Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2017 5 16 /06 /juin /2017 05:45
Parution en VO 1994 / 1997 pour la traduction française

Parution en VO 1994 / 1997 pour la traduction française

Le monde, il ne l'avait peut-être jamais vu. Mais ça faisait vint-sept ans que le monde y passait sur ce bateau : et ça faisait vingt-sept ans que Novecento, sur ce bateau, le guettait. Et lui volait son âme.

 

En 1900, sur un bateau qui traverse l'Atlantique et fait escale à Boston,  Danny Boodmann, un des marins du bord, trouve un nouveau-né, bien installé dans une boîte d'emballage de citrons posée sur un piano. Il a sans doute été abandonné par une des immigrées dans l'impossibilité de le garder avec elle et ne sachant rien de ce qui l'attendait à terre.

 

Le nourrisson a environ dix jours et ne pleure pas.

Le géant noir tombe immédiatement sous le charme du bébé, persuadé que l'enfant a été mis là uniquement pour lui, et d'autant plus que sur le carton, il y les initiales T.D.( qu'il interprète comme voulant dire "Thanks Danny").

N'est-ce pas un signe du destin ?

Il baptise le bébé Danny Boodmann (=son nom à lui), T. D. (=thanks Danny) Lemon (=citron)  à cause de la caisse, et Novecento (=1900), en l'honneur de la nouvelle année qui débute ! 

 

Lorsque Tim Tooney, le narrateur, débarque sur le Virginian en 1927, afin d'être engagé comme trompettiste, il fait la connaissance de celui qui depuis le temps a été baptisé "Novecento" tout court, et tous deux deviennent amis.

 

Novecento est un musicien hors pair qui joue de la musique divinement bien sans partition, ni aucune connaissance particulière. Et chose surprenante pour la plupart des personnes se trouvant à bord, il n'est jamais descendu du paquebot.

Mais faut-il parcourir le monde pour le connaître ? 

 

Un jour monte à bord l'inventeur du jazz, le grand Jelly Roll Morton. Il est venu là uniquement pour rencontrer Novecento, dont tout le monde parle et il bien décidé à le provoquer "en duel"... musical. 

 

Les désirs déchiraient mon âme. J'aurais pu les vivre, mais j'y suis pas arrivé.
Alors je les ai ensorcelés.
Et je les ai laissé l'un après l'autre derrière moi.
...
La terre qui était la mienne, quelques part dans le monde, je l'ai ensorcelée en écoutant chanter un homme qui venait du Nord, et en l'écoutant tu voyais tout, tu voyais la vallée, les montagnes autour, la rivière qui descendait, la neige l'hiver, les loups dans la nuit, et quand cet homme eut fini de chanter, alors ma terre, où qu'elle se trouve, a été finie à jamais.

 

Ce court texte a été écrit pour le théâtre. Il se déguste tout en se lisant très vite. 

C'est une sorte de conte philosophique d'une grande poésie car rythmé par la musique et le mouvement incessant des vagues.

Le lecteur a l'impression d'être sur le bateau. Il écoute la musique, entend les vagues se briser sur la coque, et c'est tout juste s'il n'aperçoit pas à l'horizon, lui-aussi, l'Amérique !

L'histoire de ce pianiste "le plus grand du monde" qui n'a jamais quitté le paquebot où il est né, est passionnante surtout lorsque l'on comprend que ce n'est pas la gloire qu'il recherche.

Ce qu'il veut, finalement c'est ne faire qu'un avec la mer, "sa" mer. 

Le narrateur trouve toujours les mots justes pour nous faire partager son histoire.

 

Ce texte en forme de monologue a été joué au théâtre par André Dussolier. 

Un film intitulé "La légende du pianiste sur l'océan" (1998) a été tirée de cette courte histoire. Vous pouvez visionner la bande-annonce du film ci-dessous. 

 

Il avait du génie pour ça, il faut le dire. Il savait écouter. Et il savait lire. Pas les livres, ça, tout le monde le peut, lui, ce qu'il savait lire c'était les gens. Les signes que les gens emportent avec eux : les endroits, les bruits, les odeurs, leur terre, toute leur histoire

 

J'ai découvert l'auteur à l'automne dernier avec son dernier roman "La jeune épouse" qui ne m'avait pas convaincu. Je comprend mieux après la lecture de ce court texte très poétique, que l'auteur ait obtenu plusieurs prix...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

vivi 26/06/2017 21:48

Oh ! Je l'ai lu. J'avais bien aimé...

Audrey-Que Lire ? 25/06/2017 15:49

L'un de mes auteurs favoris que j'avais découvert avec "Soie". Je note celui-ci dans mon pense-bête Babelio ! Merci pour la découverte car je suis fan des contes philosophiques !

Quichottine 19/06/2017 10:29

C'est un livre que j'ai adoré...

https://quichottine.fr/2011/10/alessandro-baricco-novecento-pianiste-85615516-comments.html

Merci de m'avoir donné envie de le relire bientôt.
Bises et douce journée.

danielle 17/06/2017 22:11

c'est bien lui qui a écrit "Soie"?

manou 19/06/2017 07:55

Oui c'est bien lui et je ne l'ai pas encore lu !

cathycat 17/06/2017 16:04

Une histoire originale à la base qui doit charmer par son rythme et sa musique. Je crois qu'il me plairait bien. Je le note... Bisous

manou 19/06/2017 07:56

Il est très poétique et tout est dit en douceur et rythmé par la mer...Bisous

Yannn 16/06/2017 21:01

Savoir lire les livres et savoir lire les gens. J' ai bien aimé ce passage de ton billet.
Empathie, je ne sais pas si c' est approprié pour le cas qui nous retient.
Bise amicale. Yann

manou 19/06/2017 07:56

Oui c'est un extrait qui donne parfaitement le ton du livre. Novecento sait lire les gens...Bises

CathyRose 16/06/2017 20:02

Bon ... je n'aime pas la musique classique, pas trop la mer, alors je crois que je vais passer mon tour ! En tous cas tu en parles bien de ce petit livre, et on sent vraiment qu'il t'a plu !
Belle soirée, bisous !
Cathy

manou 17/06/2017 07:22

C'est dommage pour toi car il pourrait te plaire...je ne regarde jamais le sujet à fond quand je choisis un livre parce qu'il me semble que ni le message dont le livre est porteur, ni le plaisir de la lecture ne sont en rapport avec le sujet mais plutôt avec le talent de l'auteur...mais ce n'est que mon avis ! Bisou

Gomez Victoria - Lynn 16/06/2017 18:18

ce livre a l'air émouvant ; bisous

Nell 16/06/2017 14:47

Moi qui adore l'océan et les bateaux ce serait, presque, un écrit pour moi. Je note son titre, ma chère Manou. La bande annonce est superbe. excellente journée et délicieux week-end. Gros bisous ♥

manou 16/06/2017 15:13

C'est surtout un écrit pour toi parce que tu seras sensible à sa poésie. Passe un délicieux week-end toi aussi. Bisous

Maryline 16/06/2017 12:06

J'ai beaucoup aimé ce roman, que j'ai lu il y a quelques temps. J'ai également lu : Soie que j'avais autant apprécié. Je ne savais pas que ce texte avait été joué au théâtre par André Dussolier, un acteur que j'aime beaucoup par ailleurs.
Bisous

manou 16/06/2017 15:12

Et bien je l'ai appris figure-toi en recherchant le titre exact du film dont je ne me souvenais plus...Il a apparemment joué encore récemment la pièce à Paris. Comme quoi les nouvelles n'arrivent pas jusque chez nous ! J'attends pour lire "Soie" que je n'ai pas encore lu. Bisous

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est bien l'été maintenant !

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -