et du partage à chaque page.

Les personnages sont particulièrement attachants...et les couleurs pastels ajoutent beaucoup de douceur à l'ensemble.

Magnifique et touchant !

 

J'ai choisi ce titre car en cette période de préparatifs de noël, il m'a semblé que c'était une jolie façon de rappeler aux enfants les vrais valeurs de noël, plutôt oubliées dans nos sociétés de consommation.

 

De plus, c'est un album qui a enchanté plusieurs décennies d'enfants (dont les miens) depuis sa première parution en 1983 chez Duculot.

 

Qui est Gabrielle Vincent ?

 

Son vrai nom est Monique Martin.

Elle est née à Bruxelles en 1928 et est décédée en septembre 2000.

 

Dès son enfance elle aime dessiner. Après avoir fait des études de dessin et de peinture à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles, elle se consacre d'abord à la peinture qui est sa principale activité.

Elle expose ses oeuvres qui sont unanimement saluées par les critiques.

 

Puis, elle se lance dans les années 80, dans l'illustration de livres pour enfants et crée la série "Ernest et Célestine" qui lui vaudra une renommée mondiale et de nombreux prix. Mais elle a écrit une vingtaine de titres souvent moins connus, en dehors de cette série.

 

Elle s'attachera toute sa vie d'artiste à "exprimer la vérité humaine, à transmettre l'intensité d'un geste ou d'un regard, à faire sentir la qualité de la relation qui unit les êtres".

 

Ses livres sont publiés dans le monde entier et même les adultes sont touchés en plein coeur par l'intensité poétique de ses images.

 

Elle laisse derrière elle de nombreux dessins, en noir et blanc (encre, fusain, crayon) ou en couleur (aquarelle, pastel, huile)... oeuvres qui continuent à vivre grâce à la Fondation Monique Martin.

Pour en savoir plus sur l'auteur, consultez la page de la fondation, consacrée à sa biographie complète, en cliquant ICI.

 

 

Retrouvez Ernest et célestine chez Casterman, dans...

 

- Ernest et Célestine ont perdu Siméon (premier album publié en 1981)

Le sapin de Noël

- La naissance de Célestine

- La chambre de Joséphine

Les questions de Célestine

- Ernest et Célestine vont pique-niquer

- Ernest et Céestine au cirque

- La tante d'Amérique

Ernest et Célestine chez le photographe

- Ernest et Célestine musiciens des rues

La tasse cassée

- La cabane

- Une chanson

- Le labyrinthe

- Ernest et Célestine...et nous !

-  Ernest et Célestine ont des poux (dernier album publié du vivant de l'auteur en 2000)

 

 

En 2012, "Ernest et Célestine" a été adapté au cinéma.

Réalisation Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier sur un scénario de Daniel Pennac, qui lui dédie aujourd'hui un livre intitulé : "Le Roman d'Ernest et Célestine", véritable hommage à l'artiste.

Il a obtenu en 2013 le César du meilleur film d'animation !

Un film à visionner à partir de 3-4 ans...

 

Partager cet article

Repost0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -