Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 16:50
La fraise, le fruit du mois de mai

Le mot "fraise" vient du latin "fragare" qui veut dire sentir bon... c'est donc inutile de décrire l'odeur de ce fruit rouge, le premier à  apparaître sur nos marchés dès mars-avril.

Il existe plusieurs variétés de fraises qui proviennent toute du même ancêtre commun, la fraise des bois (Fragaria vesca).

 

Un peu d'histoire

 

La fraise des bois était déjà connue des Romains qui l'utilisaient dans leurs produits cosmétiques...à cause de son odeur. Mais elle était déjà consommée par nos ancêtres dès la préhistoire.

 

Il a fallu pourtant attendre le Moyen âge pour qu'elle soit cultivée dans nos jardins. Toutes les parties de la plante étaient alors utilisées pour leurs vertus médicinales.

 

C'est Jacques Cartier qui rapporte le premier de son voyage au Canada, des plants de "Fragaria virginiana". Cette variété sera cultivée surtout en Grande-Bretagne.

 

En 1714, un ingénieur du roi, François Amédée Frézier (au nom prédestiné !!) ramène du Chili des plants produisant de grosses fraises blanches (Fragaria Chiloensis). Les plants "femelles" ne donnent aucun fruit malgré les efforts fournis par les agriculteurs de l'époque. Un jour, des fruits apparaissent enfin. Une seule hypothèse est possible, celle d'un croisement spontané avec la fraise de Virginie dont les plants sont proches.  Du croisement résultent de grosses fraises bien charnues et délicieuses.

La culture de cette fraise s'est répandue dans toute l'Europe. Ce croisement est à l'origine des fraises que nous consommons aujourd'hui. Il existe actuellement plus de 600 variétés...de quoi régaler les gourmands.

 

En 1740, c'est le botaniste Antoine Nicolas Duchesne qui expérimente les premiers croisements entre deux espèces et étudie de près la culture du fraisier, tout en enrichissant nos connaissances sur ces plants, dans son livre intitulé "Histoire naturelle des fraisiers".

 

A cette époque déjà, c'est la ville de Plougastel, en Bretagne, qui devient le premier producteur français de fraises.

 

 

Plus récemment et quelques variétés plus tard, la gariguette sera cultivée dans le Sud de la France. Peu exigeante en eau, elle est plus petite, plus allongée et son goût rappelle davantage celui de la fraise des bois.

 

La Mara des bois apparaît en 1992 seulement. Très productive, elle est très appréciée et  son goût rappelle lui aussi celui de la fraise des bois.

 

Un peu de Botanique

 

Les variétés de fraises se différencient par leur couleur (plus ou moins rouge), leur saveur (plus ou moins fruitée) et leur grosseur....

Le fraisier (Fragaria) est une plante basse de la famille des Rosaceae. C'est une plante rampante qui se multiplie par des stolons, qui s'enracinent et reforment au point d'enracinement une nouvelle plante.

 

 

Au point de vue purement botanique, la fraise n'est pas un fruit. Ce sont les petites graines jaunâtres (les akènes) que l'on peut voir à la surface de la fraise qui sont les véritables fruits.

La fraise correspond au renflement du pédoncule après la fécondation de la fleur...

Bon, si vous ne le saviez pas, c'est pas très grave.

Le moment de la récolte varie selon les variétés. Il existe même des fraises des quatre saisons qui produisent leurs fruits plusieurs fois par an.

Au jardin, il faut changer l'emplacement des fraisiers tous les 3 ans.

 

Comment conserver et consommer les fraises ?

 

Traditionnellement en Provence...on utilisait jusqu'à la guerre de 14 les pots à fraise dont la plupart étaient fabriqués dans les poteries d'Aubagne pour commercialiser les fraises produites dans le quartier de Beaudinard.

 

D'après  Victor-Eugène Ardouin- Dumazet dans son livre intitulé "Voyage en France - La Provence maritime", le pot à fraise est un ustensile bien marseillais. Les fraises étaient vendues sur les marchés dans ces pots en terre rapidement fabriqués, jamais vernis et de forme oblongue. Il en existait de deux tailles pouvant contenir soit 400 g, soit 200 g de fraises. Les pots étaient ensuite coiffés d'un cornet de papier gris lié par un brin d'alfa (ou alors fermé par une feuille d'artichaut).  On trempait le pot dans l'eau fraîche avant de le remplir de fruits. La terre poreuse permettait  à l'air de circuler, refroidissait l'eau et permettait de garder les fraises au frais.

 

Ces pots étaient aussi utilisés par les marins pour conserver les fruits sur les bateaux. Au large des îles du Frioul, lieu où les bateaux attendaient l'autorisation d'entrer dans le port de Marseille, on retrouve sous l'eau multitude de ces pots jetables, pleins de concrétions.

 

La multitude de formes existantes pour ces pots à fraises laisse supposer qu'il existait plusieurs lieux de fabrication en Provence.

 

 

 

Aujourd'hui, les fraises restent des fruits très fragiles qui supportent mal le transport, les chocs, la réfrigération (2 jours maximum) et la conservation. Il faut les acheter et les consommer rapidement car elles s'altèrent très vite à chaleur ambiante.

Les laver très rapidement juste avant de les préparer et sans les laisser tremper sinon les fruits se gorgent d'eau et perdent du goût.

 

On peut toutefois les sucrer légèrement et les congeler. Choisir pour cela les fraises les plus fermes possibles et, les congeler entières, ou coupées en deux, prêtes à être utilisées pour une tarte par exemple.

 

Les fraises se préparent en desserts (salades de fruit, tartes...) mais aussi en confitures.

 

Préparation traditionnelle

 

- Les laver, les équeuter et les couper en deux ou plus selon leur grosseur.

- Ajouter dans le saladier, du sucre (ou équivalent) et le jus d'un citron pour 500 g de fraise.

- Laisser macérer (en remuant délicatement une ou deux fois) pendant 1 heure 30 à 2 heures au frais avant de déguster.

 

Les vertus de la fraise

 

Elle est avant tout riche en vitamines C mais aussi en potassium, en magnésium, en acide pantothénique et en acide folique. Elle a des vertus tonique, dépurative, diurétique, minéralisante et astringente.

 

En soin de la peau (écraser une ou deux fraises et en faire un masque à appliquer sur le visage 5 à 10 minutes) elle serait antiride et tonifiante et masquerait les taches...

 

Attention : certaines personnes peuvent réagir violemment à l'absorption de fraises. Cette réaction de la peau d'origine allergique est cependant bénigne et disparaît spontanément d'elle-même...

Partager cet article

Repost0

commentaires

HAUCHON 09/11/2019 16:46

Bonjour,

Très intéressant votre texte sur les pots à fraises. Nous sommes loin de l'utilisation des pots fabriqués lors de la peste, quoique ils aient pu servir à cela sachant que les ustensiles en poterie étaient utilisés suivant les besoins...
Vous montrez une planche de dessins qui me semble ancienne. D'où la tenez-vous ? Elle m'intéresse pour étude.
Merci de votre réponse. Bien cordialement.

manou 10/11/2019 11:04

Bonjour
Cette illustration a été prise sur un blog avec lien direct vers celui-ci qui apparemment n'existe plus puisque cela me renvoie sur l'hébergeur blogspot !! Hélas je n'ai pas gardé les références exactes. Par contre c'est là que j'ai trouvé mention du livre de Victor-Eugène Ardouin- Dumazet que je cite. C'est un livre rare mais il est possible peut-être de le trouver sur Gallica. D'autre part dans ma région la spécialiste de ces poteries est Lucy Vallauri dont vous pouvez rechercher les publications sur le net. Je ne peux malheureusement pas vous en dire davantage ayant publié cette image depuis plus de 6 ans à présent. Bonne chance pour votre quête.
Merci de votre intérêt et désolée de ne pouvoir vous en dire plus.

Nardini 18/11/2017 08:35

Bjr, decidement 2 sujets cette semaine où en faisant des recherches, je retombe sur votre beau site ! (Apres noria de lambesc)
J'ai trouvé il y a quelques jours une poterie cassée dans les calanques et reconnu rapidement un ancien pot à fraises. Les randonneurs du 19eS savaient se faire plaisir ! Et donc avec quelques precisions sympas dans votre blog, merci.
Effectivement pendant longtemps les archeologues qui fouillaient le port de la quarantaine aux ies du Frioul, pensaient que ces pots permettaient aux marins, eventuellement pestiférés de cracher dans ces pots (désolé...) pour ne pas repondre cela sur le bateau...et puis jetaient ensuite ces pots à la mer.
Bonne continuation !

manou 19/11/2017 19:17

Oui en effet c'est marrant. Je vous ai répondu d'ailleurs pour la noria...j'ai trouvé intéressant que vous en connaissiez une près de Marseille.
Pour le pot à fraises c'est un ami archéologue et plongeur qui m'en a parlé la première fois et m'a indiqué l'histoire de ces pots...Votre interprétation est en effet tout à fait possible...ces pots avaient peut-être plusieurs usages inconnus mais au départ ils étaient fabriqués pour...les fraises !! J'ai confiance. Merci de votre visite !

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -