Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2018 6 23 /06 /juin /2018 05:27
Ed Philippe Picquier, 2015

Ed Philippe Picquier, 2015

Quand il rentre en voiture, après la nuit tombée, une guirlande lumineuse en forme d'arbre installée par le restaurant lui tristement, au milieu des lumières clairsemées provenant des fenêtres des préfabs, renforçant encore l'impression de dénuement. Il ne sait pas combien de personnes qu'on appelle encore des réfugiés habitent là ; l'ensemble est resté un camp amélioré sans jamais devenir comme un nouveau hameau.

En fait, les opérations de décontamination ont un effet d'irradiation sur les ouvriers : c'est bien parce que l'irradiation est dangereuse que les travaux de décontamination sont effectués, mais si on craint l'irradiation, on ne peut pas faire les travaux de décontamination...

Devant une table de jardin, recouverte d'une nappe blanche, le marié et la mariée sont acclamés et applaudit par les parents et amis, près d'eux, puis les habitants des préfabriqués, rassemblés autour, sur plusieurs rangs...
Les jeunes mariés allument ensemble une énorme bougie en forme de cœur puis,sans façon, échangent un baiser.

 

Ce recueil contient six courts récits mettant en scène le quotidien des rescapés de Fukushima, après la catastrophe nucléaire et le tsunami qui ont ravagé le Japon en mars  2011.

 

Le premier récit débute en racontant la catastrophe, le lecteur se retrouve au milieu du chaos, puis le second se passe juste après et ainsi de suite au fur et à mesure que la vie reprend le dessus, que le temps passe et que l'espoir refait surface.

Ce sont de beaux récits authentiques, touchants, réalistes...et terriblement humains. 

 

Le lecteur découvre...

Les silences (en particulier des politiques et spécialistes) qui n'ont pas permis aux survivants de comprendre l'ampleur des dégâts de la catastrophe nucléaire.

Le déni de toute une partie de la population qui ne veut pas se faire du souci pour quelque chose qu'ils ne voient pas (les radiations). 

Les drames sous-jacents qui ont détruit des familles entières, aujourd'hui amoindries car amputées de plusieurs de leurs membres... Et les déchirements :  certains ont voulu fuir et d'autres rester dans la zone affectée. 

 

Pendant la lecture, nous partageons le quotidien de ces êtres en deuil, leur détresse et leurs doutes.  Ils sont terriblement courageux et résolus, dignes et tellement vivants.

Nous rencontrons au fil des récits, des parents inquiets parce que leur fils travaille encore dans la centrale ; un moine qui a vécu le tsunami et en a miraculeusement réchappé. Ce dernier ne sait pas comment aider son père, car depuis ce jour-là, il a perdu la tête et récite des "soutras" en virevoltant sur lui-même toute la journée.

Nous croisons la route de cette jeune mère et de son fils qui se rendent au commissariat pour se soumettre à un test ADN, dans l'espoir de retrouver le père, un pompier disparu ; puis deux amies qui se retrouvent pour la fête des morts, après que l'une d'entre elles ait quitté subitement la région, son retour amenant d'un coup de multiples questions autour des radiations ; enfin un retraité participe bénévolement aux opérations de décontamination... il est gravement malade et se sait condamné.

Le dernier récit nous projette dans le futur lorsque des années après sur la montagne de déchets radioactifs (d'où le titre, "la montagne radieuse" !), un homme organise des visites guidés pour des touristes curieux.

 

Ce n'est pas un livre lourd à porter malgré la gravité du sujet.

L'auteur nous dévoile la vie de ces gens simples avec beaucoup de poésie et nous découvrons des êtres emplis de sérénité et qui ont une certaine philosophie de vie. Dans cet après-chaos, chacun trouve sa place...pour recommencer à vivre.

Ce sont des récits à la fois tristes et doux, lumineux et sombres...mais la vie est toujours là, bien présente. Il y a des chants de grillons et de cigales, des araignées d'eau, des mantes religieuses qui nous le prouvent...mais aussi un mariage, et beaucoup de solidarité et d'empathie. 

 

Rien d'étonnant, car l'auteur est un moine zen qui vit à 45 km de Fukushima dans le temple de Fukuju où il est veilleur. Il a publié un "Journal de la catastrophe" et "Vivre à Fukushima" pour continuer à informer sur le quotidien des habitants des zones sinistrées. 

Connu pour ses nombreux écrits, il a été récompensé en 2001, par le plus important prix japonais de littérature, le Prix Akutagawa pour "Au-delà des Terres infinies" (la traduction du titre original est " Des fleurs dans les Limbes" et vous pouvez le trouver sous ce second titre parfois). 

L'auteur explique d'ailleurs dans sa postface, qu'écrire lui est apparu comme un besoin, impossible à refréner...On le comprend après avoir vécu ces événements, rien ne peut être comme avant. 

 

Un livre indispensable pour réfléchir sur les problèmes posés par le nucléaire, à découvrir donc...

 

Les récits rassemblés ici ont tous été écrits en plein milieu de la terrible transformation qui a affecté le réel après la catastrophe du 11 mars.
(…)
il s'est avéré qu'écrire des romans m’était tout aussi indispensable pour vivre que respirer, quels que soient les taux de radioactivité relevés dans l’air.

Postface écrite par l'auteur

 

Ce recueil entre encore sans que je l'ai voulu en le choisissant, dans le challenge de Philippe "Lire sous la contrainte"...

Le titre du recueil devait être...

La montagne radieuse / Genyû Sôkyû

Partager cet article

Repost0

commentaires

Marion L. 07/07/2018 15:45

Tu donnes très envie de le lire. Je commence, en plus, à apprécier de plus en plus les recueils de nouvelles. Merci pour cette chronique

manou 07/07/2018 18:17

Je n'ai pas regretté ma lecture même si souvent je choisis plutôt des romans. Mais ça correspondait bien à mon état d'esprit en ce moment...un peu tous les jours. Merci pour tes commentaires et tes visites Marion

Mimi 07/07/2018 09:35

Les Japonais ont une philosophie de vie très personnelle. Les lamentations n’en font pas partie. Merci pour ce partage dont j’avais aussi lu des ressentis par d’autres écrivains japonais ou pas.

manou 07/07/2018 18:16

C'est le cas en effet de beaucoup de peuples asiatiques qui prennent toujours du recul par rapport aux événements...

chemindetables 25/06/2018 15:25

un sujet bien grave mais cet auteur le rend tellement différent et pas étonnant vu que tu nous dit qu'il est moine zen
surement très bien ce livre, merci de nous le présenter
bisous
patricia

manou 25/06/2018 18:50

Il porte un regard différent d'un simple écrivain et ce regard est tout à fait intéressant...bisous

Azalaïs 24/06/2018 12:11

Je suis désolée de t'avoir mise dans l'embarras avec ma question visiblement idiote mais j'ai du mal à comprendre comment on peut inciter des gens à lire en leur mettant un couteau sous la gorge ce qui pour moi s'apparente à un acte terroriste. A l'avenir j'éviterai la franchise et pour ne déranger personne j'éviterai aussi de commenter ! Bises et bon dimanche

manou 24/06/2018 15:23

Mais pas du tout Azalais ce n'est pas grave...tout le monde a le droit de s'exprimer et j'ai dit à Philippe que moi non plus ce couteau ne me plaisait pas du tout pour un challenge même si je comprends ses raisons...C'est vrai que si je participe je suis obligée de mettre son image :) je te l'ai déjà dit et il a dit qu'il allait changer...qui sait il va peut-être avoir beaucoup d'autres participants du coup grâce à toi. Ne t'en fait pas pour ça. bises et bon dimanche à toi aussi

manou 24/06/2018 08:27

Merci à tous pour votre visite silencieuse ou pas...Je n'ai pas répondu à tous mais je viendrais sur vos blogs, c'est sûr...bon dimanche

domi 24/06/2018 05:19

Sous cette forme de nouvelle, un thème encore plus abordable

manou 24/06/2018 08:26

C'est exactement ce que je pense...tout autre formule aurait rendu le sujet très lourd. Et puis là nous passons d'une famille à l'autre et cela nous donne un meilleur aperçu des différentes situations. bon dimanche

Sigrid 24/06/2018 01:03

J'aime beaucoup lire des nouvelles. Je suis tentée, merci !

manou 24/06/2018 08:25

J'en lis peu mais vu le sujet je ne te cache pas que cela rend les récits plus légers...

Philippe D 23/06/2018 21:53

Pas trop envie de lire ce livre en ce moment...
Merci pour cette nouvelle participation à mon challenge. Je ne savais pas que mon image était traumatisante. Le couteau, c'était pour la contrainte. Ce n'est pas sérieux. C'est de l'humour. J'ai du mal à comprendre les gens parfois...
Bon dimanche.

manou 24/06/2018 08:24

Chacun a son ressenti Philippe et c'est dommage que tu "choques" mes lecteurs par ton logo, d'autant plus qu'Azalais est une grande dévoreuse de livres, artiste peintre et poète elle-même. Merci de lui avoir répondu. c'est gentil de ta part. Bon dimanche

CathyRose 23/06/2018 19:52

Pas si évident ce sujet, et tant mieux si l'auteur a réussi à amener un peu de poésie à ce drame. Ces catastrophes font forcément peur même si on habite loin d'une centrale, mais il faut vivre avec ces menaces, comme pour les attentats ... Désolée, mauvaise manip !
Belle soirée, bisous !
Cathy

manou 24/06/2018 08:22

Pas grave j'ai supprimé :) En France on est tous à côté d'une centrale...bisous

Violette 23/06/2018 19:33

un recueil plein de sagesse si j'ai bien compris… pourquoi pas même si le sujet me fait frissonner… Bonne fin de semaine !

manou 24/06/2018 08:15

Les premiers récits font froid dans le dos mais l'auteur montre bien comment les survivants s'organisent et tentent de s'en sortir. merci de ta visite

Muriel 23/06/2018 19:26

Ouh, je vais le lire celui-ci... bisous

manou 24/06/2018 08:14

Je l'ai emprunté à la médiathèque de Salon (et rendu cette semaine)...tu le trouveras je pense facilement :) bisous

lemenuisiart 23/06/2018 19:16

Je ne m'attendais pas à un livre en lisant le titre, mais c'est bien

Gomez Victoria - Lynn 23/06/2018 18:56

coucou adorant le Japon je pense que je vais chercher ce livre ; bisous

Eve-Yeshé 23/06/2018 17:24

pourquoi pas? Je le souviens de la désinformation qui a suivit Tchernobyl alors j'imagine la détresse des gens...

Nassy 23/06/2018 15:45

Merci pour cette présentation partagée. Bon week-end.

Isabelle 23/06/2018 15:27

Merci Manou pour ce partage de lecture.

Maria-Lina 23/06/2018 14:01

Merci pour ce beau partage chère Manou, de gros bisous, bon week-end tout doux!

Mousse 23/06/2018 12:32

Bonjour chère Manou,
Ce fut une grande catastrophe !
Un sujet dur.
Pour le moment, j'ai besoin de lectures légères.
Je ne doute pas que ce soit un très bon livre.
Bon week-end, bisous.♥

fanfan 23/06/2018 10:49

C'est un sujet difficile à traiter sans tomber dans le mélodrame . Je vais noter ce titre. Bon week end

lavandine 23/06/2018 10:34

Une catastrophe lourde de conséquences.
Si tu dis que ce n est pas un livre lourd à porter ça m intéresse. Vais de ce pas à la médiathèque.
Gros bisous et belle journée.

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -