Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2018 1 19 /11 /novembre /2018 06:20
L'Asiathèque, 2018

L'Asiathèque, 2018

Une douleur lancinante s'éleva dans sa poitrine et se changea en un soupir de tristesse qui lui déchira le cœur. Ses lèvres frémirent comme si elle allait dire quelque chose, mais les mots restèrent coincés dans sa gorge. Les éclats de verre de ses rêves brisés lui écorchaient les yeux.

De nombreuses fois elle a écouté ainsi la voix qui montait en elle mais elle s'est tenue coite. Maintenant, qui sait combien de blessures ont marqué son coeur...
Elle a enfermé toutes les aspirations de son cœur avec ses souvenirs dans la cantine en métal grisâtre qui l'a accompagnée depuis la maison maternelle.

Ce recueil composé de 14 nouvelles a été remarquablement traduit du hindi par Francis Evrielle et Nicole Guignon pour onze d'entre elles et Marguerite Gricourt pour les trois autres.

Il est paru en Inde en 2000 et vient d'être édité en France pour la première fois, grâce à L'Asiathèque, un éditeur dont je vous ai souvent parlé, qui publie en même temps "Joothan, autobiographie d'un intouchable", qui est tout simplement l'autobiographie de l'auteur, Omprakash Valmiki. Je vous l'ai présenté ICI dernièrement.

 

Dans ce présent recueil de nouvelles, l'auteur qui, je vous le rappelle, appartient lui-même à la caste des Dalits (mot qui signifie "brisé","opprimé") ceux qu'on appelait anciennement les Intouchables, nous raconte les difficultés de vivre de cette communauté, condamnée par la société à être considérée comme inférieure aux autres. 

 

Dans la première nouvelle, "Salaam" qui signifie "allégeance" "salutation" et qui a donné son nom au recueil, l'auteur nous fait entrer immédiatement dans l'ambiance.

Kamal et Harish se sont connus à l'école et sont devenus amis. Kamal qui est brahmane, connaît la caste de son ami et accepte de participer aux cérémonies de son mariage. Mais faisant partie du cortège, il prend de plein fouet lui-aussi les humiliations perpétrées par des habitants du village. Il réalise alors que tout ce que son ami Harish lui décrivait est bien réel, et que le rejet vécu par les dalits est le lot quotidien de leur triste existence. 

En nous parlant d'un rituel immuable imposant aux jeunes mariés de basses castes de se rendre de maison en maison (de castes supérieures) pour y récolter des cadeaux (rituel que Harish va d'ailleurs refuser de faire)...l'auteur nous décrit la prise de conscience de Kamal qui se souvient alors de la réaction exagérée de sa propre mère à l'annonce de leur amitié naissante. 

Une nouvelle riche en espoir pour l'avenir, puisque tous deux sont et resteront amis malgré leur différence de caste...

Chaque fois qu'il voyait un jeune marié ou une jeune épousée aller ainsi de porte en porte, Harish avait l'impression qu'on mettait en pièces sa dignité. Le marié qui faisait la tournée en compagnie de la fanfare lui semblait n'être qu'une créature faible et soumise...

 

Les autres nouvelles du recueil ont pour cadre la ville où les dalits sont le plus souvent regroupés dans des quartiers périphériques. Pour s'en sortir les personnes n'ont qu'une seule façon de survivre, c'est d'accepter leur sort ou au contraire de cacher leur statut.

Si par malheur leur caste est mise à jour, ils perdront tous leurs acquis, leur travail, leurs connaissances et amis. Ils ne liront alors sur le visage de leurs voisins ou collègues de travail, que mépris et dégoût profond, là où il y avait de la bienveillance ou même de l'amitié. 

Ils seront mis hors de leur logement et se retrouveront à la rue ("Où pourrait bien aller Satich ?"mon premier coup de coeur dans ce recueil). 

Certains abandonnent alors leur famille, préférant couper totalement les ponts plutôt que de prendre le risque que quelqu'un par hasard découvre leurs origines. Ils cachent même leur famille à leurs propres enfants ("Tempête").

D'autres encore se révoltent...

S'il ne cache pas leur caste, ils ne vivent que humiliation au travail et à l'école, harcèlement moral et physique. De plus, trouver un logement devient le parcours du combattant car personne ne veut les avoir sous leur toit.

 

Il avait toujours eu l'impression d'avancer au milieu des épines. La caste jouait un rôle important non seulement dans les conversations courantes, mais aussi pour les décisions importantes. Plusieurs fois ses compétences avaient été sous-estimées. On essayait de le maintenir éloigné des travaux à responsabilités.

D'autres nouvelles ont pour décor les campagnes. Là, le poids des traditions est encore plus lourd à porter. L'injustice sociale est encore plus forte et les brahmanes dominent le village quoi qu'il advienne. Ils auront toujours raison en tout et les dalits ne doivent surtout jamais prétendre le contraire. Ils doivent obéir. Ils se font rouler ("Vingt-cinq fois quatre, cent cinquante"), sont accusés d'actes qu'ils n'ont pas commis ("Le meurtre d'une vache"), abandonnent leurs rêves ("Nomades")...et veulent garder coûte que coûte leur dignité ("Amma", mon second coup de coeur). 

Ceux qui par hasard veulent changer les choses parmi la population se voit muter aussitôt...

 

L'auteur dont l'autobiographie bouleversante a été pour moi la plus enrichissante découverte de cet automne, me ravit à nouveau à travers ces nouvelles incroyablement précises, riches en dialogues et parfaitement rythmées, qui font entrer le lecteur dans une ambiance particulière et le submergent d'émotions de toutes sortes. 

L'auteur aborde en particulier le système des quotas mis en place par le gouvernement pour contrer ce système inégalitaire des castes. Ces mesures de discriminations positives n'ont malheureusement pu profiter qu'à une minorité qui en plus se heurte à des représailles...

Nous ne pouvons qu'éprouver de l'empathie et un profond sentiment de révolte, devant ces faits décrits, et la vie de ces dalits, offensés quotidiennement dans leur dignité depuis des siècles et qui voient leur rêves de changement brisés à jamais. Les femmes en plus souffrent de leur condition de femmes et de leur statut d'intouchables. La violence physique et le viol se rajoutent à leurs souffrances quotidiennes. 

Lorsque l'être humain devient un prédateur, il ne voit même plus qui est parent, qui est étranger, tout ce qu'il lui faut c'est une proie...

 

Les nouvelles sont courtes et faciles à lire. Elles sont accessibles à tous même aux lycéens. Certaines sont davantage chargées en émotion que d'autres. Le cadre varie et les personnages aussi, rendant la lecture très enrichissante. C'est une belle façon d'entrer dans la société indienne, à la fois passée et contemporaine...

Alors que la violence et l'humiliation continuent à être le lot quotidien des dalits, comme nous en avons déjà parlé lors de la présentation de l'autobiographie de l'auteur, la lecture de ce recueil me paraît indispensable pour prendre conscience de ces injustices, inacceptables au XXIe siècle. 

 

Vous pouvez aller lire l'avis de Yves ci-dessous...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Marion L. 10/12/2018 17:02

Il semble très intéressant mais je n'aime pas trop la forme de la nouvelle. Je le garde dans un coin de mon esprit mais je pense passer mon tour ^^. Merci pour ce partage.

manou 11/12/2018 07:48

Par moment j'en lis un peu surtout quand j'ai du mal à lire tous les jours un peu ce qui arrive à certaines périodes de l'année. En plus vu le sujet ça passe mieux sous la forme de nouvelles...

missfujii. 22/11/2018 07:22

Un titre que je m'empresse de noter

manou 22/11/2018 08:32

Ces nouvelles devraient te plaire...elles sont édifiantes pour connaître la vie des dalits...

Isabelle 20/11/2018 21:14

Bonsoir Manou, je te remercie pour cette découverte que tu nous fais partager. J'aime bcp quand la littérature nous fait voyager à l'autre bout du monde. Bonne soirée

manou 21/11/2018 07:19

C'est en effet le cas de ce recueil d'un auteur que je ne connaissais pas du tout il y deux mois et qui nous fait découvrir son pays et la vie des dalits. Bonne journée

Rohnny 20/11/2018 07:54

Coucou Manou,
Merci pour ce nouveau récit de livre et pour le partage.
Je viens de poster un article sur ma course de dimanche, si cela t’intéresse tu sais quoi faire… hihihi
Belle journée à toi.
Rohnny

manou 20/11/2018 08:22

Merci de ton passage Rohnny je viens te voir dans la journée...

Philippe D 19/11/2018 21:09

Je n'aime pas les nouvelles très courtes. Il faut le temps de rentrer dans l'histoire, de connaitre les personnages, d'accrocher le lecteur...
Bonne fin de soirée.

manou 20/11/2018 07:05

Quand le sujet est aussi difficile le fait qu'elles soient courtes est au contraire un plus ! Ce ne sont pas des nouvelles à chute j'ai oublié de le préciser...donc on pourrait aussi considérer que ce sont des récits tant elles sont réalistes...Bonne journée Philippe

laramicelle 19/11/2018 19:03

Imali m'en avait parlé ; je connais beaucoup plus la situation au Sri Lanka , bien sûr ; mais je connaissais ce livre par elle ; bisous

manou 20/11/2018 07:04

C'est normal car cet auteur est très connu en Inde et vient juste d'être traduit en français cette année donc Imali a un tour d'avance sur nous...Bisous

lemenuisiart 19/11/2018 17:54

Je découvre avec plaisir

manou 20/11/2018 07:03

Merci Christian

fanfan 19/11/2018 16:58

Ce recueil de nouvelles semble très passionnant ; tu donnes envie de le découvrir.Je vais notre le titre et l'auteur . Bise

manou 19/11/2018 17:05

L'auteur est traduit pour la première fois en français d'où mon envie de le découvrir...Bises

Renée 19/11/2018 15:43

Merci Manou d'en parler te souhaite bonne semaine. Bisous

manou 19/11/2018 17:04

Bisous Renée

Eve-Yeshé 19/11/2018 14:50

merci pour ce beau partage! ta découverte de l'Inde se poursuit ! je note ce recueil, car ce pays me fascine :-)

manou 19/11/2018 17:04

Je reconnais que l'Asiathèque y est pour quelque chose...j'aime leur choix éditorial !

ruthiebear 19/11/2018 14:43

I like the colorful descriptions in the quotes. Your reviews are captivating. Friendship

manou 19/11/2018 17:04

Merci Ruthie. J'essaie faire partager mon enthousiasme et de donner envie de faire des découvertes, même si comme c'est le cas ici, ce que vivent ces gens est tout à fait révoltant. Amitiés (j'ai bien eu ton mail rectifiant la date de ton mariage...on était presque à égalité !)

chemindetables 19/11/2018 14:16

il est surement passionnant de livre de nouvelles, j'ai une ancienne collègue qui a épousé un indien et est allée là bas alors elle m'a beaucoup expliqué leur vie etc....et on a donc du coup été sensibilisées par des histoires vraies et comme c'est incroyable pour nous nanties de chez nous de voir comment tant de gens de part le monde et donc là bas bien sur vivent encore au XXI eme siècle
belle journée à toi
bisous
patricia

manou 19/11/2018 17:02

C'est évident que ce n'est pas que le problème de l'Inde toute cette violence, mais les castes, oui et le fait que malgré que la loi les a aboli, elles perdurent encore...Bisous et une douce fin de journée

virjaja 19/11/2018 13:06

j'aime bien l'idée de nouvelles pour un sujet aussi fort. gros bisous Manou. cathy

manou 19/11/2018 17:01

J'ai eu beaucoup plus de facilité à lire le recueil de nouvelles de l'auteur que son autobiographie, bouleversante car on sait qu'on est dans le vécu mais intense en émotions...bisous

domi 19/11/2018 12:36

que d'injustices et d'exclusions dans ce triste monde, à désespérer de l'humanité

manou 19/11/2018 17:00

C'est exactement ce que je ressens quand je termine ce genre de livres, d'un autre côté il ne s'agit pas de se voiler la face...nous sommes en partie responsables et si ce n'est pas nous ce sont nos ancêtres...

danièle 19/11/2018 10:24

L'injustice sociale est encore plus visible dans certains pays, merci pour cet excellent partage .
Très belle journée, bises

manou 19/11/2018 16:59

Hélas il n'y a pas que l'Inde qui est touchée, et pour des raisons différentes la pauvreté est aussi chez nous, il ne faut pas pour autant l'oublier...bises

danielle 19/11/2018 10:23

ne pas lire un jour de grisaille je suppose?

manou 19/11/2018 16:58

ça ne change rien pour moi ! En Provence cela fait un mois que nous avons la pluie et la grisaille je sais que cela paraît impensable et pourtant...

Nell 19/11/2018 10:01

C'est fou d'être encore, au XXI siècle, dans une telle soumission, une telle injustice, comme tu le soulignes, à l'égard de toutes ces femmes et hommes qui vivent dans ce pays. Un excellent partage et ressenti que tu nous offres là. Belle journée et gros bisous, ma chère Manou.

manou 19/11/2018 16:57

Oui cela paraît incroyable mais finalement le monde est ainsi fait qu'il ya beaucoup trop de souffrances...bisous et une douce fin de journée

Feelaure 19/11/2018 09:34

Merci Manou pour ce nouveau partage
Douce journée au chaud ;)
Bisous

manou 19/11/2018 16:56

Nous avons eu un peu de soleil mais pas bien longtemps et la cheminée est allumée !! bisous

Josette 19/11/2018 09:29

un livre qui doit être bouleversant
merci Manou

manou 19/11/2018 16:55

C'est le cas en effet, toutes ces souffrances, ces injustices alors que la loi a aboli les castes...Bises

écureuil bleu 19/11/2018 09:09

Bonjour Manou. Je note le titre. Ces nouvelles doivent permettre d'approcher la société Indienne et xses castes. Bonne journée et bisous

manou 19/11/2018 16:55

Oui c'est une bonne approche de commencer par lire ces nouvelles...L'auteur a vraiment eu du courage de dénoncer toutes ces injustices...bisous

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -