Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 07:13
Tokyo / Mo Hayder

Tout ce à quoi je pensais croire s'est dérobé. Il y a dans mon cœur un vide aussi béant que celui du ventre de la petite fille et je ne puis penser à rien d'autres qu'à ce que cette occupation nous a réellement coûté. Elle signe la fin d'une Chine dont je n'ai pas assez fait de cas pendant des années. La mort de toute croyance-la fin des dialectes, des temples, des gâteaux de lune à l'automne et de la pêche au cormoran au pied des montagnes. La mort des jolis pont enjambant les mares à lotus, des galets jaunes qui se reflètent le soir dans le silence de l'onde...

 

Grand Prix des Lectrices de Elle en 2006

Prix SNCF du Polar 2006

 

Grey est une jeune anglaise perturbée et angoissée qui cache un lourd passé.

Dans les années 90, elle débarque à Tokyo pour y rencontrer un enseignant de sociologie, Shi Chongming. Elle vient d’Europe pour lui demander de visionner un film, qui serait en sa possession, montrant un événement important de la guerre Sino-japonaise et en particulier de la prise de Nankin, film qui est devenu indispensable à la survie psychologique de la jeune fille et dont elle a trouvé trace lors de ces nombreuses recherches sur cette période de l’histoire.

 

Au départ, le lecteur ne sait rien des raisons qui la pousse à harceler le professeur, ni du passé de la jeune fille. On apprend simplement au fil de la lecture qu’elle est considérée comme « folle », qu’elle a été longuement hospitalisée dans un service psychiatrique, que même ses parents ne la croient pas, lorsqu’elle a déclaré qu’elle avait commis cet « acte ignoble » qu’on lui reproche, par ignorance…

Le lecteur n’apprendra qu’à la fin de quoi il s’agit. Bien sûr, de nombreux indices seront semés sur sa route. Grey a été élevée par des parents aimants qui désiraient avant tout la protéger de tout et l’ont donc maintenue dans l’ignorance. Aussi lorsqu’elle a mis la main sur un petit livre orange racontant les événements de Nankin, elle est devenue une adepte de cette période historique…et c’est par hasard qu’elle a trouvé mention du professeur et du film prouvant le déroulement des événements. Seul ce film prouverait qu’elle n’est pas « folle » et qu’elle dit vrai.

 

En attendant, on suit Grey dans les rues de Tokyo, sans un sou en poche car elle a juste eu de quoi payer son voyage. Dans un parc, elle rencontre Jason, un jeune américain qui est étrangement attiré par cette jeune fille mutique qu’il va surnommer « phénomène » et lui proposer de l’héberger « chez lui » dans une mystérieuse maison délabrée et fantomatique où la moitié des pièces sont inaccessibles et même carrément interdites d’accès.

Elle va finir par y aller, morte de fatigue et de faim et par travailler dans un club d’hôtesse où l’argent coule à flot et où Mama Strawberry l’accueille sans poser aucune question…

 

C’est alors que Shi Chongming, qu’elle a revu plusieurs fois entre temps, lui propose un étrange et dangereux marché : lui montrer le film en échange de quelque chose qu’elle doit récupérer pour lui chez Fuyuki , le patron de la mafia de Tokyo, un vieux chef yakusa, surveillé en permanence par sa terrible et gigantesque nurse, sur laquelle beaucoup de rumeurs circulent…

 

Le visage blême, elle se raidit sur son tabouret et braqua les yeux sur le hall d'entrée.
Six gorilles en costume bien taillé, aux cheveux courts et permanentés venaient de franchir les portes en aluminium et balayaient le club du regard, certains en se tripotant les boutons de manchette, d'autres en glissant un doigt entre leur col de chemise et leur cou massif. Au centre du groupe se tenait un homme mince, vêtu d'un polo noir à col roulé, les cheveux ramenés en queue-de-cheval. Il poussait un fauteuil de roulant dans lequel était assis un homme minuscule, fragile comme un vieil iguane...

 

En parallèle de l’histoire de Grey, le professeur de sociologie se remet à lire le journal qu’il écrivit de mars à décembre 1937 alors qu’il habitait Nankin en Chine et que les Japonais envahissaient la ville et perpétraient des horreurs si terribles qu’elles ont été effacées des manuels scolaires, tant les générations futures en ont eu honte…

 

Un thriller haletant…qui démarre par un prologue saisissant où un personnage inconnu poursuit un soldat japonais pour lui prendre sa caméra. Très vite on comprend qu’il s’agit de Shi Chongming.

 

- Ne la prenez pas, a-t-il repris. Si vous la prenez, qui témoignera ?
"Si vous la prenez, qui témoignera ?"
Ces mots sont restés en moi. Ils resteront en moi jusqu'à la fin de mes jours. Qui témoignera ? J'observe longuement le ciel au-dessus de la maison, la fumée noire qui passe devant la lune. Qui témoignera ? La réponse est : personne. Personne ne témoignera. Tout est fini. Cette page est la dernière de mon journal. Je n'écrirai plus jamais. La suite de mon histoire ne sortira pas de la bobine que contient cette caméra et ce qui s'est passé aujourd'hui restera un secret.

 

Personnellement j’ignorai tout de ces événements historiques occultés et souvent confondus avec la guerre sino-japonaise. Si j’en ai entendu parler, je les avais oubliés !

Des milliers de chinois ont été massacrés, des femmes violées avant d’être tuées, des atrocités, des tortures et des actes de cannibalisme ont été relevés… C’est sous la plume fictive du professeur que les événements historiques sont relatés et les horreurs de Nankin dévoilées.

 

On y apprend aussi les traditions et les coutumes de cette époque.  Tout comme le lecteur découvre avec Grey la vie à Tokyo dans les années 90.

 

L’ambiance est singulière et souvent glauque…les personnages attirants et très bien décrits. C’est un roman noir effrayant et attractif pour ne pas être addictif puisque dès qu’on commence sa lecture on n’a de cesse de le poursuivre pour trouver les réponses aux nombreuses questions qui surgissent au cours de sa lecture.

L’auteur n’a pas son pareil pour faire monter le suspense au fil des pages mais il nous reste au-delà du thriller, une belle mais terrible leçon d’histoire…et une lecture qui nous apparaît comme  indispensable, surtout lorsque l’on sait que le massacre de Nankin est, toujours aujourd’hui, contesté par les négationnistes japonais.

 

- C'est impossible, ai-je murmuré. O Père du ciel, suis-je en train de rêver ?
Il y avait là une centaine, non, un millier de cadavres. Empilés à la va-vite, les uns sur les autres, en couches innombrables de corps contorsionnés, de têtes tournées selon des angles irréels, de pieds flasques plus ou moins chaussés. Liu et moi nous étions endormis au clair de lune face à une montagne de cadavres. Il m'est impossible de retranscrire ici tout ce que j'ai vu ce matin-la vérité écrite risquerait de crever le papier-, les pères, les fils, les frères, les infinies variations du deuil.

 

Biographie de Mo Hayder (d’après wikipedia)

Mo Hayder (née à Londres en 1962), est une romancière britannique de roman policier, noir et thriller.

Fille d’universitaires anglais et enfant terrible, elle quitte brutalement sa famille à l’âge de 15 ans pour enchaîner les petits boulots dans la capitale. À 25 ans, après un mariage éclair et dix années de vie mouvementée sur fond de « sexe, drogue et rock’n’roll », elle décide, un aller simple en poche, de s’envoler pour l’empire du Soleil-Levant. Une fois arrivée à Tokyo, c’est la désillusion. Elle mène alors une existence des plus austères, vit dans une seule pièce et n’en sort que pour aller travailler. Elle y exerce les métiers de barmaid, éducatrice et, enfin, professeur d’anglais.

Attirée par le cinéma d’animation, elle quitte à 28 ans le Japon pour les États-Unis afin d’y suivre des études de cinéma. Elle obtient finalement son diplôme, mais le caractère violent de ses réalisations lui interdisant tout espoir de large diffusion, Mo Hayder décide de retourner en Angleterre. Elle y occupe un poste dans la sécurité comme « garde du corps », puis se consacre entièrement à l’écriture. Elle vit désormais avec sa fille et son compagnon.

Marquée à vie par les expériences traumatisantes dont ont été victimes plusieurs de ses proches, elle reconnaît volontiers sa fascination pour le morbide et la cruauté qui hantent ses livres. Birdman (Presses de la Cité, 2000), son premier roman, est devenu en très peu de temps un best-seller et s’est vendu à 130 000 exemplaires en Grande-Bretagne. Avec Tokyo, Mo Hayder confirme son statut unanimement reconnu d’étoile montante du roman noir. Elle a reçu pour ce roman le Grand prix des lectrices de Elle 2006 catégorie Policier.

Plusieurs de ses romans (BirdmanL'Homme du soirRituelSkin et Proies) mettent en scène l'inspecteur Jack Caffery, de la brigade criminelle du sud de Londres et Phoebe Marley, surnommée Flea, plongeuse pour la police de Bristol.

Ses livres sont traduits dans une quinzaine de pays.

En plus des prix reçus pour « Tokyo » elle reçoit en 2012, le Prix Edgar-Allan-Poe du meilleur roman pour « Gone » traduit en français sous le titre « Proies ».

 

On n'a pas besoin de comprendre ce qu'est l'amour pour avoir envie de le faire. C'est ce que démontrent les abeilles et les oiseaux. J'étais la pire combinaison possible, ignorant tout des tenants et aboutissants de la chose et aussi fascinée qu'on puisse l'être. Pas étonnant, peut-être que je me sois attirée des ennuis.

 

J'avais noté ce roman depuis fort longtemps sur mes listes à lire...je crois bien lors de mes premières visites sur le blog de MissFuji dont je faisais à peine connaissance...

Puis plus récemment, c'est Mimi qui en a parlé et m'a décidé à l'emprunter en médiathèque, car ce roman comme vous l'avez vu n'est pas une nouveauté. 

Voilà donc les deux avis sur mes blogs amis ! 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yv 16/11/2016 15:07

j'en ai lu deux ou trois de l'auteure que j'ai bien aimés, et puis plus rien, mais je ne saurais pas dire pourquoi...

manou 16/11/2016 16:52

Parce que tu dois aimer le changement :) Vu ton blog tu aimes varier tes lectures alors j'imagine peut-être à tort, qu'elle n'a pas su se renouveler suffisamment pour maintenir ton intérêt. Moi c'est le premier que je lis et mon intérêt est encore intact. Je te dirai ce qu'il adviendra lorsque j'en serai au troisième ! Bonne fin de journée

écureuil bleu 14/11/2016 22:53

Bonsoir Manou. Je ne pense pas le lire pour le moment : trop de violence et d'atrocités. Bisous

manou 15/11/2016 07:33

C'est sûr que c'est pas moi qui te dirait le contraire, qui aie mis 10 ans à me décider !! Bisous et une bonne journée

sandrine isac 14/11/2016 18:28

J'aime beaucoup Mo Hayder. Je la connais surtout pour ses romans avec Caffery et Marley. J'ai d'ailleurs Fétiche dans ma PAL et je pense que je vais ajouter celui-ci. Merci pour ce partage :)

manou 15/11/2016 07:35

Tu ne seras pas déçue et moi je me pencherai à l'inverse sur ces séries policières. Merci à toi Sandrine de venir jusqu'ici je ne t'ai pas oublié, j'ai juste été un peu débordée cet automne mais rien de grave. J'espère que tout va bien pour toi.

Nell 14/11/2016 17:38

Non merci pour ce roman ci, Manou. Je n'ai pas besoin de lire ce genre d'atrocités. Ma sensibilité est trop vivace ces temps-ci pour avoir une telle lecture. Tu n'en ai pas moins une merveilleuse conteuse. Je t'embrasse tout en te souhaitant une belle soirée

manou 15/11/2016 07:36

Bien sûr ce n'est pas un roman pour toi en ce moment, il te faut de l'humour ou de l'amour, beaucoup d'amour...Bisous et une belle journée ensoleillée

Renee 14/11/2016 14:08

Merci de signaler ce livre je prends note. Bisoussss

manou 15/11/2016 07:40

Toi qui aime les polars, il devrait te plaire. Bisous

danielle 14/11/2016 13:35

c'est un titre déjà noté en prévision de le lire, une blogueuse m'a donné envie de le lire. tu confirmes cette envie.

manou 15/11/2016 07:39

Alors si tu vas le lire, c'est sûr car durant l'hiver on a bien plus de temps pour la lecture...Bisous

Mimi 14/11/2016 13:24

Je constate avec plaisir que ce livre t'a subjuguée. C'est sûr que l'histoire ne laisse pas indifférent' J'avais lu, il y a très longtemps, un roman qui s'appelait "le viol de Nankin", mais ici l'Histoire est beaucoup plus développée ou alors c'est moi qui ai oublié. Les atrocités commises au nom de la guerre sont innombrables et certainement pas toutes encore connues... Bisous Manou et belle journée !

manou 15/11/2016 07:39

Tu m'as décidé à le sortir de ma longue liste et de plus le thème de notre Cercle de Lecture était de présenter un polar ou un thriller, donc ça tombait bien ! J'aime mieux de toute façon lorsqu'il y a y un fond historique. Bisous et un superbe mardi (comme tu le vois je suis de plus en plus en retard pour répondre aux commentaires certains jours...)

Mousse 14/11/2016 09:10

Bonjour Manou,
Je ne connais pas du tout cette auteure.
Cette histoire me semble géniale. J'ai très envie de la découvrir. Ton avis très positif m'a donné encore plus envie.
Bonne semaine, bisous.

manou 14/11/2016 11:07

Je ne la connaissais pas non plus avant de lire ce roman. j'aime quand il y a un fond historique et là en plus, j'ai appris plein de choses. Tu nous donneras ton avis si tu le lis...Bises et à bientôt

marine D 14/11/2016 08:05

Je pense que c'est un récit passionnant, tu donnes envie de le lire Manou
Bises du jour

manou 14/11/2016 11:05

Il fait l'unanimité chez toux ceux qui le lisent...et il n'a pas volé son prix celui-là ! Bises et une belle journée

missfujii. 14/11/2016 07:55

J'avais beaucoup aimé ce thriller. Son ambiance est glauque mais, je crois justement que c'est ce qui donne envie de le lire et qui crée cette ambiance particulière que l'on découvre dans ce roman. Par ailleurs il est on peut l'affirmer, une véritable leçon d'histoire. Merci d'avoir mis un lien vers mon article.

manou 14/11/2016 11:04

Normal car j'ai retrouvé la date où j'ai noté ce thriller sur ma liste (c'est bien celle où tu en as parlé) même si je ne me souviens plus du tout du premier jour où je t'ai mis un commentaire pour la première fois sur ton blog, je pense trèsssss longtemps après car je me connais il me faut du temps pour me décider !! Bonne journée

Doc Bird 14/11/2016 07:26

Ce roman fait froid dans le dos, mais doit être addictif, donnant envie d'en savoir plus sur ces événements traumatisants. Bonne journée.

manou 14/11/2016 11:02

Très addictif, c'est exactement ça ! Je participe à un Cercle de Lecture dans mon village et je l'ai présenté la semaine dernière car notre thème était autour du "thriller psychologique"...Mo Hayden est un excellent auteur pour adulte ! Une bonne journée à toi aussi

Clara65 14/11/2016 07:26

Je l'ai lu, il est très très fort, je ne sais comment l'exprimer ! Les atrocités commises sont terribles.
Bien amicalement.

manou 14/11/2016 11:00

Oui je confirme qu'il y a des passages terribles. Mais j'ai eu l'occasion de me rendre compte, que comme moi, beaucoup de personnes ne le connaissait pas...Je l'ai présenté à mes collègues du Cercle de Lecture auquel je participe dans mon village et personne ne l'avait lu. Un excellent auteur en tous les cas. Je vois que toi aussi tu lis beaucoup :) Un bon lundi tout doux malgré le temps gris

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est déjà l'automne...

 

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -