Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 13:54
7 / Tristan Garcia

De quoi ça parle...

 

C'est un livre impossible à résumer tant il est question d'ambiance, d'univers singulier et de personnages hors du commun.

 

Dans les sept histoires qui composent ce roman...

 

- il est question... d'une drogue (H. abréviation de LICN ou hélicéenne) qui permet de remonter le temps et de changer le ressenti des personnes qui la consomment sans changer leur aspect extérieur pour autant.

"Les hommes n'ont pas de désir plus profond que de soumettre celui qu'ils sont au jugement de celui qu'ils ont été"...

La drogue permet donc d'accéder à un de leurs "moi" antérieurs et de revivre une étape de leur vie passée. On peut choisir de remonter jusqu'à l'âge de...7 ans maximum. Attention ! c'est la date limite, le "mur"en deça duquel on ne peut plus régresser !

Milan, Laurianne et Emilien cherchent des testeurs...

Mais un vieux peut-il redevenir jeune à l'envie ?

Est-il plus heureux parce qu'il va revivre ses "moi" antérieurs ?

" Sans doute avais-je voulu oublier (p.59) depuis des années que j'avais été semblable à ceux que je méprisais le plus aujourd'hui. (...) C'est pour cette raison que  je les détestais : je me haïssais d'avoir été l'un d'entre eux. Et j'avais beau me prendre pour un gars à la cool, qui prétendait connaître ce bas monde, qui avait lu, qui s'était cultivé, qui respectait les femmes et qui posait sur les choses un regard de sage, quelqu'un en moi n'avait jamais cessé d'être ce petit con-là."

 

 

- il est question... de rouleaux de bois anciens sur lesquels sont gravés des morceaux de musique dont certains n'ont même pas encore été découverts et qui contiennent toute l'histoire de la musique... Bien sûr le rocker qui les entend n'en croit pas ses oreilles.

Le narrateur qui joue encore en concert avec son groupe de musique "post-punk"est interpellé, un soir de concert, par un homme venu lui parler de son oncle, lui-même musicien. Celui-ci aurait enregistré en 1980, "Walking Backwards", la chanson tube du narrateur qu'il n'a lui-même écrite qu'en 1984... 

Mais le narrateur n'est pas au bout de ses surprises : ce morceau phare, qui a assuré son succès, avait déjà été composé et enregistré sur un rouleau de bois datant de 1813  ainsi que beaucoup d'autres morceaux de musique !

" Voici comment (p.95) j'étais contraint de me récapituler les événements : un ou plusieurs hommes du tout début du XIX° siècle(...)avaient gravé une sorte de mixtape visionnaire, anticipant note pour note, son pour son, avec des moyens purement mécaniques (...) au moins dix-neuf morceaux les plus novateurs (...) de la musique populaire enregistrée du XX° siècle".

Après cela il se demande si la création originale est encore possible...

 

 

- il est question... d'une jeune femme surnommée "Visage" parce qu'elle est d'une beauté exceptionnelle... Elle est devenue top model et souffre d'une maladie de peau, apparemment incurable, qui l'oblige à se cacher du public et qu'elle n'arrive à soulager qu'en séjournant pendant quelques jours dans la maison de sa grand-mère (près du village fictif de Mornay). En fait elle doit cette beauté à un être qui, en contrepartie est totalement défiguré et qui est devenu au fil du temps un de ses plus fidèles admirateurs.

Il y a donc quelque part dans le monde quelqu'un qui représente la contrepartie de nous-même. Mais est-on pour autant prêt à le rencontrer ?

 

 

 

- il est question...  de la révolution dans un pays communiste où Hélène, une militante passionnée qui est médecin des pauvres, ne sait plus où donner de la tête maintenant qu'à 60 ans elle a décidé d'arrêter la politique après avoir été une véritable révolutionnaire.

Elle réalise que ses idées politiques ne s'appliquent plus à ce qu'elle vit aujourd'hui et qu'elle a toujours douté en fait.

"Quelqu'un en elle-même, s'était éloigné d'elle-même. Elle avait douté. (p. 175) Ou plutôt elle avait pensé que le combat d'une vie ne commençait pas toujours, que ça finissait aussi. Que la lutte même ne pouvait pas éternellement promettre. Qu'à force de ne pas aboutir elle tomberait un beau jour du côté des souvenirs. Que la flamme rallumée de génération en génération s'éteindrait..."

Les révolutions et l'histoire sociale se répètent inlassablement.

Arrivera-t-elle à trouver l'apaisement, elle qui a toujours rêvé d'un autre monde  ?

 

 

 

- il est question...  d'extraterrestres et en particulier de Moon, un jeune garçon dont les parents ont mystérieusement disparu.  Depuis il vit avec Marlon, son grand frère et Anaïs, sa petite amie. Moon se fait embarquer sans pouvoir s'y opposer dans le délire de son frère...qui croit fermement aux extraterrestres.

"Tout en haut les extraterrestres sont là....(p.249) Ils sont comme des dieux qui ont voyagé très longtemps et qui nous tendent un miroir venu d'ailleurs(...) Ce que nous voyons, c'est ce à quoi nous ressemblons(...) Il fait beau, il est très tôt(...) nous contemplons les hommes tout en bas, qui s'enfoncent dans la bruyère. Nous ne sommes pas seuls puisque nous sommes vus(...) A présent nous sommes délivrés d'avoir à croire, c'est merveilleux(...)"

Mais un jour Moon se rend compte que toutes les personnes qui doutent des idées et croyances de Marlon "disparaissent" aussi. Alors il se met à avoir peur de son frère et finit par se confier à Anaïs. Peu de temps après, Marlon les emmène tous les deux dans la montagne sur les lieux où leurs parents ont disparu.

 

 

 

- il est question...  d'un monde où tous les êtres vivants sont regroupés par communautés (les Hémisphères) dont il est impossible de sortir ou d'entrer car "Pénétrer dans un Hémisphère (p. 285) ce n'est pas comme entrer dans la maison de quelqu'un (c'est plutôt comme se faufiler dans son esprit) : en franchissant le seuil, vous perdez du même coup l'impression de passer au-dedans....

Il ne faut pas rester trop longtemps dedans. On n'en sort pas ; l'idée même du dehors fait bientôt défaut à la pensée, aux émotions, au corps du visiteur."

Le narrateur est "contrôleur de Principes" : il est chargé de surveiller les différentes communautés.  A bord de sa petite voiture il va de communauté en communauté.

Les gens ont l'air d'y vivre heureux et ne se posent pas trop de questions...

"Ils avaient (p.289) voulu vivre ainsi -et ceux qui étaient nés sur place, ne l'avaient pas choisi, n'avaient probablement plus les moyens d'imaginer une autre liberté que celle qu'on leur accordait dans le cadre de tel ou tel Hémisphère".

 Pourtant, un jour il aide un jeune homme à sortir de sa prison.

 

 

 

- enfin dans la septième histoire qui représente la moitié de l'ouvrage, il est question d'un immortel. Il doit perpétuellement revivre sa vie et pour ne pas souffrir ou voir souffrir ceux qu'il aime, il tente désespérement d'en modifier le cours.

Le héros dont on ne connaîtra pas le nom, va renaître sept fois, grandir de plus en plus impatiemment (il a hâte d'arriver à l'âge adulte), se mettre à saigner du nez abondamment vers l'âge de 7 ans, et sera emmené à Paris où il fera la connaissance d'un médecin, spécialiste en hématologie, appelé Fran qui attendait (sauf dans la septième histoire) "l'enfant qui saigne" comme un messie. C'est donc lui, l'élu, l'immortel.

Il lui faudra vivre non sans lassitude sept versions différentes de sa vie, rencontrer chaque fois, Hardy, une femme extraordinaire dont il tombera heureusement amoureux fou, et Fran, le médecin.

Le problème est qu'à chaque renaissance, le héros se souvient parfaitement de ses vies antérieures, de ses erreurs, de ses malheurs. Sa vie n'est donc pas exactement la même...

A sa septième vie, l'enfant comprend à dix ans qu'il a cessé d'être immortel. Devenu adulte et écrivain, il écrira des histoires surprenantes...

 

 

*****************************************************************************

L'avis de l'Éditeur Gallimard / collection Blanche (roman paru en août 2015)

 

"Sept fois le monde. Sept romans miniatures.
Il y sera question d’une drogue aux effets de jouvence, de musique, du plus beau visage du monde, de militantisme politique, d’extraterrestres, de religion ou d’immortalité. Sept récits indépendants dont le lecteur découvrira au fil des pages qu’ils sont étroitement liés.
Peu à peu, comme un mobile dont les différentes parties sont à la fois autonomes et solidaires, 7 compose une image nouvelle de la psyché de l’homme contemporain, de ses doutes et de ses croyances nécessaires.
Exploration réaliste de divers milieux sociaux, 7 est aussi le récit fantastique d’une humanité qui tourne volontairement le dos à la vérité et préfère se raconter des histoires".

 

7 / Tristan Garcia

*****************************************************************************

 

 

Mon avis

 

J'ai lu ce roman dans le cadre du Challenge 1% Rentrée Littéraire 2015

 

"7" c'est sept histoires différentes avec des personnages différents, d'âge et de condition. La septième est elle-même découpée en sept épisodes...

Le premier épisode de cette septième partie est en fait le début du dernier épisode... Vous me suivez !

Il ne s'agit pas de chapitres d'une même histoire ni de nouvelles aux histoires bien séparées.

Si elles ont été réunies là dans ce roman ce n'est pas un hasard : elles ont un point commun.

 

L'auteur ici nous parle...

 

- de croyance...

Qui et quoi devons-nous croire ?

Quel est le poids de la religion et de l'idéologie dans nos vies humaines ?

 

- de temps...

L'histoire va et (re)vient ; les faits se répètent de génération en génération ; tout est réversible !

 

- de destin...

Qu'avons-nous raté dans notre vie suite à nos décisions ?

Sommes-nous les maîtres de notre destin ?

L'homme peut-il décider de ce qu'il laissera à son prochain ?

 

- de conscience...

Que percevons-nous (ou pas) du monde extérieur ?

Pourquoi avons-nous parfois une impression de déjà-vu ?

 

- d'amour...

Peut-on aimer quelqu'un aussi fort quand on sait tout de lui, comme si chaque jour était le premier ?

 

- de personnalité...

Quelles sont les différentes facettes de nous-même, celles que nous montrons au monde et celles que nous cachons en nous-même ?

 

 

L'auteur nous pose des questions essentielles...

Aimerions- nous revivre notre vie passée ?

Que désirerions-nous changer si nous en avions la possibilité ?

Pourquoi les hommes ont-ils toujours eu besoin de croire en quelque chose, encore plus aujourd'hui qu'hier, alors que notre monde n'a jamais été si rationnel et dirigé par la rigueur de la science, de la technologie (et de la finance) ?

 

 

L'auteur nous captive par une construction narrative originale, une imagination sans borne et l'intervention d'éléments fantastiques qui s'imbriquent dans le réel. Il nous emmène sans résistance dans son univers particulier et arrive à nous surprendre tant l'improbable se réalise et la réalité devient improbable !

Son langage cru et toujours direct, ainsi que les multiples descriptions des personnages nous font entrer très vite dans leur univers sans pour autant entrer dans leurs pensées, leurs motivations ou leurs différences psychologiques.

L'auteur fait parler ses personnages sur un ton singulier qui est sans rapport avec leur condition sociale ou leur âge.

 

Par contre le lecteur n'a aucun mal à imaginer les différents univers grâce à une description très détaillée des objets qui entourent les êtres humains que ce soit dans les villes ou dans les campagnes.

L'auteur répète certains événements (les saignements par exemple de ses personnages), nous fait visiter les mêmes lieux comme le parc de la Villette par exemple ou écouter le même morceau de musique comme "Walking Backwards".

 

La symbolique du "7" n'est pas anodine. On la retrouve dans les contes de fées (Blanche neige et les 7 nains) , dans nos repères temporels (les 7 jours de la semaine) où il indique la fin d'un cycle, et dans notre culture occidentale (pour les croyants : les 7 péchés capitaux par exemple ou les 7 piliers de l'islam). Chez les Égyptiensn le chiffre 7 était le symbole de la vie éternelle. Enfin c'est à  7 ans qu'on atteint l'âge de raison...et à 7 ans que le héros de la dernière histoire comprend qu'il est immortel.

 

Ce roman de 576 pages serait d'après les critiques un des dix romans incontournables de la Rentrée littéraire 2015 !

Il fallait bien sûr que je commence (enfin !) par celui-ci puisque je ne connaissais pas l'auteur...

 

A chaque lecteur de trouver le lien entre ces "histoires" inclassables. Moi j'ai adoré la première partie composée de six histoires donc...

J'ai été par contre obligée de faire une pause au milieu de la septième tant elle est répétitive et déroutante. Et finalement j'ai relu le septième épisode de la septième histoire...une seconde fois pour mieux comprendre !

 

Pour moi sans conteste  ce roman est une interrogation sur le sens de notre vie et de notre monde contemporain car tous les personnages du livre croient comme moi en un autre monde possible...

 

Pour vous faire une idée plus précise du texte et du style de l'auteur, vous pouvez lire un extrait ci-dessous...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rebecca G. 01/11/2015 09:49

Oui, j'ai beaucoup hésité à mettre ce livre dans ma PAL..... Tout les thèmes abordés me semblent passionnants, et ce sont de très bonnes idées , mais... les quelques extraits que tu publies me refroidissent et confirment ce que je pensais... Pourquoi??? Ben , disons que je ne suis pas une fan de Gallimard... Je n'aime pas trop me prendre la tête avec des phrases élaborées, compliquées, trop soignées... Disons que j'aime la simplicité. Les mots et les phrases qui vont me faire OUBLIER que je suis en train de lire et qui vont me faire plonger dans un univers imaginaire, sans que je m'en rende compte.
Je n'ai pas envie d'avoir l'impression de retourner en Terminale pour faire une explication de texte... sur le intentions de l'auteur, sur les tournures de phrases, etc...
Je ne sais pas si je suis très claire dans ce que je dis... Je préfère les écritures plus simples qui m'attrapent le cœur... (Attention, je n'ai pas dit "simplistes"... D'ailleurs, je suis une fan de Steinbeck qui est un poète et emploie des phrases souvent assez longues...mais, le résultat n'est pas le même!!)

Cela dit, il en faut pour tous les goûts.
Donc, merci tout de même pour ton partage... ! :D Bisous.

Rebecca G. 01/11/2015 14:01

Je vois que tu m'as parfaitement comprise... ;) Oui, je crois que ma situation actuelle y est pour beaucoup dans mes choix littéraires... Bisous.

manou 01/11/2015 11:05

Tu es très claire Rebecca ! Je te rassure, j'ai aussi mis un certain temps à me décider à le lire ! Quand j'avais ton âge et mes enfants à la maison (moins nombreux que les tiens), que je travaillais et ne manquais pas d'activités...je recherchais aussi des lectures dépaysantes qui me relaxaient et me permettaient de m'évader : j'ai découvert ainsi des auteurs formidables.
Mais j'ai plus de temps, je fais partie d'un Cercle de lecture et on s'est partagé une petite sélection de romans de la rentrée 2015. J'étais la seule à ne pas avoir ni enfants ni petits enfants pendant une partie des vacances. Donc je savais que j'aurai le temps de lire un livre plus "élaboré", une occasion de découvrir un auteur que je ne connaissais pas en prenant mon temps. C'est ce que j'ai fait. Et cela est une belle découverte littéraire.
Merci Rebecca pour ton avis toujours intéressant et ta visite...

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est déjà l'automne...

 

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -