Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 07:36
Stock 2015

Stock 2015

Pour moi, ils n’étaient pas tout à fait morts. Ils n’étaient plus dans la vie. Ce n’était pas la même chose.

Notre vie n’est en rien une figure linéaire. Elle ressemble plutôt à l’unique exemplaire d’un livre, pour certains d’entre nous composé de quelques pages seulement, propres et lisses, recouvertes d’une écriture sage et appliquée, pour d’autres d’un nombre beaucoup plus important de feuillets, certains déchirés, d’autres plus ou moins raturés, pleins de reprises et de repentir.

 

Dans ce roman philosophique très évocateur, l'auteur donne la parole, à un quinquagénaire qui, arrivé au mitan de sa vie, a peur de vieillir... Il a un beau métier : il est cinéaste et écrivain, mais il est inquiet pour l'avenir.

Sa vie va être bouleversée lorsqu'il apprend que son meilleur et unique ami a une maladie grave. Il laisse alors libre cours à ses peurs, à ses regrets et à ses pensées.

Son ami Eugène est producteur de cinéma et il aime la vie. Il a eu cinq enfants avec cinq femmes différentes, parce qu'il n'a jamais pu s'empêcher de tomber amoureux.

Sa maladie est plus grave qu'il n'y paraît, mais il va tenter de prendre ça avec légèreté et  de continuer à vivre.

Comment le narrateur, pourra-t-il accepter de vieillir, d'être moins aimé , de ne pas réussir tout ce qu'il entreprend dans la vie et surtout de perdre aussi rapidement, en tout juste un an, son ami de toujours ? 

"Pourquoi tombe-t-on malade", se demande-t-il ? 

Qu'est-ce qu'être vivant ?" Respirer ? Etre amoureux ?

C'est qu'avant, il y a déjà eu Agathe, l'enfant mort-né qu'il a eu avec Florence, sa femme.  Malgré l'amour immense qu'ils avaient l'un pour l'autre, leur couple n'a pas résisté.

Et maintenant, qu'en sera-t-il de celui qu'il forme avec sa jeune voisine Elena...

 

 

En Indonésie, il existe une île où les habitants, le peuple Toraja, perpétuent une tradition séculaire : ils enfouissent au coeur d'un tronc d'arbre les petits corps des enfants trop tôt décédés et qui n'ont pas vécu au delà de quelques mois. Ainsi, ils continuent à grandir en même temps que l'arbre...

Cette pratique est le point de départ de ce dernier roman de Philippe Claudel, un auteur que j'apprécie beaucoup qui a écrit des livres très forts et qui encore une fois, bouscule les idées reçues, ici sur la mort..et la vie.

Une cavité est sculptée à même le tronc de l'arbre. On y dépose le petit mort emmailloté d'un linceul. On ferme la tombe ligneuse par un entrelacs de branchages et de tissus. Au fil des ans, lentement, la chair de l'arbre se referme, gardant le corps de l'enfant dans son grand corps à lui, sous son écorce ressoudée. Alors peu à peu commence le voyage qui le fait monter vers les cieux, au rythme patient de la croissance de l'arbre.

 

Philippe Claudel nous offre-là une longue méditation philosophique sur la place que la mort occupe dans notre vie, ou comment sa présence modifie notre perception des choses.

Au fil du récit, le lecteur comprend qu'Eugène accompagne le narrateur, aux côtés des autres disparus et qu'ensemble, ils l'aident à accomplir son oeuvre...

Au-delà des sujets douloureux qu'il aborde, c'est un roman très positif qui parle surtout de la vie, de l'amour, de l'amitié, de l'attachement aux êtres qui nous entourent...et aussi de ce que nous sommes pour les autres et ce que les autres sont pour nous, mais aussi de que nous garderons de nos proches et qu'ils garderont de nous...

 

Y-a-t-il une part de vécu dans ces propos ? Certainement, même si l'auteur s'en défend. Car, c'est en ayant à l'esprit la vie et la mort de son meilleur ami, l'éditeur Jean-Marc Roberts, décédé en 2013, que Philippe Claudel a imaginé les personnages de ce roman. 

 

Écrit avec une belle plume, pudique, facile et même souvent légère et poétique, ce roman est lui aussi une sorte d'arbre du pays Toraja, un hommage à ceux qui ont disparu mais surtout un hymne à la vie, très différent et beaucoup moins noir que les précédents romans de l'auteur. 

 

Ce très beau livre est cependant à lire à un moment de votre vie où vous avez le moral, bien que je pense qu'il puisse aider à "faire son deuil" d'une certaine façon.

 

La mort d'Eugène ne m'a pas seulement privé de mon meilleur et seul ami. Elle m'a aussi ôté toute possibilité de dire, d'exprimer ce qui en moi s'agite et tremble. Elle m'a également fait orphelin d'une parole que j'aimais entendre et qui me nourrissait, qui me donnait, à la façon dont opère un radar, la mesure du monde que, seul désormais, je ne parviens à prendre qu'imparfaitement.

Poursuivre sa vie quand autour de soi s’effacent les figures et les présences revient à redéfinir constamment un ordre que le chaos de la mort bouleverse à chaque phase du jeu. Vivre, en quelque sorte, c’est savoir survivre et recomposer.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jazzy57 28/01/2017 11:30

J'ai beaucoup aimé ce livre même s'il aborde la fin de vie , il reste néanmoins une formidable ode à la vie .J'ai d d'ailleurs en faire un billet car Philippe Claudel a une plume que j'apprécie particulièrement .
Merci pour tes commentaires sur mon blog
Bon week - end

manou 28/01/2017 17:45

Je viendrai lire ton biller avec plaisir Jazzy. Tu n'as pas à me remercier de mes visites, je viens quand je peux et chaque fois je découvre de belles choses. Bon week-end

Doc Bird 20/01/2017 17:53

Un roman très fort qui entremêle vie et mort, et fait réfléchir le lecteur sur sa relation à sa propre mort et celle de ses proches. A lire !

manou 21/01/2017 10:49

Un très beau livre...

Audrey - Que Lire ? 20/01/2017 17:53

Je l'avais trouvé très beau. Heureuse qu'il te plaise aussi.

manou 21/01/2017 09:33

Oups j'avais oublié chez qui j'avais lu la chronique...C'est donc grâce à toi qu'il était dans ma liste depuis plus d'un an ! Merci Audrey car je ne regrette pas cette lecture

moqueplet 20/01/2017 06:49

il est vrai qu'a des périodes de notre vie, on réfléchit plus sur l'avenir, car finalement une vie passe très vite....que parfois on se demande où sont passées nos années d'avant.....mais il faut toujours avancer...doux vendredi à toi

manou 21/01/2017 10:50

Il est certain que lorsqu'on doit faire son deuil d'un proche ou qu'on vieillit on pense davantage à la mort et cet auteur nous incite à le faire en douceur justement. Bises

Eglantine 19/01/2017 20:22

Il est vrai nombreux ont peur de vieillir et vivent mal leur vieillesse !

manou 21/01/2017 10:51

Oui mais je ne me reconnais pas dans leur propos alors que là, même si le narrateur a peur de vieillir il axe ses réflexions sur autre chose...

écureuil bleu 19/01/2017 19:50

Bonsoir Manou. Je note le titre et le lirai sans doute car j'aime bien cet auteur. Bonne soirée et bisous

manou 21/01/2017 10:51

Si tu aimes l'auteur toi aussi, tu aimeras celui-ci même si le sujet à priori peut rebuter, il en parle merveilleusement bien.

lemenuisiart 19/01/2017 19:48

Dommage que je n'ai pas le temps de lire, celui doit être bien

manou 21/01/2017 10:52

Tu ne peux pas tout faire que veux-tu. Tu es obligé de choisir. Merci de passer quand même

CathyRose 19/01/2017 18:26

Oh alors non, ce roman me ramènerait presque 31 ans en arrière puisque j'ai vécu moi aussi la perte d'un bébé, j'ai essayé de mettre ça dans un petit coin de ma tête et de mon cœur, je ne voudrais pas que ça ressorte ...
Belle soirée, bisous !
Cathy

manou 21/01/2017 10:53

Ce n'est q'un tout petit passage du livre Cathy et le principal est un ode à la vie, à l'amour et à l'amitié...Mais je comprends. Bisous

missfujii. 19/01/2017 17:37

ça à l'air vraiment bien

manou 21/01/2017 10:53

Il devrait te plaire !

Maryline 19/01/2017 16:22

J'aime bien Philippe Claudel en général.... Mais je vais éviter ce sujet pour l'instant, je veux me changer les idées...
Bisous

manou 21/01/2017 10:54

Je comprends mais celui-ci est beaucoup plus gai, si je peux m'exprimer ainsi vu le sujet, que ses autres romans. Bisous

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est bien l'été maintenant !

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -