Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 12:46
Le dernier tigre rouge / Jérémie Guez

Prix HISTORIA du Roman Policier Historique 2014.

La liste des lauréats 2014 des Prix HISTORIA  ICI.

 

Janvier 1946. Marseille. Les militaires français sont acheminés par bateaux vers l'Asie du Sud-est pour tenter de reprendre cette zone, anciennement colonie française, gagnée par les Japonais pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Un bataillon de légionnaires de toutes origines fait partie des premiers à embarquer pour rallier les troupes françaises.

On y trouve des criminels, des anciens Résistants, des mercenaires et il y a même parmi eux un ancien de la Wehrmacht, bref ce sont tous des vétérans qui ont déjà connu la guerre et se sont parfois battus les uns contre les autres. Mais tous vont là-bas pour se battre pour la France. Leur pays d'origine ne compte plus, leur passé non plus.

 

La Guerre d'Indochine durera huit ans, jusqu'en 1954. Mais c'est une guerre perdue d'avance. Les Vietnamiens ne veulent plus des colons français ! Le général Giap a paufiné sa stratégie de guerre. Les légionnaires seront sacrifiés.

 

Parmi les légionnaires, Charles Bareuil, issu d'une famille de militaire. C'est un tireur d'élite.

..." Il n'avait aucun mérite à ça. Son père l'obligeait à tirer trente cartouches par jour et le privait de repas quand il ratait sa cible..."

Sa femme, Elena, a été abattue par les Oustachi dans les Balkans. Elle portait leur enfant et il ne s'en est jamais remis.  Il s'est engagé dans la Légion étrangère pour oublier.

" A ce moment, il ne pouvait douter, lui qui n'attendait plus rien de la vie, que la Légion deviendrait sa famille."

 

Dès le début du voyage, Bareuil se retrouve au milieu d'hommes qui, comme lui ne manquent pas de courage. Leur vie est rythmée par les exercices d'entraînement et de tirs durant lesquels Bareuil se fait remarquer. Il est aussitôt enrôlé par le lieutenant Barthez avec deux de ses camarades légionnaires pour tirer sur les éventuels déserteurs...ce qui ne lui plaît guère.

 

La suite de l'histoire se poursuit d'abord à Saigon en 1946 où ils arrivent en février, après un mois de voyage, puis à Hanoï et au Tonkin dès la fin de l'année 1946.

 

Bareuil se fera de nombreux amis parfois pour peu de temps car la mort rôde autour d'eux sans les lâcher. Les légionnaires sont envoyés sur tous les fronts et doivent braver tous les dangers car les missions qu'on leur confie sont parmi les plus dangereuses.

De qui doivent-ils se méfier le plus ?  De la jungle, des villageois, des soldats ennemis ? A qui peuvent-ils faire confiance ?

 

Un jour alors que la troupe est en mission, elle tombe dans une embuscade. Le bataillon est décimé. Charles est confronté à un tireur du camp ennemi aussi bon que lui et qui va lui laisser la vie sauve alors qu'ils sont très proches... Il va alors mener une véritable enquête pour découvrir l'identité de cet homme blanc et comprendre pourquoi il l'a épargné.

Il découvrira qu'il s'appelle Joseph Botvinnik, alias "Ong Cop" ce qui signifie "le tigre" et qu'il est blanc, d'origine russe. Pourquoi alors s'est-il mis au service du Viet- Minh ? Pourquoi a-t-il rejoint les troupes du général Giap ?

 

En 1948, alors que Charles et son ami Gordov sont affectés à une nouvelle unité au Tonkin, Charles va rencontrer Hoa, une villageoise proche de leur camp. Il va tomber éperdument amoureux  d'elle. Tiraillé par sa conscience, car il n'aime pas faire partie des envahisseurs, Bareuil  bravera tous les interdits pour la retrouver la nuit.

 

Mais pendant ce temps le "tigre", assisté de son fidèle Tran, veille et se rapproche de lui. C'est un véritable combat homme à homme qui va suivre.

Du camp adverse, Hoa réussira-t-elle à aider Charles ? Ou le trahira-t-elle ?

 

Ce que j'en pense

 

C'est un roman historique très bien documenté qui ne cherche pas à raconter en détails tous les événements de la Guerre d'Indochine mais plutôt à recréer une ambiance. Il retrace, dans ses grandes lignes, les terribles années de guerre de la  victoire de Phu Tong Hoah (1948) à la défaite de Dien Bien Phu (1954). Mais l'auteur ne prend pas partie :  il laisse chacun s'exprimer et développer son point de vue.

 

L'attente, parfois interminable, des légionnaires alterne avec des scènes d'action et de stress terribles. L'auteur ne tombe pas pour autant dans des descriptions trop détaillées qui auraient pu alourdir les moments d'action.

 

C'est aussi un roman d'aventure puisque le lecteur est plongé au coeur de la vie de la Légion étrangère. L'auteur nous montre les conditions de vie des légionnaires et le sort terrible qui les attend face à un conflit qui les dépasse.

 

Les deux personnages masculins principaux sont  courageux et téméraires, ni héros, ni victimes, mais véridiques...de vrais hommes donc qui n'échappent pas à une certaine caricature.

L’un, Charles Bareuil veut continuer à faire la guerre et à servir son pays coûte que coûte. Il se reproche d'avoir rejoint trop tardivement la Résistance et ne peut oublier la mort de sa femme...

L’autre, Joseph Botvinnik, fait partie de l’armée vietnamienne et délivre de précieux renseignements aux ennemis mais il porte aussi un lourd secret qui ne sera dévoilé qu'à la fin (ce que j'ai trouvé dommage). Le connaître plus tôt, aurait certes enlevé une part de mystère, mais l'aurait rendu plus vivant donc plus présent dans l'histoire.

Tous deux ont fait partie de la résistance et ont vécu des drames personnels qui les ont profondément affectés.  Ils ont donc surtout des comptes à régler avec eux-mêmes.

 

Les personnages secondaires sont aussi très présents et ce milieu d'hommes tous militaires, qui ne réussit à se détendre et à oublier la mort prochaine qu'entre les beuveries et les femmes, est tout à fait ce que le lecteur imagine, peut-être à tort...

 

Je ne connaissais pas l'auteur et je ne suis pas une adepte des romans de guerre mais j'ai fait là une excellente découverte. Le sujet était difficile à traiter, le suspense pas si aisé que ça à mettre en place et c'est pour moi une réussite et un moment de lecture très plaisant.

De plus, ce qui ne gâche rien, c'est un roman très accessible... à lire donc absolument dès 15-16 ans !

 

Extraits

 

"On ne fait jamais la guerre contre les hommes qui sont en face de nous sur le champ de bataille. On fait la guerre à quelque chose de plus grand, à ceux qui commandent, pas à ceux qui exécutent".

 

"C'est une connerie de croire que les Vietnamiens n'ont pas d'histoire. La plus grande erreur que font les Français. Ils en ont une, très glorieuse, vieille de plusieurs milliers d'années. Ils y sont très attachés, c'est juste qu'ils n'en parlent pas. Leur temps est différent, ce n'est pas le même que le nôtre..."

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

L'automne est arrivé...

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes Tags

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -