Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 07:45
Mon Petit Éditeur, 2017

Mon Petit Éditeur, 2017

 

Nous avons tous rêvé un jour de repartir en arrière pour tenter de modifier le cours de notre destin...

Et si nous n'avions pas pris telle ou telle décision, si nous n'avions pas fait telle rencontre à tel moment précis, si nous avions habité ailleurs, fait d'autres études, vécu dans une autre famille ou tout simplement à une autre époque...

Quelle aurait été notre vie ?

C'est ce que nous propose de vivre, Stéphane Bret dans la première partie de son livre "Triplicata", une première partie constituée de trois nouvelles qui nous permettent d'entrer dans la vie du héros, dénommé S., un jeune adolescent, à l'aube de devenir adulte et de prendre en main son avenir.  Mais dans chacune de ces nouvelles, la décennie à laquelle appartient S., ses rencontres, ses lieux de vie, ses études vont le mener sur des chemins différents et le faire évoluer vers d'autres possibles.

Y gagnera-t-il davantage d'humanité ? Je vous laisse le découvrir...

 

Au détour de l'aventure, le lecteur de ma génération va reconnaître ici ou là des événements de notre jeunesse, notre éducation, la censure, les années post-68 plus permissives, les livres où les films qui nous ont permis de découvrir le monde...

Cette plongée dans le passé de notre adolescence et de nos années d'étudiants, pour ceux qui ont eu la chance de faire des études, a été pour moi un véritable délice.

 

Se fondre dans la masse, observer l'anonymat des règles édictées par des inconnus, renoncer à la part de soi-même la plus précieuse, la plus créative, la plus émouvante. C'était l'impératif à atteindre...Être éduqué équivalait alors à mourir un peu.

 

Dans la première version de sa vie, S. a été élevé dans l'excellence, sa famille pensant ainsi le préparer à réussir en tout et à s'approcher de plus en plus de l'élite. Mais sa curiosité naturelle le pousse à observer les gens et il constate très vite que ce qu'il voit n'a rien à voir avec ce qu'on lui a fait croire dans son enfance. La société évolue dans ces années d'après-guerre et les jeunes gens se cherchent une nouvelle façon de vivre, différente de celle préconisée par leurs parents. Aussi lorsque S. rencontre Anaïs, une femme insolente et si élégante, altière même et beaucoup plus âgée que lui, et qu'elle lui affirme qu'il est déjà, de par sa tenue et ses lectures, le reflet de ce qu'il va devenir plus tard, il décide de préparer sa mutation et de se décharger des nombreux préjugés liés à son éducation...

 

...S. avait pu effectuer, en direct, un constat rédhibitoire : la pratique des chiffres, des courbes de croissance, des taux de rendement, mutilaient gravement un homme, s'il ne prenait pas l'infime précaution d'installer en quelque sorte un univers de sauvegarde, un escalier de secours en cas d'incendie, un monde dans lequel l'évasion et le plaisir n'avaient pas perdu droit de cité.

 

Dans sa seconde vie, nous sommes plutôt vers la fin des années 60 et durant les années 70. Le monde entier cherche à laisser derrière lui les vieux principes archaïques, tant en matière d'éducation qu'au niveau des arts et de la création en général. De nombreuses censures continuent à ralentir la vie intellectuelle. Mais la télévision devient peu à peu un moyen incontournable de faire entrer la culture dans tous les foyers.

L'époque est à la révolution sociale et politique. S., jeune adolescent, découvre avec bonheur la librairie "La joie par les livres" à Paris. Il va y faire la rencontre d'une jeune étudiante en psychologie. Elle lui fait connaître divers auteurs, dont Wilhelm Reich, qui bouleverse le jeune homme et changera sa vie et ses aspirations en profondeur...

 

Il eut le sentiment que l'on s'adressait à lui, intimement, personnellement, que l'auteur débusquait tous les faux-semblants derrière lesquels les hommes s'abritaient pour mieux dissimiler leur désarroi et les accompagner vers la réalisation de leurs désirs.

 

La troisième version est plus courte. S. nous emmène dans le monde de l'argent et de l'apparence. Il n'a qu'une envie c'est devenir un "tueur" , rechercher les rassemblements "people" et dominer autrui par son argent afin de séduire de plus en plus souvent et facilement des jeunes femmes afin de vérifier ainsi son pouvoir...

Arrivera-t-il à réussir sa vie tout de même ? 

 

Ces trois nouvelles constituent une intéressante réflexion sur la vie et les choix que nous sommes amenés à faire.

Elles nous permettent de plonger dans les décennies passées et de revivre les différentes options qui ont été offertes aux jeunes (d'un milieu aisé et citadin) en fonction des orientations de la société mais aussi de l'évolution du monde à tous points de vue.

J'ai eu beaucoup de plaisir à cette lecture et je pourrais même dire que j'ai savouré ce petit recueil, au ton souvent désuet, qui je trouve est d'une grande profondeur. Les souvenirs de ma propre jeunesse, de ses découvertes culturelles et de ses nombreuses interrogations ne sont bien sûr pas étrangers à ce plaisir de lecture, bien que je ne sois pas issue du même milieu social que le héros.

 

 

La seconde partie du recueil, "Des vies en abyme" nous permet de lire une nouvelle tout à fait originale.

Quels sont les liens qui unissent les différents personnages ? Est-ce leurs interrogations qui les rapprochent, le fait d'avoir besoin les uns des autres ou d'être tous un peu perdus dans leur vie ?

En fait, encore une fois, il n'y a pas de hasard... 

Tous ces êtres qui mettent à jour leurs failles alors qu'à priori, ils ont tout pour être heureux, ne peuvent que nous toucher et nous amener à nous interroger sur ceux qui nous entourent, nos amis, notre famille ou nos connaissances...

Est-ce nous qui avons besoin d'eux pour exister et se sentir plus forts, ou l'inverse ? Quels sont les liens cachés et tus qui nous relient aux autres ?

 

René Lecerf, ancien magistrat, (il était juge d'application des peines) s'est toujours demandé où est le juste milieu en matière de justice. Son indépendance d'esprit l'a obligé à prendre une retraite anticipée. Farida sa compagne est avocate. Après une première rencontre houleuse et des débats passionnés, ils vivent ensemble depuis une décennie et forment un couple agréable qui suscite de nombreuses jalousies dans leur entourage.

 

Farida était fière d'avoir réussi à aimer cet homme, et d'avoir réussi à tisser des liens à nuls autres pareils.

 

En fait, s'ils organisent souvent des dîners, c'est parce que cette convivialité, ces repas entre amis, leur renvoient une image positive d'eux-même. Pourtant il n'en a pas toujours été ainsi, et leur vie a souvent été chaotique. Farida en particulier, qui a pris pour modèle, Gisèle Halimi s'est toujours battue pour le droit des femmes et la liberté dans le couple. D'origine tunisienne, son enfance n'a pas favorisé son émancipation et seul son oncle l'a soutenu lorsqu'elle a voulu réaliser ses rêves...

Ce soir-là, ils attendent Céline, une amie divorcée, libraire passionnée qui s'interroge en se préparant pour la soirée, sur le rôle que tous deux ont joué dans son existence. N'est-ce pas à cause d'eux finalement, qu'elle s'est sentie souvent inférieure et jalouse de leur couple, et qu'elle doit de vivre encore seule, en reniant son homosexualité latente ? 

 

En fait, chacun reformule les événements de sa vie à sa manière. Ce qui est humain... c'est de toujours s'attribuer le beau rôle !

Un petit recueil à découvrir... 

Je remercie l'auteur de sa confiance qui m'a permis de le découvrir en avant-première. 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Audrey - Que lire ? 23/02/2017 17:20

J'ai découvert cet auteur avec "Clair Obscur". J'avais beaucoup aimé son écriture et l'histoire était vraiment intéressante. Ce recueil a l'air très bien aussi.

manou 24/02/2017 07:30

J'avais aussi beaucoup aimé Clair-Obscur...Tu peux te rapprocher de lui par Babelio si tu veux qu'il t'envoie ces ouvrages. Je trouve qu'il écrit très bien et d'une manière très personnelle et qu'il mérite d'être mieux connu.

Clara65 22/02/2017 07:10

Le monde a tellement évolué et si vite depuis cinquante ans qu'on n'arrive plus à suivre et je ne suis pas sûre tous les jours qu'on y ait gagné beaucoup !
Excellente journée.

manou 22/02/2017 07:54

C'est d'ailleurs ce qui se passe dans ces nouvelles où on constate que lorsqu'il mise sur l'argent et le paraître il est loin d'être plus heureux. Belle journée à toi aussi

moqueplet 22/02/2017 05:50

les lumières de Noël, nous donnent un peu de douceur et nous rappellent de beaux souvenirs , passe une bien agréable journée

manou 22/02/2017 07:55

Souvenirs aussi évoqués dans ce recueil même si le sujet des fêtes est peu abordé :) Bises et une bonne journée

églantine 21/02/2017 23:37

Tout aurait pu être différent si......aujourd'hui il faut aller de l'avant! Il faut vivre son temps!!! Bisous!

manou 22/02/2017 07:56

Et nous avons encore des choix à faire de toute façon. Quel que soit notre âge, il nous faut en faire...Bisous

vivi 21/02/2017 21:57

J'aime bien venir visiter ton blog car il ressemble au mien dans la précédente version d'OB. J'avais exactement le même "décor". Comment as-tu fait pour le conserver quand on a changé de version ?

manou 22/02/2017 07:58

Je n'ai rien fait ! Tout est resté en l'état. Il y avait quelques bugs sur les albums d'image, des widgets et sur le forum j'ai trouvé à l'époque comment les rétablir ! Par contre maintenant il devient carrément rétro ce thème et il va peut-être que je songe sérieusement à en changer...mais j'avoue avoir un peu la flegme de chercher chez les autres celui qui me plairait le plus. Encore un choix à faire :) Bises

missfujii. 21/02/2017 20:04

J'ai toujours pensé que nos liens affectifs, nos orientations professionnelles, nos rencontres, que nous pensons à tort fortuites, ne sont jamais le fruit du hasard mais représentatives de ce que nous sommes, dans notre entièreté, avec toute la singularité et l'unicité de notre être. donner du sens à l'existence, à ce que nous considérons comme des échecs, comprendre et accepter les ruptures, permet de dégager et d'amorcer un stade encore plus évolutif, davantage constructif.... Donc non je n'aimerais pas revenir en arrière, quoi qu'il m'arrive ! J'aimerais beaucoup lire ce livre de nouvelle

manou 22/02/2017 08:01

Je suis persuadée aussi que même si on revenait en arrière nous serions toujours nous-même :) et notre vie ne serait pas si différente que celle d'aujourd'hui, car on apprend plus de nos erreurs et de nos déceptions que de nos moments de bonheur. En tous cas ce recueil provoque de nombreux débats philosophiques :)

CathyRose 21/02/2017 17:53

Non je n'ai jamais rêvé de revenir en arrière ! J'ai souvent réfléchi à ce que j'aurais pu changer dans ma vie, j'ai trouvé deux choses : la première demander à mes parents de me mettre dans un collège public et surtout mixte, car j'ai beaucoup souffert du regard des autres filles, mais pas sûr qu'ils auraient accédé à ma demande ! La seconde chose c'est que si je devais retourner à l'âge de 18 ans ... j'apprendrais à conduire ! Mis à part ça, je ne changerais rien du tout !
Belle soirée, bisous !
Cathy

manou 21/02/2017 18:02

Sans tout changer on a tous des choses que nous aurions voulu faire et qu'il est trop tard pour les réaliser...Par exemple moi j'aurais adoré avoir d'autres enfants car je rêvais d'une famille nombreuse :) et mon mari n'a jamais voulu. Honnêtement il y a peu de choses que je changerai dans ma vie. Ce livre montre bien d'ailleurs qu'à notre époque les choix étaient considérablement déterminés par notre éducation et les désirs de nos parents mais que plus récemment c'est la société et le pouvoir de l'argent qui les impliquent, ce qui n'est pas mieux. Bisous ma Cathy, passe une bonne soirée et bon courage pour demain. Je penserai fort à toi

zazy 21/02/2017 17:03

Faut-il aller en arrière pour tout changer ? pas certaine

manou 21/02/2017 17:22

Tu as tout à fait raison. Moi perso je pense avoir fait les bons choix dans ma vie. Ce livre nous fait réfléchir

Rose63 21/02/2017 15:00

Et oui, la vie est tellement compliquée mais ça ne va pas en s'arrangeant et j'avoue qui si je pouvais revenir à avant , ce serait top
Actuellement, j'ai du mal avec le monde en général et pourtant avec un peu de bonne volonté et savoir ce que l'on sait , s'aimer soi-même pour apprécier les autres c'est pas mal aussi pour relativiser .......
Le paraître c'est rien c'est être qu'il faut "soigner" ...........pour avancer car de nos jours prendre la mouche pour un rien c'est monnaie courante , les gens ne respirent plus entre les virgules ...
Merci pour ta suggestion
Bonne journée
@ demain

manou 21/02/2017 17:24

Il est certain que lorsqu'on voir l'emprise actuelle de l'argent dans notre monde, il y a beaucoup de choses que nous aimerions revivre car il me semble tout de même que dans ma jeunesse l'essentiel était ailleurs. Bisous et une belle fin de journée

Cléo 21/02/2017 13:10

Si... Merci du partage ! Bises et bonne journée !

manou 21/02/2017 17:24

En effet, avec des si...tout est permis :) Bises et une bonne fin de journée

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est bien l'été maintenant !

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -