Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 06:16
Métaillé, 2019

Métaillé, 2019

Des événements authentiques sont à l'origine de ce roman. Les personnages ne sont pas inventés.

Ne vous fiez pas aux souvenirs des hommes âgés. Avec nos souvenirs nous essayons de corriger les échecs de notre vie, c'est pour cette seule raison que nous nous souvenons. C'est grâce aux souvenirs que nous nous apaisons vers la fin de notre vie.

Il y eu tous les jours des entretiens, ou plutôt des interrogatoires. Au moins deux fois par jour j'étais convoqué pour une demi-heure ou pour dix minutes dans un bureau et je devais répondre à toutes sortes de questions. Au bout de trois jours les questions se répétèrent et je répétai à chacun la même histoire, je n'avais pas fui, mais j'étais seulement allé en France pour améliorer mon français, et passer le baccalauréat, ce qui m'était interdit chez moi parce que mon père avait possédé autrefois une usine.

Konstantin n'a jamais connu son père, mort quelques mois avant sa naissance, à la fin de la guerre.

Très vite alors qu'il grandit dans une petite ville d'Allemagne de l'Est (mais l'Allemagne n'est pas encore coupée en deux, le mur n'a été érigé qu'en 1961), il va comprendre que même si son père faisait partie des personnes importantes de la ville car il avait une usine prospère qui proposait du travail à tous les habitants, il a aussi une face cachée inavouable...

En effet, le père a fait partie des SS et a commis des actes inacceptables, tellement horribles qu'il a été jugé criminel de guerre et exécuté à la fin de la Seconde Guerre Mondiale par les troupes communistes polonaises. 

 

A la suite de ces événements,  la mère se bat pour reprendre son nom de jeune fille et le donner à ses enfants.

Elle voit son avenir complètement bouché. Le pouvoir soviétique lui interdit d’enseigner alors qu’elle parle plusieurs langues. Elle doit donc aller faire des ménages.

Elle fera tout pour cacher à ses deux fils, le personnage odieux qu'était leur père et qu'elle a profondément aimé du temps où il ne l'était pas. 

Après avoir cherché à comprendre comment ce fils d'enseignant, d'une famille droite et croyante, a pu ainsi se faire enrôler dans les troupes nazis, elle décide de l'oublier pour le bien de ses enfants.

Mais les autres sont là, ils n'oublient pas et ne cessent de rappeler aux enfants le passé de leur famille, même ceux qui faisaient partie des anciens collaborateur du père et en ont bien profité.

 

Konstantin étouffe dans cette vie étriquée, se voit interdire l’accès au lycée alors qu’il est le meilleur de la classe. Il ne veut pas être obligé de faire un apprentissage, seul avenir possible pour lui et décide alors à 14 ans, de tout quitter et de gagner la France, en cachette de sa mère.

Là-bas, il va se faire embaucher dans une librairie de livres anciens, comme traducteur, et va passer deux ans, protégé par des hommes intègres, eux-aussi au lourd passé : ils ont été résistants et envoyés dans des camps. 

 

Un jour, Konstantin n'en peut plus de garder secret le passé de son père, qu'il voulait oublier en venant ici : il décide de regagner son pays. Il a obtenu, grâce aux cours du soir, la première partie du baccalauréat et ldoit beaucoup à ces hommes qui lui ont fait confiance...

Mais lorsqu'il arrive à la frontière, tout est devenu plus compliqué car le "mur de Berlin" vient d'être dans la nuit matériellement érigé...il sera matériellement construit plus tard. Le jeune homme doit d'abord répondre à de multiples questions, pour prouver qu'il n'est pas un espion tentant de repasser la frontière.

Le retour ne sera pas facile... et sa vie professionnelle et personnelle seront en permanence meurtries par l'existence de ce père qu'il n'a pas connu. L'ombre de ce père et le souvenir de ses actes le hanteront jusqu'à la fin de ses jours...

Les enfants sont-ils responsables des actes de leurs parents ?

C'est un roman initiatique, non dénué d'une pointe d'humour malgré la gravité du sujet et une certaine distance prise par le narrateur. Nous suivons Konstantin, ce jeune garçon sympathique et débrouillard dans sa quête de poursuivre ses études, ce qui lui est refusé dans son pays, puis plus tard dans son combat quotidien pour avoir une vie professionnelle plaisante.

 

C'est un roman bien écrit, très prenant qui se lit comme un roman d'aventure tout en nous plongeant dans 60 ans d'histoire de l'Allemagne. Il nous fait réfléchir à ce que nous voulons faire de l'avenir, tout en n'occultant en rien la mémoire historique indispensable. 

Les effets durables d'une guerre même terminée n'ont pas à influer sur le devenir des générations futures. Et pourtant...

 

Le roman est construit de manière originale, puisqu'on retrouve tout d'abord Konstantin à la retraite, mais poursuivi par une jeune journaliste qui veut l'interroger pour écrire sur lui parce qu'il a été directeur du lycée le plus prestigieux de la ville. Il est marié et sa femme doit bientôt partir en cure car elle vient de subir une opération grave de la colonne vertébrale. Lui bien entendu ne veut pas du tout entendre parler de cet entretien qui ferait ressortir encore une fois son passé.

Le lecteur entre ensuite dans sa vie de petit garçon et n'aura de cesse d'arriver à la fin du roman pour comprendre les raisons de son refus.

 

Konstantin est un personnage sympathique courageux et réaliste, qui va toujours de l'avant et ne passe pas son temps à s'apitoyer sur son sort. C'est une des raisons pour lesquelles il rencontre des gens qui vont l'aider à se sortir de toutes les situations, parfois rocambolesques, dans lesquelles il tombe. Sa droiture, le fait qu'il croit à son droit d'oublier ses origines, vont l'amener à ne plus fréquenter son propre frère qui lui, à l'inverse, considère son père comme un héros...

 

Cette lecture m'a rappelé des souvenirs personnels, lorsque que j'étais étudiante, j'avais réalisé que les jeunes allemands des années 70, portaient en eux la culpabilité de ce que leur pays nous avait fait, à nous français, alors qu'ils n'étaient pas nés.

Comment bâtir sa propre histoire de vie quand un de nos parents a commis des actes ignobles ?

Est-ce normal qu'un enfant paie pour son père ? 

Est-ce normal que tout un peuple souffre et porte la responsabilité d'actes passés ? 

Comment ne pas oublier les actes commis, sans faire peser le poids de la culpabilité sur les descendants ?

Les choses auraient-elles été différentes si le petit Konstantin et sa famille avait vécu à l'Ouest ?

Evidemment, il est important de se poser ces questions, même si personnellement je n'ai pas à rougir du passé de ma famille, je comprends que cela ne soit pas facile pour ceux qui eux, ont à en rougir... 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

lyly 13/12/2019 13:33

a découvrir, pour ceux qui ne connaisse pas, pourvu que cela n'apporte pas de mauvais souvenirs
bises amicales

manou 13/12/2019 16:59

Par la lecture on peut apprendre plein de choses de l'Histoire en effet. Bises Lyly et bon week-end

Mimi 12/12/2019 09:01

Le poids de l’Histoire ! Difficile de grandir et d’affirmer sa personnalité face à des parents monstrueux, voilà un livre à lire pour découvrir un autre pan de cette histoire qui n’en finit pas de se reproduire. Merci Manou !

manou 13/12/2019 16:58

Et en plus avec la difficulté de vivre en Allemagne de l'Est à l'époque du mur de Berlin...Merci pour ta visite Mimi. Bon week-end et bisous

Durgalola 11/12/2019 21:04

Toujours difficile pour un enfant d'être le fils d'un nazi ou d'un assassin. C'est certainement un très bon livre. Bises

manou 13/12/2019 16:57

Surtout comme dans le roman, l'enfant n'a pas connu son père et bien entendu l'ignorait donc...Bises

Elena800 11/12/2019 05:46

n livre qui m'intéresse. Je pense qu'on n'a pas à endosser les erreurs de nos parents, on a déjà à assumer nos erreurs, ça suffit ! Bisous

manou 11/12/2019 10:41

C'est terrible d'être poursuivi ainsi alors qu'on y est pour rien...Bisous

Philippe D 10/12/2019 21:23

Voilà un roman que je ne connais pas, mais qui m'intéresse grandement. Merci de l'avoir présenté.
Bonne soirée.

manou 11/12/2019 10:40

J'espère qu'il te plaira...Bonne journée

Féelaure 10/12/2019 20:56

Merci pour cette nouvelle découverte Manou
Bisous et douce soirée

ruthiebear 10/12/2019 16:58

THis sounds full of emotions. Thank you for the review. friendship

Alex-Mot-à-Mots 10/12/2019 16:08

Une lecture qui suscite bien des questions.

Renée 10/12/2019 15:46

Très belle présentation merci Manou je verrai plus tard. Bisous

virjaja 10/12/2019 14:37

un sujet intéressant, je pense que personne ne doit porter le poids de ce qui a été fait dans le passé... gros bisous Manou. cathy

sotis 10/12/2019 13:13

très intéressant ce livre, il fait réfléchir!!! bisous

écureuil bleu 10/12/2019 11:25

Bonjour Manou. Ce livre devrait me plaire. Cela doit être difficile de devoir subir ainsi un tel passé. Bonne journée et bisous

manou 11/12/2019 10:39

Je pense que tu le trouveras en médiathèque, puisque ma petite bibliothèque de village l'a acquis ! bisous

Maryline 10/12/2019 11:21

tu m'a donné l'envie de lire ce roman... Le passé laisse parfois des traces sur les descendants et les guerres sont fédératrices de ce genre de situation.
Merci Manou de nous faire découvrir un livre qui montre que ces problèmes sont les mêmes quelque soit le pays où l'on se trouve!
bisous

manou 11/12/2019 10:39

Je suis contente d'avoir découvert ce roman dont on a trop peu parlé finalement, et je viens d'apprendre qu'il avait eu le Prix du Meilleur livre étranger en novembre dernier...Comme quoi ce n'est pas ça qui m'a influencé :) bisous

Céline 10/12/2019 11:06

Moi qui n'est pas très attirée par les romans sur fond de la guerre, je dois dire que celui-ci me tente bien : de part la construction du livre dont tu parles mais aussi, pour découvrir le destin de Konstantin.
Merci pour cette découverte que je note de suite dans ma liste d'envie.
Bonne journée !

manou 11/12/2019 10:33

On pourrait en faire un film ce serait un bon sujet...Bises

Doc Bird 10/12/2019 08:39

Voici un roman sur un thème compliqué à vivre : le sentiment de culpabilité par rapport aux actes de ses parents. Un sujet douloureux heureusement pris en charge par une certaine distanciation. Merci du partage.

manou 11/12/2019 10:33

Oui j'ai aimé le ton employé par l'auteur et sa façon de traiter le sujet...tout en parlant de vécu. Bonne journée

Claudine/canelle 10/12/2019 08:38

Une histoire qui mérite dêtre lue et surtout reconnue
Merci Manou
Bises

Martine Martin 10/12/2019 08:18

Un livre qu' il me plairait bien de lire si j'en avais le temps mais en ce moment ben je passe beaucoup de temps sur l'écriture de mon livre. Bisous

manou 11/12/2019 10:32

Tu ne peux pas tout faire en effet...j'espère que tu nous en diras plus très bientôt :) bisous

domi 10/12/2019 07:33

bonne question, les descendants ne sont pas responsables des actes de leurs ancêtres

manou 11/12/2019 10:31

Ce n'est pas évident pour tout le monde en effet, et je suis bien d'accord avec toi

éliane roi 10/12/2019 07:32

Le livre doit être intéressant sur bien des points. Moi, ma mère a souffert de la seconde guerre mondiale, elle avait 17 ans, se parents étaient Résistants tous les deux... Aujourd'hui encore elle parle des "boches" lorsqu'elle parle des Allemands de 2019 et on a toutes les peines du monde à lui faire comprendre que les jeunes générations ne sont absolument pas responsables des actes de certains de leurs aînés. Mais il y a eu aussi des jeunes allemands de 20 ans qui ignoraient tout du passé de leur pays et ont découvert ce qu'avait été le nazisme au moment de la chute du mur de Berlin. Aux parents et aux enseignants d'expliquer sereinement l'Histoire, la vraie, des événements passés, et à nous de faire en sorte que l'on ne revoie jamais ça en nous opposant de toutes nos forces à la montée de l'extrême-droite en Europe. Les gens qui voteront pour le Rassemblement National ne sont souvent pas conscients du danger que cela représente ; les Le Pen et compagnie ayant le culot d'avoir un "discours de gauche" alors qu'ils ne vivent que dans la haine, le racisme, l'homophobie, certains néo-nazis étalant des croix gammées en France sur les murs qui voudraient n'afficher que fraternité et amitié entre les Peuples.
Merci Manou. Longue vie à ton blog !

manou 11/12/2019 10:31

J'ai eu la chance d'avoir des parents très tolérants et qui malgré les souffrances familiales n'ont jamais mal parlé des allemands. Leur propos étaient toujours replacés dans le contexte de la guerre et ma mère disait toujours que des deux côtés cela avait été terrible et que les jeunes allemands avaient aussi une famille...En parler c'est une façon de ne pas oublier et de contrer les thèses négationnistes. La lecture est une bonne façon d'informer encore et encore...Bisous

Mitou 10/12/2019 07:18

L'histoire sombre de ces soldats allemands enrôlés de force parfois chez les SS la guerre était loin d'être belle !
Je suis un peu au cœur du problème ma belle famille est Allemande ! J'ai souvent entendu raconter ce genre d'histoire comme celle du mur de Berlin nous avons une amie qui a passé des années sans voir et sans avoir des nouvelles de sa famille qui était à l'Est ! Dans ton récit Le poids d'un tel héritage pèsera sur les épaules durant des générations !
Gros bisous et bonne journée
Mitou

manou 11/12/2019 10:26

Hélas et les descendants n'y sont pour rien, on est bien d'accord. Bisous

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -