Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2020 2 21 /01 /janvier /2020 06:12
Par les routes / Sylvain Prudhomme

J'ai vu peu de gens, dans ma vie, pour lesquels autrui n'était jamais un poids, jamais une fatigue, jamais un ennui. Toujours au contraire une chance. Une fête. La possibilité d'un supplément de vie. L'autostoppeur était de ces êtres. C'était comme s'il avait constamment à l'esprit la pensée que chaque être placé sur sa route ne le serait peut-être plus jamais. La conscience que s'il voulait le connaître, c'était maintenant.

J'ai attendu qu'il poursuive de lui-même, certain que la conversation n'en resterait pas là.
ça marche même mieux que jamais. Contrairement à ce qu'on pense les conditions n'ont jamais été aussi bonnes : véhicules plus nombreux, plus confortables, plus rapides. Disparition presque totale de la concurrence.

Prix Fémina 2019.

 

Sacha, le narrateur est écrivain. Il a décidé de quitter la vie trépidante parisienne, pour déménager à V.,  un petit village du sud-est de la France, proche de la mer, où il compte bien prendre le temps de se ressourcer et de se remettre à écrire son roman.

Son cousin qui habite le village, le présente aussitôt à ses amis et comme la vie sait particulièrement nous réserver des surprises, il retrouve dans ce village un ami perdu de vue depuis 17 ans. C'est celui que tout au long du livre il appellera, "l'autostoppeur".

 

Aujourd'hui marié à Marie qui est traductrice, et père d'un petit garçon de 9 ans, Agustin, son ami n'a jamais cessé de voyager en faisant du stop alors que Sacha qui le faisait avec lui durant leur jeunesse, ne l'a plus jamais fait depuis. 

Leurs retrouvailles sont sincères et amicales. Ils ont été colocataires, ils ont voyagé ensemble, ils se sont séparés pour une raison qui ne sera pas précisée au lecteur, mais qui était suffisamment grave, pour qu'ils ne se contactent plus jamais par la suite.

 

L'autostoppeur part très souvent, laissant femme et enfant, entre deux boulots dans le bâtiment qu'il organise comme il veut puisqu'il est son propre patron.

Le couple fonctionne bien, ils s'aiment et respectent les désirs de chacun. Mais lui se sent plus libre, moins investi dans l'éducation de son fils, sans entraves. Il n'est vraiment heureux que lorsqu'il part loin des siens, et aussi lorsqu'il revient, tout du moins au début de l'histoire.

Il garde d'ailleurs un contact fréquent avec sa famille, téléphone à sa femme et à son fils, ce qui rythme leur vie et aide à supporter son absence. 

 

Peu à peu, durant les absences de l'autostoppeur, Sacha se rapproche de Marie, qui se sent seule et a parfois besoin d'aide pour garder Agustin. Elle se renferme sur elle-même car elle réalise qu'elle n'est plus triste des départs fréquents de son mari, qu'il ne lui manque plus comme avant, et qu'il n'a jamais été plus présent auprès d'eux, que lorsqu'il n'est pas là.

Et au fur et à mesure, alors que Sacha entre tranquillement dans la famille, et devient indispensable pour eux, les retours de l'autostoppeur s'espacent, ses lettres et ses coups de téléphone aussi, comme s'il se perdait dans les méandres des petites routes de France et dans les villages qu'il visite les uns après les autres, au hasard de ses rencontres. 

Je ne leur dis pas tout de suite. Je les laisse redémarrer. J'attends qu'ils aient quitté l'aire d'autoroute, reverrouillé les portes. Qu'ils soient de nouveau à 130 à l'heure, avec au-dehors les champs qui défilent, la rambarde qui court, les panneaux bleus qui plongent à la rencontre de la voiture. Alors je leur dis la vérité. Que je suis surtout venu les voir eux. En général il y a un blanc...

Savoir l'autostoppeur sur la route, paradoxalement, nous le rendait plus proche. Nous nous demandions où il était, ce qu'il vivait, dans quelle voiture il roulait, à côté de qui. Même absent, il nous accompagnait.

Cartes postales des lieux traversés, polaroïds des visages croisés, l'autostoppeur récolte le long de ses parcours inattendus, mille preuves de ses rencontres, qui sont autant d'échanges d'amitié emplis de bienveillance. Pourtant il ne sait pas réellement pourquoi il prend la route...

Nous nous surprenons, nous lecteurs, à avoir envie de connaître ces villages aux noms si poétiques, de voir à notre tour ces paysages magnifiques, et pourquoi pas de croiser aussi sur une aire d'autoroute quelques-unes de ces belles personnes, généreuses, accueillantes, toutes différentes, qui sans attendre de retour, n'hésitent pas à prendre à leur bord un parfait inconnu, à faire connaissance avec lui, et même parfois à lui offrir l'hospitalité. 

J'en ai besoin, il a fini par dire. Je crois que c'est ça, tout simplement. J'en ai besoin. Il y en a qui ont besoin de faire du sport. Il y en a qui boivent, qui sortent faire la fête. Moi, j'ai besoin de partir. C'est nécessaire à mon équilibre. Si je reste trop longtemps sans partir j'étouffe.
Sa voix tremblait un peu, on sentait l'effort qu'il faisait pour formuler tout ça.

Dans une écriture sensible toute en délicatesse et simplicité, l'auteur nous livre ici une belle histoire de liberté, d'amitié et de tolérance mais aussi d'amour.

Il nous montre que quel que soit le chemin que l'on choisit de vivre on peut trouver le bonheur.

Il ne porte aucun jugement sur cet incroyable voyageur qui nous interpelle dans notre petite zone de confort, et nous invite comme il le fait pour Sacha, à le suivre à la rencontre des autres, ce qui requiert, "comme pour la pêche", nous dit-il, patience, curiosité, doigté...et passion ! 

"Il est temps de réaliser vos rêves", nous dit-il aussi en filigrane, et sans tarder, de découvrir les merveilles qui vous entourent, mais il temps aussi de savoir faire des choix et choisir... c'est aussi renoncer.

 

Je ne me suis pas ennuyée une seconde en le lisant, comme je l'ai vu dans des critiques ici ou là sur internet. De plus, il se termine par une scène emplie d'humanité, qui fait du bien et qui nous permet de vérifier que ce que nous pensions de l'autostoppeur, était vrai. Je ne vous en dirai pas davantage...

Malgré toute la poésie et la générosité qui transparaît dans ces pages, c'est avec un pincement au cœur que j'ai pensé à Agustin en refermant ce roman, vous comprendrez pourquoi en le lisant. 

Souvent je me dis que c'est avec eux qu'il faudrait tout recommencer. Souvent j'y songe, je me dis que si on devait refaire le monde, partir sur un autre continent ou une autre planète, réinventer la société avec un échantillon d'humanité pris au hasard, représentatif malgré tout de la variété des hommes et des femmes d'aujourd'hui, ce serait un bon critère. Des gens pas froussards. Solides...tous capables d'ouvrir leur porte.

Partager cet article

Repost0

commentaires

emma 05/02/2020 10:42

ton billet m'a donné envie de lire ce livre, j'y suis, et je le trouve interminable et répétitif, mais les personnages sont attachants et l'idée est belle, j’espère que la fin sera révélatrice comme tu l'annonces -

manou 05/02/2020 14:06

J'ai lu les avis sur babelio et j'ai vu que le ressenti était très mitigé en effet. Bizarre, moi je ne me suis pas ennuyée une seule seconde ! Ce roman a été présenté lors d'un cercle de lecture auquel j'appartiens et il a fait l'unanimité, pourtant nous ne sommes pas les derniers à descendre en flèche un roman qui ne nous plait pas...'est peut-être mon côté aventurière qui a primé lors de cette lecture, qui sait :)

Josette 03/02/2020 17:45

un livre qui m'a troublé !

manou 04/02/2020 07:12

Je sais que les avis sont mitigés mais j'ai aimé même si comme je le dis je trouve triste qu'il finisse par abandonner sa famille pour assouvir sa passion :) bises

TlivresTarts 30/01/2020 08:28

Très joli billet pour un roman qui fait du bien et nous permet, encore, d'espérer la bonté de l'humanité.

manou 30/01/2020 11:13

C'est exactement ça ! Il mérite d'être lu et apprécié:)

écureuil bleu 22/01/2020 22:04

Bonsoir Manou. Je le lirai peut-être, si j'en ai l'occasion. Bonne soirée et bisous

Violette 22/01/2020 17:08

de petites longueurs que j'ai déjà oubliées. A part ça : une très belle lecture, je te rejoins tout à fait!

manou 30/01/2020 11:14

Merci d'être passée par ici Violette je n'avais pas vu passer ton com...On est bien d'accord, les longueurs je vois ce que tu veux dire mais c'est vrai qu'on les oublie aussitôt tant elles ne gâchent en rien le plaisir de la lecture

Maryline 22/01/2020 11:15

Le sujet n'est pas commun, il met en scène la liberté dans le couple qui ramène à la question cette façon de vivre est-elle bénéfique ou fatale à l'histoire d'amour? Intéressant à découvrir... Merci Manou et belle journée!
ici brouillard givrant!
bisous

manou 30/01/2020 11:15

Oui ce problème là est bien présent en effet car même si au départ sa femme accepte tout ça elle souffre non pas de ses absences mais de s'apercevoir qu'au fur et à mesure elle n'éprouve plus le même vide quand il n'est pas là ! Bisous

Mimi 22/01/2020 09:48

Un livre d’une grande sensibilité dont j’ai noté le titre. Et ton ressenti me donne encore plus l’envie de le découvrir. Merci Manou et belle journée.

manou 30/01/2020 11:17

Je n'avais pas vu ton commentaire, comme ceux des suivants...Je pense que tu aimeras le découvrir car il est vraiment agréable à lire et il a été pour moi une belle découverte. Je suis enfin arrivée à emprunter à la médiathèque "né d'aucune femme" que tu avais beaucoup aimé :):) Bisous en espérant que tu ailles bien

Elena800 22/01/2020 05:54

Je vais le lire mais à la place de son épouse je serai partie ! Bisous

Sylvie Barbizon 22/01/2020 04:07

Franchement ça donne envie de le lire, que va-t-il se passer à la fin, tu nous laisses avec ce suspens ! Justement j en ai pris un lundi...il attendait le mini bus du village qui n arrivait pas. Ici, je n'ai pas peur, en France je ne le ferai pas. Bises Manou.

manou 22/01/2020 07:22

Je prends de temps en temps des jeunes qui ratent le car scolaire...pour les autres j'avoue que lorsque je suis seule, j'hésite à présent ! bises

sissi63 21/01/2020 22:54

Coucou Manou,
Voici un livre que je ne connais pas du tout. Merci pour cette découverte que je vais essayer.
Bisous et bonne soirée

manou 22/01/2020 07:22

Il est facile à lire mais bien entendu comme toujours les avis sont partagés ! bisous

Philippe D 21/01/2020 21:20

Encore un livre inconnu !
Merci pour la découverte.

Durgalola 21/01/2020 20:48

j'ai vu son livre à la médiathèque ; je regarderai s'il a écrit d'autres livres. Bises

manou 22/01/2020 07:21

Je n'ai rien lu d'autres de lui mais j'ai vu que trois autres de ces romans avaient obtenu des prix...comme toi je regarderai à la médiathèque ce qu'ils ont ! bises

laramicelle 21/01/2020 19:57

coucou je n'ai jamais aimé l'auto stop ^^ je ne pense pas que ça me plairait ; bisous

CathyRose 21/01/2020 19:55

Ce livre me tente bien, j'imagine de belles rencontres, et de jolis endroits découverts.
Allez un de plus sur ma liste, il va me falloir plusieurs vies pour tout lire ! ;)
Belle soirée, bisous !
Cathy

manou 22/01/2020 07:19

Il va te donner envie de prendre une carte de France et de chercher tous les petits coins perdus dont il parle :) mais pas que ça ! bisous et une belle journée

zazy 21/01/2020 18:11

Il est sur ma liste

manou 22/01/2020 07:18

Il a doublé tous les autres livres en attente, parce qu'une amie me l'a prêté !

ruthiebear 21/01/2020 17:06

Thank you for a good review again. friendship

Alex-Mot-à-Mots 21/01/2020 16:10

Cette histoire d'auto-stoppeur ne me tentait pas. Mais pourquoi pas, après tout.

manou 22/01/2020 07:18

Je suis rarement déçue par les Prix Femina et encore cette année, j'ai aimé...A voir pour toi si tu le lis je viendrai lire ton ressenti avec grand plaisir

Eve-Yeshé 21/01/2020 15:27

Il est dans ma liste rentrée littéraire 2019... J'ai vraiment envie de le lire mais embouteillage dans ma PAL (trop de tentations cette rentrée 2019, meilleur cru que les précédentes :-)

manou 22/01/2020 07:17

Comme toi mon carnet est plein à craquer et j'ai toujours une pile qui m'attend, que je classe d'une façon puis d'une autre au fil de mes envies. Mais là c'est une amie qui me l'a prêté et comme je ne voulais pas le garder trop longtemps il est passé devant tous les autres évidemment et je ne le regrette pas ! J'ai adoré ce voyage en stop et les personnages :)

Renée 21/01/2020 15:18

Malgré la longue liste ça me donne envie, un être qui part comme cela, comme j'en serai capable (enfin je crois) me titille. Bisous

manou 22/01/2020 07:15

Tu verras en lisant ce livre on a envie de partir avec lui :) bisous

sotis 21/01/2020 13:25

encore un livre qui s'ajoute a la liste de ceux que j'ai envie de lire, merci!!! bisous

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -