Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 07:58

Je ne pouvais pas terminer ma modeste contribution au Printemps des poètes, sur le thème de "l'Insurrection poétique" sans parler de Robert Desnos dont on célèbre, cette année 2015, les 70 ans de la mort en déportation. Triste célébration qui a le mérite de parler des poètes engagés qui se sont battus pour leurs convictions en s'engageant dans la Résistance.

N'oublions jamais ce que les nazis ont fait pendant la dernière guerre et transmettons cette mémoire à nos enfants et petits-enfants pour qu'ils s'en rappellent à leur tour.

Sachons dès aujourd'hui, utiliser notre droit de vote du mieux possible en réfléchissant aux conséquences de nos actes.

"En définitive ce n'est pas la poésie qui doit être libre, c'est le poète". (Desnos, 1943)

"En définitive ce n'est pas la poésie qui doit être libre, c'est le poète". (Desnos, 1943)

Robert Desnos  est né le 4 juillet 1900 à Paris. Il est mort le 8 juin 1945 du typhus dans le camp de concentration de Theresienstadt en Tchécoslovaquie, quelques jours avant la libération du camp.

 

Il passe son enfance dans un quartier populaire de Paris auquel il restera attaché toute sa vie et dont il parlera souvent dans ses poèmes.

Lucien, son père, est mandataire aux Halles pour la volaille et le gibier et adjoint au maire de son arrondissement.

Le jeune Robert n'aime pas l'école. A 16 ans il entre comme commis chez un droguiste après avoir obtenu le brevet. 

Il est attiré par la littérature. Il lit Hugo et Baudelaire, se passionne pour la culture populaire, les romans et les bandes dessinées. Il est fasciné par les affiches qui recouvrent les murs de Paris et par le cinéma.

 

En 1917, il publie ses premiers poèmes dans la "Tribune des Jeunes", une revue socialiste.

En 1919, il devient secrétaire de Jean de Bonnefon et gérant de sa maison d’édition. Robert Desnos entre ainsi dans le monde littéraire.

Il publie alors quelques poèmes dans une revue d'avant- garde, "Trait d'union".

C'est durant cette période qu'il rencontre Benjamin Péret chez un ami commun.

 

De 1920 à 1922, il doit quitter la scène littéraire pour accomplir son service militaire au Maroc.

À son retour en 1922, les artistes Dada se séparent en plusieurs clans... Le jeune poète choisit de rejoindre l'aventure surréaliste derrière André Breton.

Au Certa où Benjamin Péret l'emmène (c'est un bar disparu aujourd'hui), André Breton mène des expériences d'écriture sous hypnose. Robert Desnos a une facilité particulière à s'endormir et à dicter des poèmes dans son sommeil...

Le premier texte publié, suite à cette expérience, qui reprend le personnage créé par Marcel Duchamp est, Rrose Sélavy (1922-1923).

Robert Desnos participe aussi très activement aux diverses manifestations des surréalistes.

 

Dans les années 1924-1929, Desnos est rédacteur de la revue fondée par André Breton, Louis Aragon , Pierre Naville et Benjamin Péret qui s'intitule, "La Révolution surréaliste". Elle deviendra pendant cinq ans le creuset des publications du groupe.

Mais, quand André Breton veut orienter le mouvement vers le communisme, Robert Desnos rompt définitivement avec lui et le groupe surréaliste.

 

En 1924, il participe pourtant au pamphlet collectif  "Un cadavre", écrit par les surréalistes, véritable provocation de groupe dans lequel ils s'attaquent à une figure emblématique de la littérature, Anatole France qui vient de mourir...

Toutefois, bien que devenu indépendant côté littérature, Robert Desnos ne reniera jamais les expériences auxquelles il a participé avec le groupe surréaliste.

 

Cette année là, il rencontre la mystérieuse chanteuse de music Hall, Yvonne George dont il tombe obstinément amoureux, alors que cet amour ne sera jamais partagé. Elle hante ses rêves et elle sera source de nombreux poèmes d'amour "impossible". Elle mourra en 1930 de tuberculose.

 

"J'ai tant rêvé de toi

Que tu perds ta réalité"...

 

Il adopte une écriture plus indépendante mais classique et traditionnelle et travaille dans la presse écrite notamment à "Paris-Soir".

Vers 1930 il s'installe avec Youki Foujita (Lucie Badoud) dont il avait fait la connaissance en 1928, alors qu'elle vivait en couple. Une nouvelle vie commence pour lui, mais une vie malheureuse, la jeune femme qui a servi de modèle au peintre Foujita, puis est devenue sa maîtresse et sa femme, avant de rencontrer Desnos, reste une jeune femme volage et plutôt "écervelée", comme on le disait facilement à l'époque des jeunes femmes libres et indépendantes.

 

Desnos écrit des poèmes tristes et désespérés où il exprime ses attentes, ses déceptions et ses espoirs et lui écrira des lettres magnifiques même en déportation.

 

Et toi,
Te souviens-tu de cette sirène de cire que tu m'as donnée?
Tu te prévoyais déjà en elle et dans celle qui te ressemble.
Tu ne meurs pas de la transfiguration de mon amour, mais tu en vis, elle te perpétue.
Car c'est l'amour qui prévaut même sur toi, même sur elle.
Et tu ne seras vraiment morte
Que le jour où j'aurai oublié que j'ai aimé.

Cette sirène que tu m'as donnée, c'est elle.
Sais-tu quelle chaîne effrayante de symboles m'a conduit de toi qui fut
l'étoile à elle qui est la sirène?
Ô soeurs parallèles du ciel et de l'Océan!
Mais toi.
Je t'ai rencontrée l'autre nuit,
Une fameuse nuit d'orages, de larmes, de tendresse et de colère.
Oui, je t'ai rencontrée, c'était bien toi.
Mais quand je me suis approché et que je t'ai appelé et que je t'ai parlé,
C'est une autre femme qui m'a répondu:
"Comment savez-vous mon nom?"

 

(extrait de "Siramour" 1931 / Source : http://www.desnos.udenap.org/pages/youki.htm)

 

 

Grand amateur de musique, Robert Desnos lui écrit de nombreux poèmes aux allures de chanson.


En 1932, Paul Deharme, un des pionniers de la radio en France, lui propose de travailler avec lui. L'imagination, l'humour et la parole chaleureuse de Desnos font merveille à la radio. Il devient célèbre et ce travail lui permet de consolider sa situation financière. Non sans humour, il déclare qu'il est le poète "le plus écouté de France".

 

Le 3 novembre 1933, à l'occasion du lancement d'un nouvel épisode de la série Fantômas, Robert Desnos crée à Radio Paris la "Complainte de Fantômas" qui ponctue,
sur une musique de Kurt Weill une série de vingt-cinq sketches évoquant les épisodes les plus marquants des romans de Marcel Allain et Pierre Souvestre. C'est
Antonin Artaud qui assure la direction dramatique et tient le rôle de Fantômas.

 

Grâce à Armand Salacrou, il entre à l'agence "Information et publicité" et  anime une équipe chargée d'inventer des slogans publicitaires pour des produits pharmaceutiques. Puis il devient rédacteur publicitaire pour des émissions diffusées sur Radio-Luxembourg et le Poste Parisien.

Pour lui , grâce à cette expérience radiophonique, la littérature est devenu un moyen de communiquer. Il écrit alors de chansons, des cantates et des chansons de films.

 

Lui qui était épris de liberté et d'humanisme, ne peut qu'être sensible à la montée du fascisme.   Il adhère aux mouvements d'intellectuels antifascistes, comme l'Association des écrivains et artistes révolutionnaires.

En 1936, après les élections, il rejoint le "Comité de vigilance des Intellectuels antifascistes", s'offusque contre le Front populaire qui refuse d'engager la France dans la Guerre civile espagnole.

 

Mobilisé en 1939, Robert Desnos est convaincu de la nécessité de la guerre pour lutter contre le fascisme.

Il redevient journaliste et écrit dans "Aujourd'hui". Henri Jeanson le directeur du quotidien est arrêté et le journal  soumis à la censure allemande. Mais Robert Desnos ruse, modère ses paroles et continue les publications.

Dès juillet 1942 il fait partie du réseau AGIR, auquel il transmet des informations confidentielles parvenues au journal. Il aide juifs et résistants en difficulté, fabrique des faux-papiers, et s'engage avec discrétion mais conviction contre le gouvernement de Vichy.

Il 1943, le réseau Agir étant infiltré, il poursuit ses activités tout en se rapprochant du Réseau Morhange, créé par Marcel Taillandier.

Robert Desnos continue à écrire des poèmes sous son nom mais aussi sous des pseudonymes ce qui lui permet de libérer sa parole. Il écrit en particulier "Le veilleur du Pont-au-Change".

 

 

 

Le 22 février 1944, Robert Desnos est arrêté par la Gestapo. Le 27, il fait partie d'un convoi de 1700 déportés qui quitte Compiègne pour Auschwitz puis Buchenwald, où il restera plus d'un an.

On le transfère de camp en camp et après une dernière "marche de la mort", les déportés rejoignent le camp de Terezin  en Tchécoslovaquie.

Epuisé par les privations et malade du typhus, il meurt le 8 juin 1945, quelques semaines  avant la libération du camp par les Russes.
 

Il a eu l'ultime réconfort d'être reconnu par deux jeunes tchèques, Josef Stuna et Alena Tesarova, qui assistaient les déportés mourants.

 

 

 

La dépouille du poète a été rapatriée et Robert Desnos est enterré au cimetière du Montparnasse à Paris.

 

Paul Éluard, dans le discours qu'il prononce lors de la remise des cendres du poète, en octobre 1945 écrit : « Jusqu'à la mort, Desnos a lutté. Tout au long de ses poèmes l'idée de liberté court comme un feu terrible, le mot de liberté claque comme un drapeau parmi les images les plus neuves, les plus violentes aussi. La poésie de Desnos, c'est la poésie du courage. Il a toutes les audaces possibles de pensée et d'expression. Il va vers l'amour, vers la vie, vers la mort sans jamais douter. Il parle, il chante très haut, sans embarras. Il est le fils prodigue d'un peuple soumis à la prudence, à l'économie, à la patience, mais qui a quand même toujours étonné le monde par ses colères brusques, sa volonté d'affranchissement et ses envolées imprévues. »

 

De nombreux textes, à l’image de "Chantefables et Chantefleurs" seront publiés après sa mort. 
 

Autodidacte et curieux, il a laissé une oeuvre diverse et immense qui montre qu'il a non seulement évolué au cours de sa courte vie mais qu'il a aussi réussi à explorer des voies différentes.

Il a montré tout au long de ses poèmes son amour pour la liberté, l'amitié, l'amour, la fraternité et l'espoir, combattant la réussite sociale, la bassesse des hommes et la misère.

 

Bibliographie  (source ICI)

 

Deuil pour deuil, publié aux éditions du Sagittaire en 1924, en 1982 dans la collection « L’imaginaire » chez Gallimard.

C’est les bottes de sept lieues cette phrase "Je me vois", publié aux éditions de la Galerie Simon en 1926, repris en 1975 dans le recueil Destinée arbitraire de la collection « Poésie/Gallimard ».

La liberté ou l’amour, publié chez Kra en 1927, repris chez Gallimard en 1982 dans la collection « L’imaginaire ».

The Night of loveless nights, 1930, sans nom d’éditeur, publication hors commerce, repris chez Gallimard en 1969 dans la collection “Poésie/Gallimard”.

Corps et biens, publié chez Gallimard en 1930, repris chez Gallimard en 1968 dans la collection « Poésie/Gallimard ».

- Les Sans cou, 1934, sans nom d’éditeur, publication hors commerce, repris en 1942 dans Fortunes, chez Gallimard.

Fortunes, publié chez Gallimard en 1942, repris en 1969 dans la collection « Poésie/Gallimard » avec la « Cantate pour l’inauguration du Musée de l’Homme » de 1937.

État de veille, publié chez Robert-J. Godet en 1943, repris en 1975 dans Destinée arbitraire dans la collection « Poésie/Gallimard ».

Le vin est tiré…, publié chez Gallimard en 1943, repris en 1992 dans la collection « L’imaginaire » chez Gallimard.

Contrée, publié chez Robert-J. Godet en 1944, repris en 1962 à la suite de Calixto chez Gallimard.

- Le Bain avec Andromède, publié aux éditions du Flore en 1944, repris en 1975 dans Destinée arbitraire dans la collection « Poésie/Gallimard » chez Gallimard.

Trente chantefables pour les enfants sages, à chanter sur n’importe quel air, publié chez Gründ en 1944, repris en 1952 avec Chantefleurs chez Gründ.

Labisse, essai critique, publié aux éditions Séquana en 1945, repris en 1984 dans Écrits sur les peintres chez Flammarion.

La Place de l’Étoile, Rodez (sans nom d’éditeur) en 1945, version de 1928 reprise dans Nouvelles Hébrides et autres textes 1922-1930 chez Gallimard en 1978.

Choix de poèmes, aux éditions de Minuit en 1946.

Rue de la Gaîté, Voyage en Bourgogne, Précis de cuisine pour les Jours heureux publié aux éditions Les 13 épis en 1947, repris dans Récits, Nouvelles et Poèmes aux éditions Roblot en 1975.

Les Trois Solitaires, Longtemps après… hier, publié aux éditions Les 13 épis en 1947.

De l’érotisme considéré dans ses manifestations écrites et du point de vue de l’esprit moderne, publié aux éditions Cercle des Arts, vers 1953, repris en 1978 dans Nouvelles Hébrides et autres textes 1922-1930 chez Gallimard.

Domaine public, publié chez Gallimard en 1953 dans la collection Le Point du jour.

Mines de rien, publié chez Louis Broder en 1957, repris en 1975 dans Destinée arbitraire.

De tous les spectacles, publié chez Pierre André Benoît, Alès en 1960, repris dans Nouvelles Hébrides et autres textes 1922-1930 chez Gallimard.

Calixto suivi de Contrée, publié chez Gallimard en 1962.

Cinéma, publié chez Gallimard en 1966 (articles de critique cinématographique et scénarios).

Les Pénalités de l’enfer ou les Nouvelles Hébrides, publié en 1974, chez Gallimard.

Destinée arbitraire, publié chez Gallimard dans la collection « Poésie/Gallimard » en 1975.

Récits, nouvelles et poèmes, publié aux éditions Roblot en 1975.

Nouvelles Hébrides et autres textes, 1922-1930, publié chez Gallimard en 1978.

La Ménagerie de Tristan, publié chez Gallimard en 1978 dans la collection « Enfantimages ».

Robert Desnos, un poète, fac-similés et illustrations, publié chez Gallimard en 1980, réédité en 1998.

Écrits sur les peintres, publié chez Flammarion en 1984.

Mines de rien, publié aux éditions Le temps qu’il fait en 1985.

Les Voix intérieures (chansons et textes critiques), publié aux éditions du Petit Véhicule en 1987.

Les Rayons et les ombres Cinéma, publié chez Gallimard en 1992.

Le Bois d’amour, publié aux Éditions des Cendres en 1995.

 

*******************************************************************************

Sitographie

- le site de l'Association Robert Desnos.

- Le site "Poètes en résistance".

- un site consacré  à l'auteur.

- Espace français.

- Le site "un jour, un poème" où vous trouverez la liste de ses poèmes.

- Le  blog "J'ai la mémoire qui chante", qui parle de ses chansons.

- Pour écouter l'émission de France Musique "Horizons chimériques", consacrée à Desnos, intitulée "Je pense à toi, Desnos. et diffusée le 20 février 2014 (disponible jusqu'au 16/11/2016).

- Pour entendre la voix de Robert Desnos qui fait la lecture d'un rêve (1938).

et bien sûr Wikipedia.

 

 

*******************************************************************************

 

- Un Hommage intitulé :" Robert Desnos, l'archange du rêve et de la liberté.

lui sera rendu pour les 70 ans de sa mort à Vedène dans le Vaucluse, le 5 juin 2015.

- Un Hommage intitulé " Lecture-Rencontre" sera organisé par la Médiathèque de Bergerac.

- Retrouvez tout le programme de l'année Desnos ICI.

- L'hommage du site "Réveil communiste" et celui du journal "l'humanité"

 

 

*******************************************************************************

« Ce cœur qui haïssait la guerre… »

 

Ce cœur qui haïssait la guerre
voilà qu’il bat pour le combat et la bataille !
Ce cœur qui ne battait qu’au rythme des marées, à celui des saisons,

celui des heures du jour et de la nuit,
Voilà qu’il se gonfle et qu’il envoie dans les veines

un sang brûlant de salpêtre et de haine.
Et qu’il mène un tel bruit dans la cervelle que les oreilles en sifflent,
Et qu’il n’est pas possible que ce bruit ne se répande pas dans la ville et la campagne,
Comme le son d’une cloche appelant à l’émeute et au combat.
Écoutez, je l’entends qui me revient renvoyé par les échos.


Mais non, c’est le bruit d’autres cœurs, de millions d’autres cœurs
battant comme le mien à travers la France.
Ils battent au même rythme pour la même besogne tous ces cœurs,
Leur bruit est celui de la mer à l’assaut des falaises
Et tout ce sang porte dans des millions de cervelles un même mot d’ordre :
Révolte contre Hitler et mort à ses partisans !
Pourtant ce cœur haïssait la guerre et battait au rythme des saisons,
Mais un seul mot : Liberté a suffi à réveiller les vieilles colères
Et des millions de Français se préparent dans l’ombre

à la besogne que l’aube proche leur imposera.
Car ces cœurs qui haïssaient la guerre battaient pour la liberté

au rythme même des saisons et des marées,
du jour et de la nuit.

 

Robert Desnos, 1943 (paru dans L’Honneur des poètes)

"Robert le diable" chanté par Jean Ferrat (Chanson écrite par Louis Aragon en hommage à Robert Desnos)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Zongo Blaise 06/04/2019 19:36

Je suis vraiment ému sur tout ce que je viens d'être informer sur le parcour du cursus de Robert Desnos. Je le baptise comme l'un des poètes le plus célèbre de notre planette.

manou 07/04/2019 07:42

Merci pour votre enthousiasme...contente d'avoir partagé ce grand poète avec vous

robert 17/03/2018 02:30

Superbe ,j'ai pris un immense plaisir a decouvrir Desnos, Je connaissais le nom ,mais je ne m'ímaginais pas qu il avait eu une vie si tumultueuse.Auriez vous des poemes d´ Aragon? .Mes compliments pour votre travail.

manou 17/03/2018 07:52

Je n'ai pas encore jamais consacré d'article à Aragon...mais je le ferai un jour ! Vous trouverez de nombreux poèmes d'Aragon en ligne sur internet tout simplement sur les sites consacrés à la poésie. Merci de votre visite

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -