Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 05:55
Du Monde Entier / Gallimard, août 2016

Du Monde Entier / Gallimard, août 2016

 

Sebastian von Eschburg est originaire d'une famille aisée qui appartient depuis des générations à l'aristocratie et a donné son nom au village d'Eschburg-le-Château, situé entre Salsbourg et Munich. 

Il habite dans le superbe manoir construit au XVIIIe siècle par ses ancêtres,  où sa mère élève des chevaux.

Personne ne s'occupe réellement de lui : sa mère s'adonne à sa passion et son père travaille, se saoûle ou passe son temps dans son bureau et à ses parties de chasse.

A dix ans, Sebastian est envoyé en pension en Suisse, là où tous ses ancêtres ont fait leurs études secondaires. 

Un été, alors qu'il est venu passer ses vacances chez ses parents, son père se suicide et c'est le jeune Sébastian qui découvre découvre son corps. 

Sebastian s'était assoupi dans le fauteuil. Quand il entendit la détonation, il dévala les escaliers dans la pénombre, traversa en toute hâte le vestibule du rez-de-chaussée, trébucha, se meurtrit le genou, fila sans désemparer le long du couloir qui conduisait au bureau de son père. Il ouvrit brusquement la porte...

"Nous avons encore le temps" lui avait dit son père.

 

Sa mère nie le suicide et lui parle d'un terrible accident.  

Sebastian va s'enfermer dans son imaginaire. Il a depuis l'enfance un don particulier pour percevoir les couleurs...c'est ce qu'on appelle la synesthésie, une perception particulière qui lui fait voir le monde différemment des autres.

 

Sa mère ne va avoir qu'une hâte c'est de vendre la demeure et de refaire sa vie, ce qu'elle fait quand Sebastian atteint ses 16 ans. 

Sebastian qui s'entend mal avec son beau-père va essayer d'oublier son enfance , la mort brutale de son père et le manoir où il adorait vivre, en se plongeant dans l'art.

Il se consacre alors à la photographie et suit une formation chez un photographe célèbre, avant d'ouvrir son propre studio à Berlin.

 

Il travaille beaucoup sur la beauté et photographie de nombreux artistes, mais il montre aussi la solitude des hommes et n'a rien contre un peu de sexe, puisqu'il photographie aussi beaucoup de nus, dont Sofia sa maîtresse, qui semble être la seule à le comprendre. 

Ses photographies sont très originales : elles montrent que vérité et réalité sont deux choses totalement différentes et en sont même effrayantes.

Mais cela plaît et il devient célèbre a seulement 25 ans. 

Tout bascule alors qu'il est au sommet de sa gloire... le jour où Sebastian est accusé d'avoir tué une jeune femme dont on a retrouvé des traces de sang dans sa voiture et qui aurait appelé les secours alors qu'elle se trouvait enfermée dans la malle.

 

Le policer chargé de l'interrogatoire le menace, tandis que le procureur Monika Landau se retrouve au coeur de l'affaire. Malgré les preuves, aucun coprs n'est retrouvé et l'identité de la victime reste inconnue.

Mais Sebastian avoue le crime... 

 

Un interrogatoire est une entreprise bien délicate songeait Landau. Pourquoi le suspect passerait-il aux aveux , s'il réfléchit ne serait-ce qu'un instant, il s'apercevra qu'il n'a rien à y gagner. Un homme n'avoue qu'il a commis un crime que s'il a un bénéfice à en retirer...

 

Konrad Biegler, un célèbre avocat de Berlin accepte de se charger de sa défense, et de prouver l'innocence de son client, alors que lui-même est amoindri par un événement récent : il vient d'être victime d'un sérieux burn-out et se remet avec peine de sa dépression... 

 


"- Je voudrais que vous me défendiez comme si je n'étais pas l'assassin.
- Comme si vous n'étiez pas l'assassin ? Qu'est-ce à dire ? Est-ce que c'est vous, oui ou non ?
-Est-ce si important ?"
C'était une bonne question. Et la première fois qu'un client la lui posait.

 

C'est un roman surprenant à bien des égards.

Est-ce un problème de traduction... j'ai trouvé que la première partie manquait de fluidité.

C'est vrai que de nombreux événements se succèdent, mais l'alternance des rythmes ne facilite pas la lecture. 

La description trop poussée de certains personnages qui ne s'avèreront d'aucune utilité ni pour l'histoire, ni pour l'ambiance, ainsi que certains détails m'ont même ennuyé. 

Il en est de même pour tout ce qui concerne la technique photographique. Certes ces détails peuvent peut-être passionner un photographe, mais n'apportent rien au récit, ni à la résolution de l'affaire. 

 

Ce qui est intéressant par contre, c'est la manière dont le personnage se plonge dans sa passion (la photographie) pour essayer d'échapper à la réalité du monde qui l'entoure. L'art est un refuge, la photographie lui permet de mettre une distance entre lui et le monde qui le fait souffrir, mais ne va pas suffire à le rendre heureux.

Le roman s'ouvre d'ailleurs sur une brève introduction mettant en scène Louis Daguerre, l'inventeur de la photographie, l'auteur montrant par là son intention de porter aussi une reflexion sur l'image, certes, mais surtout sur le regard du photographe. 

 

Le suspense démarre réellement au niveau de la seconde partie lorsque  le crime est révélé et le héros accusé. A partir de là, le lecteur veut connaître la vérité et n'aura de cesse de suivre les pérégrinations et les réflexions de l'avocat qui cherche à comprendre.

Est-ce vraiment la jeune demi-soeur de Sebastian qui a été assassinée ? 

 

Mais là encore j'ai été déçue : l'avocat est un personnage sans aucune profondeur et le lecteur est même étonné qu'il réussisse à résoudre une telle énigme et à prouver l'innocence de son client. Là encore beaucoup de problèmes surgissent lors de la lecture...

L'histoire de la torture arrive comme un cheveu sur la soupe. Elle aussi n'est pas crédible dans la mesure où le policier n'était pas seul lors de l'interrogatoire. Comment le procureur a-t-il pu tolérer de telles menaces ? Ce fait est plus que surprenant !

Le fait que l'accusé ait semé un certain nombre d'indices sur sa route, avant son accusation, n'est absolument pas crédible non plus !

Mais le lecteur, en bon public, est prêt à oublier ce détail...ce qui lui permet même d'être surpris quand il découvre toute la vérité sur l'affaire.

Certains personnages sont totalement imaginaires alors que nous avons cru à leur existence et vice versa. 

C'est à la fois amusant et déconcertant car cela nous interpelle sur la notion de vérité, de culpabilité, mais aussi de crime et sur notre propre façon d'anticiper les événements et de les imaginer.

Car vérité et réalité sont forcément différents...

C'est ce que l'auteur a voulu nous montrer comme le ferait le regard porté par le photographe sur le monde.

 

Malgré le manque de fluidité de la première partie (122 pages / 224 ) qui empêche finalement le lecteur d'éprouver une quelconque empathie avec le héros, malgré le manque de crédibilité de l'histoire, j'ai finalement eu du plaisir à lire la seconde moitié du roman.

Pour moi ce n'est absolument pas un roman policier, car il n'y a pas véritablement d'enquête. L'avocat doit résoudre des énigmes dans une sorte de jeux de piste...que l'assassin présumé lui a laissé avant d'être inculpé.

 

Malgré l'originalité de la construction de l'histoire, je garde un avis mitigé sur ce roman mais je tiens à remercier les Éditions Gallimard et Masse critique de Babelio pour m'avoir permis de découvrir cet auteur et ce roman en avant-première de la Rentrée Littéraire 2016.

 

tous les livres sur Babelio.com

 

L'auteur est avocat de la défense au barreau de Berlin depuis 1994.

Il a déjà publié plusieurs ouvrages dont deux ont été traduits en français et ont reçu un succès international. 

Crimes et Coupables (nouvelles)

L'affaire Collini

Le présent roman paru en 2013 en allemagne est traduit de l'allemand par Olivier Le Lay

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

missfujii. 22/08/2016 17:38

Malgré les quelques points négatifs que tu sites, le récit que tu décris me donne envie de lire ce roman

manou 29/08/2016 19:03

Je serais heureuse de connaître ton avis ! Je ne suis pas déçue d'avoir découvert cet auteur...

Clara65 19/08/2016 07:13

Je ne sais pas si j'aimerais, cela me paraît bien compliqué et on dirait que cela part un peu dans tous les sens.
La photo de couverture ne m'inspire pas du tout.
Merci à toi de nous avoir fait part de ton ressenti.
Bonne journée

manou 19/08/2016 17:06

C'est vrai qu'il faut s'accrocher pour le lire mais il y a du bon aussi, comme cette passion pour la photographie, sa relation à l'art et sa vision de la vie...C'est toujours compliqué de donner son ressenti car je suis persuadée qu'il trouvera son public.

cathycat 18/08/2016 20:16

Une histoire qui semble dense et un peu complexe pour moi. La fluidité est un atout essentiel dans la lecture et tu dis là que ça coince un peu. L'histoire a l'air un peu alambiquée mais basée sur une vraie intrigue. Je ne suis pas vraiment tentée mais qui sait ?... Merci pour cette critique en tout cas. Belle soirée à toi.

manou 18/08/2016 22:58

C'est vrai qu'il n'est pas facile à lire mais je l'ai lu avec intérêt même si j'ai moins accroché dans certains passages. Alors d'autres personnes peuvent avoir du plaisir à le lire. Il ne s'agissait pas pour moi de décourager tout le monde mais de prévenir des éventuelles difficultés de lecture. Merci à toi !

L'Espigaou 18/08/2016 15:40

Je pense que je lirai ce livre lorsque j'aurai épuisée ma liste, c'est à dire lorsque je n'aurai plus rien à lire.
Tu m'as tellement parlé de livres très passionnants et que je n'ai pas encore eu le temps de lire.
Merci tout de même de nous en parler.
Je t'embrasse
Maryse

manou 18/08/2016 17:45

Il en a tant à lire ! Je comprends bien que tu ne puisses pas tout lire...Déjà quand je vois tout ce que j'aimerai aussi relire et je ne prends jamais le temps de la faire, comme Giono par exemple que j'adore !
Je t'embrasse moi aussi et belle soirée. j'espère que les orages n'ont pas fait trop de dégâts dans ton joli jardin...

Nell 18/08/2016 13:44

Un accueil mitigé pour ce livre... C'est vrai que j'ai du mal à accrocher si le début ne me met pas en "haleine". Merci, en tous les cas, pour ton résumé qui est, à chaque fois, superbement bien réalisé. Gros bisous, ma doucette. Mon jardin grille, Manou. Avec ces chaleurs je n'ai plus beaucoup de fleurs, hélas!

manou 18/08/2016 14:09

Moi aussi ! c'est pour ça que je précise que le livre débute avec des longueurs...mais que la fin réserve des surprises...
C'est pareil pour mon jardin...je n'ai plus rien et pas une goutte de pluie à l'horizon. Cela fait longtemps que je n'ai pas vu une telle sécheresse alentour. Quand c'est dans l'air l'arrosage ne suffit pas à préserver le jardin.
Bisous et bonne après-midi malgré tout. Je pense à toi...

Maria-Lina 18/08/2016 12:22

Merci pour ce beau résumé, ce n'est pas mon genre de livre... Bise, que ta journée te soit douce et agréable!

manou 18/08/2016 14:11

Ce n'est pas grave il en faut pour tout le monde et j'ai des choix de lecture variés selon les moments de l'année... Bisous ma douce Maria-Lina et à bientôt

Mimi 18/08/2016 12:05

Ce roman semble partir dans mille directions. J'ai un peu perdu le fil de l'histoire si ce n'est le sujet de la photographie. Sans doute l'auteur avait-il trop de choses à dire en même temps... En ce qui concerne l'art, et la photographie en est un, quelqu'un a dit "l'art a été inventé car la vie ne suffit pas". C'est une phrase que j'aime beaucoup et cet auteur aussi, je présume. Merci Manou pour ce partage et belle journée.

manou 18/08/2016 14:13

C'est tout à fait ça j'ai néanmoins trouvé intéressantes, les réflexions sur l'art justement ! Merci Mimi et bon après-midi.

Doc Bird 18/08/2016 10:34

Il a l'air difficile de se mettre dans ce roman qui devient intéressant seulement en deuxième partie. Pour une fois, je ne le mets dans ma liste à lire. Merci du partage et bonne journée de lecture !

manou 18/08/2016 11:39

Je ne voudrai pas décourager tout le monde mais ce n'est pas parce que c'est un auteur connu en Allemagne (et souvent critiqué d'ailleurs) et que Masse critique de Babelio me l'a offert que je dois dire que c'est un sans faute :) Soit dit en passant je l'ai tout de même fini et lu sans problèmes...Bonne journée à toi aussi

écureuil bleu 18/08/2016 10:12

Bonjour Manou. Je m'abstiendrai de le lire. Je viens de finir deux polars et j'ai besoin de quelque chose de léger. Bonne journée et bisous

manou 18/08/2016 11:40

Peut-être que ce n'était en effet pas le plus facile pour les vacances :) Moi aussi j'aime bien alterner un peu les lectures faciles et moins faciles et en ce moment je penche pour les premières. il fait trop chaud ! Bisous et belle journée à toi (sous la pluie je crois ?)

Quichottine 18/08/2016 09:54

Merci pour cette découverte et ton avis sur le livre.
Je ne suis pas certaine de le lire un jour, mais qui sait ?
Passe une douce journée. Bisous.

manou 18/08/2016 11:41

Il est peut-être à conseiller aux photographes qui partageront la passion du héros et se délecteront des détails techniques...
Je t'embrasse. Passe une belle journée toi aussi et à bientôt

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est déjà l'automne...

 

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -