Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2020 2 10 /11 /novembre /2020 06:19
Albin Michel, Terres d'Amérique / 2020

Albin Michel, Terres d'Amérique / 2020

Malgré les rumeurs, Nickel était une école et pas une sordide prison pour mineurs. Son avocat lui avait dit qu'il avait eu de la chance. Un vole de voiture c'était du sérieux. Comme il l'apprendrait plus tard, la majorité des garçons étaient ici pour des infractions sans gravité-des délits vagues, inexplicables. Certains étaient des orphelins, pupilles d'un Etat qui n'avait pas d'autre endroit où les caser.

Voilà un roman dont on a beaucoup parlé à cette rentrée et que j'ai pu lire dès le mois d'octobre, car une amie me l'a gentiment prêté. Ainsi je n'ai pas eu à le réserver à la médiathèque ni à attendre.

 

J'avais adoré découvrir le précédent roman de l'auteur, "Underground Railroad" qui relatait le périple d'une jeune esclave évadée d'une plantation en Géorgie, que je vous ai présenté sur le blog ICI. L'auteur avait déjà obtenu le prestigieux prix Pulitzer en 2017 pour ce titre. J'imagine qu'il ne s'attendait pas à recevoir à nouveau ce prix pour "Nickel Boys" cette année.  

Il pensa longtemps à la lettre que Martin Luther King Jr avait écrite dans sa cellule de la prison de Birmingham, cet appel puissant qu'il avait composé derrière les barreaux...Elwood n'avait ni papier, ni crayon, rien que des murs, et il était à cours de belles pensées sans même parler de sagesse ou d'éloquence...
Durant ces heures interminables, il se débattait avec l'équation du révérend King. "Jetez-nous en prison, nous continuerons de vous aimer...."

L'histoire se passe en Floride au début des années 60, dans une société soumise aux lois ségrégationnistes.

Le jeune Elwood Curtis est un garçon sérieux qui adore écouter les discours de paix et de tolérance de Martin Luther King. Il travaille bien en classe et gagne de l'argent dans un bureau de tabac-épicerie pour aider Harriet, sa grand-mère qui l'élève seule, depuis que ses parents ont mis les voiles une nuit...

Alors qu'il entre à présent à l'université et qu'il se rend à ses premiers cours en faisant du stop, fier de pouvoir réaliser ses rêves,  il est pris par un jeune noir qui vient de voler la voiture. Ils vont être tous deux arrêtés et personne ne pouvant prouver son innocence, tous deux condamnés. Elwood est envoyé dans une école disciplinaire pour jeunes adolescents délinquants, la Nickel Academy.

Sa vie bascule...

 

Là-bas, jeunes hommes noirs ou blancs doivent retrouver le droit chemin pour devenir des citoyens honnêtes. Mais dans les années 60, les dirigeants de ce genre de centre de redressement ne s'embarrassaient pas des droits de l'homme. C'est l'enfer que découvre le jeune adolescent du côté des bâtiments noirs. Les blancs bien qu'emprisonnés eux-aussi, sont traités différemment. La nourriture des noirs est détournée et alimente un trafic juteux, les châtiments ne sont pas les mêmes et conduisent certains jeunes noirs à la mort, une mort qui sera cachée aux familles, à qui on annoncera que le jeune a fugué et n'a pas été retrouvé. 

 

En parallèle de l'histoire que nous raconte Elwood, le lecteur découvre la vie quotidienne dans l'école, le niveau misérable des cours qui leur sont donnés, la cruauté et la violence des gardiens, les travaux d'intérêt général, les emprisonnements et bien entendu les sévices. 

Il découvre aussi comment, de nos jours, des découvertes invraisemblables ont été faites sur cette école : un cimetière non officiel a révélé que de nombreux corps y avaient été ensevelis, autant de preuves directes de l'horreur vécue par ces jeunes qui avaient le plus souvent commis des actes infimes, ou rien du tout, et qui n'étaient fautifs que du seul fait d'être nés noirs et la plupart du temps, d'avoir été au mauvais endroit au mauvais moment. 

Elwood apprendra d'ailleurs à ses dépens que l'entraide n'existe pas et qu'il vaut mieux fermer les yeux sans chercher à comprendre ce qui se passe autour de lui et sans vouloir aider son prochain.  Il mentira à sa grand-mère pour qu'elle ne sache jamais rien des sévices qu'il a subis, ni des humiliations liés à sa condition de jeune homme noir. Il restera digne quoi qu'il arrive pour lui faire honneur et garder foi dans les paroles de Martin Luther King.

Il trouvera cependant une aide inattendue auprès de Turner...la fin nous réserve une surprise que nous n'avions pas vu venir. Mais je ne vous en dirais pas davantage. 

La majorité des garçons qui connaissaient l'existence des anneaux dans les troncs sont morts aujourd'hui. Le fer, lui, est toujours là. Rouillé. Profond dans la pulpe des arbres. Il parle à qui veut l'écouter.

Ce roman est une fiction, certes, en ce qui concerne les personnages, mais il s'inspire de faits réels. L'auteur décrit en effet des événements réels qui sont survenus à "l'Arthur G.Dozier School for Boys", une école ouverte en 1900 dans la ville de Marianna en Floride. Il dit avoir découvert l'existence de cette école en 2014 en regardant un reportage à la Télé. 

Pendant 109 ans, des garçons ont été envoyés là-bas, certains pour des faits graves (vols ou agressions) d'autres pour avoir simplement fugué, séché l'école, ou fumé. Certains n'avaient que 5 ans. Ils y restaient jusqu'à leur 18 ans, âge où ils étaient relâchés sans formation, ni travail, ni argent et souvent sans famille vers qui se tourner. Tous n'ont pas survécu aux conditions de vie inhumaines, aux sévices corporels, aux humiliations, et à la violence des relations entre garçons ou à celle des gardiens. Ceux qui ont survécu, ont pu témoigner. L'auteur s'est inspiré de leur histoire et des récits fait autour de la "maison blanche", surnommé ainsi par les adolescents, une bâtisse qui était en fait la chambre de torture, et dont beaucoup ne sont pas ressortis vivants. 

 

Ce livre est un hommage à ceux qui ont perdu la vie (plus d'une centaine de corps ont été retrouvés dans le cimetière officieux) et à ceux qui ont dû se reconstruire ensuite.

C'est un roman très fort qui ne peut nous faire oublier ce qui se passe encore aujourd'hui, cette violence perpétrée outre atlantique mais aussi chez nous, sur des êtres humains parce qu'ils sont différents. 

 

Le roman est divisé en trois parties. Dans la première, nous découvrons Elwood enfant et la vie heureuse qu'il mène avec sa grand-mère. La seconde, terrible, décrit la vie quotidienne à Nickel.  La troisième partie mêle présent et passé : les souvenirs d'Elwood remontent à la surface lorsqu'il voit dans les années 2000, des images à la TV révélant une macabre découverte faite autour de l'école, le cimetière officieux. Cette partie-là demande au lecteur de bien se concentrer sur ces divers événements poignants qui s'enchainent pour mettre au jour le destin tragique vécue par Elwood...

Les lois raciales n'ont pas fini de faire parler d'elles aux Etats-Unis. L'horreur des conditions de vie décrites dans ce roman fait froid dans le dos. Les injustices, les erreurs judiciaires, sous prétexte de couleur de peau, sont injustifiables à mes yeux.

 

Un livre bouleversant d'un auteur bien décidé à faire le tour de la question raciale aux Etats-Unis et qui encore une fois, ne pourra que marquer ses lecteurs.

Il existait quatre manières de sortir de Nikel.
Un : purger sa peine. Habituellement, celle-ci était comprise entre six mois à deux ans, mais la direction avait le pouvoir discrétionnaire d'accorder une libération anticipée...
Deux : une intervention du tribunal. L'évènement magique...
Trois : la mort. Eventuellement de "cause naturelle", quoique aidée par les conditions sanitaires déplorables, la malnutrition et une impitoyable kyrielle de négligences...
Quatre, enfin : on pouvait s'enfuir. Tenter le coup et voir ce qui se passe...

Même morts, les garçons étaient un problème.
Le cimetière clandestin se trouvait dans la partie nord du campus de Nickel, sur un demi-hectare de mauvaises herbes entre l'ancien garage et la déchetterie de l'école.
...
Lorsque le cimetière clandestin fut découvert, Elwood sut qu'il serait obligé d'y retourner. Le bosquet de cèdres au-dessus de l'épaule du journaliste à la télé raviva la chaleur sur sa peau, le chant strident des cigales. Ce n'était pas si loin. ça ne le serait jamais...

L'avis de Keisha ci-dessous...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pahi 16/11/2020 20:06

Bonsoir Manou !
J'ai noté ce titre il y a quelques jours sur ma liste "Livres à acheter", même si sa lecture me fait un peu peur, car je sais que c'est malheureusement la réalité. Le pire est que les humains ne se sont pas bonifiés depuis les années 60... ça fait très mal :-/ Bonne fin de soirée à toi.

manou 17/11/2020 06:45

Il est dur c'est vrai mais l'auteur a une façon d'écrire très particulière qui ne cherche pas ni à tomber dans le pathos, ni à culpabiliser et c'est encore plus fort du coup. J'espère qu'il te plaira. Belle journée

dasola 12/11/2020 15:28

Bonjour Manou, je compte le lire très bientôt. J'ai lu des critiques soit très positives (comme la tienne) soit plutôt négatives. Je verrai bien. Bonne après-midi.

manou 13/11/2020 09:53

Je serais curieuse de lire des critiques négatives à son sujet mais c'est un livre dur qui peut surprendre les lecteurs, en effet et créer un rejet. Je lirai ton avis avec plaisir ! Bises

ecureuilbleu 12/11/2020 13:18

Bonjour Manou. Je vais voir s'il est disponible à la médiathèque. Bisous

manou 13/11/2020 09:54

Chez moi la liste d'attente est démesurément longue...j'espère que ce ne sera pas le cas chez toi ! (tu as vu que j'ai mis un lien vers ton blog dans mon article sur les champignons ?? Bisous

Céline 12/11/2020 08:25

Belle chronique ! il est dans ma liste de mes envies ;)
Bonne journée, bisous

manou 13/11/2020 09:55

Ah alors je viendrai lire ton avis avec grand plaisir !! bisous

zazy 11/11/2020 20:38

Je l'ai vu, remarqué, noté....

manou 12/11/2020 07:03

Il te plaira j'en suis certaine :)

chemindetables 11/11/2020 19:00

un livre qui doit être dur même poignant mais surement passionnant, merci de ta comme toujours très bonne présentation et ton ressenti
douce soirée
bisous
patricia

manou 12/11/2020 07:04

Je sais que tu es davantage polar et je le comprends. Merci de ton passage, j'espère que tout va bien pour toi, avec ce déménagement tu dois être crevée :) bisous

Laura 11/11/2020 09:41

Merci infiniment pour cette si belle chronique.
C'est surement un des titres phares de cette rentrée littéraire et celui qui me donne vraiment très envie.

manou 12/11/2020 07:05

Je suis contente d'avoir pu le lire aussi vite, il y a tellement d'attente en médiathèque pour les nouveautés de la rentrée littéraire...Merci de ta fidélité

manou 11/11/2020 08:47

Un grand merci à tous pour votre visite et vos messages. Belle journée

Elena800 11/11/2020 04:15

Tu en parles bien, j'ai envie de le lire quand j'aurai fini mon livre ! Bisous

Golondrina63Auv 10/11/2020 21:04

J'ai envie de plus de douceur
Comme
L'Auvergne sauvage
Christian Bouchardy (Auteur) Paru le 15 octobre 2020 Beau livre (broché)
c'est un Monsieur très simple que je rencontre de temps en temps sur les chemins ...
Bonne soirée

Philippe D 10/11/2020 21:03

Ces deux livres me semblent intéressants, mais j'ai tant à lire déjà !
Un jour peut-être...
Je suis tenté en tout cas...

CathyRose 10/11/2020 20:13

Un livre qui me paraît très dur Manou ! Mais peut-être pas plus que celui que je suis en train de lire, des enfants qu'on volait à leurs parents dans le Tennessee pour les revendre à des familles riches. Mais je m'égare, je le note, je pense qu'il pourrait me plaire.
Belle soirée, bisous.
Cathy

manou 11/11/2020 09:56

Evidemment qu'il est dur mais je voulais absolument le lire ne serait ce que pour encourager l'auteur à continuer son exploration de la vérité...Bisous et une belle journée

Doc Bird 10/11/2020 18:35

Je note ce titre, très fort, et basé sur des faits réels qui font froid dans le dos. L'auteur dénonce le racisme qui continue à sévir, sous diverses formes, et pas qu'aux Etats-unis, hélas. Pas étonnant finalement que l'auteur ait reçu un second prix Pulitzer.

manou 11/11/2020 09:57

Oui je ne suis pas étonnée non plus que ces deux romans aient eu tous deux le Prix Pulitzer...Belle journée

maggie 10/11/2020 17:57

Je voulais déjà lire son précédent roman. J'ai bien envie de lire celui-là aussi.

manou 11/11/2020 09:57

J'ai autant aimé les deux, même s'ils sont durs ce sont des lectures nécessaires je trouve...

Durgalola 10/11/2020 17:56

je vais voir si je peux le réserver à la médiathèque ou le précédent.
Bises et merci

ruthiebear 10/11/2020 17:22

This sounds like a very emotional story. thank you for the review. Friendship

Renée 10/11/2020 16:59

Vais regarder si je le trouve sur mon site en e-book il m'attire. Bisous merci Manou

manou 11/11/2020 09:58

Il doit y être en principe toutes les nouveautés sont disponibles ! bisous

Eve-Yeshé 10/11/2020 15:06

lecture imminente, je viens de le récupérer à la BM
le clic (réserve?) et cueillette (restons français, il y en marre de tous ces anglicismes!
le thème m'intéresse même s'il est tellement d'actualité que d'habitude je freine des 4 fers car j'ai bien peur d'être atteinte de trumpophobie
je n'ai pas encore lu son précédent roman

manou 11/11/2020 10:01

Je me suis aussi inscrite sur le "clic et cueillette" de ma petite médiathèque du village mais hélas la ville est trop loin pour que je fasse de même à la médiathèque de la ville, comment justifier de mon déplacement ?? Du coup je suis en liste d'attente pour le dernier Bouysse, on ne peut en réserver qu'un seul dans les nouveautés en ce moment, je comprends bien leurs raisons mais c'est frustrant ! Belle journée, tu le liras un jour, un bon livre comme ça ne se démodera pas, hélas

Alex-Mot-à-Mots 10/11/2020 14:03

Un peu trop léger à mon goût, comme si l'auteur ne savait pas quoi nous raconter comme détails pour son histoire.

manou 11/11/2020 10:01

Léger, je n'en reviens pas, je ne l'ai pas du tout trouvé léger...comme quoi les avis sont toujours personnels

Féelaure 10/11/2020 13:38

Un livre qui doit être dur à lire, merci pour ce nouveau partage et ton ressenti Manou
Bisous et douce journée

manou 11/11/2020 10:02

Oui il est dur je ne peux pas te dire le contraire, mais l'auteur a le mérite de dénoncer des silences assourdissants qu'on ne peut plus taire...Bisous et une belle journée

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -