Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2015 6 05 /12 /décembre /2015 16:30
Cette version date de 1956 !

Cette version date de 1956 !

"Il était une fois une petite fille dont les cheveux étaient si blonds qu'on l'appelait "Boucle d'or". Sa maman lui avait toujours interdit d'aller se promener seule dans les bois, mais il arriva un jour où Boucle d'or ne put résister à la tentation..."

Encore une petite fille désobéissante !

Bien sûr "Boucle d'or" se perd dans les bois. Mais ce n'est pas le loup qu'elle rencontre en chemin (comme dans "Le petit chaperon rouge") mais une maison vide qu'elle trouve confortable et à son goût.

Elle goûte la soupe, s'assoie sur les chaises et essaie les lits et bien sûr à chaque fois, elle trouve juste ce qu'il lui faut...

Lorsque les ours vont rentrer et la retrouver endormie dans le petit lit, celui qui est juste à sa taille, "Boucle d'or"  se réveille en sursaut et, effrayée, s'enfuit par la fenêtre. Heureusement le petit ours lui a indiqué le chemin à suivre... pour rentrer chez elle :"Prends le tout petit chemin à droite, petite fille, pour sortir du bois."


 

Les enfants adorent...

 

- A l'école maternelle, de la petite à la grande section, les enfants (filles ou garçons) s'identifient totalement à "Boucle d'or", car eux aussi, n'écoutent pas toujours leur maman...

Et quand on n'écoute pas sa maman, on sait ce qui arrive aux petits enfants "pas sages"...des mésaventures !

Ce conte est bien le reflet d'un époque plutôt moralisatrice car bien sûr, il incite les enfants à écouter davantage les conseils des adultes (au lieu de vivre leur propre vie en autonomie).


- Si les enfants adorent ce conte c'est aussi parce qu'ils adorent les ours.

Les trois ours symbolisent une famille puisqu'il y a un grand ours (le papa, off course), le moyen ours  (la maman) et le petit ours (l'enfant) .

 

- Le récit est plein de rythme et les enfants adorent les répétitions puisque chaque fois, il y a une grande table (assiette, chaise, lit), une moyenne table (assiette, chaise, lit), une petite table (...)

 

Enfin, la fin est rassurante comme c'était souvent le cas à  l'époque même dans les contes.

"Boucle d'or et les trois ours" est un conte, moralisateur certes, mais plein de charme.

 

 

Quelles sont les origines de ce conte ?

 

La première version écrite connue est celle de Robert Southey datant de 1837. Elle s'intitulait : "The story of the three bears" et sa parution dans son livre "The doctor" a été un franc succès.

Dans cette version, la petite fille blonde n'existait pas encore. C'était alors une vieille femme malhonnête qui avait en plus mauvais caractère !

Ensuite la vieille femme a été remplacée par une renarde (dans les versions anglaises) qui venait troubler la tranquilité de la famille formée par les trois ours...ce qui explique qu'à la fin, ils se mettent en colère et souvent la jettent au feu (ou la noient, selon les versions).

On retrouve aussi un renard, nommé "Scrapefoot", dans une version de 1894, très populaire, illustrée par John Dickson Batten, un illustrateur et peintre d'origine anglaise.

Le personnage de la petite fille apparaît finalement dans une adaptation du conte de Southey par Joseph Cundall (1849), un écrivain anglais qui a souvent écrit sous le pseudonyme de "Stephen Percy"et qui était aussi photographe.

"Boucle d'or" s’appelle d’abord Silver Hair, Silver-Locks, Golden Hair, Golden-Locks, et ce serait Flora Annie Steel qui aurait apporté le nom définitif Goldilocks en 1918 [source wikipedia]

 

Ensuite dans les années 50, l'histoire évolue encore et "Boucle d'or" est devenue si attachante et si jolie que les ours lui indique même le chemin pour retrouver sa maison et sa maman...c'est la version que l'on connait  !

 

 

Qu'apporte, aux enfants, la lecture de ce conte ?

 

La lecture de ce conte apporte bien évidemment tout d'abord, le plaisir du partage avec l'adulte !

 

Mais il faut savoir que ce conte a été critiqué par Bruno Bettelheim dans son livre bien connu où il analyse les contes de fées et qui s'intitule : "Psychanalyse des contes de fées". Selon lui quand l'histoire se termine, il n'y a "ni guérison ni réconfort ; aucun conflit n'est résolu ; et il n'y a pas de conclusion heureuse." comme c'est le cas dans la plupart des contes traditionnels.

 

Pourtant,  comme le pense la plupart des psychologues de l'enfance, si l'enfant adore cette histoire et veut sans cesse qu'on la lui raconte à nouveau, c'est qu'il trouve une solution à son problème...

 

Ce conte aborde en effet la question importante de l'identité et de la place qu'occupe l'enfant au sein de la famille.

 

L'enfant apprend aussi, sur lui-même, plein de choses à la lecture de ce conte...

 

- que ce n'est pas bien de rentrer chez les autres, c'est chez eux.

 

- qu'on doit rester à sa place d'enfant. Pourtant quand "Boucle d'or" casse la petite chaise,  elle s'aperçoit qu'elle est trop grande pour une aussi petite chaise. C'est donc qu'elle grandit...et qu'il lui faut à chaque étape, chercher sa nouvelle place qui évolue au fur et à mesure [dans la famille donc]

 

 

- que lorsqu'on fait des essais, c'est bien de procéder toujours dans le même ordre (elle goûte d'abord la soupe dans la grande assiette, puis dans la moyenne enfin dans la petite et celle-ci est parfaite).

 

- que ce n'est pas bien de désobéir (de s'éloigner de la maison, de ne pas écouter sa maman...) mais ce qui est très important, c'est qu'on peut TOUJOURS revenir en arrière et retrouver sa maison et sa maman.

 

Voilà une conclusion très rassurante pour l'enfant !

 

 

Qui sont les auteurs ?

 

Rose Celli (pseudonyme de Rose Brua) est née en Algérie en 1895. Sa mère était sicilienne et son père algérien. Elle était la sœur aînée d'Edmond Brua (1901-1977), écrivain, poète et journaliste.

Elle était amie avec Lucien Jacques et Jean Giono.

Dans une de ces "Lettres à la NRF", datant de mars 1932, Jean Giono s'adresse directement à Louis-Daniel Hirsch, qui faisait partie du Comité de lecture de la NRF (Gallimard)  et était le principal contact de Giono dans cette maison d'édition. Il lui envoie le manuscrit du roman "Isola" (1932), et précise que l'auteur, Rose Celli, a déjà traduit chez eux un roman "Pas si calme" sous son vrai nom (Rose Brua).

Non seulement ce roman "Isola" fut publié par Gallimard, mais Rose Celli remporta le prix Minerva en 1933.

Au cours de sa carrière, elle traduit de nombreux auteurs dont George Steiner, Virginia Woolf, Charles Dickens et Herman Melville.

De nombreux textes sont inédits comme par exemple son journal d'Algérie dont son frère a fait don d'un extrait à lire ICI.

 

Rose Celli se spécialise ensuite dans la réécriture de contes classiques pour enfants en particulier dans la collection "Classiques du Père Castor", dont elle est une des fondatrices.  parmi eux :"Baba Yaga", un conte russe célèbre et le "Conte du petit poisson d'or" (2005). "Album fée" datant des années 30 (1933 exactement) vient d'être réédité.

 

Rose Celli est morte à Saint-Paul-de-Vence en 1982.


 

Gerda Muller est une illustratrice d'origine néerlandaise. Elle est née le 21 février 1926, à Naarden aux Pays-Bas.

 

Gerda Mûller a illustré dans les années 60 la version traditionnelle de "Boucle d'or et les trois ours" paru au Père Castor en 1956. Les illustrations de Gerda Muller sont pleines de tendresse.  Boucle d’or est une petite paysanne modèle avec sa courte jupe rouge froncée et ses sabots aux pieds ! Les illustrations sont réalistes et les enfants les regardent avec un très grand plaisir...

Mais elle rêvait de reprendre ce grand classique et publiera en 2006, 50 ans après la première, une version modernisée... Boucles d'Or (avec un s) habite maintenant dans une roulotte. Elle fait partie de la troupe d’un cirque et voyage en caravane !

Cette fois-ci, l'illustratrice assure le texte et l’illustration.

 

Quelle a été sa carrière ?

Elle a d'abord suivi des cours à l'Ecole des arts décoratifs d'Amsterdam, puis à l'école Estienne à Paris, avant de collaborer à de nombreux albums pour enfants.

Puis elle rencontre l’éditeur Paul Faucher et ce sera le début d’une longue collaboration qui commence avec "La Bonne journée" qui paraît en 1951 et "Marlaguette" en 1952. Elle a aussi illustré "Les Bons amis" et "Les Trois petits cochons" de Paul François (de son vrai nom Paul Faucher).

Gerda Muller collabore aussi à la presse enfantine, notamment à Bayard Presse de 1968 à 1975. Elle est également l'auteur de la série des "Turlutins".

"Quand je travaille seule dans mon atelier, je ressens la présence d'un enfant qui regarde et souvent me guide. C'est pour lui que je travaille (pas pour les parents ou pour les éditeurs)."

Comme l’a dit un jour un critique, on ne connaît pas toujours son nom, mais tous les enfants connaissent ses dessins.

 

Gerda Muller travaillera aussi pour des livres de classe édités par Belin, pour Gautier-Languereau chez qui elle illustre des contes qu’elle apprécie, ceux de Grimm ("Les Musiciens de la ville de Brême"), d’Andersen, de Marie Tenaille, d’après Goethe ("L’Apprenti sorcier"), pour Bayard, avec l’éditeur allemand Ravensburger, enfin pour l’Ecole des loisirs.

En tout elle est l'auteur ou l'illustrateur de plus de cent albums souvent traduits en 12 langues.

Elle utilise différentes techniques dont la plume (encre noire ou sépia) et l'aquarelle, la gouache, les crayons de couleurs, la peinture à l’huile, la lithographie, et plus récemment le pastel ..

 

Les différentes versions de "Boucle d'or et les trois ours"

 

- Boucle d'or et les trois ours / Rose Celli, Gerda Muller. Père Castor Flammarion, 1956 (réédition 1993) c'est celui qui est présenté ici.

 

- Boucle d'or et les trois ours / Jennifer Greenway. Editions Mango. 1993

 

 

- Boucle d'or et les trois ours / Louise Le Fur, Catherine Fichaux. Lito, l’imaginaire en relief. 1994

 

 

- Boucle d'or et les trois ours /  Rascal.  L'école des loisirs 2002

 

Le célèbre conte est ici proposé sans texte. Simplement en noir et blanc, avec des jeux d'ombres et de silhouettes. A l'enfant de raconter...ou d'imaginer !

 

 

 

 

 

- Boucles d'Or et les trois Ours / Jim Aylesworth, Barbara Mc Clintock. Circonflexe. 2004

Le texte est soigné et les paroles des trois ours sont de taille différente, en fonction de l'intervenant : écrites en petite taille pour le petit ours, en moyenne taille pour la maman et en grande taille lorsqu'il s'agit du papa avec sa grosse voix. Les caractéristiques des objets utilisés par Boucle d'Or sont soulignées avec humour. Les illustrations, charmantes, ressemblent à des gravures anciennes. Sur le dos de la couverture, un petit plus par rapport au conte classique : la recette des cookies de Maman Ours !

 

 

 -Boucles d'or et les trois ours / Gerda Muller 2006

Boucles d'Or est maintenant une petite fille qui voyage en caravane !

Un jour, en entrant dans la maison des trois ours, elle sème le désordre. Mais les ours, si ordonnés, lui pardonnent, tout en lui rappelant quelques règles de bonne conduite...

Gerda Muller donne une dimension nouvelle au conte...

 

 

 

- Boucle d'Or et les trois ours / Anne Royer, Mayalen Goust. Editions Lito. 2009.

Une version moderne du conte classique !

 

 

- Bou et les trois zours / Elsa Valentin, Ilya Green. L’atelier du posson soluble. 2009

 

Tout le monde connaît le conte de Boucle d'or et les trois ours. Mais connaissez-vous celui de Bou, petite fille aux cheveux noirs de jais, qui vit entourée de son paië et de sa maïe et qui, se perdant au milieu des bois pour "groupir des flores" et ne parvenant pas à retrouver son chemin, entre dans la « casa pikinote » de 3 « zours » ?

L’histoire de Boucle d’or et les 3 ours est ici revisitée dans une langue cocasse et phonétique.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Taina 15/10/2016 05:50

Bonjour et merci pour ce partage. Au plaisir de vous lire. Taina ( de TAHITI - Polynésie française)

manou 15/10/2016 07:57

Merci pour votre visite de si loin...

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est déjà l'automne...

 

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -