Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 08:11
Prix Renaudot et Prix Goncourt des Lycéens 2014

Prix Renaudot et Prix Goncourt des Lycéens 2014

Quatrième de couverture

 

"Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une œuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant: "C'est toute ma vie."

Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche."

 

Charlotte est le treizième roman de l'auteur et le premier que je lis.

 

 

Que dire de plus ?

 

Tant de critiques ont été faites sur ce roman, positives ou négatives...depuis plus d'un an. Tout ce que l'on peut dire, c'est qu'il a obtenu en 2014, deux prix prestigieux : Le Goncourt des Lycéens et le Renaudot.

 

C'est un livre fort et émouvant qui ne peut laisser personne insensible.

 

Il s'agit de la biographie de Charlotte Salomon, une artiste née à Berlin en 1917, déportée suite à une dénonciation alors qu'elle se cachait dans le sud de la France, et morte à Auschwitz en 1943, alors qu'elle était enceinte de cinq mois.

Cette grande artiste plasticienne et peintre a été élevée dans une famille juive allemande aisée mais non pratiquante. Son père, Albert, était médecin et professeur à l’université de Berlin.

 

Le premier drame de la famille réside dans les suicides multiples et sur plusieurs générations que vous découvrirez en lisant le roman. D'ailleurs Charlotte a appris à lire son prénom sur une tombe...c'est dire.

La dernière suicidée de la famille sera sa mère qui passe à l'acte alors que Charlotte n'a que 9 ans. Mais on lui dira qu'elle est morte d'une mauvaise grippe et on lui cachera toute sa vie les causes réelles de sa mort.

 

Son père se remarie trois ans plus tard avec Paula Lindberg, une chanteuse lyrique célèbre.
Charlotte est alors une enfant taciturne, timide et mélancolique. Mais Paula arrivera à se faire aimer...

 

La vie de Charlotte est une suite de désespoir, de pertes et de souffrances. Elle trouvera dans l'amour et la création un échappatoire à la maladie qui a marqué sa famille. La création a été pour elle le seul moyen de s'inscrire dans le temps et d'échapper ainsi à son destin.

Il est inutile que je rentre plus dans les détails de sa courte vie. Vous les découvrirez en lisant le roman.

 

L'auteur met dans ce récit sa touche personnelle et aborde le drame de la Shoah à sa façon sans s'apesantir sur le sujet, en donnant juste les détails nécessaires pour entrer dans la vie de son personnage et on le lui a reproché.

 

Il visite tous les lieux qui ont été les lieux de vie de Charlotte à la recherche des témoins de son histoire. Il intervient alors dans le récit pour nous en faire le compte-rendu.

 

Il nous parle longuement aussi de la difficulté de laisser libre cours à sa création, de l'obsession qui l'a habité pendant plusieurs années : il a mis 8 ans pour écrire son roman. 

 

Le style d'écriture dont il se justifie à l'intérieur même du roman est un peu perturbant pendant quelques pages puis on l'oublie car il donne un souffle particulier au récit.

 

 

Voilà ce que David Foenkinos nous explique... pourquoi ce roman a pris la forme d'un poème en prose :

 

"J’ai tenté d’écrire ce livre tant de fois.

Mais comment ?

Devais-je être présent ?

Devais-je romancer son histoire ?

Quelle forme mon obsession devait-elle prendre?

Je commençais, j’essayais, puis j’abandonnais.

Je n’arrivais pas à écrire deux phrases de suite.

Je me sentais à l’arrêt à chaque point.

Impossible d’avancer.

C’était une sensation physique, une oppression.

J’éprouvais la nécessité d’aller à la ligne pour respirer.

Alors, j’ai compris qu’il fallait l’écrire ainsi."

 

 

De nombreux lecteurs ont demandé à l'auteur de montrer des œuvres peintes de Charlotte Salomon parmi les centaines de gouaches qu'elle a laissées et dont l'ensemble, intitulé "Vie? ou Théâtre?", évoqué dans le roman, raconte son histoire.

 

C'est chose faite avec le livre ci-dessous, illustré de cinquante gouaches de Charlotte Salomon, choisies par l'auteur et d'une dizaine de photographies où elle est parfois parmi ses proches.

 

Il est inutile de préciser que les illustrations ajoutent beaucoup de force au roman, tout en levant la partie mystérieuse de la jeune femme.

 

L'auteur lui rend ici un magnifique hommage...

 

Roman intégral illustré par une cinquantaine d'oeuvres de Charlotte et des photos de famille, paru en octobre 2015

Roman intégral illustré par une cinquantaine d'oeuvres de Charlotte et des photos de famille, paru en octobre 2015

 

L'œuvre de Charlotte Salomon est composée d'un millier de gouaches. Elle y raconte dans l'urgence sa tragique histoire familiale. Ces peintures et dessins sont accompagnées de courts textes que son père appelait "dessins autobiographiques" et de morceaux de musique.

 

Elle a composée ces oeuvres en moins de deux ans.

"Vie? ou Théâtre?" est conservé au "Joods Historisch Museum" d’Amsterdam.

 

Cette oeuvre monumentale est aujourd’hui publiée pour la première fois dans son intégralité aux Éditions du Tripode, accompagnée de la fameuse et étrange lettre, évoquée dans le roman où Charlotte Salomon confesse avoir empoisonné son grand-père...

 

Livre paru aux Editions du Tripode en 2015

Livre paru aux Editions du Tripode en 2015

Partager cet article

Repost 0

commentaires

missfujii 10/01/2016 20:55

J'ai lu Charlotte et j'ai aimé ce roman avec son style de poème en prose

manou 11/01/2016 08:34

Oui c'est vrai que le style est spécial. J'ai mis quelques pages à m'y faire...

mimi 10/01/2016 18:18

Et bien jusqu'à présent j'hésitais, mais tu m'as convaincue. Belle critique !

manou 10/01/2016 18:50

Moi aussi j'ai hésité ! On a tant écrit sur la Shoah et puis je voulais découvrir cette artiste dont je n'avais jamais entendu parler. Tu me diras ce que tu en penses.

philippe 10/01/2016 14:42

Très bien ! Du coup, je t'ai mis en lien dans ma chronique de cet ouvrage.

philippe 10/01/2016 20:21

:-)

manou 10/01/2016 18:48

Ouah ! Super c'est trop gentil...cela me touche beaucoup. merci Philippe !

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est bien l'été maintenant !

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -