Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2018 5 12 /10 /octobre /2018 05:15
Seuil, 2018

Seuil, 2018

Je n'ai pas prononcé son nom pendant des années. Tout ce temps-là le mot maman est resté tapi au fond de ma gorge, telle une couleuvre qui refuse de sortir...

 

A treize ans, la narratrice doit démarrer une nouvelle vie et tout oublier de son passé. Ceux qu'elle prenait pour ses parents ne le sont pas, et elle doit retourner vivre dans sa vraie famille qu'elle ne connaît pas. 

Enfant unique jusque-là, adorée par "ses parents adoptifs", elle a été élevée dans un station balnéaire à une cinquantaine de kilomètres de là. Elle qui fréquentait un cours de danse, le club de natation de la ville et la plage, doit se rendre à l'évidence. Sa véritable famille est pauvre. Le père n'a pas de travail. Personne n'attendait son retour. Elle est une étrangère dans sa propre famille.

Tous les habitants au village la surnomment, "La Revenue". 

 

Naïve, ne sachant rien de la vie parce qu'elle a été super protégée, ne connaissant pas non plus le système D, elle va devoir tout accepter : le partage du lit avec sa jeune sœur Adriana, les repas sans rien à manger, la mère mutique et la vie avec trois frères dont un bébé attardé et un autre, Sergio, empli de rancœur et de jalousie.

Il va lui falloir survivre au cruel manque d'amour et à l'éloignement de Patrizia,  sa meilleure amie de toujours...

Ne sachant plus qui elle est, la narratrice est envahie par l'angoisse, croyant que sa mère adoptive est gravement malade et va mourir.

Seul l'amour d'Adriana, sa sœur cadette et de Vincenzo son frère aîné, mettra un peu de baume dans son cœur d'adolescente meurtrie. Sa réussite scolaire et le soutien de son institutrice seront aussi d'un grand secours...

 

Elle va chercher à trouver sa place avec beaucoup de courage et de détermination, et tentera en parallèle d'en savoir plus sur les raisons de son éloignement, espérant toujours que ceux avec qui elle a vécu tant d'années de bonheur, vont venir la récupérer. Mais elle cherchera aussi à comprendre pourquoi ses propres parents l'ont abandonné à la naissance. 

Elle se reconstruira peu à peu en tentant de juxtaposer ces (ses) deux vies, ces (ses) deux familles, ces deux modèles...

 

Car finalement à qui appartient-elle ?

Comment se fait-il que tout le monde semble au courant de ce qu'elle ignore ?

Arrivera-t-elle à savoir pourquoi ses parents adoptifs l'ont abandonnée ?

Le mystère est d'autant plus insoutenable qu'Adalgisa, sa mère adoptive veille de loin et aide discrètement la famille financièrement tout en restant parfaitement invisible et silencieuse...

 

Son regard lorsqu'elle m'a vue est l'un des souvenirs les plus vifs que je conserve d'elle et probablement le plus néfaste. Il trahissait l'impression d'être piégée et de ne pas trouver d'issue, comme si un fantôme avait resurgi d'une époque ensevelie pour la persécuter.

 

J'ai découvert avec ce roman une écriture d'une grande finesse et une fresque sociale poignante qui nous permet de pénétrer dans l'histoire des années 70, en Italie. 

 

L'auteur que je ne connaissais pas, dépeint avec beaucoup de réalisme mais beaucoup de délicatesse, le fossé creusé entre les classes sociales, tant au point de vue de la vie quotidienne que de la vie culturelle, des croyances ou des usages, de l'emploi ou pas du dialecte local ou de l'italien. Les différences entre la vie à la ville et à la campagne apparaissent encore plus clivantes.

En dressant ce portrait d'une jeune fille totalement déracinée, hypersensible et intelligente qui va découvrir grâce à sa jeune sœur un autre monde, fait de bruit, de faim, de manque d'hygiène et de violence, c'est la pauvreté qu'elle nous dépeint et les injustices qui s'y rattachent...

Ce roman est largement autobiographique car, au cœur de l'histoire, des années après, la narratrice nous raconte comment elle a survécu à cette année-là qu'elle considère comme la plus longue de sa vie. 

 

Les chapitres sont courts et faciles à lire. L'écriture fluide et le ton très réaliste. Les mots sont précis et les silences en disent long...c'est ce qui rend ce roman si touchant et si authentique, car l'auteur ne tombe jamais dans la caricature et ne cherche pas à attirer la pitié du lecteur.

La pauvreté y reste digne et modeste. Et l'indifférence aux maux des enfants est la seule façon pour les parents d'avancer dans leur vie misérable. 

L'auteur dit elle-même avoir été inspirée par des souvenirs de son enfance. Elle entendait dire que certains parents qui ne pouvaient pas avoir d'enfants, allaient en adopter dans des familles pauvres, ayant du mal à nourrir les leurs.  

J'ai lu ce roman avec un grand intérêt et je dois dire qu'il a su me toucher...

 

...aujourd'hui je ne sais vraiment pas quel lieu est une mère. J'en suis privée comme on peut être privé de santé, d'un abri, d'une certitude. C'est un vide persistant, que je connais, mais ne surmonte pas. Regarder à l'intérieur donne le vertige...
La seule mère que je n'ai pas perdue est celle de mes peurs.

 

Ce roman a été traduit de l'italien par Nathalie Bauer.

L'auteur est née en 1963. Elle connaît bien les Abruzzes où se passe l'histoire puisqu'elle y est née. Elle  est l'auteur de deux autres romans pas encore traduits en français que je lirai avec grand plaisir s'ils le sont un jour, car son écriture toute en délicatesse et pudeur, a été une belle découverte pour moi. 

A noter : "La Revenue" a obtenu le prestigieux Prix Super Campiello en 2017.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Marion L. 19/10/2018 17:32

Un livre à retenir. Merci pour ce partage. Je ne lis pas beaucoup de littérature italienne mais suite à "le dernier arrivé" de Marco Balzano que j'ai beaucoup aimé, j'ai envie de développer cette littérature. Je prends note, merci encore.

chemindetables 16/10/2018 14:10

surement très émouvant ce livre, pas pour le moment pour moi mais à lire un jour oui
bisous
patricia

manou 16/10/2018 19:15

En travaillant tu ne peux pas lire des livres trop prenant, il faut de la légèreté...bisous

Quichottine 16/10/2018 12:12

Je le lirai un jour, mais pas tout de suite.
Merci pour ce magnifique partage de lecture.
Bisous et douce journée.

manou 16/10/2018 19:15

J'ai trop de choses à lire moi aussi en ce moment alors quand c'est trop je lis des livres d'ados ou de la poésie ça me ressource...et cette année je ne me suis pas précipitée sur la rentrée littéraire... bisous

Rohnny 14/10/2018 10:33

Coucou Manou,
Voilà un sujet intéressant pour un livre, ça donne envie de le lire, merci pour le partage.
Bon dimanche à toi.
Rohnny

manou 16/10/2018 19:14

Le roman est tout à fait prenant et le fait que ce soit sur fond de chronique sociale c'est un plus !

lavandine 13/10/2018 20:16

Voilà un sujet qui me plaît. Si je le trouve a la médiathèque je l emprunte.
Bisous et bonne journée.

manou 16/10/2018 19:13

Il était dans celle de mon petit village mais bon c'est vrai que dans le sud-est les auteurs italiens plaisent beaucoup :) bisous

Violette 13/10/2018 17:08

un beau billet bien tentant! Le titre me rebute d'emblée, d'où l'utilité de ta chronique!

manou 16/10/2018 19:13

Il m'a interrogée et quand j'ai lu la quatrième de couverture que d'habitude je ne lis pas, j'ai été tentée et je ne l'ai pas regretté du tout...

Eve-Yeshé 13/10/2018 14:27

je ne connais pas mais je note car ta critique me touche beaucoup... Par contre ma PAL commence à faire sérieusement la tête, elle se trouve trop grosse et ça lui donne des complexes :-)

manou 16/10/2018 19:12

La mienne pareil elle est jalouse que je perde du poids du coup c'est un comble !

Philippe D 12/10/2018 21:17

Je ne connais pas, mais d'après ce que tu en dis, ce livre pourrait me plaire...
Bon weekend.

manou 13/10/2018 07:55

En effet ! il correspond bien à ce que tu aimes lire...Bon week-end

laramicelle 12/10/2018 18:32

coucou ce livre t'a vraiment bouleversée me semble t il ; ce livre est une peinture de la société à une époque ; reste à savoir si ça continue , ça n'est pas si loin ; et aussi le déracinement , le manque de mère , des sujets éternels ; je suppose que ça doit être bien écrit ; il faudra que je pense à le lire ; bisous

manou 13/10/2018 07:55

Je l'ai beaucoup aimé et il m'a touché, pas bouleversée pour autant ! J'ai apprécié en particulier la plume de l'auteur mais aussi, la vie en Italie dans les années 50. On peut faire aisément un parallèle très constructif avec notre propre enfance...bisous et un doux we

Renée 12/10/2018 16:44

ça même si j'ai trop de lecture en attente je note dans mes envie sur mon site d'achat. Bisous

manou 13/10/2018 07:53

Ma liste est démesurément longue moi-aussi mais je note toujours, après la rencontre se fait ou ne se fait pas ! bisous et un bon we

Céline 12/10/2018 15:08

Il a l'air bien, je note :)
Bon après-midi et bon week-end !

manou 13/10/2018 07:53

J'espère que tu aimeras...Bon week-end à toi aussi

Colette 12/10/2018 15:01

J'ai pensé au film "la vie n'est pas un long fleuve tranquille" mais le point de départ n'est pas le même ! Abandon dans l'un, échange de bébés à la maternité pour l'autre.
Difficile voir impossible de se construire sur ces bases. Je comprends que ce livre soit bouleversant !
Bonne fin de semaine Manou ! bisous

manou 13/10/2018 07:52

J'ai aimé en plus de l'histoire la plume de l'auteur...bisous

domi 12/10/2018 13:58

merci pour cette rubrique toujours très pro, bravo

manou 13/10/2018 07:51

Merci Domi ! Bon we

danièle 12/10/2018 13:53

Un livre qui devrait beaucoup m'intéresser, je le note. Merci pour ta chronique.

Bonne journée, bises

manou 13/10/2018 07:51

Tu vis si près de l'Italie que forcément, comme moi tu t'y intéresses davantage...j'ai fait des découvertes en le lisant. bises et un doux we

Feelaure 12/10/2018 12:46

On a envie de connaître la fin !
Bisous & doux week end

manou 13/10/2018 07:50

Je ne peux tout révéler pour ceux qui le liront :) Mais elle poursuivra ses études c'est déjà ça...bisous et un doux we

Maryline 12/10/2018 12:37

Mi piace molto...:-) j'essaierai de me le procurer... j'ai fait des études d'italien et j'affectionne les auteurs italiens et en particulier Italo Calvino et son baron perché en autres...
Merci pour cette découverte Manou!
Bisous

manou 13/10/2018 07:49

Là nous sommes loin du baron perché...moi-aussi j'ai un faible pour les auteurs italiens que je lis souvent et là c'est une nouvelle plume que je découvre :) Bisous et un beau we

virjaja 12/10/2018 11:23

merci, il a l'air prenant ce livre! gros bisous Manou. cathy

manou 13/10/2018 07:48

C'est le cas en effet ! bisous

écureuil bleu 12/10/2018 09:55

Bonjour Manou. Je note le titre car ce livre devrait beaucoup me plaire. Je le chercherai à la médiathèque. Merci pour cette belle chronique qui donne envie et bisous

manou 13/10/2018 07:47

Il y sera j'en suis certaine...Je lirai ta chronique avec plaisir. Bisous

Josette 12/10/2018 09:30

dès le début de ton billet on est en attente du pourquoi !
encore un livre à ajouter dans la liste...
bonne journée Manou

manou 13/10/2018 07:44

La mienne de liste déborde encore mais en ce moment je lis moins que durant l'été quand il fait très chaud, nous ne pouvons rien faire d'autres...bon week-end

Claudine/canelle 12/10/2018 09:28

Un livre qu'il me plairait bien de lire pour savoir comment cela se termine , que de questions sans réponses..
Merci pour ton ressenti
Je le note dans mon petit agenda...
Bises Manou

manou 13/10/2018 07:43

Une belle écriture en tous les cas et une histoire réaliste et poignante...bises bon we

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -