Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 06:48
Il pleuvait des oiseaux / Jocelyne Saucier

Je ne connais pas grand chose à l'histoire du Canada et je ne connaissais rien des terribles "Grands feux" qui ont marqué par leur nombre considérable de morts, les habitants de la région nord de l'Ontario, près de Matheson, au tout début du XXe siècle.

 

Une photographe pugnace (dont on ne connaîtra jamais le nom) qui désire faire un reportage pour son journal, est à la recherche d’un certain Ted Boychuck (dont le prénom change avec les récits) seul témoin et survivant de ces terribles incendies qui ont ravagé la région. Des témoins l'auraient vu errer pendant des jours dans le brasier, à demi aveugle, à la recherche de...on ne sait pas qui...

 

Sa quête mène la jeune photographe dans une petite communauté de vieux, épris de liberté, vivant isolés avec leurs chiens pour tout compagnon, dans leur cabane en rondin, loin de toute civilisation. Ils ont choisi de disparaître pour toujours en forêt...et ont changé d'identité.

 

Malheureusement elle arrive trop tard, puisque celui qu'elle cherche, vient de mourir emportant avec lui ses ultimes secrets...

Mais est-ce bien sûr ?

 

La photographe va faire un peu mieux connaissance avec les deux vieillards, Tom et Charlie. "A eux deux, ils font presque deux siècles ".

Ils lui affirment que même s'ils ont choisi de fuir la civilisation pour vivre leur vie et choisir leur mort, Ted est mort de mort totalement naturelle. 

Oubliés de tous, leur seule peur est de voir arriver une assistante sociale qui voudrait les amener dans une de ces maisons où l'on enterre les vieux vivants, avant l'heure.

 

Là dans leur cabane près du lac, cachée dans la forêt, avec leur chien, leurs patates au lardon pour le déjeuner, ils sont les plus heureux des hommes...et sont à l'abri de leur besoins grâce à l'argent qu'ils récoltent pour la culture de plantes illégales qu'ils écoulent par l'intermédiaire de deux amis, Steve et Bruno.

Steve est l'hôtelier du coin et Bruno  les ravitaille en vivres même en hiver.

 

Mais un  jour, Bruno va leur apporter un cadeau pas du tout prévu au programme, une vieille tante qui avait passé sa vie, enfermée dans un asile de fou, et qu'il a réussi à "enlever", Marie Desneige.

Dès lors la petite communauté se trouvera définitivement bouleversée. Elle va leur démontrer que rien n'est jamais impossible quel que soit son âge et que la vie peut recommencer...

Elle va se lier d'amitié avec la jeune photographe qu'elle surnommera  Ange-Aimée.

La photographe va découvrir les réponses à ses nombreuses questions lorsqu'ils vont se décider à profaner "l'héritage de Ted" caché dans sa petite cabane fermée par un cadenas : de nombreuses toiles, peintes par Ted y racontent la folie des jours qui ont suivi l'incendie...et la mystérieuse histoire de deux magnifiques soeurs jumelles qu'il a aimé jusqu'au dernier jour.

 

 

Mon avis

 

Le titre de ce roman, m'a beaucoup attiré : je le trouve très beau.

C'est un roman très pudique et émouvant qui parle de la vieillesse avec beaucoup de sensibilité et de délicatesse, et sonne toujours juste. 

 

La solidarité qui existe dans la petite communauté prouve que la vieillesse peut être un moment heureux quand on n'est jamais seul. 

Les personnages sont tous très marquants même si certains nous paraissent improbables : on a envie de croire à leur existence. Chacun échappe à ses démons et à ses peurs, au souvenir de son ancienne vie comme il peut. La mort bien sûr est omniprésente mais le roman n'est pourtant pas du tout triste, d'autant plus, que chacun se réserve le droit de choisir quand il décidera de tirer sa révérence. 

 

Le lecteur ne saura jamais le véritable nom des personnages, ni dans quelle forêt canadienne se situe l'action...

La construction du roman fait alterner l'histoire racontée par les personnages avec une voix off en italique qui énoncent les faits.

C'est un roman à découvrir, qui a reçu plusieurs prix et qui a fait l'objet d'une adaptation cinématographique. 

 

Quelques extraits

 

L'homme muet et immobile au pas de sa porte ne pouvait pas être celui que je cherchais. Trop calme, trop solide, presque débonnaire malgré ce regard qui fouillait le mien à la rechercher de ce qui s'y cachait. Animal, c'est le mot qui m'est venu en tête. Il avait un regard animal...(p. 15)

 

Nous savions tous les trois ce qu'il importait de savoir. Il y avait un pacte de mort entre mes p'tits vieux. Je ne dis pas suicide, ils n'aimaient pas le mot. Trop lourd, trop pathétique pour une chose qui, en fin de compte, ne les impressionnait pas tellement. Ce qui leur importait, c'était d'être libres, autant dans la vie qu'à la mort, et ils avaient conclu une entente. (p 39)

 

Ses cheveux,  d'abord ses cheveux, c'est ce que j'ai vu en premier, un ébouriffement de cheveux blancs au-dessus du tableau de bord, des cheveux tellement vaporeux, on aurait dit de la lumière, un éclaboussement de lumière blanche, et sous l'éclat des cheveux, deux yeux noirs effrayés. (p. 57)

 

Le feu a des caprices qu'on ne s'explique pas. Il va sur les plus hauts sommets, arrache le bleu du ciel, se répand en rougeoiement, en gonflement, en sifflement, dieu tout-puissant, il s'élance sur tout ce qui est vivant, saute d'une rive à l'autre, s'enfonce dans les ravins gorgés d'eau, dévore les tourbières, mais laisse une vache brouter son herbe dans son rond de verdure... (p. 77)

 

Elle en était venue à les aimer plus qu'elle n'aurait cru. Elle aimait leurs voix usées, leurs visages ravagés, elle aimait leurs gestes lents, leurs hésitations devant un mot qui fuit, un souvenir qui se refuse, elle aimait les voir se laisser dériver dans les courants de leur pensée et puis, au milieu d'une phrase, s'assoupir. Le grand âge lui apparaissait comme l'ultime refuge de la liberté, là où on se défait de ses attaches et où on laisse son esprit aller là où il veut. (p.92)

 

L'endroit était un ravissement. Cachée derrière une étroite bande de terre, la baie recevait  un jeu d'ombre et de lumière qui s'amusait dans les eaux du lac. Sur la rive quelques escarpement rocheux, des trouées blondes et sablonneuses, de minuscules plages baignées de soleil, et derrière, une végétation abondante, une forêt de cèdres dont l'odeur camphrée éloignait les moustiques, là était tout l'avantage de l'endroit. Ils y avaient un camp d'été...(p.130)

 

Elle lui explique qu'elle n'a jamais connu ça, les baisers, les étreintes, elle n'a connu que les affaires faites en vitesse dans une cage d'escalier, derrière une baie, la jupe relevée, et un homme pressé d'y arriver et d'en finir, parfois un résident, parfois un surveillant, aussi jeune ou aussi vieux qu'elle, et pourtant elle ne s'en plaint pas, elle a toujours aimé le bidiwiwi... (p .156)

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

missfujii 14/04/2016 11:05

Moi aussi je trouve le titre attirant et ta chronique comme toujours est très bien faite

manou 17/04/2016 07:11

Merci ! J'ai pourtant commis une erreur : l'adaptation cinématographique est toujours en cours et le film n'est pas terminé ! Il faudra donc attendre encore un peu pour le visionner :)

Quichottine 06/04/2016 11:23

Je l'aurai acheté en lisant son titre... il est magnifique.
Je le note sur ma liste de livres à lire, pour l'instant ma PAL déborde. :)
Merci pour cette envie de lire que tu m'as donnée.
Passe une douce journée.

manou 06/04/2016 19:06

Merci pour ta visite. Tu ne regretteras pas ta lecture...

Caroline 05/04/2016 20:52

C'est vrai que le titre est sublime, ça donne envie de lire !
Belle chronique et bonne soirée à toi :)

manou 06/04/2016 07:50

Merci beaucoup Caroline ! Cet auteur est vraiment à découvrir car elle a eu de nombreux prix au Canada et en Europe...

CathyRose 05/04/2016 18:37

Oui sans aucun doute une belle histoire, je suis comme toi j'aime beaucoup le titre, il est très poétique !
Belle soirée Manou !
Cathy

manou 06/04/2016 07:48

Le roman ne manque pas non plus de poésie...malgré le sujet ce n'est pas un livre triste.

Nell 05/04/2016 15:45

Un roman qui ne peut laisser personne indifférent, je pense, Manou. Tes extraits sont très beaux. Bel après-midi à toi.

manou 05/04/2016 17:02

En effet...on a tous (ou presque) vu des membres de notre famille vieillir et sans doute c'est pour cela que ce roman est touchant. Mais ce qui est étonnant, c'est qu'il n'est jamais triste.

celinette82 05/04/2016 08:14

Merci pour cette découverte de ce roman , il à l'air chouette ! bonne journée

manou 05/04/2016 08:41

Merci pour ta visite ! Je suis allée voir ton nouveau blog...

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est le printemps maintenant !

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -