Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 08:09
Belfond, août 2015

Belfond, août 2015

Evgueni vit à Moscou avec Alina, sa mère qui est blanchisseuse à domicile et passe son temps à repasser du linge. Elle se fait beaucoup de soucis pour son fils. Il n'a que 9 ans et est particulièrement doué pour le piano. Il rêve d'ailleurs d'entrer au conservatoire. Mais comment s'entrainer régulièrement quand les voisins se plaignent du bruit et qu'il est obligé de jouer sur les touches en silence sans même pouvoir les effleurer...

Heureusement, il prend des cours. Mais un soir, en se rendant chez son vieux professeur de musique, il se fait agresser par deux garnements plus âgés que lui qui lui cassent un doigt...

Maria, sa tante, vit avec eux depuis son divorce. C'est elle qui va le conduire à l'hôpital et le faire soigner. Elle va y retrouver par hasard Grigori, son ancien mari qui terminait juste son service et qu'elle n'avait pas revu depuis leur séparation. 

Maria était journaliste mais certains de ses articles ont été jugés "déplacés" par le régime... Elle travaille désormais à la chaîne dans une usine fabriquant des pièces de voiture. Là, elle tache d'être une employée modèle pour se faire oublier. 

 

Grigori, l'ex-mari de Maria, est donc chirurgien à l'hôpital de Moscou.  Il a 36 ans et ne se remet pas de son divorce. Il se consacre donc totalement à son travail et tente d'améliorer la situation de l'hôpital. De temps en temps, il va rejoindre ses amis, Vassili et Margarita pour passer une soirée et partager un bon repas avec eux. Mais ces soirées le ramènent ensuite d'autant plus durement à sa solitude. 

Grigori et Vassili se sont rencontrés en faisant leurs classes et Grigori a tout fait pour faire entrer son ami à l'hôpital.  

 

La famille d'Artiom, enfin, habite la campagne et les parents sont paysans. Le jeune garçon de 13 ans est sur le point de se rendre pour la première fois à la chasse avec son père...Il trouve le ciel et la lumière du matin différente des autres jours.

 

Rien ne va se passer comme prévu ce jour-là, car nous sommes en Ukraine le 26 avril 1986....

Et un réacteur vient d'exploser dans la centrale de Tchernobyl...ce que la population locale ne sait pas encore.

 

Rien ne sera plus comme avant...

Grigori et Vassili vont être envoyés sur les lieux pour tenter de sauver des vies. 

La famille d'Artiom sera évacuée dans la violence et ses membres séparés. 

Au loin à Moscou, les nouvelles arriveront des semaines plus tard jusque chez Maria et Margarita... 

Le roman est découpé en trois parties : le cadre et les personnages principaux sont clairement identifiés dès le début du roman, dans une première partie qui se situe juste avant que les hommes aient pris connaissance de l'accident de Tchernobyl ; l'accident et ses conséquences immédiates sont développés dans une seconde partie ; puis quelques années après, en 2011, le lecteur retrouve  certains des personnages : le mur de Berlin est tombé, l'Union soviétique a été dissoute, et la corruption est entrée dans leur vie quotidienne...

 

Tous les personnages vont se croiser à un moment ou à un autre. C'est Grigori qui fera le lien entre eux. 

 

Le lecteur entre dans la catastrophe par le vécu et le ressenti des gens. Tout est dit avec beaucoup de pudeur et de réalisme... 

L'oppression du régime, la difficulté de vivre au quotidien, le silence des employés qui tentent de se réunir pour se rebeller mais ne vont pas y arriver, la solitude, le désarroi des évacués, le démantèlement des familles, les hommes étant envoyés sur la centrale pour des interventions qui causeront leurs morts quelques années après, l'impuissance des médecins pour réparer les dégâts humains, la révolte de ceux qui n'acceptent pas et de ceux qui ne veulent pas voir la vérité en face...

 

Je suis restée parfois en marge des personnages, ne comprenant pas toujours leurs motivations. J'ai eu en particulier beaucoup de mal à suivre Maria dont on découvrira l'histoire au fil du roman...je ne vais pas vous dévoiler son passé de dissidente ni sa vie privée et les événements qui ont brisé son mariage. Vous les découvrirez par vous-même.

 

Il y a de nombreuses descriptions de l'accident, des interventions sans protection des pompiers et militaires tentant d'éteindre le brasier sur la centrale, des conditions de l'évacuation par les militaires, du déni des autorités et même du cynisme avec lequel elles ont envoyé des êtres humains à une mort certaine, sans protection contre les radiations pour "nettoyer" après la catastrophe...

Toute la partie historique, sanitaire et environnementale est très bien documentée, même si je n'ai rien appris que je ne sache déjà, cela m'a paru très intéressant que l'auteur mentionne ainsi en détails les événements et que le lecteur comprenne à quel point personne n'était préparé à cette catastophe nucléaire...

 

Bien sûr l'intervention du régime, le silence qui a entouré la catastrophe, laissant vivre les populations comme avant (consommer l'eau, les légumes et les fruits contaminés par exemple) ainsi que la répression qui a suivi, empêchant toute personne d'informer au grand jour des dangers des radiations, ne peuvent que nous révolter mais n'oublions pas que chez nous non plus, rien n'a été clair, et que le nuage est censé s'être arrêté aux frontières...

 

C'est un premier roman très fort, pétri de poésie et d'humanité, que j'ai lu avec beaucoup d'intérêt. J'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur nous fait entrer dans les sentiments des personnages. 

L'auteur ne cherche pas du tout à manipuler le lecteur. Il ne porte d'ailleurs aucun jugement. Il nous montre comment des êtres humains cherchent à s'adapter à une catastrophe qui les dépassent et sur laquelle ils n'ont aucune prise.

Le titre d'ailleurs, que je trouve personnellement très beau, est tout à fait évocateur. 

 

Tout ce qui est solide se dissout dans l'air / Darragh McKeon

Qui est l'auteur ?

 

Ce jeune auteur, né en 1979, a grandi dans un village des environs de Dublin.

Passionné de théâtre, il dirige une troupe, puis prend la direction d'un théâtre et voyage en Europe au gré des tournées. 

Parallèlement, il entame la rédaction de son premier roman.

Immédiatement salué par la critique littéraire et par ses pairs, ce roman a été récompensé par le "Prix Lire-Express" du Premier Roman Etranger 2015.

Darragh McKeon vit aujourd'hui à New York.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

missfujii. 28/04/2016 08:37

j'avais vu un reportage, dans lequel on montrait, que Tchernobyl était devenu un lieu de tourisme ! C'est hallucinant quand même, des gens qui viennent en cars pour visiter le site !!

manou 28/04/2016 09:59

J'ai vu ça aussi..
Les tours opérators sont prêts à tout pour gagner du fric ! Les gens feraient mieux de donner leur argent pour aider les victimes et leur famille...Enfin ce n'est que mon avis sur la question. En tous les cas ce roman m'a donné envie de faire un point sur la catastrophe. Je l'ai emprunté par hasard sans connaître le sujet et coincidence, c'était presque la date anniversaire...

Rebecca G. 24/04/2016 00:15

Encore un roman intéressant... Je le note. Bisous.

manou 24/04/2016 07:10

Moi vraiment il m'a plu. Et vu le sujet, et comment il est traité de l'intérieur par ce jeune auteur, c'est en plus très émouvant.
Bon dimanche Rebecca.

Mimi 22/04/2016 22:47

C'est un anniversaire que nous aurions aimé ne pas avoir à souhaiter. C'est une catastrophe très présente encore dans tous les esprits, surtout avec ce qu'on a voulu nous faire croire à l'époque. C'est un roman très marquant et sûrement très touchant que tu nous fais découvrir là. Merci Manou.

manou 23/04/2016 08:03

Merci Mimi. Je suis tombée dessus par hasard car je n'en avais pas entendu parler. Du coup je suis en train d'écrire un petit article sur Tchernobyl...

CathyRose 22/04/2016 21:00

Un sujet encore très présent dans les esprits ! A l'hôpital Necker où était suivi mon fils ( il est trisomique ) on nous avait dit que bien qu'on ne puisse rien prouver, il y a eu une recrudescence de naissances d'enfants trisomiques un an après Tchernobyl ...
Belle soirée !
Cathy

manou 23/04/2016 08:05

Les gens oublient que le nuage a survolé la France...Beaucoup de cas aussi, paraît-il, de problèmes thyroïdiens, de leucémies... dans le sud-est. Mais nous dit-on encore aujourd'hui toute la vérité...Merci pour ton témoignage.

L'Espigaou 22/04/2016 17:40

Je t'ai envoyé un MP, j'espère que tu l'as reçu car je ne suis pas douée en informatique (ce n''est pas de ma génération)
Bises
Mary

manou 22/04/2016 18:01

Oui je l'ai bien reçu mais ma réponse n'a pas voulu partir je vais donc réessayer ou passer par ton formulaire de contact. A bientôt.

Nell 22/04/2016 17:30

Alors ça c'est un thème très fort qui nous touche au plus profond de nos entrailles. Ce livre doit-être très émouvant à lire. Encore une histoire qui me bouleversera sans aucun doute. Gros bisous, Manou, et excellent week-end.

manou 22/04/2016 18:02

Oui Nell il est très beau et ça me donne envie d'écrire un petit article sur le sujet...
Bonne soirée Nell. Tu pars bientôt ?

L'Espigaou 22/04/2016 15:35

Un livre à lire
une histoire qui fait peur, bien que, chez nous, les autorités ne soient pas aussi cyniques (ce que j'espère)
combien de choses pouvant altérer notre santé nous cache-t-on?
Le nuage est passé vers chez moi, on nous a bien averti de ne pas consommer les herbes sauvages comme thym, romarin, salades des champs, escargots etc...
Mais pratiquement toutes les femmes et enfants à l'époque de ma région on des problèmes de glande tyroïde qui parait-il proviendrait de cette centrale.
Ce qui me parait très intéressant dans ce livre c'est la façon dont leur gouvernement à réagi,
comment les habitants évacués et les non évacués (car je crois qu'il y a eu des non évacués) ont survécu.
J'ai vu des documentaires disant des décennies plus tard les femmes accouchaient encore d'enfants anormaux.
J'ai vu aussi un très beau film à ce sujet peut être un peu romancé?.
Tout cela pour te dire que ce roman m'intéresse
et que je te remercie de nous en faire part.
Passe un bel après midi
Bises
Mary

manou 22/04/2016 16:06

Merci Mary pour ton commentaire.Ce roman m'a donné envie d'en savoir plus sur l'état sanitaire et environnemental actuel trente ans après autant en Ukraine que chez nous. En ce moment bien sûr tout les médias en parlent et je vais essayer (car c'est complexe) de faire un petit état des lieux les jours prochains.
Je ne sais pas dans quelle région tu habites (sans doute le sud vu ton jardin...mais en Provence en tous les cas le nuage est bien passé ainsi que toutes les Alpes du sud.
Bonne après-midi à toi aussi.

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est déjà l'automne...

 

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -