Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 07:08

C'est le printemps et le moment de s'intéresser un peu plus aux plantes sauvages car la nature explose autour de nous.

Arrêtons-nous un moment de courir et prenons le temps de nous accroupir pour observer les merveilles que la nature nous réserve...

 

La cymbalaire des murs fait partie de ces petites plantes discrètes dont les graines se glissent dans un recoin obcur et humide des vieux murs pour s'y protéger tout l'hiver et attendre le printemps pour exploser au soleil.

 

Photos un peu surexposées mais bon en attendant on voit bien à quoi ressemble la plante !
Photos un peu surexposées mais bon en attendant on voit bien à quoi ressemble la plante !Photos un peu surexposées mais bon en attendant on voit bien à quoi ressemble la plante !

Photos un peu surexposées mais bon en attendant on voit bien à quoi ressemble la plante !

Un peu de botanique...

 

La cymbalaire des murs appartenait selon la "classification classique" à la famille des Scrofulariacées (comme la gueule de loup que vous connaissez bien).

 

Mais depuis la troisième classification, appelée APG III, datant de 2009, elle appartient aujourd'hui à la famille des Plantaginacées.

Cette dernière classification phylogénétique met en avant les liens de parenté entre les espèces végétales, actuelles ou éteintes. Elle reflète mieux la réalité car elle est basée presque exclusivement sur l'étude de deux gènes. 

 

Nom latin : Cymbalaria muralis (avant dans ma jeunesse on l'appelait Linaria cymbalaria !) du latin cymba = nacelle, en référence à la forme un peu concave des feuilles et muralis, bien sûr = mur.

 

Noms communs : cymbalaire des murs,  linaire cymbalaire, ruine-de-Rome, linaire des murs, lierre des murailles...

 

 

Son histoire

 

Elle serait originaire de l'Italie d'où elle aurait gagné le sud de la France à partir du XV° siècle pour se répandre ensuite sur tous les vieux murs ensoleillés de France.

 

A-t-elle été importée pour ses vertus médicinales ? Sans nul doute...

Bien qu'un de ses noms communs soit "ruine-de-Rome" elle n'a rien à voir avec la chute de l'Empire romain...par contre comme elle envahit les vieux murs et s'infiltre dans les moindres fissures, elle participe sur le long terme à leur destruction.

Envahissante, elle peut, si elle se plaît, coloniser tout un pan de mur d'où il vous sera impossible de la déloger !

 

 

Ses particularités botaniques

 

Elle est typiquement méditerranéenne et bien adaptée au climat du sud de la France. Donc si vous n'habitez pas le sud, (trans)plantez-là en plein soleil.

Elle pousse en touffe, sur les vieux murs de préférence calcaires, en plein soleil ou mi-ombre (pour l'extrême sud de la France). Elle supporte bien des températures jusqu'à -15°. C'est donc une espèce vivace et rustique et bien adaptée à notre climat. L'hiver de toute façon la plante sèche et n'est presque plus visible.

 

Mais au printemps, la surprise toujours renouvelée vous attend !

 

Les tiges rampantes peuvent mesurer jusqu'à 60 cm de longueur et présenter quelques poils.

 

Les feuilles sont légèrement crassulantes et de forme arrondie ce qui se voit très bien sur les photos. Elles sont divisées en cinq à sept lobes. Elles sont luisantes, glabres (sans poils) et bordées de rougeâtres. Les nervures forment un éventail.

 

Le calice a cinq dents légèrement violacées.

 

Le calice

Le calice

Les fleurs blanches et légèrement violacées apparaissent en avril ou mai. Comme toutes les espèces de la famille, la fleur (ou corolle) est divisée en cinq lobes réparties en deux parties inégales :

- la partie supérieure (ou lèvre supérieure) forme un "casque". Il est divisé en deux lobes.

- la partie inférieure (ou lèvre inférieure) est découpée en trois lobes.

La partie qui se resserre, entre les deux lèvres, s'appelle la gorge. Elle est renflée et de couleur jaune.

La base de la fleur présente un éperon nectarifère.

 

La cymbalaire des murs est donc une plante mellifère.

 

Autre détail important : la fleur est unique sur un très long pédoncule.  Lorsque le fruit se forme, le pédoncule se recourbe pour le déposer dans une anfractuosité du rocher ou une fissure du mur... bien à l'abri et à l'humidité. On dit que la fleur est lucifuge (=elle fuit la lumière).

Les fruits sont des capsules rondes et glabres contenant les graines.

 

Source wikipedia

Source wikipedia

Les vertus médicinales de la cymbalaire des murs

 

 

Les feuilles et les fleurs de la cymbalaire contiennent du mucilage et des tanins, de la gomme et des acides.

 

Les feuilles employées fraîches sont hémostatiques. Appliquées directement sur une petite coupure ou une petite plaie, elles arrêteront immédiatement le saignement.

Elles sont riches en vitamine C, lorsqu'elles sont consommées crues dans une salade, mais on peut aussi les consommer cuites. Ainsi consommées, elles permettaient autrefois de soigner le scorbut.

 

Les fleurs et les feuilles fraîches ou sèches, étaient jusqu'au siècle dernier,  très utilisées en infusion pour leur vertu diurétique.

 

La plante est aussi :

- astringente : elle soigne les blessures, en appliquation locale,  resserre les vaisseaux sanguins et diminue la sécrétion de sérum.

- vulnéraire : elle aide à la guérison des plaies.

- hémostatique : elle arrête les saignements.

- antiscorbutique : elle soigne le scorbut grâce à sa richesse en vitamine C.

 

En plus du scorbut et des plaies superficielles, elle a été longtemps utilisée pour soigner la gale et ses lésions plus graves, puis ses vertus sont tombées dans l'oubli.

 

Aucune contre-indication ou effet secondaire n'est connu à ce jour...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est bien l'été maintenant !

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -