Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 07:36
Crépuscule du tourment / Léonora Miano

Etre femme, c’est serrer les dents à l’intérieur, s’accrocher un sourire sur le visage. C’est endurer chaque instant. Encaisser les coups du mari.

 

Voilà un roman choral qui donne la parole à quatre femmes qui sont toutes d'une manière ou d'une autre, attachées au même homme...Dio, toujours absent. 

C'est la mère qui ouvre le roman, puis vient Amandla, son ancienne fiancée, Ixora, sa future femme et enfin Tiki, sa jeune soeur. Le destin de ces femmes se croise, leurs voix se font écho, leur permet de se rencontrer mais jamais ce qu'elles ont à lui dire ne pourra être prononcé de vive voix. Parfois elles nous racontent des faits similaires mais selon leur point de vue personnel. 

Toutes ont un lourd secret à porter dans leur coeur, un secret qui ne leur permet pas d'être heureuse, une blessure d'enfance ou de jeunesse, mais surtout le poids de l'histoire personnelle du pays, celui de l'esclavage, de l'asservissement des femmes et du colonialisme...

Il s'agit d'un roman quasi contemporain car il se passe dans les années 2010. 

 

L'air est aussi pesant que les anciens fardeaux, ces blessures souterraines dont on ne guérit pas. Les tenir secrètes, ce n'est pas seulement se garder de les dire. C'est en quelque sorte les nourrir. C'est à l'ombre que s'épanouissent certaines douleurs. C'est dans le silence que fleurissent ces obsessions qui deviennent le moteur de nos existences. Je sais nommer l'épine qui, logée en moi depuis le plus jeune âge, est ma torture et ma boussole.

 

Dio, héritier d'une famille riche et noble, décide de rentrer chez lui après des années d'absence qu'il a passé au Nord, où il pensait trouver tolérance et bonheur mais où seul le racisme et la solitude l'attendaient.

Le Nord, c'est le continent européen ! Le Nord... d'un pays d'Afrique qui ne sera jamais nommé mais qui pourrait être le Cameroun vu que l'auteur est originaire de là-bas...

Mais Dio ne revient pas seul sur les terres familiales. Il ramène avec lui Ixora, une jeune femme, la veuve de son meilleur ami, qu'il désire épouser bien qu'elle n'ait pas de "généalogie", comme le lui fait remarquer aussitôt sa mère, et de plus, elle a déjà un petit garçon...

La mère que tout le monde appelle "Madame" avec déférence prend aussitôt en grippe la jeune femme.  En effet, pour elle qui connaît ses origines, épouser une "sans généalogie" s'est brouiller les voies du sang, modifier le statut social de la famille acquis au cours d'années de lutte, faites de sacrifices et de renoncements.

Ces personnes sont forcément des descendants de l'esclavage.

Alors, pour elle qui voit déjà son fils comme un renégat qui a refusé d'occuper son rang et de fréquenter des gens de son milieu social, il n'existe qu'une seule solution, c'est l'empêcher d'épouser Ixora et pour cela, elle n'hésitera pas à avoir recours à une "sorcière"...

Mais Madame qui a forgé son caractère, pour enfouir de graves blessures, qui a supporté la violence et les coups de son mari, n'en sortira pas non plus indemne...

 

...c'était moi qui avait rompu, mais que veux-tu j'étais lancée, tu m'avais forcée à dégainer, à tirer plus vite que mon ombre, et j'opérais à l'aveuglette, ivre de mon propre verbe, me libérant au fond d'un poids sans rapport avec tout cela, l'objet des querelles est souvent au-delà, on le sait mais c'est peine perdue, si la raison l'emportait toujours nous serions des dieux pas des humains.

 

Le lecteur entre dans le destin de ces quatre femmes africaines, dans leurs désirs les plus secrets, leurs envies d'être aimées et d'aimer. Quatre voix différentes qui sont autant de monologues...un cercle très féminin et très sombre avec ces traditions d'un autre âge, ces confessions et ces secrets... 

Elles sont toutes quatre aux prises avec leur famille, leur solitude, la douleur et le doute. Leur vie est imprégnée de la grande Histoire qui a laissé des traces indélébiles et les empêchent de s'ouvrir vers une modernité nécessaire mais qui leur fait cependant renier leurs origines, leurs langues, leurs traditions.

Leur prison est tout à fait oppressante...

Dans leurs paroles qui ne seront jamais entendues par le principal intéressé, elles tentent de s'expliquer pourquoi Dio, cet homme qu'elles étaient prêtes à aimer, les a fui.

Ainsi un jour, elles comprennent que c'est uniquement par lâcheté et surtout par peur...en particulier peur du rôle assigné aux hommes dans ce pays.

Dio est un homme qui au fond n'accepte pas que sa famille fasse partie, à la fois des bourreaux, puisque du côté des colons et des victimes, puisqu'elle a perdu son identité, sa langue, sa culture...

Il retourne ses propres manques contre les femmes qui l'entourent... car il a très peu d'estime pour lui-même. Dans ce pays hélas, on est un homme, un vrai, uniquement lorsqu'on soumet une femme devant tout le monde et si elle n'accepte pas la soumission...on la bat ! 

 

Ce que j'ai à te dire aujourd'hui...c'est que j'ai trouvé ma tranquillité, "ma personne", au coin d'une rue, là où la ville débouche sur le quartier des femmes sauvages, ce lieudit Vieux Pays, et, du fond du coeur, je voudrais que tu connaisses cela, mon ami, toi aussi, un jour, je voudrais que tu n'aies pas assassiné tes possibles.

 

Pourtant, s'accepter c'est une façon de se reconstruire, de soigner ses blessures et donc de pouvoir vivre au grand jour...à la lumière. Et pour s'accepter et accepter de vivre il faut pouvoir parler.

Ce qu'elles font...


 

 

L'ombre et la lumière ne sont pas si disjointes qu'il nous plait souvent de le penser. Elles sont l'envers et l'endroit d'une même étoffe.

 

C'est un roman qui reste difficile à lire. J'ai trouvé certains passages très durs tant au niveau de la teneur des propos que du contenu, sans doute par manque de connaissances culturelles ou historiques sur le pays. Ces difficultés ne m'ont pas empêché de le lire jusqu'au bout et je tiens à soulever sa grande valeur littéraire et culturelle.

La cause des femmes est un combat de tous les temps et toujours d'actualité. Comment accepter que de nos jours tant de femmes ne sachent pas ce que veut dire le mot liberté et vivent encore sous le joug d'un homme violent prêt à tout pour asseoir son autorité...

J'ai cependant  préféré la lecture de "Contours du jour qui vient", du même auteur, chroniqué ici sur ce blog...qui avait obtenu, il y a déjà dix ans, le prix Goncourt des Lycéens.

 

Je sus très tôt que la terre où l'espèce humaine vit le jour s'appelait Kemet. Que nous étions des Kémites. Pas des Noirs. La race noire n'avait été inventée que pour nous bouter hors du genre humain. Justifier la dispersion transatlantique. Faire de nous des biens meubles que l'on achèterait à tempérament. Des bêtes que l'on marquerait au fer rouge avant de les baptiser selon le rite chrétien. Nous résiderions désormais entre l'objet et l'animal. Tel est le sens du nom racial dont on nous affubla. Jamais il ne fit référence à nos trente-six carnations. Je ne comprends pas que nous soyons si nombreux à nous définir ainsi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nora-laure 01/02/2017 13:55

Je n'ai pas lu ce livre mais j'en ai entendu parler, et comme toi, la personne qui l'avait lu avait trouvé le livre difficile. Moi c'est la couverture que je trouve très belle :)
Bonne journée !

manou 01/02/2017 18:46

Je trouve aussi la couverture magnifique...et même si c'est un roman difficile, le combat de ces femmes est admirable et les personnages féminins sont attachants. Bonne soirée et merci de ta visite

Audrey - Que Lire ? 14/01/2017 20:41

Décidemment la vie des femmes est souvent difficile. Merci pour la découverte Manou.

manou 15/01/2017 08:01

Je suis sûre que c'est un auteur et un roman qui te plaira...Bon dimanche Audrey

Eglantine 13/01/2017 19:34

Le sujet est intéressant !Manou !Mais la sorcellerie m"a toujours fait très peur!

manou 14/01/2017 09:48

Là-bas cela fait partie des traditions mais tu verras si tu lis ce livre que les choses en se passent pas tout à fait comme elle l'espérait...Bises

écureuil bleu 13/01/2017 12:40

Bonjour Manou. Je ne le mettrai pas dans mes priorités, même si le sujet est intéressant. Bisous

manou 13/01/2017 16:57

C'est un excellent auteur pourtant et je suis désolée si je t'ai découragé. Tu peux essayer un de ses romans précédents. Deux d'entre eux ont eu des prix. Bisous

zazy 13/01/2017 11:38

Je l'ai dévoré avec grand plaisir, un livre fort mais que je n'ai pas trouvé dur

manou 13/01/2017 16:34

Je l'ai lu juste avant les fêtes...J'aurais peut-être dû différer car je n'étais pas très en forme et j'avais beaucoup à faire comme tout le monde. Mais je l'ai lu avec plaisir aussi :) Je n'avais vu que des critiques positives sur ce livre et c'est un auteur que j'aime beaucoup

celine 13/01/2017 06:51

une lecture qui devrait plaire même si le sujet n'est pas facile. pas trop de vent chez vous? ici un peu de vent et un peu de pluie, mais pas de neige. bises. celine

manou 13/01/2017 08:23

Oui c'est une lecture intéressante et le sujet ne peut pas nous laisser indifférent. ici vent modéré pour l'instant mais pas de neige annoncée. Bises

CathyRose 12/01/2017 20:58

Un livre qui doit être très dur donc pas pour moi surtout en ce moment, j'ai vraiment besoin de légèreté !
Belle soirée, bisous !
Cathy

manou 13/01/2017 07:01

Je comprends bien ! Le sujet me touche, que veux-tu mais j'alterne différentes lectures, moi aussi...Bises

lemenuisiart 12/01/2017 20:31

Une belle présentation et merci pour tes passages.

manou 13/01/2017 07:00

Je vais continuer le voyage...je prends tout mon temps

missfujii. 12/01/2017 20:20

Je peux te dire qu'à l'association femmes solidaires dont je fais partie, on voit des femmes qui subissent des choses qu'on ne peut même pas imaginer !!

manou 13/01/2017 07:00

Je le sais bien, que la violence faite aux femmes est dans tous les pays ! Même si comme tu le dis je n'imagine pas tout,car j'ai bien vu en travaillant avec des jeunes, les difficultés de certaines familles qui ont vraiment besoin d'aide et cela dans tous les milieux...C'est bien que certains auteurs donnent la parole à ces femmes

L'Espigaou 12/01/2017 19:57

Je n'ai lu que le début de ton ressenti car je veux garder la découverte de ce roman qui peut être une biographie.
J'ai de suite compris que c'est un très beau roman.
Je le note en début de ma liste.
Je viens de commencer "l'autre nom"
ces derniers temps j'ai beucoup lu et il faudra que je consacre quelques billets pour parler de tous ces livres
dont j'ai adoré certains.
Passe une belle soirée
De gros bisous
Maryse

manou 13/01/2017 06:55

Il est difficile à lire mais c'est un excellent auteur. Elle a eu le Goncourt des Lycéens pour "Contours du jour qui vient" et le Fémina pour "la saison de l'ombre" en 2013 (que je n'ai pas lu), plus beaucoup d'autres prix. Je languis de lire tes billets sur tes lectures. Moi à l'inverse je lis moins car j'ai envie de soirée cool, au coin du feu et nous regardons davantage la télé...Bisous

Nell 12/01/2017 15:23

Un sujet difficile quand on pense que sur notre propre sol , des femmes subissent encore l'autorité et, surtout, la violence de leur époux. Je ne pense pas être en mesure de lire, en ce moment, un tel livre. Gros bisous, ma chère Manou.

manou 13/01/2017 06:51

C'est sûr mais tu as besoin de plus de légèreté je le comprends...La violence est en toile de fond et seuls quelques passages sont décrits avec plus de détails. Que veux-tu je ne peux pas m'empêcher de choisir des lectures difficiles quand l'auteur me plaît. Bisous

Cléo 12/01/2017 13:03

Merci du partage : j'ai de la difficulté avec des livres difficiles émotionnellement .Bises et bonne journée !

manou 13/01/2017 06:49

C'est pas grave ! Il faut se faire plaisir et lire ce qu'on a envie. Bises

Maria-Lina 12/01/2017 12:59

Je ne lis pas beaucoup c'est temps-ci... ce livre semble bien dur... Bise, bon jeudi tout en douceur!

manou 13/01/2017 06:49

Il y a des moments comme ça et de toute façon quand on a pas envie de lire, il ne faut pas se forcer ou bien choisir des sujets plus légers. Bisous

Maryline 12/01/2017 12:41

Un livre à découvrir, même s'il est dur... La condition de la femme est un sujet qui m'interpelle!
Merci Manou!
Bisous

manou 13/01/2017 06:48

Moi aussi, je tourne souvent autour de sujets difficiles, bien malgré moi quand je choisis mes livres en médiathèque, finalement, il n'y a pas vraiment de hasard...le sujet m'interpelle toujours ! Bisous

Doc Bird 12/01/2017 11:49

Un livre fort en émotions et dur à lire du fait du thème. Merci du partage de ton avis ! Bonne journée

manou 13/01/2017 06:47

Mais un livre qui parlent des femmes et de leurs difficultés à vivre libre...Bonne journée à toi aussi

Mousse 12/01/2017 09:33

Bonjour chère Manou,
Une auteure que je n'ai pas encore lue et pourtant, j'ai très envie de la découvrir.
J'ai entendu à la radio une interview.
C'était dans les favoris de la rentrée, à découvrir !
Bonne journée, bisous.

manou 13/01/2017 06:46

C'est vrai qu'elle faisait partie des favoris et aurait pu avoir un prix cette année encore pour ce roman...Bises et une bonne journée

Mimi 12/01/2017 08:43

Un très bon livre d'après les critiques que j'en ai lues par-ci par-là. C'est un titre que j'ai déjà noté dans ma PAL et tu confirmes mon envie de le lire. Je vais le remettre sur le-dessus ! Merci Manou pour cette belle critique et ton approche dans ce cercle de femmes, elles-mêmes un peu misogynes et très coutumières. Il est difficile de faire abstraction de sa culture parfois.

manou 13/01/2017 06:42

C'est sûr que j'aime bien ce type de lecture qui bouscule notre façon de voir, car justement éloigné de notre culture occidentale. Cela permet de s'ouvrir davantage aux autres et amène à davantage de tolérance. En tous les cas je lirai avec plaisir ta chronique. Bisous et une belle journée

marine D 12/01/2017 08:12

Merci pour cette analyse Manou, je pense effectivement que moi aussi j'aurais du mal à le lire jusqu'au bout !
Pas facile d'être femmes dans ces pays là...
Bises

manou 13/01/2017 06:40

Le sujet est difficile mais je l'ai lu jusqu'au bout sans problèmes car bien sûr on veut aller jusqu'au bout de l'histoire et cet auteur écrit très bien. Bises

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est déjà l'automne...

 

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -