Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 19:46
En 2008, au festival de Cannes avec Tignous (à sa gauche sur la photo), puis Cabu et Cavanna (à sa droite)

En 2008, au festival de Cannes avec Tignous (à sa gauche sur la photo), puis Cabu et Cavanna (à sa droite)

Wolinski (à gauche sur la photo) avec son ami de toujours Cabu (à droite) / Source Paris Match

Wolinski (à gauche sur la photo) avec son ami de toujours Cabu (à droite) / Source Paris Match

Wolinski  de son vrai nom Georges Wolinski (1934-2015) était l'un des dessinateurs de presse le plus connu parmi les victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. Il avait débuté en 1958, en publiant ses dessins dans Rustica, un magazine de jardinage et de bricolage tout en travaillant dans l'entreprise de son beau-père.

Né en Tunisie, "il n'a jamais coupé les ponts avec son pays natal".

C'est là bas que son père, patron d'une ferronerie d'art à Tunis, trouve la mort, tué par balle par un de ses employés qui n'acceptait pas son licenciement. Georges n'a que 3 ans. Il sera élevé par ses grands-parents, sa mère étant atteinte de tuberculose : elle est en sanatorium en France. Il la rejoint alors qu'il est âgé de 13 ans : elle vient de se remarier. On est en 1945.

 

Cavanna le fait entrer dans l'équipe d'"Hara Kiri, le journal bête et méchant" en 1960. Il était avec Cabu et Honoré, un des plus anciens de la bande.

En août 1966, il perd sa femme, Jacqueline Saba, dans un accident de la circulation. Ils ont deux petites filles.

Il dira : C'est le dessin qui m'a sauvé la vie..."

En Mai 1968, il rencontre Maryse avec qui il était toujours marié et qui a élevé ses petites filles en même temps que leur fille, Elsa. Il se fait connaître en publiant dans le journal Action, journal des jeunes révolutionnaires. Il fonde avec Siné le journal l'Enragé, autre publication éphémère.

Il dessine aussi des affiches publicitaires ce qui lui occasionne beaucoup de critiques.

Il a été directeur de publication de "Charlie mensuel"  de 1970 à 1981, date à laquelle le journal a stoppé sa parution.

 

En parallèle,  il est recruté par René Andrieu et s'engage avec l'Humanité : il deviendra un de leur dessinateur vedette, puis il collabore avec le Nouvel Obs. Enfin en 1990, il entre au Journal du Dimanche, puis à Paris Match.

 

En 1992, il revient vers Charlie Hebdo tout en continuant à publier ses dessins dans l'Humanité, le Nouvel Obs, Paris Match et pour les ados qui le connaissaient bien, dans le journal Phosphore.

 

En 1998, il reçoit le Prix International d'Humour Gat Perich (distinction donnée en hommage au caricaturiste et dessinateur Jaume Perich qui existe depuis 1996).

 

Auteur de nombreuses BD, il reçoit le Grand Prix de la ville d'Angoulême en 2005, lors du Festival International de BD.

 

Il avait un côté obsédé, très marrant et bon enfant, et savait parler des femmes...mais aimait profondément la sienne ce qu'il a largement prouvé dans son célèbre livre "Lettre ouverte à ma femme" paru chez Albin Michel en 1978.

 

 

Il disait à leur sujet :

"Je crois que tout ce que les hommes font de bien, ils le font pour essayer d'épater leurs femmes. Heureusement qu'elles existent !"

 

Mais aussi :

"Les femmes sont injustement traitées sur notre planète. Elles sont mutilées, asservies, considérées comme des pondeuses et des bêtes de somme.

Je les ai vues trimer dans le désert pendant que les hommes buvaient le thé à la menthe, assis à l'ombre. J'ai vu pratiquement la même chose sous le ciel gris parisien ou dans nos campagnes.

Oui, tout cela doit changer. Je compte sur toi et tes petites amies. Le phallocrate que je suis a le cœur serré en pensant à toutes ces femmes malheureuses qui n'ont pas la chance d'avoir un mari aussi gentil que le tien."

 

Il est le scénariste de la série de BD érotique "Paulette" avec le dessinateur Georges Pichard.

 

 

 

 

Il avait découvert les BD à travers les comics alors qu'il était encore enfant et vivait en Tunisie.

 

Il avait créé pour Action, deux personnages bien connus de ses lecteurs, un gros sûr de lui et dominateur, et un maigre à l'allure timide, personnages qu'il a développé pour Charlie Hebdo et qui tiennent des propos de comptoir. Le dialogue est bien connu entre les deux personnages :

"Monsieur je suis pour la liberté de la presse à condition que la presse n'en profite pas pour dire n'importe quoi".

ou bien "Le socialisme, c'est comme la marijuana : c'est peut-être inoffensif, mais ça peut conduire à des drogues plus dures comme le communisme."

 

C'est lui aussi qui invente le "Roi des cons", personnage créé lors des fêtes organisées par le Chah d'Iran, roi qui a comme livre de chevet le "Candide" de Voltaire.

Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande

Il n'avait pas son pareil pour croquer les travers de la société, trouver le ridicule des situations et la bêtise des êtres humains et les dessiner...

 

Le voilà ici dans son bureau...

Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande

 

La BNF lui a consacré une exposition en 2012, intitulée "Wolinski, 50 ans de dessins" où elle a présenté près de 500 dessins publiés dans près de 40 journaux différents, albums, publicités, pièces de théâtre, films et sketchs télévisés.

Présentation de l'expo de la BNF

Il disait : "L'humour est le plus court chemin d'un homme à un autre".

Ou bien "Je suis un dessinateur de presse avant tout, un chroniqueur de l'actualité, de la politique, du temps qui passe".

Celui qui disait aussi : " L'humoriste n'appartient à aucun parti, ne croit en aucune religion", n'est plus...

Voici quelques- uns de ses dessins...

 

Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande

Et quelques dessins qui avaient été publiés dans le Petit Larousse 2010.

 

Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande
Hommage à Wolinski...le plus prolifique de la bande

Et sa bibliographie...

Bibliographie téléchargée à partir du site de "Livres Hebdo". Merci pour ce partage.

Partager cet article

Repost0

commentaires

eliane roi 28/11/2018 09:46

Excellent article sur nos chers dessinateurs disparus. Wolinski reste mon maître, depuis que je suis toute petite. J'adorais aussi Reiser et Gotlib... Merci Manou pour ce bel article-hommage ! Eliane Roi.

manou 28/11/2018 11:58

Il ne faut surtout pas oublier...Merci de ton message

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -