Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 07:20
Stock 2017

Stock 2017

A mes sourcils froncés, elle comprit d'emblée qu'elle n'allait pas s'amuser tous les jours. Que je serais un ronchon. En même temps elle ne pouvait s'en prendre qu'à elle-même : comment aurait-elle pu avoir un bébé dans le coup, elle qui était comtesse ? Les Rupignac étant l'une des plus vieilles familles de France, il était normal que je sois dès ma naissance un bébé démodé, un antimoderne, un croûton dans la malle...

 

Le héros de ce roman pas comme les autres est né en 1985 dans une famille issue de la noblesse depuis de longues décennies, les Rupignac... Le petit François va souvent passer la journée chez le général à la retraite, son grand-père et la duchesse, sa grand-mère et bien sûr comme tous les enfants du monde, il adore ses grands-parents. 

Sa famille noble influence considérablement sa vision des choses et ne l'aide pas vraiment à s'intégrer dans le monde d'aujourd'hui. Il en devient rebelle, mauvais élève et mauvais garçon...

Heureusement qu'une fois casé en pension, il va faire la connaissance de Pierre, un garçon plus rebelle que lui, mais très cultivé et mystique à ses heures. Devenus étudiants, ils vont créer le "Club des vieux garçons", une sorte de société secrète privée qui se réunit à ses débuts, chez la grand-mère puis, au sous-sol du célèbre Jockey Club, grâce à l'entre-gens dont François bénéficie. Dans ce club qui n'est toutefois pas exclusivement réservé aux garçons, toute relation autre que platonique et intellectuelle, est formellement exclue. 

 

François va engloutir une partie de la fortune familiale grâce aux dons financiers de son oncle Albert, un vieux célibataire sans enfants, passionné de safari et chasseur hors pair. Le champagne coule à flots et les beuveries philosophiques durent tard, souvent jusqu'au petit matin...

François se sent chez lui au milieu de tous ces célibataires qui, comme lui, vivent décalés par rapport à la société tout en refusant de s'y insérer. Une génération de jeunes plutôt perdue, car à la recherche de repères que pour la plupart du temps les familles ont oublié de leur donner...

Ils sont tous devenus désabusés et... très alcooliques, prêts à renier leurs origines tout en tapant dans la caisse, puisqu'après tout elle est là et bien remplie.

Dix ans plus tard, François va se rendre compte de son erreur...des années perdues, des excès de boissons et de toutes ses extravagances passées. 

 

Différemment désabusés, nous aspirions tous les deux, à l'anarchie- une anarchie qui restait à définir.
Ce mot usé était à réinventer. Nous ne voulions pas d'une anarchie anarchiste, d'une anarchie anarchique, chiquée, d'une anarchie classique et scolaire. Nous la voulions neuve, ambiguë, déconcertante, déconnectée de toute idéologie. En un mot : artistique.

 

Un livre qui ne m'a pas trop tenté au départ, vu que ce milieu ne m'intéresse pas du tout, mais que j'ai lu finalement sans aucun déplaisir.

 

J'ai trouvé quelques longueurs dans sa seconde partie, mais j'ai beaucoup ri durant la première ! La vision décalée de ce milieu, auquel sans nul doute appartient l'auteur, est tout à fait savoureuse...

Le jeune garçon n'a pas son pareil pour nous conter les frasques de son grand-père, la découverte de la demeure du vieil oncle Albert, qui s'entoure de trophées de chasse, la visite du très chic Jockey Club...

 

Le personnage de la grand-mère dont le petit-fils va s'occuper, suite au départ de ses parents pour la Suisse, est celui qui m'a le plus touché.

Elle vit dans son monde, révolu et vieillot, ne peut parler avec sa gouvernante que de ducs et de duchesses, à tel point que François est obligé de construire à la pauvre Félicité, une sorte d'arbre généalogique précis pour quelle puisse entretenir la conversation.

 

Il est remarquable de signaler que le personnage de François sonne toujours juste et que par moment, il nous arrive de le détester comme par exemple quand il montre à quel point le matériel n'est pas un problème du tout pour lui, c'est sûr, il est plein au as et peut dilapider la fortune familiale sans crainte...c'est un puits sans fond et il dépense d'autant plus facilement cet argent qu'il n'a fait aucun effort pour le gagner (et peut-être les siens aussi...mais ça personne ne le sait et il ne nous le dit pas !).

L'instant d'après, il nous touche par ses intentions, vis-à-vis de sa grand-mère qu'il adore et dont il s'occupe avec beaucoup de tendresse. Ou bien nous surprend par ses échanges avec Pierre, qui est son opposé en tout mais pour qui il éprouve une véritable amitié sincère et passionnée. 

 

Voilà un auteur que je n'aurais sans doute jamais lu spontanément, si Babelio ne me l'avait pas proposé...

Aurais-je des a-priori ?!

J'y ai découvert avec plaisir un humour caustique et une façon très british de pointer les travers de ce milieu très aristo-un peu bobo-et plutôt intello ! 

Un livre qui, sans problèmes, saura trouver ses lecteurs...

 

Nombreux furent les fous rires et les quiproquos qui émaillèrent nos journées, comme le jour où Félicité proposa une partie de sept familles, et où ma grand-mère s'indigna de ne pas trouver les Rupignac dans le jeu de cartes...

 

L'auteur est un fervent admirateur de Patrick Modiano. On le décrit comme un jeune auteur plutôt timide et discret. Comme son héros, il appartient à une illustre famille...

Il a fait des études de lettres et s'est mis à écrire très jeune, dans des magazines et en particulier dans Technikart, une revue culturelle décalée qui porte un regard cynique sur notre société. 

En 2010, il publie son premier roman "Les vies Lewis", un roman très remarqué et d'une grande qualité littéraire. 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Quichottine 13/02/2017 10:29

J'aime ton invitation à le lire... je ne l'ai pas encore fait. :)
Bises et douce journée Manou.

missfujii. 12/02/2017 19:44

Je trouve le titre vraiment marrant, ta critique donne plutôt envie de le lire, on verra si je tombe dessus

manou 12/02/2017 21:34

C'est un livre original et pas commun. Et je pense que c'est bien de le découvrir...

CathyRose 12/02/2017 06:22

Je pourrais peut-être me laisser tenter, la différence de milieu ne me gêne absolument pas, alors je le note sur ma déjà très longue liste mais je ne te promets rien car il en arrivera forcément qui me plairont beaucoup plus ...!
Bon dimanche, bisous !
Cathy

manou 12/02/2017 08:19

Je fais pareil et selon mon humeur du moment les livres remontent ou descendent dans ma longue liste :) Bisous Cathy et un bon dimanche

lemenuisiarth 11/02/2017 20:22

Bonne lecture pour ce week-end

manou 12/02/2017 08:19

Hier c'était balade sans soleil mais sans pluie...c'est déjà pas mal

Églantine 11/02/2017 15:44

Ça me plairait bien de le lire! J'attends sa sortie Manou! Je note!

manou 12/02/2017 08:19

Je serais contente de connaître ton avis. Bisous

Cléo 11/02/2017 15:42

Merci du partage, mais il ne me tente pas vraiment... Gros bisous outremer et belle journée !

manou 12/02/2017 08:20

Je ne l'aurais pas emprunté spontanément. Bisous et bon dimanche

Maryline 11/02/2017 12:36

Pour que ce livre me trouve comme lectrice, il faudra que je le trouve d'abord en bibliothèque! ;-)
Merci Manou!
bisous neigeux

manou 11/02/2017 13:13

Tu es sous la neige...c'est super. Tu as raison moi aussi je profite des médiathèques quand je ne suis pas sûre d'aimer :) Bisous et un bel après-midi

Doc Bird 11/02/2017 10:41

Un titre que je n'aurais pas lu non plus spontanément, mais Babelio nous réserve parfois de bonnes surprises et nous fait sortir de notre cadre habituel. Bonne journée.

manou 11/02/2017 13:13

Oui c'est bien vrai et cela ne nous fait pas de mal d'élargir nos choix de lectures...et de découvrir de nouveaux auteurs, souvent talentueux. Bon week-end

écureuil bleu 11/02/2017 09:45

Bonjour Manou. Je le lirai peut-être, si je le trouve à la médiathèque, pour ses personnages. Bonne journée et bisous

manou 11/02/2017 13:14

Tu le trouveras forcément dans quelques temps puisqu'il sort ce mois-ci...Bisous

Mimi 11/02/2017 09:04

Malgré ta sympathique critique, le thème ne me tente pas. C'est vrai que les frasques des nantis sont très éloignés de ma réalité. Je sais, je pourrais m'intéresser et m'ouvrir des horizons... Par contre, je jetterai un œil sur "les vies Lewis". Merci Manou et belle journée !

manou 11/02/2017 09:10

Je N'ai pas encore lu "les vies Lewis" et du coup je suis tentée aussi. Je lirai ton avis avec plaisir. Je ne m'attendais pas à ce que Babelio me l'envoie car je ne me souvenais pas l'avoir coché lors de la dernière masse critique (une erreur de ligne ?) Du coup j'ai joué le jeu car comme je le dis ce n'est pas un livre que j'aurais choisi spontanément. Je donne donc sa chance à l'auteur. Il n'a pas choisi de naître dans ce milieu (et en plus il n'est pas le seul...) Bisous Mimi

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est bien l'été maintenant !

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -