Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2019 4 17 /10 /octobre /2019 05:19
Flammarion, 2011, J'ai lu / 2013

Flammarion, 2011, J'ai lu / 2013

Quand j'étais toute petite, je frappais les femmes au hasard dans le bus ou dans la rue. Ma mère disait que j'avais été témoin d'une scène...J'avais trois ans.

Voici un livre que j'avais noté depuis plus d'un an. J'hésitais à le lire vu le sujet car les histoires vraies sont souvent trop poignantes et puis, il était devant moi sur le présentoir de la médiathèque alors...

 

Un jour d'été où elle est à la piscine de son quartier avec sa mère et où elle s'ennuie, la petite Margaux participe aux jeux proposés par Peter. Elle a sept ans. Il est là en famille avec sa compagne et ses deux fils un peu plus grands qu'elle. Il a 51 ans, les cheveux gris et adorent s'amuser avec les enfants.

Invitée chez eux avec sa mère, à passer des après-midis, puis des journées entières, Margaux découvre une sorte de paradis. Il y a des animaux partout, dont elle peut s'occuper, un chien adorable qui lui rend ses caresses et pleins de jeux plus amusants les uns que les autres.

Mais peu à peu d'ami de la famille, Peter devient comme un père pour elle, puis il va lui demander des "faveurs"... sans jamais la forcer, attendant qu'elle soit prête, mais jouant tout de même sur la corde sensible.  Il fait en effet  sans cesse appel à ce qu'il lui apporte dans son quotidien, à son immense amour pour elle, à ce qu'il lui donne, lui, et à son ingratitude à elle, tout en sachant qu'il gagnera car la petite fille est en manque terrible d'affection.

La petite Margaux si vivante et heureuse de vivre n'est plus, elle est tombée dans un piège en faisant une confiance aveugle à cet homme qu'elle aime tant, mais qui deviendra au fil du temps son bourreau...

Elle réalise à l'adolescence qu'elle est mal dans sa peau, qu’elle s'est coupée des autres filles de son âge, qu'elle est seule, inadaptée et que bien que travaillant très bien en classe, elle est un être double.

C'est à partir de cette période que lorsqu'elle est avec lui, elle va devenir une autre, plus forte, plus déterminée, capable de faire tout ce que Margaux n'accepte pas de faire dans la réalité...

Nous avions aussi un puzzle de mille pièces auquel nous travaillions. Peter me donnait un rapide baiser sur les lèvres chaque fois que nous trouvions la bonne pièce, en vérifiant que personne ne regardait...
Peter insistait sur le fait que personne ne devait nous voir nous embrasser, parce que les gens sont tellement bizarres de nos jours_dans cette drôle d'époque où nous vivons, toute marque d'affection est suspecte...

Que dire de plus, l'histoire se suffit à elle-même.

Le récit est fluide et se lit comme un roman. L'auteur ne porte aucun jugement sur celui qu'elle a à la fois aimé et détesté, sur celui qui lui a apporté l'affection dont elle avait tant besoin mais qui a abusé d'elle, de son innocence et lui a volé son enfance. 

 

Je ne peux pas dire que j'ai aimé un tel récit ! Mais je peux vous dire que le livre est tellement réaliste, qu'à un certain moment je me suis demandée si j'allais le poursuivre.

Le lecteur passe en effet par divers sentiments de la révolte au dégoût, tout en étant surpris et choqué (fasciné diront certains lecteurs dont j'ai lu pour une fois les avis avant de rédiger le mien) de découvrir un personnage plein de charisme, qui trompe son monde, autant sa compagne que la mère de Margaux, et qui a déjà eu des antécédents ignorés de tous...

D'un autre côté, je savais que le sujet principal, la ligne directrice de l'auteur si je puis dire, ce n'était pas uniquement de raconter son histoire, c'était de proposer une analyse de la méthode de manipulation employée par le pédophile pour arriver à ses fins, et cela me paraissait intéressant de pousser plus loin ma lecture pour comprendre ce personnage et comprendre aussi comment Margaux, sa victime, a pu tenir aussi longtemps en conservant leur "secret". 

 

Tout en découvrant le récit, le lecteur comprend que Peter ne s'est pas intéressé à Margaux par hasard. C'est un fin psychologue car non seulement comme je l'ai dit, il sait montrer sa meilleure face au monde, mais il a vu tout de suite que la petite fille manquait d'amour.  

Il a senti que la famille de Margaux comportait certaines faiblesses : une mère malade car bipolaire, et souvent absente car hospitalisée, et un père aimant, certes, mais alcoolique et capable de violence, se plaignant sans cesse des soucis que sa famille et en particulier sa petite fille lui occasionne, la diminuant au lieu de l'encourager à grandir. Tout cela en plus de secrets de famille inavoués...

Peter est lui-même d'une grande fragilité affective et a vécu des événements marquants durant sa propre enfance, ce qui n'excuse en rien ses actes bien entendu, mais déstabilise le lecteur quand il le comprend. Il est obsédé par la petite fille, affiche ses dessins partout, garde le plus petit objet qu'elle a fabriqué, tapisse sa chambre de photos, et surtout... ne veut pas la voir grandir.

 

Par contre, il faut noter que le père est le seul à voir juste dans la démarche de Peter, il arrive même à lui interdire un temps de la voir, mais comme elle devient anorexique, il finit par céder car rien, ni personne ne vient appuyer son ressenti...

C'est finalement ce qui surprend (choque ? interroge ?) le plus, cette absence de réaction de l'entourage, ce laisser-faire général des autres adultes, ces non-dits qui entourent leur relation. Car en ce qui concerne Margaux, par rapport à d'autres lecteurs, je n'ai pas été surprise par ses sentiments ambivalents, le Syndrome de Stockholm, nous en avons tous entendu parler ! 

 

Un thème difficile donc, pour un récit forcément poignant puisqu'à chaque page, le lecteur sait que tout est vrai.

Cette cave sombre, crasseuse, pleine de toiles d'araignées, m'avait pris toute ma vie. C'était l'endroit où j'avais renoncé à moi, c'était là où je détruisais pour lui ma propre volonté ; et maintenant il n'y en avait plus...

Il faut savoir que l'auteur s'est éteinte en 2017, d'un cancer. Elle avait 38 ans. Elle était mariée et avait une petite fille. J'ai été touchée de savoir qu'après avoir vécue une telle enfance, sous l'emprise d'un prédateur sexuel, elle n'avait pas pu avoir une vie heureuse. 

Le récit a été traduit en français par Marie Darrieussecq dont on parle beaucoup à cette rentrée littéraire, pour son dernier roman.

Dans sa postface, l'auteur explique que c'est avant le premier passage à l'acte qu'il faut agir, et non pas une fois que le pédophile a agressé de nombreux enfants, alors... il est bien trop tard pour eux, mais aussi pour lui, alors que des traitements existent qui pourraient permettre d'éviter le pire....

Partager cet article

Repost0

commentaires

Charlotte 23/10/2019 11:06

Merci Manou pour votre réponse chaleureuse. Votre critique est très juste donc il n'y a pas lieu de vous en excuser. J'ai aimé pouvoir lire vos observations qui sont pertinentes. J'apportais ici juste mon témoignage personnel mais certainement pas un exemple - ni à suivre ni à ne pas suivre. Je suis pour la liberté et visiblement ma thérapeute aussi. Elle n'était pas spécialement favorable à ce que je fasse ces lectures macabres sur le viol mais elle l'a respecté. Elle a compris que je souhaitais me retrouver dans des expériences similaires au Syndrome de Stockholm. Communément, il est difficile de saisir qu'on puisse devenir complice de son bourreau, de développer des sentiments d'affection voire d'amour pour lui et le jugement d'autrui est lourd à porter par une victime en plus de la culpabilité qu'elle a de l'avoir aimé voire même de l'aimer encore alors qu'il la détruisait et l'a détruite. Car ces cauchemars sont aussi des relations humaines, aussi perverses et malsaines soient-elles. C'est pour cela que j'ai voulu lire ce livre. Le choc psychologique si extrême qu'ont pu provoqué les abus et viols peut entraîner une modification psychologique de la victime pour sa survie physique, sinon, elle meurt. C'est ce syndrome.
Chaque démarche dans la thérapie est à la fois paradoxalement salutaire et douloureuse. Moi j'ai aimé retrouvé des détails dans mes lectures pour mieux me comprendre, comme par exemple la très forte probable origine de mes maux de ventre incessants enfant. Les lectures m'aident à remonter le fil de ma vie. Mais en effet, elles peuvent aussi ralentir la reconstruction. Pour un certain temps, je me le suis octroyé.
La victime est libre de commencer un livre, de l'arrêter, de le reprendre ou de le mettre à la poubelle au moment où elle le sent. Pour ma part, après avoir lu "La consolation" de Flavie Flament puis "Mon père, je vous pardonne" de Daniel Pittet, je me suis arrêtée au milieu de "Tigre, tigre". Je suis donc passée à une autre étape, mais ce dernier me paraît de loin le plus lugubre et ténébreux tout en étant une oeuvre d'art. Il me semble plus adapté de le lire si on a une quête précise, c'était ce que je voulais exprimer et ce n'est que mon avis.
Vous avez raison, par victime, j'entends également les proches, car ils sont très concernés et sont souvent de ce fait aussi victimes.
Merci encore pour votre délicatesse.

manou 04/11/2019 11:58

Je vous remercie à nouveau Charlotte pour vos messages et votre engagement personnel qui ne pourra qu'aider ceux qui en ont besoin. Prenez soin de vous...

Charlotte 22/10/2019 21:26

Victime aussi, j'ai voulu lire ce livre car il est rare de trouver des témoignages sur le syndrome de Stockholm en cas d'abus sexuels et de viols. Ce syndrome m'aura fait culpabiliser presque ma vie entière car je me souviens très bien des sentiments que j'éprouvais en plus d'une addiction sexuelle, tout cela développé par l'état de sidération. Mon bourreau était tout aussi persévérant, bienveillant, doux ... pour arriver à ses fins. Je voulais lire un témoignage dans lequel j'allais me retrouver, en partie. Mais force est de constater que je n'ai plus eu la force (!) de lire la 2ème moitié d'autant plus que je suis en thérapie et que ce genre de lectures ralentissent le processus de reconstruction. Elle me replonge dans cet état de dissociation vécu suite aux abus. Le récit est cuisant. Je comprends très bien les personnes qui ne souhaitent pas lire le livre. Je me dis qu'il est surtout intéressant pour les victimes mais peut-être je me trompe ?
Le cancer des ovaires fait partie des symptômes qu'on peut développer suite à des violences sexuelles. Dommage, je suis triste pour elle.

manou 23/10/2019 10:15

Merci Charlotte pour votre témoignage. Forcément quand une lecture touche à ce point le vécu, c'est très difficile, j'imagine, de terminer ce livre. Je ne suis pas thérapeute mais je comprends sans peine que cette lecture perturbe en plus une thérapie en cours, et en empêche une évolution favorable. Vous avez bien fait de ne pas poursuivre et le fait de le signaler ici dans votre commentaire, peut permettre à une personne dans votre cas, de ne pas tenter sa lecture, ou d'en parler à son thérapeute avant, pour voir si elle est prête ou pas à le faire. Merci donc pour cela car je n'y ai pas du tout pensé quand j'ai écrit ma critique et je m'en excuse.
Par contre comme je le dis plus bas dans d'autres réponses aux commentaires, je n'ai jamais été victime et donc je ne pense pas que ce livre s'adresse uniquement à des personnes qui le soient. Il peut aider à libérer une parole, mais peut aider aussi les proches de victimes à réagir et je pense que dans le cas d'un jeune enfant, ce sont les proches qui sont avant tout responsables de n'avoir pu ou su voir ce qui se passait...
Prenez soin de vous surtout et merci encore d'avoir laissé votre message ici

Florence Langendorff 19/10/2019 11:29

Chère Manou, c'est tellement juste tout ce que vous exprimez ! j'ai lu tous les messages que vous adressez à chacune, celui que vous m'adressez, et je me sens très touchée par votre compréhension humaine, naturelle, simple, pertinente. Vous prenez très à coeur votre mission de faire du lien entre les personnes et la vie; un grand merci !

manou 23/10/2019 10:07

Vous n'avez pas à me remercier Florence. Ici comme dans la vie, je privilégie la tolérance et la solidarité même si celle-ci est virtuelle. j'ai été élevée ainsi et j'en remercie tous les jours mes parents pour cela, même s'ils ne sont plus de ce monde depuis longtemps. Si ces quelques mots peuvent vous aider à vous sentir mieux comprise, j'en suis très heureuse. Prenez soin de vous et merci pour votre témoignage

sylvie 19/10/2019 08:49

Bonjour Manou, j'avais lu ce livre mais je ne m'en souvenais plus du tout, c'est étrange. Par contre je ne savais pas qu'elle était décédée, quel destin, quel horrible destin. Combien de victimes de la pédophilie sur terre? c'est monstrueux, je ne peux pas l'admettre, ni le pardonner, je hais farouchement ceux qui font du mal enfants, que ce soit physiquement ou moralement,..et aux animaux aussi. Bises et bon samedi.

manou 19/10/2019 10:33

Je crois qu'après une telle lecture, on n'a qu'une envie c'est de tout oublié. Pour l'instant il est encore bien présent dans ma mémoire mais je suis bien certaine que je vais faire comme toi. bisous

marine D 18/10/2019 15:17

Important mais difficile à lire à coup sûr ! J'ai connu une amie qui avait vécu ce genre de choses et avait pu m'en parler un peu et cela a conditionné ses relations avec le hommes par la suite...

manou 18/10/2019 21:45

Bien entendu rien ne peut être comme si rien ne s'était passé pour la vie future de ces victimes...quelle tristesse. En ce moment la parole se libère et j'espère que cela pourra les aider.

Maryline 18/10/2019 11:57

C'est un livre qui pourrait peut-êtr, être utile en prévention pour des adolescents ( tes) afin de les mettre en garde, mais parfois, il est déjà trop tard, car ces prédateurs s'en prennent à de jeunes enfants. J'en ai côtoyé dans mon travail et ce sont des enfants très perturbés et fragiles... cette situation me rendait malade d'impuissance!
bisous

manou 18/10/2019 14:55

Moi de même dans le cadre de mon travail...nous avons été traumatisés lors d'un concours de poésie par le poème d'une élève, écrit tous simplement mais proposé comme un véritable appel au secours...ce sont des mots que je n'oublierai jamais...Bisous

Mimi 18/10/2019 11:04

Aucune hésitation : je ne lirai pas ce livre ! Je comprends le besoin de l'avoir écrit car il sert d'exutoire, Mais je suis trop mal à l'aise avec ce profil de personne au dehors si gentille et au dedans si pleine de perversité. Beurk !

manou 18/10/2019 11:28

L'auteur ne l'a pas du tout écrit comme un exutoire justement c'est ce qui change tout dans le ton qu'elle emploie toujours juste et qui ne tombe jamais dans la victimisation...Mais je te comprends évidemment...

Florette 18/10/2019 09:51

Bonjour Manou, J'ai lu ce livre moi aussi, il y a quelques années, et j'ai trouvé sa lecture très difficile. Je suis touchée par la façon sobre et respectueuse dont vous parlez de cette histoire si terrible. Je connais ce vécu d'"effraction" du corps par un homme que l'on caractérise de pervers, en ce sens qu'il sait montrer des qualités positives mais qu en même temps utilise l'enfant ou la jeune fille pour son propre usage et plaisir. Je ne sais pas s'il y a des "degrés" dans les actes d'atteinte, mais mon vécu n'a pas été aussi lourd que celui de Margo Fragoso. Néanmoins cela a pénalisé toute ma vie et mon devenir, et a été à l'origine de plusieurs ratages.
Je comprends pleinement tous les commentaires, oh combien! C'est tellement anti naturel d'agir de cette façon avec des enfants! C'est insoutenable, et c'est peut-être pour cela qu'autour de ces enfants personne ne voit rien.
Merci Manon.

manou 18/10/2019 11:27

Merci pour votre témoignage si douloureux à découvrir ce matin ici. Ce livre m'a beaucoup touchée parce que justement Margaux ne porte pas de jugement et qu'elle explique avec des mots simples tout ce qui est arrivé, et comment cela s'est passé graduellement sans que personne ne voit rien. J'ai trouvé important de parler de ce livre ici, car je pense que sa lecture même si elle est terriblement difficile, est indispensable. Inutile de se voiler la face, tous les milieux sont touchés et depuis longtemps. Si cela peut libérer la parole et aider les proches de victimes à mieux voir ce qui les entoure, Margaux n'aura pas perdu son temps à l'écrire... C'est en effet insoutenable l'idée qu'on puisse faire subir tout cela à des enfants et quelle culpabilité de n'avoir pas su ou pu les protéger...

sissi63 17/10/2019 22:11

Coucou Manou,
Je passe mon tour je ne suis pas fan de ce genre de litterature, mais il en faut pour tous les goûts.
Bisous et bonne soirée

manou 18/10/2019 11:21

Vu le sujet je ne considère pas que c'est une question de goût mais je comprends ce que tu veux dire :) bises

Philippe D 17/10/2019 21:29

Je ne connaissais pas, mais ce livre me tente beaucoup, d'autant plus s'il relate une histoire vraie !
Bonne fin de semaine.

manou 18/10/2019 11:20

En effet c'est une histoire vraie et tu verras que cela ne peut pas en être autrement tant il sonne juste... bonne fin de semaine à toi aussi

Renée 17/10/2019 16:02

je viens de lire 2 dans le genre (j'en parle le 21 sauf erreur) et même si j'en ai beaucoup à lire je l'ai ajouter en prochaine commande.pas de suite toutefois car les deux était très très dur..merci de le signaler...Bisous bisous

manou 18/10/2019 11:20

C'est très dur en effet et il faut espacer ce genre de lecture trop poignante...bisous

eliane roi 17/10/2019 15:47

C'est terrible ; je connais personnellement quelqu'un qui a été victime d'attouchements sexuels dans son enfance en pension religieuse. Cela laisse des traces. Ces gens ne s'en remettent jamais complètement.
Bonne lecture, Manou.
Grosses bises
et excellente journée !

manou 18/10/2019 11:19

Je crois que nous avons tous, hélas, une connaissance dans ce cas...Je ne voulais pas lire ce livre au départ et puis il a été présenté par un libraire...de plus la façon dont il est traité est particulière, et va au-delà du simple témoignage. Si cela peut aider quelqu'un de le lire ou de le conseiller à un porche...bisous

Golondrina63 17/10/2019 14:57

Je n'ai pas du tout envie de lire ce genre de livre , mais j'entends que pour d'autres il en soit autrement
Je pense que tant de gens en ont souffert , et tant de situations sont laissées pour compte au non l'église, les familles ..., cela m'insupporte
Donc je ne vais pas m'infliger ce genre de lecture
Mais tu en parles très bien,
Je te souhaite une bonne journée , ici très maussade, et le chauffage est en route

manou 18/10/2019 11:13

Tu fais comme tu le sens heureusement !! Mais je te rassure je n'ai jamais été victime de pédophilie, je trouve juste important d'aborder ce sujet à travers cette lecture poignante, au ton juste et qui ne porte aucun jugement. si cela peut aider quelqu'un à en parler ou l'entourage à ne plus se taire...bisous et une douce journée (je sais que ton chauffage est en route, je suis en Haute-Loire et le mien aussi !)

Martine Martin 17/10/2019 13:41

Un livre qui doit être poignant à lire surtout pour moi même si je n'ai pas été victime d'un pédophile mais j'ai dans ma famille des les personnes qui me sont chères qui l'ont été c'est beaucoup plus fréquent qu'on ne peut le penser. Bisous

manou 18/10/2019 11:11

Je n'ai pas non plus été victime mais parmi mes connaissances, hélas je ne peux pas en dire autant...Comme tu le dis c'est beaucoup plus fréquent qu'on ne le pense, et dans tous les milieux...et cela touche aussi les petits garçons pas que les filles, on le sait bien à présent que la parole se délie...Bisous

maggie 17/10/2019 13:22

Dans les récits durs, il y a "my absolute darling". Pas du tout envie de plonger dans ce type d'histoire...

manou 18/10/2019 11:10

Je n'ai encore pas eu l'occasion de le lire mais il est dans ma liste et sans doute sera-t-il davantage disponible en médiathèque que l'année dernière...

Céline 17/10/2019 13:10

J'évite de lire de tels récits... trop dur en émotion pour ma part.
Bonne journée, bises

manou 18/10/2019 11:02

Pas facile en effet. Je te comprends. bises

Féelaure 17/10/2019 13:07

Bravo pour l'avoir lu et le partager avec nous, perso je ne pourrais pas.
Bisous et douce journée

manou 18/10/2019 11:02

J'ai cru cent fois m'arrêter mais cela me touchait aussi et quand j'ai su qu'elle n'était plus de ce monde, j'ai ressenti comme important de parler de son histoire ici...Si cela pouvait éviter à des familles de se taire, et aider un proche. bisous et une douce journée

virjaja 17/10/2019 13:00

je ne sais pas si je pourrait lire ce genre de récit jusqu'au bout... gros bisous Manou. cathy

manou 18/10/2019 11:01

J'ai eu du mal mais finalement je pense que c'était important que je le termine et que j'en parle ici aussi. Bisous

écureuil bleu 17/10/2019 12:43

Bonjour Manou; Je ne le lirai pas, même si c'est bien écrit et émouvant. J'ai besoin de choses plus gaies. Bonne journée et bisous

manou 18/10/2019 11:01

Je te comprends ! On ne manque pas de choix de lecture heureusement...bisous

danièle 17/10/2019 11:04

Une terrible histoire, une de plus, c'est terrible pour les victimes. Une petite fille qui n'a pas eu de chance .
Merci pour ta critique.
Bonne journée,, bises

manou 18/10/2019 11:00

Hélas cela touche tous les milieux et ce livre sonne comme un appel à plus de vigilance...bises et une douce journée

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -