Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2020 5 22 /05 /mai /2020 05:22
Edition Globe, 2018

Edition Globe, 2018

Ce soir de mai, tandis que les marguerites referment leurs pétales pour la nuit, tandis que les guillemots et les mouettes tridactyles rapportent des lançons à leurs petits nichés sur les hauteurs des falaises, tandis que les brebis se blottissent contre les murets de pierres sèches pour se protéger du vent, mon histoire commence...

Voici un livre assez déroutant, que j'ai emprunté avant le confinement à la médiathèque de la ville, très attirée par sa jolie couverture.

Je n'avais jamais rien lu de cet auteur, normal c'est son premier roman, un roman largement autobiographique qui a obtenu déjà deux prix dans lequel elle raconte  son retour dans les Îles Orcades, où elle est née, après dix années d'errance à Londres. 

Je vais vous en dire un peu plus, bien entendu, sans trop dévoiler de son histoire. 

Ici, je n'ai pas le choix : je me mêle à des gens de tous âges et de toutes origines, alors que, à Londres, je vivais dans une bulle. J'avais quitté Mainland pour rencontrer de nouvelles personnes, m'ouvrir à d'autres idées et agrandir mon cercle social, mais, quelques années après mon arrivée, je ne côtoyais déjà plus que des gens qui me ressemblaient. Au sein de notre groupe d'amis, nous façonnions nos vies à notre image, les réduisant à une palette d'émotions et d'expériences si restreintes que nous ne risquions pas de bousculer nos certitudes.

Il y a deux sortes de tempêtes celles qui sévissent sans prévenir sur les côtes des îles Orcades, dévastant tout sur leur passage, pouvant faire tomber ou même s'envoler les très jeunes enfants ou se fracasser les bateaux sur les rochers, et puis celles que vivent les jeunes adultes épris de liberté, au fin fond des boites de nuit et des bars de Londres...

Mais pour la narratrice, il y a surtout les tempêtes intérieures, de celles qui peuvent détruire une vie, si on n'accepte pas de tendre la main pour être aidé, de se regarder en face, et d'arrêter de combler le vide de sa vie en s'adonnant à l'alcool ou à la drogue pour faire face au manque.

Ce sont celles qu'il faut combattre coûte que coûte, comme elle a du le faire elle-même...

 

Amy n'a pas toujours eu une vie facile dans la ferme de son enfance.  Dans cet archipel des Orcades, encore sauvage et éloigné de la ville, elle a souffert de solitude. De plus, son père était bipolaire et très souvent absent parce que soit hospitalisé, soit sous l'emprise des médicaments. Sa mère très croyante n'a rien fait non plus pour l'aider et  lui a fait voir une vie très étriquée et éloignée de toute réalité extérieure.

Quand elle arrive à Londres alors qu'elle n'a que 18 ans, pour tout d'abord s'inscrire à l'université, elle se croit invincible et pense que la belle vie est enfin arrivée. 

Elle a son appartement et son indépendance, se fait des amis, sort et s'amuse beaucoup, tombe amoureuse...mais elle va peu à peu se perdre dans l'alcool dont elle abuse de plus en plus, compromettant ses études, puis plus tard son travail, sa vie sociale et aussi sa vie amoureuse.

 

Durant dix longues années, de tentatives en rechutes, elle va chercher à trouver une solution à ses problèmes jusqu'au jour où des symptômes inquiétants lui montrent que sa santé est sérieusement atteinte. Elle accepte alors d'entrer en cure de désintoxication. Elle en sortira grandie et sûre d'une seule chose : elle doit retourner chez elle dans les Orcades.

Là, au milieu de ces îles rudes et sauvages, elle va tenter de se reconstruire. D'abord auprès de son père qui a besoin d'elle pour réparer des murs en pierre sèche, et s'occuper de l'agnelage. Puis auprès de sa mère. Ses parents se sont séparés, la ferme a été vendue mais, reste toujours en bord de mer, cet espace de prairie le plus éloigné de la ferme que se partagent les animaux domestiques et sauvages, que l'on appelle dans les Orcades, l'écart. 

 

Alors qu'elle vit avec la peur au ventre de retomber dans l'alcool et l'angoisse de la solitude, Amy va accepter de travailler pour la Société de Protection des Oiseaux, et d'aller recenser, sur une des îles des Orcades où ne vivent que soixante-dix autres âmes, l'île de Papay, une espèce d'oiseau très rare, le Roi caille ...

Au cours d'un long été, cette mission  va lui permettre de renouer avec la nature, d'explorer toutes ces îles qui finalement lui étaient inconnues et de se passionner pour la vie... tout simplement. 

J'avais envie de boire en permanence. Cette idée ne me quittait jamais : elle était ancrée en moi, à l'arrière-plan de mes pensées, comme un bruit de fond ou un acouphène dont je ne parvenais pas à me débarrasser. De temps en temps, le bruit de fond devenait assourdissant : l'envie me transperçait alors le corps et l'esprit. Elle peuplait aussi mes rêves.

Si la lente chute d'Amy dans le fin fond des bars londoniens est dramatique et m'a paru par moment bien trop longue, j'ai davantage aimé la suite où elle nous parle de sa reconstruction et de ses découvertes attentionnées de la nature qui l'entoure et de ses beautés.

Tandis que peu à peu elle comprend les méandres de son propre fonctionnement, et pourquoi elle en est arrivée là, elle entraîne le lecteur dans son sillage à la découverte des ces îles merveilleusement sauvages, habitées par une grande diversité d'animaux qu'elle croise au hasard de ses marches quotidiennes ou de ses veillées nocturnes.  Ces îles sont aussi le siège de manifestations naturelles fascinantes comme les nuages noctulescents, les pluies d'étoiles filantes ou les aurores boréales. 

 

Amy comprend que chaque être humain a en lui une grande faculté de vivre et d'être heureux, et qu'à chaque instant, il a le choix ! 

 

Malgré donc les longueurs du début, c'est un livre témoignage qui sonne toujours juste et c'est aussi un merveilleux documentaire sur les Orcades.

Il n'est pas forcément toujours facile à lire, malgré l'intérêt que j'ai eu à le découvrir. Souvent le lecteur ne se sent pas concerné directement ou bien il se sent désolé de qui arrive à la narratrice, voire dégoûté par moment. 

J'ai stoppé ma lecture plusieurs fois, puis je l'ai reprise mais je n'ai pas pour autant réussi à éprouver de l'empathie pour la narratrice lorsqu'elle raconte sa vie dépravée à Londres. D'un autre côté, je voulais continuer à lire son histoire pour savoir comment elle allait s'en sortir. Du coup, ayant lu ce livre en pointillé, je n'ai pas été gênée par les répétitions qui comme dans un journal intime, sont finalement assez fréquentes.

 

Ce que j'ai aimé c'est justement que l'auteur ne cherche pas à se faire plaindre. Le ton est juste, sincère, sans aucun apitoiement. Elle expose les faits, tels qu'ils sont, nous décrit ses frasques et leurs conséquences sur sa vie, sans aucune pudeur, juste en nous montrant qu'aujourd'hui elle éprouve toujours un peu de gêne en public, ayant l'appréhension d'avoir gaffé à nouveau, ou d'avoir eu un geste déplacé alors qu'elle est depuis longtemps à présent, complètement sobre.

Le lecteur est finalement content de la voir avancer sur un chemin long et douloureux. mais tellement plus positif... 

Ici au ras de l'eau, je me sens forte et déterminée. Pleine de gratitude. Maintenant que j'ai échappé au naufrage, je peux apprécier la beauté des déferlantes qui ont failli m'engloutir et boire l'air glacé à grandes goulées.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Quichottine 28/05/2020 09:57

Je ne crois pas que je le lirai... mais j'apprécie beaucoup ton avis de lecture.
Bisous et douce journée.

manou 28/05/2020 11:14

Je comprends aussi et la première partie est difficile à lire finalement :) bisous

kimcat 26/05/2020 16:38

Une belle présentation.
La couverture est très attirante.
Biz

Durgalola 25/05/2020 17:37

Un livre que j'aimerais lire car il est plein d'espoir pour ceux qui sont addicts. J'ai lu un article sur une jeune femme droguée qui s'en est sorti grâce à son intérêt à une vigne achetée à laquelle elle a prodiguée tous ses soins. Bises

manou 26/05/2020 07:55

C'est en effet ce qui est réconfortant dans ce livre-témoignage, ce combat n'est pas vain et il montre bien que nous sommes reliés à la terre et qu'elle est source d'équilibre et de bonheur d'où l'importance de la préserver...Bises

Alex-Mot-à-Mots 25/05/2020 15:16

On sent que tu t'es attachée à ce personnage.

manou 26/05/2020 07:55

C'est vrai, je voulais qu'elle s'en sorte :)

manou 23/05/2020 11:18

Un grand MERCI à tous pour votre visite et votre commentaire...Heureusement nous avons le choix côté lecture !

daniel10 23/05/2020 08:57

Un petit coucou en ce jour pluvieux sur la Champagne.
Une vie difficile et des souffrances décrites dans ce livre.
Bisous - daniel

manou 23/05/2020 11:50

Merci de ta visite, chez moi en Provence il fait chaud comme un mois de juin, c'est trop pour la saison, mais on n'y peut rien. Bisous et bon week-end

keisha 23/05/2020 07:31

Comme toi, sa vie à Londres ne m'a pas passionnée... Mais le reste!

manou 23/05/2020 11:49

Je n'ai pas vu ta critique, j'irai voir sur ton blog :)

CathyRose 22/05/2020 21:33

C'est vrai que la couverture est très jolie.
Comme quoi il y a toujours une petite lueur d'espoir quelque part, encore faut-il le vouloir, et savoir saisir sa chance.
J'ai fait une recherche pour savoir si les îles Orcades existent vraiment ... et qu'est-ce que c'est beau !
Belle soirée, bisous !
Cathy

manou 23/05/2020 11:48

C'est tout à fait la "leçon" qu'elle ne veut pas nous donner mais qui apparaît au fil de la lecture...renouer aussi avec ses racines, se retrouver loin d'un monde qu'elle avait cru plus vivant que celui de son enfance...Mais la première partie est bien difficile à lire ! bisous et bon week-end

Véronique 22/05/2020 18:31

Parfois les livres nous donne l'envie de nous battre , de ne pas nous apitoyer sur nous-mêmes . Ils sont à la source de l'espoir , du courage, , du positif .
La nature sait .
Merci Manou du partage de tes lectures .
J'attends , moi aussi, la réouverture de la médiathèque .
J'ai relu les livres de mon père . Je me dis que rien n'arrive pas hasard .
Douce soirée .
Je t'embrasse

manou 23/05/2020 11:47

J'ai trouvé que cet auteur était courageuse et sincère. Elle nous livre sa vie sans chercher ni à se trouver des excuses, ni à la rendre différente de ce qu'elle a été. Et la fin est une belle leçon de vie, avec ce retour à la nature sauvage où elle est toujours aussi seule, mais emplie de toutes ces belles choses qu'elle voit, de ses instantanés de vie...Je crois aussi qu'on ne lit rien par hasard et que les livres viennent à nous...Je t'embrasse aussi

ruthiebear 22/05/2020 17:47

Though the colver is attractive, the story does not appeal to me. Friendship

Golondrina63Auv 22/05/2020 17:04

Tu as raison la couverture est vendeuse mais ce n'est pas pour moi ce livre
Bonne journée Manou
Bises

Mo 22/05/2020 16:57

Bonjour Manou,
bravo pour ta présentation, mais je ne me sens pas vraiment attirée par ce livre...
Bon week end et bises à toi,
Mo

manou 23/05/2020 11:45

Je comprends le sujet est difficile malgré une seconde partie magnifique...Bises et un bon week-end au jardin

Renée 22/05/2020 16:08

merci pour la présentation mais là je ne note pas...Sujet épineux toutefois je verrais nettement plus tard finir un peu mes listes. Bisous

manou 23/05/2020 11:43

Je comprends tu sais on ne peut pas tout noter et tout lire ! bisous et bon week-end

Cléo 22/05/2020 15:18

Merci pour ton beau billet sur ce livre! Par contre, je ne note que ceux qui m'attirent vraiment : ce n'est pas le cas de celui-ci, avec ce sujet... et ses longueurs! Ce serait différent pour un film, puisque nous pourrions voir cette nature! Bises et belle journée!

manou 23/05/2020 11:43

C'est une merveilleuse idée Cléo, figure-toi que j'y ai pensé en le lisant, je me disais que son histoire ferait un film superbe dans le cadre contrasté de Londres et des îles Orcades et il se terminerait sur une belle note d'espoir et un hymne à la nature magnifique. Bises et un beau week-end

Eve-Yeshé 22/05/2020 15:06

je ne connais pas du tout, je le note quand même car l'histoire, même si elle semble assez lourde, est tentante
mais encore du monde de la bousculade dans ma PAL :-)

manou 23/05/2020 11:41

La médiathèque l'avait mis en avant et cela m'a donné envie, entre la couverture et les îles Orcades je n'ai pas hésité mais c'est un livre dur au début et porteur d'espoir...Bises et bon week-end

sotis 22/05/2020 14:30

il à l'air bien ce bouquin, j'ai hâte que ma bibliothèque réouvre!!!! bisous

L'Espigaou Maryse 22/05/2020 14:30

En effet ce doit être un roman très prenant.
Je le note à tout hasard mais j'hésite un peu c'est qu'en ce moment où bien qu'autorisée je ne sors pas, je préfère des lectures plus légères ou du moins moins lourdes.
Pourtant l'histoire m'attire, enfin je verrai.
Bisous
Maryse

manou 23/05/2020 11:40

Il faut te faire plaisir en ce moment et lire ce qu'il te plait c'est essentiel ! bisous et un doux we

domi 22/05/2020 12:22

une bonne critique nuancée, comme d'hab, merci

manou 23/05/2020 11:39

Tout n'est pas toujours blanc ou noir, comme dans la vie d'ailleurs !

Binchy 22/05/2020 11:19

Merci pour cette découverte pour moi Nelly et doux vendredi à toi.
Gros bisous.
Bernadette.

Philippe D 22/05/2020 11:06

Je ne connais pas ce livre pourtant la couverture me dit quelque chose...
Il ne me fait pas trop envie.
Merci pour ta fidélité sur mes blogs et bonne journée.

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -