Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 08:32
La petite communiste qui ne souriait jamais / Lola Lafon

C'est un roman qui a obtenu deux prix :

Le Prix Ouest France Etonnants Voyageurs 2014. C'est un Prix dont le jury est composé de dix jeunes de 15 à 20 ans.

Et le Prix Jules Rimet 2014. C'est un Prix conçu pour promouvoir la littérature sportive française et étrangères et favoriser la lecture dans les quartiers populaires.

Ce prix peut récompenser tous types de documents : fictions (BD, romans, nouvelles...) ou documentaires. Jules Rimet était le fondateur du "Red Star Football Club" et le père de la "Coupe du monde de football" .

 

Le roman est en deux parties.

 

Dans la première partie, l'auteur établit une sorte de dialogue fictif mêlant enquête et fiction, entre la narratrice et une jeune gymnaste bien connue par ma génération (mais inconnue ou moins conus par les jeunes d'aujourd'hui), Nadia Comaneci.

C'est l'occasion de raconter son fabuleux parcours. mais l'auteur nous prévient d'emblée : "Même si les événements sont exacts, il ne s'agit pas d'offrir une « reconstitution historique de la vie » de la gymnaste, mais de « redonner la voix à ce film presque muet qu'a été le parcours de Nadia C. entre 1969 et 1990 »".

Dans la deuxième partie, la narratrice se rend en Roumanie pour rencontrer les personnes qui ont bien connu Nadia.

L'auteur recherche alors une certaine vérité, au-delà des clichés.

 

 

L'histoire

 

Nadia avait à peine 14 ans quand elle a conquis le public international aux J.O. de Montréal (en 1976). Sa prestation fait l'objet d'une telle perfection que l'ordinateur ne peut lui attribuer un 10/10 et marque donc sur l'écran 1.00 !!

Elle est devenue ce jour là la "plus jeune héroïne communiste" et à partir de ce jour, toutes les petites filles des pays occidentaux ont voulu faire de la gymnastique et lui ressembler.

 

Le roman retrace donc la vie de la jeune gymnaste "fabriquée" par un coach qui en veut toujours plus, poussée au succès dans une époque mouvementée.

En parallèle de la biographie romancée de la jeune Nadia, la narratrice retrace aussi, les années Ceaucescu.

 

En Roumanie en effet, dans les années 70 à 80, ce qu'ignorent les jeunes générations, Nicolas Ceaucescu, un dangereux dictateur édictait des règles de plus en plus difficiles pour la population. Les gens manquaient de tout. Les femmes subissaient des pressions politiques et des examens inhumains, même sur leur lieu de travail, pour être obligées d'avoir au moins cinq enfants...au début personne ne se sentait privé de liberté car tout le monde avait un travail et un logement (ce qui n'est plus le cas aujourd'hui) mais les règles sont devenues de plus en plus rigides, la surveillance de plus en plus sévères et la nourriture de plus en plus rare...

 

Nadia vit à Onesti, une petite commune de Roumanie avec ses parents et son petit frère. Elle est très vite remarquée par un entraîneur, Bela Karolyi, appartenant à la minorité hongroise vivant en Roumanie.

Elle devient sa protégée.

Pour qu'elle obtienne les meilleurs résultats, il met en place aussitôt régimes draconiens, entraînements quotidiens 7 jours sur 7, ajustements médicamenteux (hormonaux) pour retarder sa puberté au maximun possible, cette "maladie" qui détruit tout, fait prendre du poids et des formes...

Pour elle c'est aussi, l'éloignement de sa famille, la concurrence avec les autres gymnastes (surtout les russes), l'obligation de concourir même blessée...

 

Mais les succès sont très vite au rendez-vous ! Elle est perfectionniste. Elle est prête à tous les sacrifices pour Bela et pour la Roumanie.

 

Jusqu'à ce que la "maladie" la rattrape et la change pour toujours. Alors la "magie" n'opère plus.  Celle qui avait offert au monde l'image d'une pureté parfaite et d'une enfance éternelle, le petit "écureuil" qui n'avait jamais peur de prendre des risques, de se rompre le cou, ni de jouer avec son corps de petite fille, n'est plus... "La petite fille s’est muée en femme". Il lui faut s'adapter à ce nouveau corps.

 

Quand elle se présente aux J.O. de Moscou en 1980, elle ne sait pas encore que les juges vont se liguer contre elle. Alors qu'elle peut prétendre à une médaille d'or,  malgré une chute, sa note  la place en deuxième position.

Elle n'arrivera pas à se consoler de cet "échec" présumé : il fallait absolument que ce soit une soviétique qui gagne l'or ! D'autant plus que les médias se déchaînent comme si devenir femme, avec un corps de femme était inadmissible et imprévisible. Mais bien sûr, vous l'aurez deviné ces journalistes sont tous des hommes.

 

Nadia met alors un terme à sa carrière dès l'année suivante.

 

Entre temps Bela est parti : il a quitté la Roumanie et a abandonné sa protégée pour les États-Unis où de nouveaux succès l'attendent ainsi que d'autres petites filles à transformer en championnes.

 

Pendant ce temps Nadia est convoitée par le fils cadet des Ceucescu, Nicu, qui tente de lui imposer son "amour"et l'exibe partout comme si elle lui appartenait...

Comme elle a appris à obéir toute sa vie, elle ne montre aucune résistance et semble être sous sa coupe et lui obéir en tout.

Sa vie devient un enfer. Elle craint les retombées sur sa famille. Elle est en permanence surveillée par la "Securitate".

 

En dehors des gymnases la situation s'est en effet dégradée : les roumains excédés par les discours officiels et les apparences, gelés dans leurs appartements où même en hiver il ne doit pas faire plus de 14°,  et affamés par le manque de nourriture, se révoltent et destituent le couple Ceaucescu.

Quinze jours avant, en décembre 1989, Nadia a juste eu le temps de se sauver pour passer à l'Ouest.

Certains diront qu’elle a fui parce qu’elle était mouillée jusqu’au cou dans le système communiste. Pour d’autres, elle n’avait rien vu venir...

Ce sont les services secrets qui l'aident à franchir la frontière hongroise.

Les Etats-Unis lui accorde l'asile politique sur les bases de "peurs fondées de persécution ".

Mais à l'ouest la vie n'est pas forcément ni plus facile, ni plus libre pour la jeune femme.

Je ne vous en dis pas plus...

 

Ce que j'en pense

 

Face à la voix et à l'histoire de la petite Nadia, devenue championne olympique, la narratrice s'interroge sur ce qu'elle écrit et dévoile dans des entretiens fictifs avec la gymnaste devenue adulte.

Nadia lui raconte-t-elle toute la vérité sur ce qu'elle a vécue ? Donne -t-elle l'image réelle de son pays telle que les habitants la vivaient de l'intérieur ?

Et nous interrogeons à notre tour...

Est-ce la vérité que nous raconte la narratrice où ce qu'elle imagine de la vie de la petite gymnaste, de la vie quotidienne à l'Est, du communisme, de la dictature des Ceaucescu ?

La narratrice se partage en fait entre deux vérités.

Elle réécrit l'histoire, reprend des éléments que Nadia ne veut pas voir mentionner dans le livre, sème le doute sur certains événements connus ou pas, réécrit l'histoirede Nadia et l'Histoire du couple Ceaucescu et celle de la Roumanie. Le lecteur vit avec un certian effroi le quotidien de la petite fille, les pressions dont elle a fait l'objet, comment son corps de petite fille, d'adolescente et de jeune femme s'adapte ou pas à ces pressions et aux divers pouvoirs.

Et elle respecte avec tendresse et patience les silences, les révoltes et les non-dits (fictifs) de Nadia...qui reste donc un personnage toujours aussi mystérieux.

 

Pour ceux qui comme moi se souviennent du petit ange avec sa queue de cheval et son ruban, qui s'envolait en faisant des figures jusque là jugées trop dangereuses...c'est un roman à lire absolument.

Il ne faut pas forcément être passionné par la gymnastique ou tout autre sport d'ailleurs pour apprécier ce livre.

 

Les dessous de l'histoire sont racontés avec intelligence et beaucoup de sensibilité par l'auteur : la manipulation sportive du régime communiste (mais elle pose bien la question est-ce différent dans d'autres régimes ?), la compétition entre les sportifs de haut niveau, le monde du marché qui cherche à l'accaparer, la souffrance quotidienne des jeunes gymnastes qui s'entrainent malgré les blessures et la fatigue, mais aussi leurs joies de découvrir l'Ouest et son abondance.

 

L'auteur dresse un tableau réaliste des enjeux politiques et économiques du sport qui n'épargne pas l'Ouest, démonte la machine à fabriquer des champions (des stars ou autres...) et montre que "tout est système".

 

C'est un roman qui se lit d'une traite et me donne envie de découvrir ses autres romans...

 

 

Qui est l'auteur ?

 

Lola Lafon est l'auteur de plusieurs romans où, entre autres choses, elle dénonce le capitalisme ("Une fièvre impossible à négocier", "Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce" et "De ça je me console").

 

Elle a passé son enfance et une partie de son adolescence en Roumanie. Elle est d'origine franco-russo-polonaise et a vécu à Sofia, Bucarest puis à Paris.

Elle s'engage très tôt et écrit dans plusieurs collectifs anarchistes et féministes.

Elle anime des ateliers d'écriture dans les lycées en France ou à Bucarest.

Musicienne, elle a sorti un premier album en 2006 "Grandir à l’envers de rien" et en 2011 "Une vie de voleuse" en 2011 chez Harmonia Mundi.

 

Vous trouverez davantage d'éléments biographiques sur son site perso.
 

Voilà ci-dessous l'interview qu'elle a accordé au Journal Mediapart.

Interview de l'auteur autour de son livre [source Mediapart]

Sitographie

 

 

A propos du roman...

 

- l'article de Bernard Gensane sur le blog de mediapart.

- l'article de l'Humanité.

- l'article de Slate.fr.

 

Pour en savoir plus sur Nadia Comaneci

 

- l'article de wikipedia.

- l'article (interview) sur Euronews.

 

Et la video ci-dessous...

J'aime bien aussi celle du Comité International Olympique qui malheureusement ne permet pas le partage dans overblog, mais comme je suis sympa je vous mets le lien sur youtube.

 

D'autres videos sont à votre disposition sur youtube ou dailymotion...il suffit de taper son nom ! Vous pouvez aussi visionner le film, Nadia.

 

1976 American Cup / Exercices au sol

Partager cet article

Repost0

commentaires

JP Leroy 15/01/2017 20:09

Merci pour vos commentaires. Voici les miens: http://la-petite-communiste.blogspot.com

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -