Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 14:06
La petite boutique des rêves / Roopa Farooki

Voilà un livre plus complexe qu'il n'y paraît et construit avec de nombreux retours en arrière...tout du moins dans la première partie. Bien sûr je ne ferai pas étalage de tous les détails, retours sur le passé, personnages secondaires, digressions qui permettent la mise en place de l'histoire...

 

C'est l'histoire d'une famille (re)composéeet et de ses différents membres sur trois (voire quatre) générations.

 

Chronologiquement parlant, l'histoire débute par Zaki (Zakaria), le jeune homme rêveur terriblement romantique, tombé fou amoureux, à 18 ans d'une petite lavandière qui lavait des vêtements avec sa famille dans la Bangshi (une rivière du Bangladesh). Nadya, âgée de seulement 16 ans, était déjà veuve et enceinte...Qu'importe ! Zaki n'avait qu'un rêve ne pas être commerçant comme son père. Il rêvait "d'appartenir au cercle des intellectuels de la Rive gauche, à l'image de Sartre, et cherchait sa Simone de Beauvoir" :  il venait de la trouver et avait la chance d'étudier à la Sorbonne...

Il la demande donc en mariage et les deux jeunes gens s'enfuient à Paris.  Mais le hasard fait que, devenu veuf à son tour, Zaki est obligé de rejoindre Londres avec Jinan, son jeune fils âgé seulement de 3 ans, pour s'occuper d'une minuscule épicerie de quartier, ayant appartenu à son père dont pourtant il n'attendait aucune aide, mais avait-il le choix ?

Il est déjà, depuis la mort de Nadya,  "au fond du gouffre" et il vient de comprendre que "ses velléités d'indépendance n'avaient pas été autre chose que des prétentions de jeunesse"...Il devient donc commerçant pour pouvoir élever Jinan correctement.

 

Un soir de pluie torrentielle, alors que Jinan a déjà 14 ans, Zaki est comme d'habitude en retard : Jinan a obtenu le premier rôle pour jouer Hamlet...et ce soir a lieu le spectacle !

Il monte dans un taxi en même temps qu'une superbe jeune femme et, galanterie oblige, fait sa connaissance. C'est Delphine (qu'il appellera Della). Elle a fui la France, la campagne landaise et surtout ses parents car "Delphine aspirait à autre chose qu’à ces discussions interminables sur l’état du mariage des voisins, aux commérages à propos de qui faisait pousser quoi dans son jardin, et à qui les mauvaises herbes donnaient plus de fil à retordre que prévu ».

 

Son ambition l'a poussé, à peine en possession de ses diplômes, vers Paris puis vers Londres où elle fait une brillante carrière dans le marketing. Ils vont vivre, le temps d'un été, une torride histoire d'amour car avec Zaki, la passion et l'imprévu sont toujours au rendez-vous... Mais Zaki, de 12 ans son aîné  n'a pas réellement de place dans la vie de Delphine : il n'est pas assez "important" à ses yeux ambitieux. De plus, elle a peur de s'attacher un peu trop à lui...Il représente pour elle "quelque chose qu'elle cherchait soit à fuir, soit à retrouver".

Puis vient le temps pour Delphine de fonder une famille. Elle rencontre Jinan (le fils de Zaki et de Nadya), un brillant avocat londonien plus jeune qu'elle, sans savoir au début de leur relation qu'il est le fils de Zaki...Ils se marient et ont un fils, Lucky (Luhith)...

 

Le roman débute avec Lucky. Il a 14 ans et pleins de rêves dont un particulièrement fou  : celui de faire gagner la Coupe du monde de football à l'Angleterre.

En attendant il néglige un peu (beaucoup) ses devoirs scolaires et s'entraîne avec passion au foot tout en faisant d'horribles cauchemars... Mais il est déçu car au lieu de rester milieu de terrain, son coach le place dans les buts, le gardien de but habituel ne pouvant pas assister au prochain match...

 

Jinan ne prend pas le rêve de Lucky au sérieux car, pour lui le foot n'est pas quelque chose d'utile... Son plaisir à lui, c'est de planifier, de donner des listes de "choses à faire" à Delphine (comme il le faisait, encore adolescent, à son père). Son rêve le plus fou est d'être aimé tel qu'il est, comme il l'a sans doute été par sa mère (dont il ne se souvient pas) mais peut-être pas par son père. Il ne sait pas d'ailleurs que Zaki l'a adopté en se mariant avec Nadya. Celui-ci a fait promettre à sa famille de ne jamais le lui révéler...quoi qu'il lui arrive.

 

Delphine soutient toujours Lucky. Elle a abandonné son travail pour lui consacrer tout son temps. Maintenant qu'il grandit, elle se sent désoeuvrée et s'ennuie ce qu'elle n'ose pas avouer à ses amies qui l'envient...car à leurs yeux elle a tout pour être heureuse, un mari adorable et riche, qui l'aime et le lui dit, un fils doué, un physique superbe et une vie de rêve...mais qu'elle-même trouve terne.

 

Son plus grand malheur serait-il d'avoir

déjà réalisé tous ses rêves ?

 

Mais dans cet univers bien organisé tout n'est pas si simple...

Lorsque Lucky est malheureux, il se réfugie chez Zaki. Souvent il y retrouve Portia, d'un an son aînée, qui fait quelques petits boulots dans la boutique pour gagner un peu d'argent...et dont il est amoureux. Comment est-ce possible qu'une fille aussi belle et intelligente, qui deviendra d'ailleurs mannequin (mais ils ne le savent pas encore) s'intéresse à lui, se demande-t-il ?

 

Delphine aussi vient voir Zaki... Il sait prêter une oreille attentive aux jeunes et aux moins jeunes. Elle vit mal la crise de la quarantaine et cela ne lui sert à rien de s'enduire de crèmes coûteuses pour effacer ses premières rides ou de colorer ses ongles des pieds avec raffinement puisqu'elle se sent inutile et mal-aîmée... Elle se confie à Zaki.

 

Mais lors du match, Lucky est remarqué et on lui propose de s'entraîner dans un club de première division...S'il réussit il pourra être footballeur professionnel. Jinan est dépassé par les événements, Delphine elle, devient son manager...Elle trouve un nouveau but à sa vie.

 

Zaki aussi est en crise. A plus de 50 ans il se pose aussi beaucoup de questions. Charmeur, il fréquente souvent des filles plus jeunes. Toujours bohème, il ferme la boutique quand ça lui chante, joue aux échecs et est accro aux courses.

Il a lui aussi des regrets et tous deux reprennent une relation cachée. Zaki est dévoré par la culpabilité mais désarmé. La situation devient compliquée...

 

Au fur et à mesure que Delphine se dit qu'elle va quitter Jinan... il lui  réclame de l'amour..."Il aurait fallu  qu'elle soit de pierre pour ne pas le réconforter, pour ne pas lui donner l'affection qu'il réclamait...plus elle était consciente qu'elle allait mettre un terme à son mariage, plus elle était heureuse ; ...plus elle était heureuse, plus leur mariage s'améliorait ; plus leur mariage s'améliorait, plus il devenait difficile d'y mettre un terme."

 

Un revirement de situation va leur faire voir la vie autrement...les personnages se libèrent de leurs chaînes.

 

Seront-ils enfin heureux pour autant ?

 

Zaki se rend compte, au moment où Jinan lui avoue qu'il veut que "tout reste à l'identique" que son désir le plus cher est que tout change. "Je ne voulais plus tenir une boutique...jouer cette foutue comédie pour les autres où je tiens le rôle du vieillard anticonformiste qui dispense ses conseils...je voulais vivre ma propre vie..."

"C'est une vrai tragédie que d'atteindre un stade aussi avancé dans la vie d'un homme et de se rendre compte non seulement qu'on n'a pas réalisé son rêve, mais qu'on ne se souvient même plus de quoi il s'agissait".

"C'est tout de même quelque chose, quand on y pense, de se dire que jamais on ne sera heureux de faire ce qu'on aura pourtant fait toute sa vie : jouer le rôle qu'on s'est vu assigner, en faisant par-dessus le marché obstacle à tous les autres."

 

Et sans Zaki, les autres seront bien obligés de vivre...

 

C'est un roman léger et facile à lire qui porte un regard lucide, et qui ne manque pas d'humour, sur le couple, l'harmonie conjugale, les attentes, les déceptions, les rêves...

Dans ce chassé croisé passionné, les personnages, pleins de doutes et de secrets inavouables, cherchent tous le bonheur, terrifiés à l'idée  de louper quelque chose. Ils sont là avec leurs failles, leurs rêves, leurs désirs et leurs insatisfactions, incapables de se donner les moyens d'atteindre le bonheur...lâches quelquefois mais capables toutefois de changer de point de vue pour continuer à vivre et à aimer...

Ils passent avec difficultés les caps importants de leur vie, ceux qui nous obligent à nous interroger sur notre vie et l'amour que l'on porte aux autres et que les autres nous portent.

 

Quelle place accordons-nous réellement au bonheur ?

Quels moyens nous donnons- nous pour l'atteindre ?

 

« Dans ce monde, il n'y a que deux tragédies. La première est de ne pas obtenir ce que l'on veut, et la seconde est de l'obtenir. » disait Oscar Wilde..

« Le problème, lorsqu'on a quelque chose de bien, remarque-t-il [c'est Zaki qui parle], c'est qu'on s'y habitue et que, lorsqu'elle vient à nous faire défaut, cette chose nous manque plus qu'elle ne nous a profité au départ. On ressent la perte plus qu'on ne jouit de la possession. »

"J'ai eu une pensée pour Lucky qui réalisait ses rêves si jeune; c'était une tragédie inattendue que d'obtenir tout ce que l'on voulait, si tôt dans la vie: quelle porte cela lui laissait-il à ouvrir ?"

 

Vous pouvez découvrir le site officiel de l'auteur ICI (en anglais).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Encore Un Blog ?

  • : Dans la Bulle de Manou
  • Dans la Bulle de Manou
  • : Les livres et moi, mes coups de coeur, mes découvertes ou mes voyages : intellectuel, spirituel, botanique ou culinaire...
  • Contact

Qui Suis Je ?

  • manou
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...
  • J'aime les livres et j'ai eu la chance d'en faire mon métier, mais la vie nous réserve d'autres voyages tous aussi agréables à partager...

BLOG Zéro carbone !

Perdu Dans Le Blog ?

Y a-t-il des curieux ?

litterature

 

  D'où viennent-ils ?

 

  litterature

C'est bien l'été maintenant !

 

N'oubliez pas de protéger Xin Xin et de le nourrir en cliquant sur more...

 

 

Mes livres sur BABELIO

Les dix droits imprescriptibles du lecteur

mod article2138927 3

Extrait de "Comme un roman" de Daniel Pennac

Illustrations de Quentin Blake

Retrouvez-moi sur Pinterest !

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -