Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 11:51
Distribution de pastilles d'iode...est-ce suffisant ?

 

Depuis début janvier 2016, une nouvelle campagne de distribution de pastilles d'iode a commencé. Il s'agit de la cinquième campagne de distribution en France depuis 1997, la première ayant été motivée par l'accident de la centrale de Tchernobyl en Ukraine (1986).

Cette distribution concernera 400 000 foyers français et 2000 établissements recevant du public. En effet si vous n'habitez pas dans la zone mais que vous y travaillez vous êtes en principe concernés. 

 

Les habitants situés dans un rayon de 10 km autour des 19 centrales nucléaires françaises ont déjà reçu ou vont recevoir dès le mois de février prochain, un courrier leur demandant de se rendre dans une pharmacie proche pour retirer gratuitement des comprimés à avaler en cas de menace nucléaire. 

La dernière campagne avait eu lieu en 2009 : elle n'avait pas touché toute la population puisque seulement 50 % des habitants avaient récupéré leurs comprimés d'iode en pharmacie. De plus, 80 % seulement avait "entendu parler" de la campagne. (source France Inter ).   

 

Le Ministère espère que la campagne 2016 saura convaincre la population de l'importance de prendre ce médicament en cas d'accident nucléaire. 

 

 

A quoi ça sert de prendre ces comprimés ?

 

En cas d'accident nucléaire, de l'iode radioactif est rejeté dans l'atmosphère et va se fixer directement sur la glande thyroïde pouvant provoquer à terme des cancers.

 

Si on ingère le comprimé d'iode AVANT l'accident nucléaire, l'iode stable (iodure de potassium) du comprimé va saturer la thyroïde et empêcher que l'iode radioactif (iode 131) ingéré par les voies respiratoires, s'installe dans la glande, impliquant de nombreux désordres cellulaires irréversibles. Il sera alors éliminé par les voies naturelles, car devenu inutile.

Si on l'ingère après, l'efficacité est réelle, mais moindre.

Dans l'idéal il faut le prendre au plus tard dans les 24 heures.  

Ceci est particulièrement important pour les bébés et jeunes enfants ainsi que pour les femmes enceintes (car le foetus n'est pas protégé). 

 

En effet la thyroïde est une petite glande située sur le cou qui fabrique des hormones essentielles chez l'être humain. Ces hormones interviennent dans la croissance, le développement du cerveau et le fonctionnement de l'organisme.

 

Ingérer les comprimés reste donc le seul moyen simple et efficace de protéger la thyroïde, d'autant plus que l'iode radiactif peut aussi pénétrer dans l'organisme et passer dans le sang en ingérant des aliments contaminés (légumes, lait,...) et en quantitié moindre, par la peau.

Et à part prendre une douche si vous avez marché sous une pluie chargée en radioactivité, c'est pas gagné.

Quant aux aliments, je me souviens de l'accident de Tchernobyl, il y a eu trop peu d'information à  ce sujet.  

 

 

Quels sont les consignes en cas d'accident  nucléaire ?

 

Le signal donné aux habitants est une sirène. Trois signaux d'une minute 40 répétés trois fois... (source : https://www.francebleu.fr)

 

Les consignes de confinement en cas d'accident sont claires et tout le monde doit les connaître qu'on soit pour ou contre le nucléaire car le risque ZERO n'existe pas.

Mais ces consignes concernent seulement les habitants vivant ou travaillant à proximité.  

Ce sont les mêmes consignes de confinement pour ceux qui habitent ou travaillent près d'usines accidentogènes.

J'ai plusieurs fois dans ma vie professionnelle, vécu des simulacres de catastrophe sur mon lieu de travail. Ces techniques de prévention ont le mérite de sensibiliser les populations, y compris les enfants, même très jeunes... 

 

Il est conseillé aux habitants d'avoir préparé un kit d'urgence contenant leurs papiers d'identité (une photocopie suffit pour vous identifier), quelques vêtements, une bouteille d'eau et quelques aliments non périssables et si vous avez un bébé...tout ce qu'il lui faut : biberon, lait...

 

Vous en connaissez beaucoup, vous, des gens qui ont un sac à dos prêt à emporter en cas d'urgence, de procédure d'évacuation, d'incendie, de séisme,  à côté de la porte d'entrée ?

 

 

Ce qu'il faut retenir des consignes...

 

1 - Rester enfermé. Couper la ventilation. Colmater fortement les ouvertures, les portes et les fenêtres avec des linges, des couvertures, voires des serpillères humides, du gros scotch...

2- Ne pas aller chercher les enfants à l’école, ni sauter dans sa voiture pour quitter les lieux. 

3 - Ecouter les radios du réseau France Bleu et France Inter qui donneront des conseils sur la conduite à tenir. Ils indiqueront quand et comment il faut prendre les comprimés. 

4- Il est indispensable de laisser libre cours aux secouristes sur les routes mais aussi sur les réseaux téléphoniques.

 

Mais en  cas d’accident qu'elle sera la réaction des gens ?

Ils prendront tous leur téléphone portable, de ça j'en suis sûre et satureront les réseaux.

Puis ils se précipiteront pour aller chercher les enfants ou rentrer chez eux : c'est humain, d'autant plus s'ils n'habitent pas la zone concernée, car alors qui s'occupera des enfants !

 

TOUT EST EXPLIQUÉ en détails ICI. 

 

Vous trouverez aussi de plus amples renseignements sur le site de l'Autorité de Sûreté Nucléaire, sur lequel vous trouverez aussi des détails concernant les deux catastrophes nucléaires les plus récentes : Tchernobyl (Ukraine, 1986) et Fukushima (Japon, 2013). 

 

Et sur la vidéo ci-dessous, vous avez les consignes précises à suivre en cas d'accident...

Quels sont les problèmes suscités par la campagne ?

 

- Certaines personnes sont allergiques à l'iode. Ceci est rare mais il faut donc en parler avec votre médecin traitant. 

Plus grave, au delà de 40 ans, la prise systématique d'iode peut s'avérer dangereuse pour la santé, occasionner des troubles cardiaques...ou autres affections pouvant mettre la vie des personnes en danger. 

 

- S'il y a du vent le jour d'un accident nucléaire, les habitants au delà des 10 km seront également concernés et n'auront pas de cachets pour se protéger, ni le moyen d'en disposer...Les autorités rassurent en estimant que des cachets supplémentaires sont disponibles en cas d'accident plus grave, et qu'il est prévu d'évacuer la population. Certes c'est prévu mais est-ce que cela a été fait lors des derniers accidents nucléaires dans le monde ? Ben malheureusement la réponse est NON ou beaucoup trop tard...

 

- s'il n'y a pas de vent cette périphérie qui est un cercle parfait, ne correspondra de toute façon pas aux besoins réels de la population. Pour info, la zone de protection est de 20 km en Belgique et de 50 km en Suisse. Or il se trouve que selon certaines conditions climatiques, des doses de radioactivité anormalement hautes ont pu être observées jusqu'à 200 km des lieux d'une catastrophe.

Vu la répartition des centrales en France, il faudrait donc que tous les habitants possèdent ces fameux comprimés. 

Rappelons qu'après la catastrophe de Tchernobyl, pourtant situé à plus de 2 000 km de la France, des cas de dysfonctionnements de la thyroïde ont été observés en Corse et dans certaines régions des Alpes. 

On observe que la fréquence des maladies thyroidiennes (hypo et hyper thyroidie et cancer) a augmenté au cours des trente dernières années, ce qui peut être dû à une amélioration du dépistage ou à un meilleur diagnostic (puisque les médecins sont eux aussi sensibilisés davantage au problème). Mais bon le doute existe...

 

Voir ci-dessous la carte de répartition des radionucléides en Europe. (source : site sortir du nucleaire).

La dispersion réelle des particules nucléaires en Europe après l'accident de Tchernobyl (1986)

La dispersion réelle des particules nucléaires en Europe après l'accident de Tchernobyl (1986)

- Enfin et surtout l'inquiétude que nous devons tous avoir, c'est que l'iode radioactif n'est pas le seul produit radioactif à craindre lors d'un accident nucléaire. 

D'autres radio-isotopes sont susceptibles d'être eux aussi libérés dans l'atmosphère : le césium 137, le plutonium, ...et bien d'autres.

Et de ceux-là on ne peut pas se protéger, ce qui explique que certaines personnes n'aient pas voulu se rendre dans les pharmacies pour récupérer leurs comprimés d'iode lors de la dernière campagne de distribution. 

 

 

Donc en conclusion

On peut dire que la prise de comprimés d'iode est une mesure nécessaire mais insuffisante. 

 

Alors quelle est la solution, me direz-vous ?

Puisque tout le monde nous le dit et que nous savons que le risque ZERO n'existe pas, et puisque tous les habitants de métropole sont concernés vu la concentration de centrales nucléaires sur le territoire...il est urgent, pour les générations futures, de réfléchir à une solution écologique et fiable et de favoriser la recherche pour développer les énergies renouvelables (mais bien sûr il faut aussi envisager la sortie du nucléaire). 

 

Je n'habite pas à côté d'une centrale mais en cas de mistral violent, le risque pour les provençaux est quasiment le même que pour les habitants de la région de Montélimar...

Le Tricastin est à 85.7 km de chez moi, donc en cas de mistral, c'est à deux pas, d'autant plus que Green Peace a placé cette centrale nucléaire parmi les plus dangereuses du territoire. 

Lorsque je pars en vacances dans la Drôme je ne suis plus qu'à 49,4 km de la centrale de Cruas et à plus de 90 km de la même centrale lorsque je vais en Auvergne. 

 

Vous pouvez évaluer votre risque vous-même en tapant votre code postal sur le site de Sciences et Avenir.

 

Pour vous faire votre propre opinion sur la question, vous trouverez davantage de détails sur le site Sortir du nucleaire

 

En attendant, l'IRNS (Institut de Radioprotection et de Sûreté nucléaire) surveille l'environnement sur tout le territoire, que ce soit au niveau de l'atmosphère, des rivières, de l'alimentation...C'est déjà ça.

Mais en cas de catastrophe, nous dira-t-on la vérité ? 

Au moment de Tchernobyl on nous a affirmé qu'il n'y avait aucun risque concernant les aliments et pendant ce temps, en Allemagne on disait le contraire aux habitants.

Puis les mesures de radioactivité, effectués sur les champignons, les légumes, les plantes aromatiques, le lait qui nous donnions à nos enfants, ont montré que le nuage radioactif ne s'était pas arrêté aux frontières...

 

Enfin, pour terminer, l'Association CRIIRAD (Commission de Recherche et d'Information Indépendante sur la radioactivité), née suite à l'accident de Tchernobyl et présidée par un ingénieur en physique nucléaire, assure elle aussi une surveillance et propose de nombreux dossiers.

Elle ne dépend d'aucun organisme d'état, ni parti politique. N'hésitez pas à vous rendre sur leur site. 

Partager cet article

Repost 0
Published by manou - dans actualité santé
commenter cet article

commentaires

pol 31/01/2016 11:11

excellent ton article. j'ai toujours un kit d'évacuation prêt au cas ou que je module en fonction des saisons bien que je n 'habite pas en principe une zone à risques. Sans tomber dans la paranoia. Mais je suis effaré de constater le manque d'informations, de formation et de préparation face aux catastrophes naturelles ou pas de la majorité. chacun vit en assisté en se disant que les services publics vont trouver la solution rapidement. Les premiers à prendre d'assaut dans les supermarchés et les pharmacies dés qu'une crise est annoncée ou s'est produite seront ceux là.
désolant

manou 31/01/2016 12:21

C'est vrai je suis sidérée moi aussi de voir que ces risques sont si peu traités dans les médias et que la plupart des gens font trop confiance aux autorités pour tout régler. Alors qu'il y a une vrai prévention à faire. Je crois que la vérité ferait trop peu aux gens...

Nell 30/01/2016 18:07

Super intéressant ton reportage et je suis étonnée que tu n'aies reçu aucun commentaire à ce sujet pourtant très actuel. Quand sera-t-il si personne, comme la plupart des gens, ne sont pas au courant des premières mesures à appliquer en cas d'explosion nucléaire. Depuis Tchernobyl où on nous avait bassiné, pour nous endormir, que le nuage s'était arrêté à la frontière, aucunes mesures n'avaient été prises et combien de cas de cancers ont été signalés depuis cette date. Ce risque nous l'avons tous, et rien de censé ne ce fait quant à la prévention, que ce soit dans les médias ou ailleurs. Je te remercie d'avoir pris le temps d'en parler et je voudrai tellement que nous soyons avertis officiellement quant aux procédures de confinement ou autre. Je te souhaite, après mes quelques paroles un peu trop décourageantes, un excellent dimanche.

manou 31/01/2016 08:49

Merci Nell d'avoir pris le temps de me répondre. On est tous concernés en effet et sans vivre pour autant dans la peur permanente d'une catastrophe, il faut prendre conscience des risques pour nous et pour les générations futures puis agir en conséquence.

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est déjà l'automne...

 

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -