Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2020 4 08 /10 /octobre /2020 05:21
Vue générale de l'église romane de Saint-Front

Vue générale de l'église romane de Saint-Front

Nous allons poursuivre aujourd'hui la découverte du petit village altiligérien de Saint-Front en visitant son église romane. 

 

Un peu d'histoire...

L'église a été construite au début du XIe siècle, sans doute à l'emplacement d'une bâtisse romaine, car des vestiges contenant des inscriptions romaines ont été mises au jour lors des campagnes de rénovations récentes. 

Elle est signalée pour la première fois dans le cartulaire du Monastier en 1039. Ce sont encore une fois les moines du Monastier-sur-Gazeille, qui ont décidé de sa construction, mais au départ elle appartient aux Seigneurs du Mézenc qui la cèdent à l'abbé du Monastier vers 1690 en échange de 1000 sous d'or qui leur permettront de partir en Terre Sainte. Elle dépendra alors du Monastier pendant plusieurs siècles.

Au XVe siècle c'est une église paroissiale. 

Son plan est classique formé d'un nef centrale à trois travées coupée par un transept, au milieu duquel s'ouvre l'abside encadrée par deux absidioles. 

 

Au XVI° siècle, l'église est agrandie par une nef latérale sud, empiétant en partie sur l'ancien cimetière contigu. Cette dernière s'ouvre sur l'extérieur par une petite porte surmontée d'un blason qui représente les armoiries de l'abbé Barry, où se lit distinctement la date de 1600.

La façade, fortement détériorée pendant la Révolution française, est reconstruite en 1806, et restaurée récemment dans les années 80. 

 

Vous remarquerez qu'au-dessus du portail d'entrée se trouve une jolie balustrade qui proviendrait de la Chartreuse de Bonnefoy dont je vous ai parlé dernièrement.  

La façade avec sa balustrade, et la porte de la nef latérale sud, surmontée du blason de l'abbé Barry
La façade avec sa balustrade, et la porte de la nef latérale sud, surmontée du blason de l'abbé Barry
La façade avec sa balustrade, et la porte de la nef latérale sud, surmontée du blason de l'abbé Barry

La façade avec sa balustrade, et la porte de la nef latérale sud, surmontée du blason de l'abbé Barry

Au XIXe siècle, l'église  est agrandie par une seconde nef au nord et c'est sans doute à cette date également que le clocher qui se voit de loin dans le village, est érigé à son tour. Il porte trois cloches alignées, surmontées d'un clocheton, datées du XIXe siècle. 

Le clocher, les cloches et le clocheton
Le clocher, les cloches et le clocheton
Le clocher, les cloches et le clocheton
Le clocher, les cloches et le clocheton

Le clocher, les cloches et le clocheton

L'église est très belle de l'extérieur. Nous pouvons en faire le tour en parcourant le jardin public (installé sur l'ancien cimetière dont il reste quelques tombes). Elle est bâtie en pierres volcaniques comme c'est le cas dans toute la région. 

L'église vue de l'extérieur

L'église vue de l'extérieur

L'église vue du jardin public
L'église vue du jardin public
L'église vue du jardin public

L'église vue du jardin public

Je vous propose de découvrir maintenant l'intérieur. Les pierres volcaniques donnent le plus souvent des intérieurs sombres. 

Vues générales de la nef
Vues générales de la nef
Vues générales de la nef
Vues générales de la nef
Vues générales de la nef
Vues générales de la nef

Vues générales de la nef

Je n'ai pas réussi les photos des vitraux mais en voici tout de même deux ! 

Deux des vitraux
Deux des vitraux

Deux des vitraux

Voici quelques vues des arcs, des colonnes et colonnettes qui les soutiennent. 

Les arcs et les colonnes intérieures
Les arcs et les colonnes intérieures
Les arcs et les colonnes intérieures
Les arcs et les colonnes intérieures

Les arcs et les colonnes intérieures

Autres détails pris dans l'église dont le bénitier datant de 1736. 

Autres détails pris dans l'église de Saint-Front et un petit clin d'oeil à Yann
Autres détails pris dans l'église de Saint-Front et un petit clin d'oeil à Yann
Autres détails pris dans l'église de Saint-Front et un petit clin d'oeil à Yann
Autres détails pris dans l'église de Saint-Front et un petit clin d'oeil à Yann

Autres détails pris dans l'église de Saint-Front et un petit clin d'oeil à Yann

Voilà, notre visite de Saint-Front et de son patrimoine est terminée, j'espère que la balade vous a plu. A bientôt pour d'autres découvertes ! 

A bientôt !

A bientôt !

Partager cet article

Repost0
6 février 2020 4 06 /02 /février /2020 06:17
L'église abbatiale du Monastier-sur-Gazeille (façade occidentale)

L'église abbatiale du Monastier-sur-Gazeille (façade occidentale)

L'abbaye Saint Théofrède, également appelée Saint Chaffre, est classée sur les listes des MH depuis 1840. Elle daterait de l'époque mérovingienne ce qui en fait l'un des plus anciens monastères de France. Elle doit son nom à l'un des premiers abbés mort en martyr en 728.

 

On connaît mal les circonstances de son édification et les renseignements qui sont parvenus jusqu'à nous font quasiment partis des légendes du pays. Trois personnages entrent en jeu. Le premier est le dénommé Calmin (ou Calminius). Il serait le fondateur de Calmel, le nom d'origine du Monastier. Il y aurait ensuite Eudes, le premier abbé du monastère venu des Iles de Lérins, puis enfin, Théofrède, son neveu et successeur, qui aurait donc donné son nom à l'abbaye. 

Ce que l'on sait, c'est que la construction de l'abbaye démarre au Xe siècle,  vers l'an 950, pour s'achever au XIIe siècle, date de son apogée. Elle rayonnait alors à travers un vaste territoire dans tout le sud de la France, jusqu'en Provence et dans le Rouergue, mais aussi jusqu'au Dauphiné et dans le Piémont italien. Elle administrait alors près de 250 dépendances. 

 

A la fin du XVe siècle, les voûtes sont rénovées après leur effondrement sans doute lié à un séisme qui a secoué la région. La grande tour des cloches est érigée, ainsi que le grand escalier qui permet d'accéder au parvis, déjà en place. 

L'église est à nouveau rénovée, au XVIIIe puis au XXe siècle. 

 

La vie monastique a donc marqué la cité du Monastier. Aujourd'hui le seul vestige en plus de l'ancienne abbaye, est la place du couvent (en rénovation lors de mon passage). Elle a été implantée sur l'ancien cloître aujourd'hui disparu qui avait été construit en 817. 

Place du couvent en rénovation

Place du couvent en rénovation

L'église abbatiale du Monastier est la seconde de Haute-Loire en taille, après la cathédrale du Puy-en-Velay.  Les spécialistes de l'art médiéval la considère comme une des plus belles églises romanes du centre de la France.

On entre aujourd'hui dans l'église par le portail latéral sud.

Le mur est à cet endroit construit entièrement en roches volcaniques et renforcé par des contreforts. C'est une des parties les plus anciennes de la bâtisse.

Il est percé de trois baies (on voit surtout les deux principales sur mes photos). Les arcs sont soutenus par des colonnettes simples mais aux chapiteaux sculptés.

 

La façade sud et le portail
La façade sud et le portail
La façade sud et le portail
La façade sud et le portail

La façade sud et le portail

La façade occidentale, côté village, est d'une grande richesse et il faudrait passer des heures pour en découvrir tous les détails.

Nous n'avions aucun recul pour la prendre en photo même du bas des escaliers. Vous la voyez en entier seulement sur la première photo de mon article.

Cette façade est considérée comme un chef-d'oeuvre de l'art roman auvergnat. Elle est entièrement bâtie, comme la plus grande partie de l'édifice, en pierres volcaniques polychromes.  

Elle est constituée de deux niveaux...

Dans la partie basse, le portail principal s'ouvre au centre. Il est orné de trois voussures à section carrée et de colonnes aux chapiteaux sculptés. 

Le portail et les chapiteaux
Le portail et les chapiteauxLe portail et les chapiteaux
Le portail et les chapiteaux

Le portail et les chapiteaux

Les pierres sur cette façade, sont savamment agencées pour former de jolies mosaïques. 

Quelques dessins de la façade, en forme de mosaïque
Quelques dessins de la façade, en forme de mosaïque
Quelques dessins de la façade, en forme de mosaïque

Quelques dessins de la façade, en forme de mosaïque

Dans la partie haute, la grande ouverture centrale est également joliment décorée non seulement par des sculptures mais aussi par des colonnettes. 

L'ouverture centrale
L'ouverture centrale

L'ouverture centrale

Elle est encadrée par deux ouvertures latérales et surmontée par un fronton triangulaire.

 Les ouvertures latérales, de gauche ET de droite
 Les ouvertures latérales, de gauche ET de droite

Les ouvertures latérales, de gauche ET de droite

De nombreuses sculptures de différentes couleurs ocre, brune, noire sont accrochées à la paroi colorée, et la richesse des personnages représentés font de cette abbaye, un monument exceptionnel dans la région. 

De nombreuses sculptures
De nombreuses sculpturesDe nombreuses sculptures
De nombreuses sculpturesDe nombreuses sculptures

De nombreuses sculptures

La frise qui borde le fronton triangulaire est composée de différents personnages et autres décorations.  

N'oubliez-pas de cliquer sur les photos pour les agrandir ! 

Les différents personnages et décorations du frontonLes différents personnages et décorations du frontonLes différents personnages et décorations du fronton
Les différents personnages et décorations du frontonLes différents personnages et décorations du frontonLes différents personnages et décorations du fronton

Les différents personnages et décorations du fronton

Le chevet de l'abbatiale que l'on peut voir quand on se trouve au pied du château, est amputé de ses deux clochers qui furent abattus durant la Révolution. 

En l'observant, on découvre nettement deux périodes de construction. 

La partie inférieure est en pierre volcanique, alors que l'abside est bâtie en roche claire. Il s'agit d'arkose de Blavozy. Les arcs-boutants sont également en arkose et s'appuient sur des contreforts solides. Ils sont décorés d'armoiries. 

 

Le chevet vu de l'extérieurLe chevet vu de l'extérieur
Le chevet vu de l'extérieurLe chevet vu de l'extérieur
Le chevet vu de l'extérieurLe chevet vu de l'extérieur

Le chevet vu de l'extérieur

Voilà notre visite extérieure de l'église est aujourd'hui terminée. J'espère qu'elle vous a plu. 

 

Hier, au moment même où je finalisais cet article, je suis tombée par hasard sur un article du Journal "L'éveil" paru donc mercredi 5 février, qui parle d'une restauration devenue indispensable pour ce superbe édifice. Je vous mets l'article en lien ci-dessous pour ceux qui veulent en savoir plus (en espérant que ce lien perdurera).

Très bientôt, nous entrerons visiter les lieux, enfin, comme d'habitude... si vous le voulez bien ! 

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2019 3 06 /11 /novembre /2019 06:19
L'abbaye de Silvacane / La Roque-d'Anthéron (13)

L'abbaye de Silvacane / La Roque-d'Anthéron (13)

L'abbaye de Silvacane est une abbaye cistercienne fondée en 1144 par des moines venus de l'abbaye de Morimond. Elle a été bâtie dans un lieu isolé, nommé à l’époque Gontard, au milieu des marécages des bords de Durance, et des "forêts" de roseaux, où se trouvait déjà une petite chapelle qui dépendait de l'abbaye de Saint-Victor de Marseille et qui avait été fondée avant le XIe siècle.

Le nom de Silvacane vient de "silva canna" ou "forêt de roseaux". Ce nom apparaît dès 1030 dans une donation faite aux moines.

Les moines remplacent le gué de Gontard par un bac pour franchir la rivière. Ils assèchent les marais, les mettent en culture et grâce aux nombreuses terres qui leur sont offertes par Raymond des Baux vers 1144, ils font prospérer l'abbaye. D'autres familles de seigneurs locaux (les Béranger en particulier), vont faire de multiples donations de terres cultivables ou de pâtures aux moines de l'abbaye.

 

L'abbatiale actuelle est construite en 1175 par Bertrand des Baux, le successeur de Raymond, qui désire agrandir les bâtiments. Les travaux s'achèveront vers 1230.

L'abbaye est alors en pleine expansion pendant tout le XIIIe et une partie du XIVe siècle. 

Mais cela ne dure pas : les jalousies opposent les moines de Silvacane à ceux de la puissante abbaye de Montmajour, la guerre civile est partout provoquant des dégâts considérables au sein du monastère.

Les grandes gelées de 1364 anéantissent les récoltes d'olives et de vin, et marquent le début de son déclin. La Grande peste décime les habitants de la région et perturbe son économie.  En 1440, les inondations de la Durance détruisent en partie les cultures et endommagent durablement le monastère. Enfin, les débuts de l'imprimerie enlèvent aux moines leur rôle important de copistes.

Silvacane est alors quasiment inhabitable et déserte...

 

L'abbaye est ensuite annexée à la cathédrale Saint-Sauveur d'Aix-en-Provence en 1445. Elle devient ensuite église paroissiale de La Roque-d'Anthéron en 1513. Puis elle sera occupée pendant les guerres de religion, alternativement par des catholiques et des protestants.

La Révolution va entraîner son abandon puis sa vente. Elle devient bien national et les bâtiments sont alors utilisés comme exploitation agricole. L'église sert de colombier, le réfectoire de grenier à foin, et la salle capitulaire d'écurie.

 

Son classement aux Monuments Historiques en 1840 et son rachat par l'état en 1846, vont permettre de la sauver et surtout de la restaurer...

Elle sera en particulier restaurée par Henri-Antoine Revoil, puis par Formigé (père ? ou fils ?), architectes aux Monuments Historiques.

De nombreuses fouilles entre 1952 et 1998, ont permis de mettre à jour des éléments oubliés que les visiteurs peuvent aujourd'hui admirer et que je vous montrerai au fil de mes articles, comme par exemple les salles annexes...

 

Aujourd'hui, l'abbaye se situe toujours dans un cadre bucolique, un lieu paisible et retiré des grands axes, bien que tout proche du village de La Roque-d'Anthéron.

Dès l'entrée, on peut admirer le bassin, un ancien canal, agréablement planté.

Le bassin se trouvant à l'entrée
Le bassin se trouvant à l'entréeLe bassin se trouvant à l'entréeLe bassin se trouvant à l'entrée
Le bassin se trouvant à l'entréeLe bassin se trouvant à l'entréeLe bassin se trouvant à l'entrée

Le bassin se trouvant à l'entrée

Depuis 2008, elle est devenue propriété de la municipalité. L'été vous pouvez venir y écouter de prestigieux concerts lors du Festival de Piano de la Roque-d'Anthéron, ainsi que du Festival International du Quatuor à cordes du Luberon. 

En plus de ces concerts saisonniers, elle est tout au long de l'année, le siège d'animations de toutes sortes, comme par exemple des expositions de peinture, des journées thématiques et des conférences, comme ce spectacle au moment des Journées du Patrimoine. 

 

 

L'abbaye de Silvacane fait partie des "trois soeurs provençales", donc des trois abbayes cisterciennes de Provence, avec l'abbaye de Sénanque dans le Vaucluse, et celle du Thoronet, dans le Var. Toutes trois témoignent de l'importance de l'ordre cistercien dans la région.

 

Voici l'abbatiale vue de l'extérieur. Elle est totalement bâtie en pierre de taille assemblées régulièrement et recouverte de tuiles qui ont remplacé au XIXe siècle le dallage d'origine en pierre.  

Le clocher, de petite dimension,  a une forme carrée sans toit et percé de baies géminées en plein cintre, séparées par une colonnette. D'en-bas on ne voit pas bien les détails...

La façade principale du XIIIe est formée de trois parties séparées par de larges contreforts. 

Vues du portail d'entrée
Vues du portail d'entrée

Vues du portail d'entrée

L'abbaye vu de l'extérieur sur ces autres côtésL'abbaye vu de l'extérieur sur ces autres côtésL'abbaye vu de l'extérieur sur ces autres côtés

L'abbaye vu de l'extérieur sur ces autres côtés

L'abbaye de Silvacane nous offre une architecture romane, sobre, voire austère et dépouillée, en parfaite harmonie avec les préceptes de l'Ordre de Cîteaux.

Les grandes baies en plein cintre sont un bel exemple de cette architecture romane. Nous en avons trois sur la façade principale, juste au-dessus du portail. Au-dessus de ces baies, une rosace permet d'éclairer la nef.

Le portail est surmonté par une triple voussure. Je n'ai pas pu le prendre plus en détails car il y avait constamment du monde devant ! 

Détails du portail et de la façadeDétails du portail et de la façade
Détails du portail et de la façadeDétails du portail et de la façade

Détails du portail et de la façade

Les parties latérales de la façade sont chacune percées d'une porte et d'une fenêtre en plein cintre comme on peut le voir sur les photos générales.

Une porte d'accès latérale.

Une porte d'accès latérale.

Petit décor au-dessus d'une des portes latérales de la façade et la fenêtre Petit décor au-dessus d'une des portes latérales de la façade et la fenêtre

Petit décor au-dessus d'une des portes latérales de la façade et la fenêtre

Autres détails vus de l'extérieur (dont la rosace du réfectoire vue de l'extérieur)Autres détails vus de l'extérieur (dont la rosace du réfectoire vue de l'extérieur)Autres détails vus de l'extérieur (dont la rosace du réfectoire vue de l'extérieur)

Autres détails vus de l'extérieur (dont la rosace du réfectoire vue de l'extérieur)

Pour la visite, il faut, à partir du parking, emprunter un petit sentier qui nous mène à l'ancienne hôtellerie de l'abbaye. C'est là que le visiteur doit prendre ses billets...

L'ancienne hôtellerie

L'ancienne hôtellerie

Et voici pour les puristes le plan d'ensemble tel qu'il nous est présenté sur internet et pour les poètes, le même dans sa version artistique. 

Plans (source internet) et photo provenant du panneau d'entréePlans (source internet) et photo provenant du panneau d'entrée
Plans (source internet) et photo provenant du panneau d'entrée

Plans (source internet) et photo provenant du panneau d'entrée

Et voici, pour terminer cette présentation générale, l'abbaye de Silvacane, vue sous les pinceaux de Chinou que je vous invite à aller visiter sur son blog si vous ne la connaissez pas encore...

J'ai été heureuse de redécouvrir ce lieu que je n'avais pas revisité depuis longtemps et cela, malgré la pluie et le temps gris qui a un peu gâché nos journées du patrimoine cette année, comme je vous l'ai déjà dit... 

J'espère que je vous ai donné envie de découvrir cette abbaye plus en détails, ce que nous ferons prochainement, enfin comme d'habitude... si vous le voulez bien ! 

Partager cet article

Repost0
27 avril 2019 6 27 /04 /avril /2019 05:25
La chapelle Saint-Jean (Alleins / Bouches-du-Rhône)

La chapelle Saint-Jean (Alleins / Bouches-du-Rhône)

La chapelle Saint-Jean se trouve sur la petite commune d'Alleins.  Elle se situe exactement sur le plateau du Sonnailler, un plateau naturel d'environ 2 à 3 km de long sur 1 km de large, situé entre les trois communes d'Alleins, de Vernègues et d'Aurons. 

La chapelle romane daterait du XIIe siècle. 

En 1986, des fouilles archéologiques dans les ruines, révèlent sous l'abside, un foyer datant du Ve siècle avant notre ère. Ceci indique clairement que le plateau était déjà habité il y a fort longtemps...

Depuis, des travaux de restauration ont été entrepris par les élèves du Lycée Professionnel des Alpilles de Miramas, un lycée de la région qui possède la seule section de Taille de Pierre du sud-est de la France. 

 

La chapelle est caractéristique du premier art roman provençal. Elle est constituée d'une nef unique, construite en moellons tout comme l'abside. Les angles sont par contre bâtis en grosses pierres de taille, comme vous le voyez sur mes photos. 

Détails des angles en pierres de taille
Détails des angles en pierres de taille

Détails des angles en pierres de taille

L'abside en cul-de-four semi-circulaire présente une fenêtre dont l'arc est monolithique, c'est-à-dire constitué d'une seule pierre taillée. 

La fenêtre à arc monolithique

La fenêtre à arc monolithique

Côté sud, la chapelle est munie d'une porte grillagée, nous empêchant d'y entrer par sécurité. J'ai pu faire quelques photos en passant l'APN à l'intérieur de la grille. On aperçoit en particulier ce qui reste de l'arc triomphal, l'intérieur des murs, et les ouvertures. 

 

Comme d'habitude, n'hésitez pas à agrandir les photos en cliquant dessus...

La porte sud et les vues de l'intérieurLa porte sud et les vues de l'intérieur
La porte sud et les vues de l'intérieurLa porte sud et les vues de l'intérieur

La porte sud et les vues de l'intérieur

A l'est, la nef est surmontée d'un pignon présentant une baie unique où devait se trouver un clocheton. Côté ouest, le pignon est percé d'un oculus remarquablement cerclé d'une rangée de claveaux. Je trouve cette ouverture particulièrement magnifique. Elle montre bien le travail extraordinaire des tailleurs de pierre. 

Les deux pignons
Les deux pignons

Les deux pignons

La restauration de la chapelle n'a pas permis de reconstituer la toiture ce qui est fort dommage mais n'entache en rien le charme du lieu. Seule l'abside est recouverte de tuiles.

 

La toiture de l'abside.

La toiture de l'abside.

Voilà notre courte visite de cette petite chapelle est terminée pour aujourd'hui. Deux autres chapelles se trouvent sur le plateau du Sonnailler. J'aurai un jour l'occasion de vous les montrer quand je retournerai m'y promener.

En attendant, nous continuerons la semaine prochaine quelques balades en Provence, enfin, comme d'habitude...si vous le voulez bien !  

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2018 6 24 /11 /novembre /2018 06:24
L'Église Saint-Martin (Alleyras / Haute-Loire)

L'Église Saint-Martin (Alleyras / Haute-Loire)

 

L'Église Saint-Martin d'Alleyras faisait partie d'un prieuré-cure ancien, connu depuis le XIe siècle. Ce prieuré dépendait  du prieuré de La Voûte-Chilhac qui lui-même dépendait de l'Abbaye de Cluny.

Domi, du blog "Mon petit Journal d'ici et d'ailleurs" nous a rappelé récemment sur son blog l'importance de cette magnifique abbaye. Vous pouvez retrouver son article ICI. 

 

L'église d'Alleyras aurait été érigée au commencement du XIIe siècle puis transformée au XVe siècle et bien sûr rénovée depuis. Elle a été entièrement bâtie en pierre volcanique du pays. 

Source : "L'architecture religieuse à l'époque romane dans l'ancien diocèse du Puy" / Félix Thiollier, 1900.

L'église est composée d'une nef à deux travées datant du XVe, d'une travée de chœur courbée en berceau et d'une abside à cinq pans couverte d'une voûte en cul de four.

On pénètre dans l'église par une porte d'entrée latérale

Le portail est d'âge roman. Il est donc tout simple. Il est formé d'un arc décoré par une double archivolte en pierre claire non sculptées.

L'ensemble repose sur des piliers (les piédroits) à section ronde, qui contrastent par leur couleur rouge, puisque en pierre de lave. 

Le terme exact en architecture pour décrire la forme de ces piliers est "torique"...je ne connaissais ce terme qu'en plomberie !

 

Le portail d'entrée

Le portail d'entrée

 

Le clocher-peigne (désolée pour l'erreur j'avais écrit en 2018 à tort... clocher-porche) date lui-aussi du XVe siècle. Il a été construit sur la travée à droite du chœur. 

Le clocher-peigne

Le clocher-peigne

 

Percé de quatre baies, il n'abrite que deux cloches. La niche centrale de l'étage au-dessus est occupée par une statue. 

Au XIXe siècle, on ajoute une horloge. Pour cela, on édifie contre le clocher, une construction quadrangulaire servant à abriter le contrepoids de l'horloge. On peut y grimper par un escalier extérieur.

Le clocher-peigne, les cloches et la statue...
Le clocher-peigne, les cloches et la statue...

Le clocher-peigne, les cloches et la statue...

 

Entrons un peu à l'intérieur.

L'église était fermée à notre arrivée, mais elle nous a été très gentiment ouverte...par un des habitants proche, responsable du patrimoine local, grâce à cette grosse clé ! 

 

Une clé bien gardée mais pour visiter, il suffit de demander !

Une clé bien gardée mais pour visiter, il suffit de demander !

 

Il règne dans l'église une ambiance feutrée et la lumière est particulière douce...

Dès l'entrée
Dès l'entrée

Dès l'entrée

 

L'arc triomphal qui sépare donc la nef et le chœur est décoré de moulures. Les piliers datent du XVe. Ils supportent les voûtes d'ogives moulurées. 

Le choeur et la voûte
Le choeur et la voûte

Le choeur et la voûte

 

L'église possède deux chapelles latérales. Dans celle située au nord se trouve le retable de la vierge. 

 

Les chapelles latérales.
Les chapelles latérales.

Les chapelles latérales.

 

Les vitraux sont très colorés...l'ancien et le moderne se côtoient. 

quelques vitraux
quelques vitraux
quelques vitraux

quelques vitraux

Afin d'éviter de déchausser le bâtiment, des contreforts ont été construits dans les années 60 (?)...ainsi qu'un mur de soutènement qui est venu renforcer ceux déjà présents. 

 

Les dépendances de l'église ont été rénovées et sont désormais habitées.

Ce sont la cure et l'ancien couvent. 

 

La cure et l'ancien couvent
La cure et l'ancien couvent
La cure et l'ancien couvent

La cure et l'ancien couvent

 

Les habitants du village d'Alleyras, espèrent tous que l'église sera reconnue comme appartenant au réseau des sites clunisiens comme cela a été le cas de la petite église de Saint-Jean-Lachalm proche, que je vous avais fait visiter l'année dernière.

Ainsi le village et son riche patrimoine seraient davantage mis en valeur.

 

A bientôt pour d'autres balades

A bientôt pour d'autres balades

En attendant que je retourne dans ce joli petit village l'année prochaine, retrouvez mes deux articles précédents ci-dessous...

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2017 2 12 /12 /décembre /2017 06:33
La mosaïque des Quatre fleuves du paradis (Die)

La mosaïque des Quatre fleuves du paradis (Die)

 

Je vous ai fait visiter récemment la chapelle Saint-Nicolas qui se trouve à Die dans la Drôme. 

Je vous ai également montré ses peintures murales, ses papiers peints du XVIIIe et aujourd’hui, je termine la visite en vous montrant comme promis en détail, la mosaïque.

Elle a été réalisée au XIIe siècle...en même temps que la chapelle où elle se trouve et servait de tapis d'autel. On ne sait pas encore aujourd'hui, par quel évêque elle a pu être commanditée. 

Lors de ma visite de Die intramuros, je vous avais rapidement présenté cette mosaïque et renvoyé d'ailleurs vers le site qui lui est dédié et où vous trouverez tous les éléments importants pour son interprétation. Je vous remets le lien en fin d'article. Si vous êtes passionnés, n'hésitez pas à aller lire au moins l'interprétation de la mosaïque, secteur par secteur. 

J'ai eu la chance de pouvoir visiter à nouveau ce lieu magique lors des journées du patrimoine, en septembre dernier et depuis je n'avais pas pris le temps de vous la montrer...  

 

 

La mosaïque est constituée de tesselles de pierre, de terre cuite et de marbre de toutes couleurs et de toutes tailles.

C'est cette irrégularité des tesselles qui démontre qu'elles ont été vraisemblablement récupérées sur des monuments antiques de la région.

 

Cette mosaïque des quatre fleuves symbolise l'univers. Elle mêle la géographie, le cosmos et les croyances autour de la création. Elle représente les quatre fleuves qui abreuvaient le jardin d'Eden d'où son nom de "Mosaïque des Quatre fleuves du Paradis", ou bien encore "Mosaïque du paradis terrestre" que l'on retrouve parfois. 

Tous les éléments s'organisent autour d'une médaillon central d'où partent les quatre fleuves du paradis.

 

Le médaillon central
Le médaillon central

Le médaillon central

 

La partie centrale est une étoile à huit branches (l'étoile polaire ?).

L'étoile est entourée de douze cercles noirs qui pourraient être les signes du zodiaque ou bien les mois de l'année. 

Autour des cercles, une frise formée par de petits triangles de multiples couleurs représenterait les heures, mais en fait il n'y en a que 23 au lieu de 24. Un oubli, une erreur lors de la réalisation de la fresque, ou tout simplement un manque de place...Le mystère reste entier !

 

De l'élément central partent quatre fleuves qui prennent leur source autour de l'étoile centrale.

Chaque source est représentée par une tête de taureau, mi-animal, mi-humain crachant des filets d'eau. 


 

La source de l'Euphrate...

La source de l'Euphrate...

 

Les quatre fleuves sont facile à identifier car  leurs noms sont inscrits dans un double cercle et c'est d'ailleurs la façon dont ces noms sont écrits qui a permis de dater de façon précise la mosaïque.

Il y a l'Euphrate (Eufrates) que je vous ai déjà montré ci-dessus et le Tigre (Tigris) que nous connaissons encore aujourd'hui.

Puis deux fleuves mythiques : Phison (fison) et Gihon (geon) qui se rencontrent dans la bible mais ont peut-être réellement existé dans les temps anciens. 

 Eufrates, Tigris, Fison et Geon  (de gauche à droite et de haut en bas) Eufrates, Tigris, Fison et Geon  (de gauche à droite et de haut en bas)
 Eufrates, Tigris, Fison et Geon  (de gauche à droite et de haut en bas) Eufrates, Tigris, Fison et Geon  (de gauche à droite et de haut en bas)

Eufrates, Tigris, Fison et Geon (de gauche à droite et de haut en bas)

 

Trois des quatre fleuves se jettent dans la mer et l'océan est symbolisé par des ondulations, des vagues, des animaux marins comme des poissons...

Le quatrième (Phison) part vers un arbre gigantesque.

 

Les décors sont riches et je ne vais pas tous les décrire.

Chaque fleuve a son environnement propre : animaux réels ou fabuleux, comme des sirènes et des griffons qui se mêlent aux poissons, écrevisses, oiseaux et autres représentations aquatiques ou terrestres... 

 

Sirène et griffon...
Sirène et griffon...

Sirène et griffon...

 

Dix-sept motifs différents sont disposés dans des cercles et parsèment la mosaïque (des astres ?). 

En voici quelques-uns...

Motifs disposés dans des cerclesMotifs disposés dans des cercles
Motifs disposés dans des cerclesMotifs disposés dans des cercles

Motifs disposés dans des cercles

 

Les quatre fleuves sont les  symboles des quatre éléments !

L'eau est l'élément le mieux représenté par une faune et une flore aquatique, d'une part et par les ondulations qui partent de la bouche des quatre têtes que l'on voit bien sur la première photo de l'article. 

La faune marine ou d'eau douce...
La faune marine ou d'eau douce...

La faune marine ou d'eau douce...

 

La terre est surtout symbolisée par des animaux terrestres : ours (ou chien), oiseaux, mais aussi par des arbres, des feuilles...

 

La faune terrestre...La faune terrestre...
La faune terrestre...La faune terrestre...

La faune terrestre...

 

Le vent est symbolisé par deux têtes situées à deux coins différents de la mosaïque.

Le vent...Le vent...

Le vent...

 

Enfin le feu est symbolisé par l'étoile polaire au centre, que je vous ai déjà montré.

 

On trouve aussi d'autres symboles : une force (ciseaux spécial pour tondre les moutons), une clé, un couteau...

La force, la clé et le couteau
La force, la clé et le couteauLa force, la clé et le couteau

La force, la clé et le couteau

 

Enfin, la mosaïque est entourée d'une frise très riche et colorée qui change selon les secteurs...

En voici un petit aperçu. 

Quelques détails de la frise qui entoure la mosaïque
Quelques détails de la frise qui entoure la mosaïqueQuelques détails de la frise qui entoure la mosaïque
Quelques détails de la frise qui entoure la mosaïqueQuelques détails de la frise qui entoure la mosaïque

Quelques détails de la frise qui entoure la mosaïque

 

Au fond de la chapelle, face à la porte d'entrée actuelle, se trouve une zone également pavée mais dans laquelle est insérée une pierre d'origine romaine, montrant encore qu'à l'époque on n'hésitait pas à récupérer des matériaux existants.

Le pavage situé au fond de la chapelleLe pavage situé au fond de la chapelle
Le pavage situé au fond de la chapelle
Le pavage situé au fond de la chapelleLe pavage situé au fond de la chapelle

Le pavage situé au fond de la chapelle

 

Si vous voulez visiter la mosaïque, il faudra vous adresser à l'office de tourisme (ou au musée) de la ville car son accès est très réglementé. Il faut bien préserver cette petite merveille ! 

J'espère que la balade vous a plu...

En attendant pour en savoir plus, n'hésitez pas à consulter le lien ci-dessous, régulièrement mis à jour et faisant état de l'avancée des recherches effectuées sur cette oeuvre d'art exceptionnelle.

 

Vous n'avez pas oublié de cliquer sur les photos pour les voir en grand ?

 

Partager cet article

Repost0
15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 06:10
L'église romane Saint-Rémy de Vergezac (43)

L'église romane Saint-Rémy de Vergezac (43)

 

C'est une des plus belles églises velaves.

Il s'agit d'une église romane qui a été construite au XIIe siècle et qui est classée aux Monuments historiques depuis 1907.

 

Elle se trouve actuellement sur la commune de Vergezac dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois. Le hameau rural de Saint-Rémy est traversé par la départementale 906 qui relie Loudes au village de Bains, où se trouve aussi une jolie église que je vous montrerai un jour. Le hameau abrite une vingtaine de familles dont des éleveurs. 

 

Les environs de l'église
Les environs de l'égliseLes environs de l'église

Les environs de l'église

 

L'église a bien sûr été de nombreuses fois remaniée au cours des siècles mais elle garde son caractère particulier avec son clocher-peigne (ou clocher à peigne) qui date du XVIe siècle (la date de 1696 est indiquée sur l'escalier intérieur mais je ne l'ai pas vu). 

Le clocher-peigne
Le clocher-peigneLe clocher-peigne
Le clocher-peigneLe clocher-peigne

Le clocher-peigne

 

Elle aussi, comme l'église de Saint-Privat d'Allier, dépendait du prieuré de la Chaise-Dieu jusqu'à la Révolution. 

 

Nous n'avons pas pu visiter l'intérieur car elle était fermée, comme toutes les églises maintenant, mais nous essaierons de nous y rendre un jour un samedi après-midi, jour de messe. Peut-être est elle ouverte un peu avant ?

Je sais aussi que la commune organise des visites régulièrement. Il suffit juste que je me trouve là-bas au bon moment...

 

Son aspect extérieur est très lourd et massif et la pierre volcanique rouge sombre n'arrange rien. 

Sa façade se compose d'un portail à arc brisé encadré par deux colonnes, surmontées de chapiteaux d'inspiration antique.

 

Le portail d'entrée
Le portail d'entréeLe portail d'entrée
Le portail d'entrée

Le portail d'entrée

 

Au-dessus, les arcatures reposent aussi sur des chapiteaux à têtes caractéristiques de l'architecture velave.

Au-dessus du porche d'entrée
Au-dessus du porche d'entrée

Au-dessus du porche d'entrée

 

A l'intérieur, elle se compose d'une nef aveugle centrale à trois travées et d'un choeur polygonal. C'est la partie romane de l'église. Les quatre chapelles latérales dateraient du Moyen-âge ou de la Renaissance et la sacristie ainsi que la tribune du XVIIIe. Elle contient les tombeaux de la famille Vergezac jusqu'au XVIIe siècle. 

 

A l'origine, l'église était entourée de son cimetière...

Maintenant il se situe à sa droite quand nous sommes face au porche. Nous avons trouvé des traces de l'ancien emplacement en nous promenant le long des murs extérieurs du côté gauche.  

 

Une trace de l'ancien cimetière

Une trace de l'ancien cimetière

 

L'église prend des airs encore plus mystérieux les jours de mauvais temps...ou à contre-jour, vous ne trouvez pas !

L'église Saint-Rémy de Vergezac / Balade en Haute-Loire
L'église Saint-Rémy de Vergezac / Balade en Haute-LoireL'église Saint-Rémy de Vergezac / Balade en Haute-Loire
L'église Saint-Rémy de Vergezac / Balade en Haute-Loire

Partager cet article

Repost0

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -