Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 09:31
La mûre sauvage (ou mûre des bois et des haies)

Quand j'étais enfant on disait, lorsque les mûres commençaient à apparaître dans les haies ou les forêts, que c'était bientôt la fin des vacances !

Mais "en ce temps là" (je sais c'était au temps des dinosaures !) la rentrée des classes était plus tardive...

Nous revenions de nos escapades, le visage barbouillé, le tee-shirt (ou la chemisette !) tâché, les jambes (nues) égratignées et les mains noires pour plusieurs jours car bien sûr nous en avions mangé autant que mis dans le panier.

Avec celles du fond, un peu meurtries, ma mère faisait du sirop ou des confitures. Les plus jolies étaient mangées en tarte pour le goûter.

 

Maintenant si vous voulez profiter des mûres, il faudra faire l'école buissonnière ou aller obligatoirement vous promener le week-end en famille au lieu de courir les magasins.

Cela fera du bien à tout le monde pour la rentrée...

 

Un peu d'histoire

 

La mûre serait originaire des montagnes du Caucase.

 

Les premiers hommes, chasseurs-cueilleurs,  s'en délectaient déjà puisqu'on sait, grâce aux chercheurs, que des traces de cette consommation de "baies" ont été retrouvées.

 

Mais les premiers hommes, consommaient-ils des framboises ou des mûres ?

C'est difficile de trancher car les graines sont très proches. Tout ce que l'on peut dire c'est que les baies faisaient partie du régime alimentaire de nos chasseurs-cueilleurs et des hommes du néolithique...

 

La mûre sauvage est connue depuis l'Antiquité. Les Grecs la consommaient déjà en sirop et avaient découvert ses vertus thérapeutiques. Ils s'en servaient pour soigner la goutte et les maux de gorge.

D'après la mythologie grecque, elle serait d'ailleurs issue du sang des Titans, répandu lors de leurs combats contre les Dieux de l'olympe...

 

Selon Pline, elle "combat le venin des serpents les plus dangereux".

 

Les Celtes la considéraient comme une plante magique qui apportait la richesse et permettait de conserver la santé.

 

De l'Europe elle a ensuite gagné l'Amérique où elle était consommée, séchée, par les Amérindiens.

 

Dès le Moyen Âge, les moines fabriquent avec les fruits un vin délicieux, le moretum, ou "vin des moines" qu'ils consomment uniquement les jours de fête.

Le mot "moretum" vient du latin "mortarium" qui signifie "mortier".

Le "moretum" est aussi un plat traditionnel d'origine italienne, composé de fromage, d'herbes, de lait,  de vin, et de farine…le tout pilé dans un mortier).

 

Ce vin (le moretum) était aromatisé à la mûre mais aussi à la prune (ou tout autre fruit rouge). Il a été peu à peu remplacé par l'hypocras, qui utilisait des épices et se conservait plus longtemps.

 

Dès le XVe siècl, on retrouve la mûre en méditerrannée...

 

Un peu de botanique

 

La mûre des bois ne doit pas être confondue avec la mûre du mûrier, qui est également comestible. Le mûrier est un arbre qui servait autrefois à nourrir les vers à soie.

 

La mûre sauvage est le fruit de la ronce sauvage (Rubus fruticosus) appartenant à la famille des Rosacées. "Rubus" vient de "ruber" qui signifie "rouge", appelation directement en rapport avec la couleur des fruits...

La ronce est souvent considérée comme une mauvaise herbe, tant elle devient envahissante dans les haies, obligeant les agriculteurs à s'en débarasser.

C'est un arbrisseau ligneux et vivace qui se ramifie par des tiges souterraines. Chaque année de nouvelles tiges apparaissent : elles ne produiront que la deuxième année, c'est donc important de ne pas les couper !

Les tiges les plus longues se courbent et se marcottent c'est-à-dire qu'elles reprennent racine. La plante, ainsi, gagne peu à peu du terrain...

Le roncier devient impénétrable et il faut dire qu'il est bien protégé par les nombreuses épines de la plante !

D'ailleurs saviez-vous que "ronce" vient de "rumex" qui signifie "dard" ?

 

 

Les feuilles sont découpées en 5 à 7 folioles légèrement dentées.

Les fleurs sont de couleur blanche ou rose. Elles forment des grappes de mai à juillet (selon la région) et sont  visitées aussitôt par les insectes car ce sont des plantes très mellifères.

 

La mûre sauvage (ou mûre des bois et des haies)
La mûre sauvage (ou mûre des bois et des haies)La mûre sauvage (ou mûre des bois et des haies)

 

Le fruit est en réalité une multitude de petites baies collées les unes aux autres. Les fruits sont disposés en grappe et mûrissent en décalage. Il est normal de retrouver sur la même tige des fruits de maturité différente.

 

 

La mûre sauvage (ou mûre des bois et des haies)

 

Les ronciers sont très importants pour l'écosystème des haies et des bois.

 

D'abord, ils servent de refuge à de nombreux oiseaux et à des petits animaux, comme les lapins et les lièvres par exemple.

Chez nous ce sont les sangliers qui se réfugient très souvent dans les ronciers en se glissant dessous...

C'est aussi dans les ronciers que certains oiseaux font leur nid (comme dans la plupart des haies naturelles ou cultivées d'où l'importance de les préserver).

 

L'enchevêtrement des branches ainsi que les racines profondes permettent de retenir la terre des talus, évitant l'érosion des sols.

Dans le sud-est on voit très nettement après les violents orages que nous avons eu en juin et fin août, que l'eau n'a creusé la terre que dans les zones où il n'y a pas de haies...

 

Les fleurs sont très mellifères et servent de nourriture non seulement aux abeilles mais aussi à de nombreux autres insectes.

Les mûres sont consommés par de nombreux oiseaux, par les sangliers et les renards.

En montagne ce sont les cerfs, les chevreuils et les ours qui se nourrissent des baies.

Tous ces animaux favorisent la dispersion des graines qui, n'étant pas digérées,  se retrouvent dans leurs excréments.

 

A noter : Il existe des variétés cultivées de mûres sans épines qui sont délicieuses...Seules la richesse en vitamines des fruits diffère de la variété sauvage (comme toujours !)

En Suisse romande, en Haute-Savoie, ainsi que dans le Nord-Pas-de-Calais, on appelle la mûre « mûron » ou « meuron ».

 

Les vertus de la mûre

 

Les fruits sont  très riches en  vitamine B (en particulier B9), vitamine E, vitamine C et en provitamine A. Ils contiennent aussi des minéraux (en particulier du potassium, du magnésium, du calcium et du fer) et des oligoéléments (zinc, cuivre et manganèse). De plus, malgré leur goût sucré, les mûres sont très peu caloriques mangées telles quelles.

Leur richesse en fibre est intéressante.

 

Pensez-y ! Dans la nature, les mûres sont gratuites et permettent de préparer des desserts variés.

Evitez toutefois de les cueillir près des routes ou au bord des vignes non cultivées en BIO.

Laisser donc vos enfants se salir et se piquer...car les pigments qui tachent abondamment mains et vêtements sont des anthocyanes, des antioxydants puissants protecteurs de la jeunesse !

 

Les éraflures et piqûres inévitables se trouveront amplement soulagées en appliquant quelques feuilles fraîches hâchées de roncier ou une lotion faites avec une décoction de feuilles.

N'oubliez pas d'en ramasser...

 

La mûre est un fruit fragile qui doit être consommée sur place et quelques heures maximum après la cueillette. Elle sera moins agréable à consommer le lendemain, même conservée au réfrigérateur et aura perdu sa saveur et sa vitamine C.

 

Par contre elle se conserve très bien au congélateur ce qui vous permettra de faire des desserts tout l'hiver. Vous pouvez en faire des confitures, du sirop, des crumbles, mélangée ou non à d'autres fruits rouges ou à des pommes, des tartes...

 

 

 

La mûre sauvage (ou mûre des bois et des haies)

Les vertus des feuilles de ronce

 

Astringentes, les feuilles séchées sont consommées en tisane pour lutter contre les troubles intestinaux et les saignements trop abondants.

Elles soignent aussi tous les maux de gorge : enrouement, angine, rhinopharyngite...et les petits maux de la bouche et des gencives en bains de bouche ou gargarisme (dans ce cas préparez une décoction en faisant bouillir les feuilles 10 minutes, puis laisser tiédir et bien filtrer).

 

Les feuilles sont très riches en vitamines C et en tanins, et sont excellentes pour la circulation sanguine.

Elles sont aussi dépuratives et peuvent entrer dans la composition d'une tisane à conserver pour une cure de printemps.

Elles entrent aussi dans la préparation d'un "thé des familles" aux côtés des feuilles de framboisier, de cassis, de fraisier, et de menthe poivrée, ou de tilleul, voire encore de serpolet à proportion équivalente.

Ce n'est qu'un exemple car chaque famille avait sa propre recette de thé en fonction de la région. Certaines familles faisaient fermenter les feuilles...

 

Les jeunes pousses pelées et les bourgeons (dépourvus d'épines) peuvent être consommés dans des salades de printemps ou cuits à la vapeur comme de jeunes légumes.

 

Les racines de ronce mises à macérer dans de l'eau serviront d'hormone de bouturage "naturelles" pour vos boutures d'automne.

 

Mais attention la mûre doit être cueillie avant le 11 octobre (dans notre calendrier actuel) : cette date est appellée le "Jour de la mûre".

On dit que c'est un 11 octobre que le diable, chassé du paradis, s'est écrasé sur un roncier.

Chaque année à cette date, le diable cracherait (beurk !) sur les mûres pour qu'elles deviennent immangeables... qu'on se le dise, le diable est un rancunier !

 

A noter : Le jour de la mûre était, dans le calendrier républicain le 9e jour du mois de Thermidor, c'est-à-dire, sauf erreur de ma part, le 27 juillet exactement !

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alain 10/09/2015 09:16

Merci pour cet exposé très complet. Désormais j'aurais des remords quand j'arracherai les ronces qui tentent de s'introduire dans les massifs. ( mais je leur laisse un peu de place dans les coins perdus du jardin, assez pour récupérer quelques pots de confiture)

manou 12/09/2015 16:44

Merci ! J'étais justement partie quelques jours en Auvergne où les mûres sont magnifiques et délicieuses :)

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est bien l'été maintenant !

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -