Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 septembre 2019 4 19 /09 /septembre /2019 05:17
L’étrange destin de Wangrin / Amadou Hampaté Bâ

Il arriva dans la ville au moment précis où le soleil, prêt à se coucher, répandait sur la nature une lumière jaune d'or...
Chaque voix semblait vouloir être entendue avant que l'obscurité n’obstruât la vue et que la nuit n'imposât son silence.
Les branches des grands fromagers et balanzas du village étaient chargés d'aigrettes blanches, semblables à de grosses perles stylisées serties dans le vert délavé du feuillage...

Wangrin est interprète officiel des gouverneurs vers 1910.  L'auteur n'a que 12 ans lorsqu'il le rencontre pour la première fois. Des années après, Wangrin lui raconte les multiples péripéties de sa vie en lui faisant promettre de les mettre un jour par écrit.  C'est chose faite...et le récit paraît en 1973. 

Tout est vrai dans cette histoire et seule la toute fin, lui sera rapportée par des tiers.  

L'auteur a reçu en 1974 le Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire pour "L'étrange destin de Wangrin".

Il revit le petit garçon bambara, ventre bedon, corps tout nu et gris de poussière, portant en bandoulière une petite besace rectangulaire faite de bandes de coton teintes en jaune lavé. Ce petit diable courait comme un forcené, tantôt derrière une souris ou un lézard blessé à coups de caillou, tantôt derrière un écureuil qui, pris au piège, traînait l'appareil dans les herbes pour s'en débarrasser.

 

Wangrin, dont on ne saura pas grand-chose de la prime enfance, a déjà 17 ans lorsqu'il entre à l'Ecole des Otages, une école créée par les colons. Il obtient rapidement son certificat d'études primaires indigène. 

Les colons réquisitionnaient de force les fils des notables les plus influents de la brousse et les envoyaient dans cette école ou certes, ils recevaient de l’instruction, mais en échange cela leur assurait la fidélité des pères et de tout le village et étouffait dans l’œuf toute idée de contestation.

Les enfants par contre en sortaient avec des diplômes et une place dans l'administration, mais se retrouvaient formatés aux valeurs et aux coutumes occidentales.

 

Très vite, Wangrin est nommé moniteur de l'enseignement primaire, puis directeur d'école à Diagaramba.  Quand  il arrive à la ville, il découvre alors qu'il est reçu par le commandant en personne, que son interprète parle le "forofifon naspa" c'est-à dire le français du tirailleur, un français sans verbes conjugués, avec des noms sans adjectifs, sans nombre ni genre.

Il décide de le remplacer et monte son premier stratagème pour arriver à ses fins...

Il se mettra dans la poche les griots, qui sont les communicants pour le peuple car ils savent comme personne retranscrire les volontés des colons et de leurs chefs.

Il usera aussi des marabouts qui avec de la magie, peuvent dévier le cours du destin de bien des hommes, toutes croyances oh combien fascinantes pour nous.

 

C'est à cette époque qu'un changement subtil s'opéra dans le comportement de Wangrin...
Il se mit subitement à aimer la chasse. Il partait dans sa nouvelle torpédo à la tombée de la nuit et ne revenait parfois qu'à l'aurore, tuant les animaux par plaisir, s'éloignant ainsi un peu plus de la pure tradition africaine qui veut que la chasse soit rituelle et utilitaire, et non aveugle et gratuite...

 

Toute sa vie, il va monter des arnaques pour à la fois tromper les colons français, mais aussi ses compatriotes trop naïfs et incapables de parler la langue des blancs. Ainsi, il va asseoir son influence et s'enrichir…

Il faut dire aussi que Wangrin a choisi de se placer très jeune, sous le signe du dieu «Gongoloma Soké », dieu bizarre et ambigu car « à la fois bon et mauvais, sage et libertin » donc un "grand confluent des contraires".

Les arnaques ne sont pas très graves pour les hommes... Il s’agit juste pour lui de détourner l’argent des colons français pour s’enrichir et le redistribuer autour de lui. Il s'adonne donc à des trafics de bétails, d'ivoire, ou d'alcool, pour ne citer que quelques exemples. Il utilise pour arriver à ses fins, la crédulité de ses semblables, l'orgueil démesuré de ses adversaires, la cupidité des colons, le charme de jolies demoiselles et bien entendu la sincérité et la confiance de ses amis, qu'il remercie toujours avec générosité. 

C’est au fond un fin psychologue qui analyse de près les hommes et sait frapper là où ça fait mal...

 

- qu'est-ce qu'un "papier carbone"?
- C'est un papier fait avec une matière magique colorante, généralement noire. On place ce papier entre deux feuilles blanches. Il vomit sur la feuille placée sous lui tout ce qui est imprimé, à la main ou à la machine, sur la feuille placée au-dessus de lui.
Mais ce merveilleux papier garde sur lui tout ce qu'il a vomi. Et c'est là sa magie...

 

Mon avis

 

Nous sommes au temps de la colonisation et dans une période qui se situe autour de la Première Guerre Mondiale, où ne l’oublions pas des milliers de tirailleurs africains viendront se faire tuer en France. Le récit se termine vers 1930.

Le récit mêle à la fois, les frasques de Wangrin, les détails de sa vie quotidienne et de celle des colons, les descriptions de ses stratagèmes, les réactions des personnes impliquées dans chaque nouvelle arnaque, mais aussi les coutumes et modes de vie du pays. 

 

C’est un livre difficile à raconter comme la plupart des récits car il est d'une grande richesse, tant en détails qu'au niveau des différents personnages. Il se lit comme on ferait un voyage au cœur de l’Afrique, tout en étant non pas touriste, mais intégré dans ces villages tels qu’ils sont décrits par l’auteur.

C'est un récit drôle et émouvant, qui nous fait entrer dans la culture africaine avec quelques rares longueurs, car au bout de 200 pages, on voit Wangrin venir de loin, même si on ne devine rien de ce qu'il va inventer à nouveau pour arriver à ses fins !

La découverte des différentes expressions tellement imagées (et expliquées dans les notes de fin d’ouvrage) rend la lecture très plaisante. Beaucoup sont compréhensibles dans le seul contexte de l’histoire. Il m'a néanmoins fallu un peu de temps pour entrer dans l'histoire et m'habituer au style de l'auteur.

 

Ce récit fait entrer en contact deux mondes de cultures différentes.

L’auteur montre le colonialisme et les colons avec réalisme et sans ni les idéaliser, ni les critiquer, avec donc beaucoup d’objectivité. On sent qu'il sait très bien ce que la colonisation a apporté à son pays. Mais il montre aussi les travers, les erreurs, les malentendus qui résultent de la cohabitation, ainsi que les défauts mais aussi les qualités des différents protagonistes. Le lecteur apprend d’ailleurs beaucoup de choses sur la colonisation_comme l'existence de ces « écoles des otages » par exemple dont je ne connaissais pas l’existence.

Le lecteur découvre à quel point les chefs locaux ont perdu à la fois leur prestige et leur richesse lors de la venue des colons. Les têtes de bétails, l’or, les pierres précieuses…deviennent des possessions coloniales.

Nous découvrons les coutumes et les croyances des peuls, leur mode de pensée, l’importance de la magie pour contrer ou expliquer les événements qui leur semblent négatifs.

L'auteur porte donc un regard intelligent sur son peuple, et l’Afrique nous apparaît dans sa simplicité, telle qu'elle est, sans aucun apitoiement possible. 

 

Wangrin, le personnage central, nous apparaît toujours plus sympathique malgré ses frasques. Il se met dans des situations ubuesques, et qui ne manquent pas d'humour. Il ne cherche qu’à gagner plus d’argent quitte à faire commerce de bœufs, ou de défenses d’éléphants mais finalement il ne fait que reproduire ce que font les colons français aux dépens des peuples africains.

Lui au moins, distribue ses richesses et en fait profiter les plus pauvres. Dès son arrivée dans un village, il n'a de cesse d'offrir des cadeaux de bienvenu, comme c'est la coutume, mais aussi d'aider les plus démunis et de distribuer de l'argent autour de lui.  

Finalement tout cela est très moral : le colonialisme est seul responsable des actes de Wangrin qui connaît bien les travers des blancs et s’en sert contre eux. Il combat les colons avec leurs propres armes et combat en même temps ceux de son peuple qui les soutiennent de trop près !

 

Ce récit nous emmène en Afrique. Il est imprégné de la chaleur, de l’odeur de la brousse et des cris des animaux sauvages. Il y a aussi un certain suspense et le lecteur a envie de savoir comment tout cela va se terminer.

 

Un livre qu'il faut prendre le temps de savourer... car il faut un certain temps pour le lire. 

Hélas, il suffit d'une petite fourmi rouge dans la trompe d'un éléphant pour incommoder à en mourir le plus gros gibier de la terre.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Eve-Yeshé 20/09/2019 15:00

j'ai honte!!! je n'ai toujours pas lu cet auteur...
Je note celui-ci :-)

manou 20/09/2019 15:23

Pourquoi avoir honte ! Je connaissais ses contes parce qu'on les avait fait lire aux élèves quand j'étais doc et puis j'avais par curiosité lu "Amkoullel l'enfant peul" on le proposait aux bons lecteurs en 3ème et au lycée pro...c'est le début de ses mémoires et Keisha vient de me dire qu'il y avait une suite, je ne le savais même pas !! Tu vois tu as encore le temps de le découvrir :)

Philippe D 19/09/2019 21:30

La couverture me fait fuir directement...
Bonne fin de semaine.

manou 20/09/2019 07:32

Perso je la trouve superbe, comme quoi les goûts et les couleurs :) Bonne fin de semaine à toi aussi

CathyRose 19/09/2019 21:24

En toute honnêteté Manou je ne suis pas certaine qu'il me plairait, et j'en ai déjà tellement sur ma liste ... Mais merci pour ton avis, c'est toujours très intéressant !
Belle soirée, bisous !
Cathy

manou 20/09/2019 07:35

C'est un grand conteur africain mais je comprends que tu n'aies pas envie de le lire d'autant plus que c'est un livre dense qui demande du temps et de la concentration. Je n'avais lu qu'un de ses romans et dans le cadre du Cercle de Lecture auquel je participe une fois par mois dans mon village, nous avions choisi le thème de l'Afrique, c'était l'occasion d'en lire un autre :) Moi aussi j'ai mis du temps à le lire :) bisous et une douce journée

laramicelle 19/09/2019 20:13

coucou merci pour cette découverte ; bisous

lemenuisiart 19/09/2019 18:47

Je découvre, c'est vrai que la couverture donne le ton

manou 19/09/2019 18:55

Et c'est tout à fait ça !

Petits Bonheurs 19/09/2019 17:04

Merci de nous faire découvrir livres et auteurs et de nous donner ton point de vue.
Un blog littéraire toujours bien agréable à suivre. Bises Manou
PS/ Ce matin c'est nous qui étions dans le brouillard !

manou 19/09/2019 18:55

Merci Elisa, tu sais je partage ce que j'aime et c'est vrai que mes présentations littéraires ne plaisent pas à tout le monde mais ce n'est pas grave :) D'ailleurs au départ j'ai créé ce blog pour les livres et les balades puis peu à peu j'ai élargi certains sujets...bises et une douce soirée

ruthiebear 19/09/2019 15:22

What a thorough review. Friendship

maggie 19/09/2019 15:16

Je connais de nom l'auteur mais je n'ai encore rien lu de cet auteur. Tu m'as donné envie de le lire ( la couverture est magnifique :-))

manou 19/09/2019 18:53

C'est un vrai conteur avec en plus des plongées fréquentes dans les mythes et du coup on ne s'ennuie pas du tout ! C'est vrai que la couverture est très attirante...

keisha 19/09/2019 13:37

Un de mes auteurs chouchous, n'hésite pas à lire Amkoullel l'enfant peul!

manou 20/09/2019 14:29

Merci je ne savais pas pour la suite, alors je vais la noter pour ne pas oublier !

keisha 20/09/2019 13:37

Il y a une suite d'ailleurs, Oui mon commandant

manou 19/09/2019 18:52

Je l'ai lu il y a déjà un certain temps et figure-toi que je l'ai noté pour le relire :)

Maryline 19/09/2019 13:25

Tres tentant ce livre. Il doit être dépaysant et apprendre des choses sur les événements et facons de vivre de l'époque... l'afrique est un contnent qui recele bien des mysteres et des traditions...Les peuples y ont aussi beaucoup souffert..
Merci Manou.
Bisous

manou 19/09/2019 18:52

Et en plus l'auteur est un conteur né, alors je ne me suis pas ennuyée une seconde même si c'est un livre assez dense par son contenu et que j'ai mis un certain temps à le lire cet été...bisous et une belle soirée

wolfe 19/09/2019 11:28

Bonjour
C'est un peu des mémoires en quelques sortes!
Il a l'air intéressant comme livre!
Bisous

manou 19/09/2019 11:50

Si tu veux mais qui nous font entrer dans les coutumes du pays...bisous

Claudine/canelle 19/09/2019 10:52

Coucou Manou
Merci à toi pour ce partage
Je note tout ces titres qui donnent envie ..
Bises

manou 19/09/2019 11:21

Je fais comme toi quand je me balade sur les blogs, je note je note mais heureusement je ne lis pas tout sinon je ne dormirai plus :) bises et une belle journée

domi 19/09/2019 10:36

il faut un certain temps pour le lire et aussi un certain temps pour te lire car ta critique très complète peut être d'une longueur dissuasive qu'on n'accepterait pas dans mon journal !

manou 19/09/2019 11:07

Voilà exactement pourquoi je n'écris pas dans ton journal mon cher Domi et comme ici chacun est libre de faire comme il veut, je continuerai à faire comme je veux !

écureuil bleu 19/09/2019 09:26

Bonjour Manou. Ta critique et les extraits choisis me donnent envie de lire ce livre. Merci et bonne journée. Bisous

manou 19/09/2019 11:20

Il faut s’habituer au style après c'est une belle découverte :) bisous et une belle journée à toi aussi

Cindy43 19/09/2019 09:14

Il a l'air sympa ce livre, tu en as fait un beau résumé.
Bonne journée

manou 19/09/2019 11:19

Je l'ai présenté lors du Cercle de Lecture auquel j'appartiens alors forcément ce jour-là on en raconte toujours plus ! bonne journée

Doc Bird 19/09/2019 08:49

Je ne connaissais que "La Querelle des deux lézards et autres contes africains" de cet auteur, et grâce à toi, je découvre un autre de ces titres, qui nous emmène à la suite d'un homme plein de ruses pour réussir dans la vie. Merci pour la découverte !

manou 19/09/2019 11:18

Celui-là est trop long pour les collégiens...mais parfait pour nous ! bonne journée

Mimi 19/09/2019 08:42

Voilà une belle critique qui donne immédiatement envie de s’envoler pour l’Afrique à la rencontre de Wangrin, le robin des bois africain ! Quelle passionnante histoire et quelle retournement de situation vis à vis des colonisateurs ! Je note ce titre Manou et merci. Bisous

manou 19/09/2019 11:18

Nous avons eu un thème commun sur l'Afrique au Cercle de Lecture et j'ai eu du plaisir à découvrir ce merveilleux conteur et l'histoire de ce bel homme :) Il te plaira j'en suis certaine, en plus tu es allée en Afrique :) bisous

CATALANE 19/09/2019 07:37

Il doit être très intéressant ce livre, mais ce n'est pas trop mon "truc" ... En ce moment, il me faut des livres qui me font rêver et m'amusent ;.. Bises.

manou 20/09/2019 07:37

Tu as parfaitement le droit de vouloir rêver avec des romans plus faciles, heureusement il y en a plein pour tous les goûts :) bises

missfujii. 19/09/2019 07:30

Encore un livre qui me tente, merci d'en parler

Mitou 19/09/2019 07:15

Une vie d'aventures exceptionnelles sur fond d'histoire des colonies que je pourrais lire et aimer .
Gros bisous et merci pour ton travail de résumé
Mitou

manou 19/09/2019 11:16

Il faudra prendre le temps de le découvrir quand tu pourras et quand tu en auras envie. Il a écrit beaucoup de contes et cela se sent ! bisous

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -