Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 décembre 2019 4 05 /12 /décembre /2019 06:14
Editions Autrement, 2019

Editions Autrement, 2019

Dieu savait ce qui se tramait et ne l'empêcha pas. Les puissances étrangères étaient informées de l'existence de liste des personnes à tuer, de caches d'armes. Elles ne firent rien pour arrêter notre extermination...

Les enfants vous gardent en vie. Vous m'avez sauvée de la folie des hommes. Aussi longtemps que j'ignorais ce que vous étiez devenus, que je ne savais pas si vous vous en étiez sortis, une force surhumaine me poussa à me battre.

C'est l'histoire d'une famille marquée par le génocide des Tutsi, au Rwanda en 1994, un génocide perpétré par les Hutu, qui allait faire un million de morts en quelques mois. 

 

Immaculata la mère et Blanche la fille qui a été envoyée en France avant les événements, tentent de renouer le dialogue sans réussir pour autant à se dire l'essentiel...

La mère restée au pays ne doit sa survie qu'à un libraire qui l'a cachée dans sa cave. 

Bosco, le frère s'est enrôlé dans l'armée de rébellion. Il en est revenu meurtri lui-aussi...d'avoir vu les horreurs de la guerre et ce que l'homme est capable de faire à son semblable.

 

L'incompréhension est totale quand elles se retrouvent après plusieurs années de séparation.

Blanche culpabilise de n'avoir pas pu être là, près de sa famille, de ne pas avoir vécu les événements traumatisants, de n'avoir pas vu l'horreur, la famille et les proches couverts de sang...Immaculata, elle, s'est enfermée dans le silence. 

 

La maison est pourtant toujours debout, les odeurs, les couleurs, le banc, sous le jacaranda en fleurs, sur lequel son frère et elles s'asseyaient pour écouter les histoires que leur contait leur mère et avant elle leur grand-mère.

Comment réparer les cœurs abîmés quand la séparation a creusé un tel fossé d'incompréhension ?

Peut-on rassembler ceux que l'histoire a dispersés ?

Comment reprendre la vie là où on l'a laissé, lorsqu'on en a commencé une autre, ailleurs ?

Comment Blanche peut-elle expliquer à Stokely, son fils né en France, ce que sa grand-mère a vécu au Rwanda ?

Il faudrait d'abord qu'elle même arrive à le savoir...

Car il n'y a pas que la guerre qui a marqué les esprits, il y a aussi tous les non-dits qu'Immaculata n'a jamais voulu leur révéler sur leur père respectif.

Le père de Bosco était un démocrate hutu, emprisonné puis assassiné alors qu'Immaculata était enceinte, celui de Blanche, un français expatrié obligé de quitter précipitamment le pays...

Stokely comprit que sa mère portait en elle des mots fantômes, des mots d'enfance endormis dans un jardin en friche qu'une pluie lointaine pourrait un jour ressusciter. Oiseaux de vie.

Voici un premier roman émouvant qui mérite qu'on s'intéresse de près à cette jeune auteure franco-rwandaise. 

 

C'est un roman choral bouleversant qui donne la parole à chacun des personnages, chacun expliquant son propre point de vue et s'adressant à un de ses proches. Il met en avant trois générations qui cherchent à se comprendre...et tentent de réunir leur cœur "en lambeaux" (presque quatre en fait, car Immaculata nous parle aussi de sa propre mère).

Dans ces pages, l'auteur ne parle que très peu du génocide. Si vous voulez en apprendre davantage sur cette page noire de l'histoire, passez votre chemin.

Mais le génocide est bien présent dans chacun des personnages puisqu'il y a un avant, et un après. Tout est dans l'émotion, le ressenti, les non-dits, dans les blessures non refermées, simplement étouffées...

 

C'est donc un roman plutôt intimiste sur le traumatisme, sur l'importance de la transmission pour les générations futures, pour savoir d'où on vient, trouver un sens à sa vie, se construire une identité métisse qui permette de découvrir sa propre voie (voix), faire la paix avec le passé...et trouver sa place dans le monde d'aujourd'hui. 

 

"Tous tes enfants dispersés" est le début d'une prière et devient ici le roman de tous les exilés, ceux qui ont quitté leur pays et qui tentent de se construire entre deux mondes, entre deux cultures, entre deux langues...

Posséder complètement deux langues, c'est être hybride, porter en soi deux âmes, chacune drapée dans une étole de mots entrelacés, vêtement à revêtir en fonction du contexte et dont la coupe délimite l'étendue des sentiments à exprimer. Habiter deux mondes parallèles, riches chacun des trésors insoupçonnés des autres, mais aussi, constamment, habiter une frontière.

L'auteur, née à Butare au Rwanda en 1979, a survécu au génocide des Tutsi.

Elle trouve ici le ton juste pour nous parler de ces vies coupées. Sa plume poétique et emplie de sensibilité est une belle découverte. 

Ses nouvelles que je n'ai pas encore lues "Ejo" et "Lézardes", parues en 2015 et 2017, ont reçu le Prix François-Augiéras, le Prix de l'Estuaire et le Prix du livre Ailleurs.

Ce pays se relèverait je n'en doute pas, même si cela devait prendre trente ans, il y aurait des bras, la volonté de tous ceux qui avaient rêvé de lui durant trois décennies de loin, la culpabilité de ceux qui l'avaient détruits et celle du monde qui les avait laissés faire, les ressorts inouïs que se trouveraient les survivants pour aller de l'avant et offrir un autre horizon aux enfants qu'ils auraient. Mais les cœurs ne se réparent pas comme on le fait d'un toit, d'une route ou d'une ville rasée...

Laisse ceux qui sont assez solides écrire leurs histoires, dont je sais mieux que toi combien elles sont nécessaires à l'humanité...

Partager cet article

Repost0

commentaires

L'Espigaou 09/12/2019 12:36

C'est une histoire qui ressemble, si j'ai bien compris, à la guerre de 39/45, le génocide des Juifs.
Comment tant d'hommes peuvent-ils être aussi féroces?
Bien sur que je vais acheter et vite lire ce roman.
Merci Manou de me le faire connaitre.
Passe une belle journée
Bises
Maryse

manou 09/12/2019 15:55

Merci Maryse pour ton passage ici. J'ai lu ton message d'aujourd'hui...bon courage pour la semaine prochaine, prends soin de toi surtout et donne-nous des nouvelles...Bisous

Alex-Mot-à-Mots 06/12/2019 13:58

Un livre non seulement pour ne pas oublier, mais aussi pour transmettre un passé et tirer un enseignement.

manou 07/12/2019 07:32

Tu as tout à fait raison. Il complète bien "Petit Pays" qui m'avait beaucoup touché aussi

Rohnny 06/12/2019 11:27

Coucou Manou
Une bien triste histoire il me s'emble/
Merci pour le partage.
Je te souhaite une belle journée et un excellent weekend.
Rohnny

Elena800 06/12/2019 05:42

Un très bon livre mais très dur moralement à lire après les fêtes car avant le moral tombe à 0 ! Bonne fin de semaine, bisous

manou 06/12/2019 07:06

Je te comprends pour toi en plus c'est une date anniversaire douloureuse...bisous

laramicelle 05/12/2019 19:28

coucou tu en parles très bien ; bisous

Céline 05/12/2019 17:28

Je ne connais pas mais il a l'air intéressant par son sujet traité.
Merci pour la découverte, bonne soirée. Bises

manou 06/12/2019 07:07

Il complète parfaitement la lecture de "Petit pays" sur le même sujet. Bises

Golondrina63Auv 05/12/2019 16:33

Un sujet très triste mais qui doit faire un bon bouquin
Je suis passée ce matin, mais pas eu le temps d'écrire mon com car obligée de partir , et pour peu j'allais oublier de revenir
Bisous
Bonne fin d'après midi

manou 06/12/2019 07:08

Ma chère Rose, c'est gentil de repasser mais tu sais, cela m'arrive aussi d'être occupée et de n'avoir pas le temps...c'est pas grave, je ne t'aurai pas oublié pour autant. Bisous et une belle journée

Renée 05/12/2019 15:33

Je viens de le noter dans ma liste de souhait tant le sujet mérite d'être plus connu car c'est une abomination. Bisous

manou 06/12/2019 07:09

Je suis certaine que tu vas apprécier sa lecture. Bisous

zazy 05/12/2019 14:15

Je l'ai noté, mais ma liste est si longue et mon budget si petit. Je vais demander à la BDP d'en faire l'acaquisition

manou 06/12/2019 07:10

Par chance la bibliothèque de mon village l'a acheté...je n'achète perso que très rarement de livres sinon je te l'aurais volontiers prêté.

Doc Bird 05/12/2019 12:28

Un roman poignant, qui parle du conflit en laissant la parole à celles et ceux qui l'ont vécu de l'intérieur, ou à travers un membre de leur famille, laissant des traces et des cicatrices. Merci pour le partage !

manou 06/12/2019 07:11

Il complète parfaitement la lecture de "Petit Pays"sur le même sujet mais c'est raconté par rapport à la relation mère-fille...Bonne fin de semaine

Maryline 05/12/2019 12:05

Un sujet dramatique qui a été traité également dans Petit Pays de Gaël Faye. A découvrir donc!
Merci Manou!

manou 06/12/2019 07:12

C'est ce que je dis en réponse à des commentaires. Les deux lectures sont complémentaires car les deux romans abordent le sujet d'un point de vue différent. Bisous

danièle 05/12/2019 10:51

C'est une véritable terreur vécue par ce peuple, la folie des hommes est sans limite. Comment oublier de tels moments. Merci pour ta chronique.
Bonne journée, bises

manou 06/12/2019 07:13

Ce qui intéressant dans ce roman c'est que l'auteur ne s’appesantit pas sur les événements mais sur le traumatisme. Bises et une belle journée

Bébert du 33 05/12/2019 10:25

merci Manou pour ce récit passionnant ! ... gros bisous belle journée A+

Féelaure 05/12/2019 09:29

Quelle tragédie :(
Bisous et douce journée Manou

manou 06/12/2019 07:14

Oui en effet et traitée cette fois au coeur d'une famille qui s'aime mais n'arrive plus à se parler...bisous et une douce journée

Lavandine 05/12/2019 09:01

Un drame à mon avis que les concernés, marqués dans leur chair et dans leur esprit ne pourront jamais oublier.

Gros bisous et belle journée.
Lavandine

manou 06/12/2019 07:14

Et nous ferions bien de ne pas oublier aussi...car ce qui est bien vrai c'est que tous les pays ont fermé les yeux...bisous

Pascale MD 05/12/2019 08:28

Comme tous les génocides, encore une horreur perpétuée par l'Homme sur l'Homme.
Je ne doute pas que cet ouvrage soit fort.
Bises et bonne journée Manou

éliane roi 05/12/2019 08:28

Espérons que l'histoire ne se répétera pas. Là-bas aussi ça va mal. Soyons vigilants.
Merci Manou.
Je t'embrasse.

manou 06/12/2019 07:15

Ce livre montre bien que nous sommes aussi incroyablement sourds aux malheurs d'ailleurs...bisous

Martine Martin 05/12/2019 08:23

L'histoire du Rwanda ne m'intéresse pas mais tu donnes vraiment envie de lire ce livre Bisous

manou 06/12/2019 07:16

En fait c'est l'histoire de la famille, pas celle du Rwanda car les événements ne sont évoqués qu'à travers les personnages et leur traumatisme. Bisous

Claudine/canelle 05/12/2019 08:04

Merci pour cette découverte très interessante
Bises et bonne journée

Mitou 05/12/2019 07:21

Bien triste histoire ce livre et une réalité tellement atroce ,cette lecture n'est pas faite pour moi qui suis de plus en plus émotive !
Gros bisous et bonne journée
Mitou

manou 06/12/2019 07:17

Je te comprends aussi. C'est vrai que ce qui est poignant c'est le silence de la mère, comme dans toutes les familles qui ont subi un traumatisme. Bisous

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -